Résistance politique: Vivre sa journée et ne pas la rêver…

Vous m’avez fait le don infiniment précieux de la pauvreté

 

Simone Weil (octobre 1941)

 

Source: http://www.investigaction.net/fr/vous-mavez-fait-le-don-infiniment-precieux-de-la-pauvrete/

 

Il ne s’agit pas de Simone Veil dont le nom demeure lié à l’abolition de la répression des femmes pour avoir avorté, mais de Simone Weil la philosophe. Le 24 août 1943 mourait Simone Weil, à l’âge de 34 ans. Sa pensée et sa trajectoire fulgurante demeurent largement méconnues au-delà d’un cercle de spécialistes.

Figure majeure de la philosophie du XXe siècle, dont Albert Camus édita une grande partie de l’œuvre après sa mort, elle fut également une femme de combat. Impliquée dans les luttes et les débats de son temps, elle a marqué de son empreinte la culture politique de la gauche.

Abandonnant provisoirement sa carrière d’enseignante, la philosophe Simone Weil, après avoir été ouvrière chez Renault en 1934-1935, devient ouvrière agricole en 1941… C’est dans ce contexte qu’elle écrit cette incroyable lettre chargée de courage et d’ironie, à Xavier Vallat, Commissaire général aux questions juives, qui vient juste de formaliser le second statut des Juifs et leur recensement, ainsi que la loi du 22 juillet 1941 qui organise la spoliation des biens juifs par l’État Français.

= = =

18 octobre 1941

 

Monsieur,

Je dois vous considérer, je suppose, comme étant en quelque sorte mon chef ; car, bien que je n’aie pas encore bien compris ce qu’on entend aujourd’hui légalement par Juif, en voyant que le ministère de l’Instruction publique laissait sans réponse, bien que je sois agrégée de philosophie, une demande de poste déposée par moi en juillet 1940 à l’expiration d’un congé de maladie, j’ai dû supposer, comme cause de ce silence, les présomptions d’origine israélite attachée à mon nom.

Il est vrai qu’on s’est abstenu également de me verser l’indemnité prévue en pareil cas par le statut des Juifs ; ce qui me procure la vive satisfaction de n’être pour rien dans les difficultés financières du pays.

Quoi qu’il en soit, je crois devoir vous rendre compte de ce que je fais.

Le gouvernement a fait savoir qu’il voulait que les Juifs entrent dans la production, et de préférence aillent à la terre. Bien que je ne me considère pas moi-même comme juive, car je ne suis jamais entrée dans une synagogue, j’ai été élevée sans pratique religieuse d’aucune espèce par des parents libres-penseurs, je n’ai aucune attirance vers la religion juive, aucune attache avec la tradition juive, et ne suis nourrie depuis ma première enfance que de la tradition hellénique, chrétienne et française, néanmoins j’ai obéi.

Je suis en ce moment vendangeuse ; j’ai coupé les raisins, huit heures par jour, tous les jours, pendant quatre semaines, au service d’un viticulteur du Gard. Mon patron me fait l’honneur de me dire que je tiens ma place. Il m’a même fait le plus grand éloge qu’un agriculteur puisse faire à une jeune fille venue de la ville, en me disant que je pourrais épouser un paysan. Ignoré, il est vrai, que j’ai du seul fait de mon nom une tare originelle qu’il serait inhumain de ma part de transmettre à des enfants.

J’ai encore à faire une semaine de vendange. Ensuite je compte aller travailler comme ouvrière agricole au service d’un maraîcher chez qui des amis m’ont procuré une place. On ne peut pas, je pense, obéir plus complètement.

Je regarde le statut des Juifs comme étant d’une manière générale injuste et absurde ; car comment croire qu’un agrégé de mathématiques puisse faire du mal aux enfants qui apprennent la géométrie, du seul fait que trois de ses grands-parents allaient à la synagogue ?

Mais, en mon cas particulier, je tiens à vous exprimer la reconnaissance sincère que j’éprouve envers le gouvernement pour m’avoir ôtée de la caté­gorie sociale des intellectuels et m’avoir donné la terre, et avec elle toute la nature. Car seuls possèdent la nature et la terre ceux à qui elles sont entrées dans le corps par la souffrance quotidienne des membres rompus de fatigue.

Les jours, les mois, les saisons, la voûte céleste qui tournent sans cesse autour de nous appartiennent à ceux qui doivent franchir l’espace de temps qui sépare chaque jour le lever et le coucher du soleil en allant péniblement de fatigue en fatigue.

Ceux-là accompagnent le firmament dans sa rotation, ils vivent chaque journée, ils ne la rêvent pas.

Le gouvernement, que vous représentez à mon égard, m’a donné tout cela. Vous et les autres dirigeants actuels du pays, vous m’avez donné ce que vous ne possédez pas. Vous m’avez fait aussi le don infiniment précieux de la pauvreté, que vous ne possédez pas non plus.

J’aurais hésité à vous écrire, sachant votre temps pris par d’innombrables soucis, mais vous ne recevez certainement pas beaucoup de lettres de remerciements de ceux qui se trouvent dans ma situation. Cela vaut donc peut-être pour vous les quelques minutes que vous perdrez à me lire.

Veuillez recevoir, Monsieur, l’assurance de ma haute considération.

Simone Weil

= = =

Simone Weil mettra ses parents à l’abri aux États-Unis en 1942 et se rendra en Grande-Bretagne pour y travailler comme rédactrice dans les services de la France Libre.

Atteinte d’une tuberculose sans doute aggravée par sa période de vie ouvrière, Simone Weil meurt au sanatorium d’Ashford le 24 août 1943. 

Publicités

58 Réponses to “Résistance politique: Vivre sa journée et ne pas la rêver…”

  1. Un passant Says:

    C’est pour des articles comme ceux-ci que personnellement j’ai encore plaisir à vous lire – nettement moins pour les spéculations (parfois contradictoires entre elles, mais passons) de VT et compagnie – et de toute façon quelle que soit la version des faits s’étant produits à Las Vegas, le résultat est exactement le même et le déferlement de mesures liberticides ET antisociales poursuit son cours jusqu’ici inexorable. Pour le dire autrement: ils sont en train d’écraser lentement mais sûrement les peuples (dans le beau sens du mot).
    Et d’ailleurs, l’autre jour, je vous disais partager la même analyse par rapport aux événements catalans. J’y apporte un bémol aujourd’hui: c’est que la réaction de Madrid est à ce point détestablement facho que cela donne envie illico d’aller « se battre » au côté d’un peuple qui, lui au moins, a le mérite de se bouger le cul (des ronces comme dirait qui vous savez)… Certes, tout ça est manipulé et a toujours, dans le moins pire des cas, le sempiternel projet de réformer l’État plutôt que de le supprimer. Mais…
    Mais n’y a-t-il pas des circonstances dans la vie où toutes considérations doctrinales, fussent-elles anarchistes, passent après et la défense des opprimés et l’appel non pas de nos cervelles mais de nos cœurs ?
    Stéphane (ex-journaliste, poète enfin c’qu’il en reste et bien sûr marcheur)

    • Duc 1950 Says:

      Hors sujet.

      • Un passant Says:

        Sans commentaires.

      • Un passant Says:

        Enfin sur internet, pcq ds la vraie vie je te fous mon poing dans la gueule.

      • Un passant Says:

        En fait, sempiternelle torsion du langage humain, c’est exactement le contraire: c’est sur internet que je brandis ma testostérone. Dans la vraie vie je ne me suis jamais battu avec personne – l’une des seules choses dont je puisse être fier.
        Je retire donc ce commentaire excessif et vain.

    • Pour se sortir le cul des ronces, y suffit effectivement de se sortir les doigts du nez…
      Et ce texte sublime réchauffe les cœurs oui, surtout ce paragraphe que vous avez mis en évidence ;

      Les jours, les mois, les saisons, la voûte céleste qui tournent sans cesse autour de nous appartiennent à ceux qui doivent franchir l’espace de temps qui sépare chaque jour le lever et le coucher du soleil en allant péniblement de fatigue en fatigue.

      Ceux-là accompagnent le firmament dans sa rotation, ils vivent chaque journée, ils ne la rêvent pas.

      Bien sûr que les psychopathes aux manettes de tout poil suivent le Plan établi il y a plusieurs siècles.
      Et l’un n’empêche pas l’autre Stéphane, faire appel à nos cervelles et à nos cœurs…
      Je rappelle qu’aujourd’hui l’Espagne et toute l’Amérique latine célèbre le Día de la Raza ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/10/11/lespagne-ce-12-octobre-celebrera-encore-le-jour-de-la-race/
      Tu penses s’ils s’en cognent de nos cœurs, eux qui n’en possèdent pas excepté pour eux-mêmes…
      Mais raison de plus pour ne pas faire comme eux.
      Tiens, cette phrase d’Achille Chavée, poète belge (1906-1969) « Je suis un vieux peau-rouge qui ne marchera jamais dans une file indienne » car je crois qu’elle nous personnifie bien toi, comme moi.
      Il n’y a pas de féminin à « peau-rouge » d’ailleurs, (terme on ne peut plus colonial) connaissez-vous un terme Lakota ou autre qui s’en rapprocherait pour qualifier les femmes, non indigène, comme moi qui se sentent l’âme d’un « peau-rouge » qui ne marchera jamais dans une file indienne…

      Mitakuye Oyasin
      Jo

      • Tenez, cette info en lien avec la fête nationale espagnole ; http://www.letelegramme.fr/monde/espagne-crash-d-un-avion-militaire-apres-le-defile-de-la-fete-nationale-12-10-2017-11699562.php

        L’Espagne célébrait ce jeudi sa fête nationale, symbole de l’unité du pays menacée par la crise entre la Catalogne et Madrid qui lui a donné jusqu’au 19 octobre pour revenir sur sa déclaration d’indépendance si elle veut éviter la suspension de son autonomie.

        Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy et le roi Felipe VI ont assisté à la traditionnelle parade militaire dans les rues de Madrid pour commémorer la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb en 1492. Mais l’humeur n’est pas franchement à la fête en Espagne, confrontée à sa plus grave crise politique depuis le retour de la démocratie en 1977, il y a quarante ans, avec la volonté des indépendantistes au pouvoir en Catalogne de forcer le divorce.
        =*=
        Voyez comme rien n’a changé et comment les gouvernements, les monarchies tournent l’Histoire à leur avantage, toujours…

        Suivons ce précieux conseil, vivons cette journée, ne la rêvons pas.
        Même si la sagesse nous vient des rêves, il est un temps pour tout.
        Le temps de la réflexion, et le temps de l’action…
        Jo

      • Un passant Says:

        Cette phrase de Chavée que je connais depuis mon adolescence je l’ai partagée sur ce blog il y a bientôt 2 ans – et pê sur le vôtre aussi d’ailleurs. Je le classe comme mon 2e moins nul commentaire sur ces pages derrière celui-ci: « Je n’ai plus qu’une seule motivation: sauver les braves gens et les animaux. » Ce à quoi R71 avait répondu: « Noble motivation ».
        Pour le reste, vous me lisez un peu trop vite comme en été dernier: je n’ai pas écrit d’abandonner nos cervelles, j’ai écrit qu’il y a des circonstances ou celles-ci (aussi égocentriques que pitoyablement prétentieuses le plus souvent) passent après, bien après…
        Pour le reste, je n’ai comme R71 plus grand chose à dire et considère internet et la blogosphère comme une perte de temps et d’énergie et un défilé incessant d’égotismes et de phagocytages tous plus chiatiques les uns que les autres.
        Je pense que ça fait partie de leurs armes: l’énergie qu’on dépense en palabres sur ordi ne les dérange pas tant que ça. Excusez-moi de vous adresser ceci car je sais la passion que vous mettez dans votre, je vous cite, « minuscule blog »… Mais tel est mon avis – hors sujet parait-il selon monsieur le Duc de mes 2 bonbons – comme si ces forums étaient autre chose que du hors-sujet matin midi et soir 365 putains de jours de merde sur 365 que je dois me farcir conneries sur conneries avancées d’ailleurs sans la moindre preuve, juste au toupet et au « moi moi moi je je je vais vous expliquer ce qu’il en est »… Parce qu’un jour les victimes sont des acteurs et le lendemain un autre « génie » ou le même je ne sais plus vient nous dire qu’une vraie victime cette fois a été visée horizontalement par un 2e tireur. Et d’ailleurs qu’est-ce que j’en ai à foutre?????????
        Ils sont en train d’écraser les peuples! C’est hors-sujet? Il n’est pas dit que Simone Weil l’aurait jugé ainsi.
        Un passant, sans nom, ex rien du tout, et même plus marcheur car comme dirait le gros beauf de service de cette secte infâme de bêtises bourgeoises de l’UPR sur le blog d’OD – je me demande ce que vous lui trouvez à lui, Jovanovic et tant d’autres et ce qu’ils ont à voir avec le « sujet » de l’anarchisme – : « les Catalans ont bien raison de larguer les fainéants du sud » Zorba44 😀 😀 😀

        • On s’est compris, on diverge sur quelques points anecdotiques, comme mettre la cervelle avant les bœufs, ou les cœurs.
          Vous frappez pas, je ne crois pas qu’on soit HS lorsque l’on ouvre son cœur, jamais.
          Si vous saviez le nombre de fois où je défends mes textes, ceux de R71, ceux de Zénon, et où je me faits latter, et traiter de HS…
          Comme si j’avais une gueule de HS, hein ?
          M’en fous, j’ai un moral à chier, donc y veulent avoir raison les ceusses qui veulent avoir raison, ben y zont raison, voilà !
          Jo

          • Un passant Says:

            D’où l’expression « prendre les choses trop à coeur »… si c’était mon seul défaut je serais presque parfait ; -)
            Vous avez bien fait de revenir avec cette phrase – elle me colle à la peau – et même ici chez R71 je refuse de marcher en file indienne 😉
            Merci à toi… @+

            • On est au moins 2, dans ce cas…
              Merci à toi, Itou et @+ également.
              P.S. : Pour pas mal sillonner la toile, afin de ne pas rester autocentrée sur mon nombril, je suis atterrée de constater combien les gens « s’autocensure » et son prompt à te déclarer HS à tout va…
              C’est là que je constate combien c’est pas gagné.
              Vois-tu, je m’en cogne de Jova, Zorba et les autres, mais tous ce qui peut conduire à l’éveil des consciences, AU déclic doit être relayé. Si en lisant l’analyse de VT en français, un gonze ou une gonzesse tilt et s’éveille, ben c’est gagné !
              De même avec cette sublime invitation à vivre…
              Voilà, même si on est Hors Sujet, on échange, on affute notre réflexion, on vit, on rêve aussi, mais on ne cauchemarde pas au moins.
              Jo

    • C’est un débat qui fera toujours rage… La Commune de Paris et la révolution sociale espagnole de 36 ont échoué parce qu’elles ont fait des compromis avec les étatistes. On en est là. on en sera toujours là. L’élan d’un peuple n’a pour lui que le véhicule qui le porte. Tant que les gens pédaleront pour l’état et penseront pouvoir le « réformer », ils échoueront, nous échouerons et les oligarques le savent pertinemment.
      Il n’y a rien d’autre à dire, alors participer à un échec programmé ?…

      • Un passant Says:

        OK bien sûr mais on fait quoi en attendant (Godot?) ? On se laisse écraser petit à petit ? Tout le monde n’a plus sa planque et ceux qui l’ont encore sont menacés de la perdre.
        Ps: il me semble que les aspects d’urgences sociales sont peu traités – par votre blog? par les anarchistes en général?

        • pour çà faut aller sur les sites de la FA, ils traitent de tout cela, le sociale local et national au quotidien. Nous on ne fait pas cela car traité ailleurs, par contre les sites canars traitent très peu de géopolitique et d’affaires plus générales, nous sommes donc complémentaires… 😉

        • quant à l’action: faut réfléchir avant. L’action sans réflexion c’est du militantisme et c’est aller au « casse-pipe » politique, la réflexion sans l’action n’est que de « l’intellectualisme ». Le but, en bon aïkidoka tu vas comprendre cela: développer mental et physique (théorie et pratique) de manière à ce qu’il n’y ait plus l’épaisseur d’un cheveu entre réflexion et action… Redévelopper la conscience politique par la connaissance hors propagande étatico-économique => s’associer librement avec ses pairs => construire une société d’associations libres qui rend obsolète les institutions étatico-capitalistes en place. C’est une praxis continuelle qui commence par (se) poser les bonnes questions… 😉

          • Un passant Says:

            L’aïkido que j’ai pratiqué c’était plutôt, je cite, « Unification du corps et de l’esprit »… on mettait le « mental » ds la même catégorie que le « corps ». Aussi contrairement à ce que tu m’as écrit il y a qqs mois, mon sensei japonais (l’une des plus belles rencontres de ma minuscule vie) ne traduisait pas le ki, fondamental ds notre pratique, par « énergie » mais par qqchose de l’ordre de l’esprit justement… mais il faut le pratiquer pour le comprendre.
            A part ces détails ns sommes plutôt d’accord.
            Un « poil à gratter » 😉

            • Hum… Le corps a besoin certes du mental, mais qui est primordialement, le « ki » ou l’esprit ?…
              « Allongez vos doigts et laissez votre ki se répandre aux confins de l’univers. » (Morihei Ueshiba)

              Il disait aussi ceci:
              « Embrassez le ki
              Demeurez au centre,
              Polissez votre esprit
              Et laissez-vous submerger par les vibrations divines »

              Manifestement pour Ueshiba: Ki et esprit sont différent, même si étroitement inter-relié. Le ki pré-existe l’esprit.
              Ce à quoi ton sensei faisait référence semble similaire à ce que les Japonais nomment « kokoro », qu’on peut traduire par « cœur », aussi esprit se dit « shin », comme dans « zanshin », esprit de vigilance et de détachement…
              un autre « poil à gratter »… 😉

            • Un passant Says:

              Mais effectivement… !! En fait, pour ce que j’en sais, le mot japonais « ki » est très très difficile à traduire dans une langue européenne.
              Pour faire court, je m’en tiens à la traduction du terme aikido faite par mon maitre… japonais pur jus (mais vivant depuis longtemps à Bxl), lui-même fut disciple d’un maître qui fut disciple de Ueshiba:
              Aikido: way of harmony with universe. Donc j’ai emmêlé des choses proches mais en effet différentes. On pourrait traduire aussi par « énergie universelle » mais, et il m’est difficile d’expliquer pourquoi, il m’a bien fait comprendre que le ki n’est pas de l’énergie!
              D’autre part, je maintiens que nous pratiquions « l’unification du corps et de l’esprit », « esprit » qu’il ne faut en tout cas surtout pas confondre avec « mental », non? 😉
              Tu m’écris: « de manière à ce qu’il n’y ait plus l’épaisseur d’un cheveu entre réflexion et action », bon ds cette excellente phrase perso je remplacerais le mot « réflexion » par le mot « méditation » du moins ds la pratique de l’aikido, ou je l’y ajouterais à tout le moins.
              Maintenant me vient la question suivante: l’action politique (corps) a-t-elle selon toi à coller au plus près davantage avec la réflexion (mental) ou avec la méditation (esprit) ?
              Enfin, je dirais que de tte façon en bon aikidoka et pour bien faire: l’action politique doit être en harmonie (ai) avec l’univers (ki) et ce par une voie (do)… qui serait, par exemple, l’Anarchisme?

            • en quelque sorte. L’anarchie est la synthèse (ré)unificatrice par laquelle la trilogie « thèse-antithèse-synthèse » est contenue dans le cercle unificateur (ai) lui-même issu du ki, en cela il n’y a plus de différence, c’est symbiotique.
              Nous allons très bientôt publier notre texte « testament politique » (ce n’est pas le titre… 😉 ) et il y a très fort à parier que certaines sections titilleront ton intérêt et ton esprit…
              A notre sens l’action politique, comme toute action, est (doit être) symbiotique, coller à l’un plus qu’à l’autre (et inversement) est incomplet, d’où notre expression « zen » de « l’épaisseur du cheveu »… 😉
              L’humanité est un enfant qui sait à peine marcher. L’État et toutes les institutions oligarchiques, bureaucratiques et technocratiques, partout, nous maintiennent à dessein dans l’immaturité politique absolue, celle qui nous voit constamment être nourris, gavés, de concepts et dogmes ne favorisant que l’oligarchie tirant les ficelles de tout ce merdier mortifère.
              Si nous voulons faire mieux que survivre ce marasme, si nous voulons continuer à évoluer, il nous faut « grandir », maturer,et le seul moyen pour ce faire est de prendre nos affaires communes, nos intérêts communs à l’humanité, en main
              Pour pouvoir le faire individuellement et collectivement, nous devons avoir une vision de l’affaire.
              C’est ce que nous avons essayé de faire passer avec notre texte à venir…
              Dès lors, le silence, pour un temps du moins, ou définitivement qui sait ?… s’imposera…

            • Un passant Says:

              Hâte de le lire… et ns y trouverons sans doute qqs réponses à tant de questions…
              ceci dit, excusez-moi de descendre à mon tour de qqs étages: si un jour ou l’autre nous ne sommes plus en possibilité de subvenir à nos besoins essentiels (logement, nourriture, etc), quelle action politique nous serait alors accessible? Y a-t-il ds la démarche anarchiste (et pê taoiste), contrairement à une démarche qui serait d’extrême-gauche, l’acceptation qu’à un moment M la situation politique est inextricable et donc d’attendre que les fenêtres d’opportunités se symbiosent quitte à laisser une population P être sacrifiée?
              ps : à propos de la Catalogne le site de la FA m’a amené vers un (court) point de vue identique au vôtre (et pê au mien finalement mais présentement je ne suis qu’un passant):
              http://monde-libertaire.fr/?article=Lavis_dun_anarchiste_espagnol_sur_la_catalogne

            • oui on a lu le point de vue de la FA. Les anarchistes ne peuvent pas soutenir le mouvement « indépendantiste » catalan en l’état…. justement parve qu’il mène à … un autre état. Mais oui, contre la violence du gouvernement espagnol à 100% çà oui ! Mais une fois de plus, c’est tout ce que sait faire l’État !…
              Imaginons un scenario futuriste: la Catalogne devient « indépendante et souveraine », forme son état. Dans 10 ans des gens veulent faire un referendum pour retourner dans l’Espagne… Le gouvernement étatiste catalan décrètera le referendum illégal et enverra sa troupe mâter les intégrationnistes !… C’est l’évidence même. La position catalane n’est pas tenable.
              Remplacer la merde étatique par une autre merde ´´étatique ?… allons allons… voilà l’illustration typique de ce que nous disons être de l’enfantillage politique. Avec un passé aussi glorieux, les Catalans n’ont pas mieux à proposer ?… Pathétique non ?
              Deux fenêtres doivent coïncider pour qu’une révolution sociale, un changement de paradigme radical se produise avec succès.
              Nous en parlons dans notre texte. Ceci dit, s’il y a urgence, famine, pénurie organisée etc… peut-on reprocher aux gens de se révolter ? Le problème n’est pas tant la révolte que l’après. C’est là où avoir une claire conscience politique sera cruciale… Sans elle, la recul´´ration oligarchique sera de nouveau de mise, c’est inéluctable dans un contexte de division de la société.

            • Un passant Says:

              oui bien sûr mais je ne parlais pas de famine, urgence, pénurie organisée, mais de licenciements, baisses des salaires, exclusions de chômeurs et rmistes et même en belgique des handicapés, des retraites squelettiques, des paysans au bout du rouleau qui se suicident, des prolos devenus sous-prolos, bref de la paupérisation quotidienne mise en orbite par un système capitaliste qui ne se tient plus, par une classe sociale de riches qui est en train de la gagner la lutte du même nom comme dirait Warren Buffet…

            • Ok, dans ce cas, la révolution sociale se prépare, elle passe de la prise de conscience individuelle au désir de s’associer librement avec les autres afin de changer radicalement d’attitude envers État et institutions. Plus à lire bientôt… 😉

          • Un passant Says:

            pour le dire pê + clairement: on insistait davantage sur l’aspect « méditation » que sur l’aspect « réflexion » et puisque « mind moves body » l’action partait donc de l’esprit plutôt que du mental (mais hier j’ai parlé encore d’autre chose: d’une action qui partirait du cœur (ou des tripes) et là tu as raison de me ramener à la réflexion)
            quant au ki, je viens d’avoir une image:
            avec le ki on soulève les montagnes…
            avec l’énergie? essaie… tu n’y arriveras pas
            on a vu des mères soulever une voiture sous laquelle se retrouvait son enfant: elles n’en avaient ni les muscles ni l’énergie mais elles le firent avec… le KI ! syllabe centrale de « aikido »… mais je répète: il faut le pratiquer pour le « comprendre ».

            • oui juste… encore un pb « sémantique ».
              Le ki vient du « kokyu » c’est à dire du souffle cosmique. Il circule en tout.
              Les Amérindiens ont le même concept, ce que Merlin appelait « le souffle du dragon » dans la littérature panthéistico-chrétienne de la légende d’Arthur et d’Excalibur. Les Nippons n’ont rien inventé, c’est une notion trans-culturelle.

              « Pour s’entraîner en aiki, on doit s’entraîner au développement du ki. Le ki est immensément complexe et nous devons risquer nos vies pour le maîtriser. » (Morihei Ueshiba)

              Cela illustre bien ce que tu dis.

            • Un passant Says:

              tu me fais penser là que le problème de l’espèce humaine c’est justement son mental (et pas seulement les 8 familles 🙂 )… C’est pourquoi ds nos sociétés sophistiquées capitalistes consommatrices et narcissiques voire psychopathes, nous « envoyons au bout des doigts » moins de ki que nos ancêtres ou que les animaux. 😉

  2. Duc 1950 Says:

    Il est vraiment regrettable qu’une personne de cet acabit n’ait pas pu vivre sa vie normale.

    • Elle n’est hélas pas la seule… loin s’en faut…

    • Un passant Says:

      En + l’expression « une personne de cet acabit » est un concept erroné. Toute personne a un acabit. Simone Weill ne se prendra jamais pour « une personne de cet acabit ». L’enveloppe illusoire des égos est un piège à cons nauséabond.

  3. Cela m’a fait grand plaisir de la relire. C’est de circonstance. J’aimerais ajouter une comparaison avec la démocratie parlementaire, la réelle celle-là, l’antique qui réfutait toute velléité particratique, époque qui engendrait des gouvernants (usurpateur ou pas, qu’importe…!) comme Urukagina – roi de Lagash – qui incarnait cette vue du bien public; pour cela je cède ma place à Samuel Noah Kramer dans son « L’Histoire commence à Sumer », p. 56 :

     » Aux alentours de l’an 3000 avant Jésus-Christ, le premier parlement connu à ce jour se réunit donc en session solennelle. Il se composait, comme nos parlements modernes, de deux chambres : un Sénat ou Assemblée des Anciens, et une chambre basse formée par tous les citoyens en état de porter les armes. On se croirait à Athènes ou à l’époque de la Rome républicaine ! Pourtant, nous sommes dans le Proche-Orient, deux bons millénaires avant la naissance de la démocratie grecque.  »

    Simone Weil a dû puiser sa réflexion dans l’histoire de la première civilisation au monde qui était autrement plus élevée spirituellement que cette philosophie positiviste qui s’impose à nous.
    Eh oui! La démocratie sumérienne était sans partis, tout en s’affirmant comme le phare culturel, scientifique, sociétal et civilisationnel de l’humanité et tout ce merveilleux palmarès sans dégainer l’estoc.
    Ainsi donc, la Réforme a engendré 1789 et en corollaire la création des partis. C’est le remplacement de la monarchie absolue totalitaire par le totalitarisme oligarchique. L’esprit est perpétué mais le pouvoir a changé la couleur du régime sectaire : on est passé d’une croyance en des valeurs qui nous dépassent, immatérielles, célestes à une croyance en une valeur devenue palpable par le matériel, humain, hédoniste.
    Du catholicisme dépravé du moyen-âge récent au règne du scientisme absolu contemporain représentant le libéralisme anglo-saxon, rien n’a changé : des monarques renégats tels François Ier suivi de Louis XIV qui ont tous deux trahis la cause chrétienne en pactisant avec l’Empire ottoman contre l’Europe chrétienne de Jean Sobieski et d’Eugène de Savoie qui mirent en lambeaux, le 12 septembre 1683 à Kahlenberg, le projet de siéger à Vienne – marchepied pour l’islamisation de l’Europe -, à la paire françoise républicaine (Mitterand et Hollande), on ne trouve que ruines du côté de l’Eglise et profits que dans la sphère protestante.
    Et pourtant on consulte encore nos montres à l’heure sumérienne des 60 secondes et 60 minutes durant 24 heures sur 364/365 jours/an, de la députation populaire, de la technique des forgerons de Sumer, et nous observons les flocons passivement à la fenêtre qui fut une invention sumérienne.
    Au 21ème siècle, nous vivons presque comme les sumériens, excepté la perversion et l’inversion des valeurs qui faisaient d’eux des bâtisseurs et non des destructeurs, qui ne songeaient qu’à la transformation des minerais et la sculpture des matières précieuses et l’architecture (les forteresses à créneaux 3000 ans avant les Croisades des châteaux forts).
    La Renaissance n’est pas glorieuse et bénéfique pour l’humain à la mesure de ce que les « temps obscurs » ne l’étaient pas non plus. Ces derniers ne sont apparus qu’avec le front musulman en Europe du Sud; l’absolutisme est la caractéristique d’un régime perméable à l’intérêt de la civilisation gréco-romaine qui plonge toutefois ses racines dans celle des Phéniciens donc des Sumériens mais dont les valeurs furent perverties par l’inversion en imposant l’individualisation de la société. La Grèce et Rome ne furent qu’éloignées de toute civilisation; si l’évolution scientifique ne s’abreuve guère au « sens moral », toute civilisation est impossible. Non, la Grèce et Rome n’étaient pas des grandeurs. La femme y était esclave et ne possédait pas de statut autre que celui de servante obéissante n’ayant aucun espoir d’accéder à des charges publiques, ne pouvant qu’observer à distance l’évolution scientifique de ces pseudo civilisations. Si la notion d’humanité est piétinée, le progrès technologique n’a de sens autre que de servir des régimes dictatoriaux. Les réformateurs oligarchiques de la Renaissance ont su faire primer l’individu sur la collectivité qui ne s’en départit plus jusqu’à aujourd’hui. Oui les Phéniciens étaient considérés comme barbares par les Grecs car la mentalité phénicienne émanant de celle des Sumériens d’avant l’avènement de l’apport sémitique, vers la fin du IIème millénaire, portait essentiellement sur la collectivité et non sur l’individu alors que la prétendue civilisation grecque sacralisait l’individu dans tous domaines : toute nouveauté apparue dans tous secteurs de vie devait être signée; ainsi, le culte de la personne prenait le pas sur l’intérêt du bien public. Donc, pour Renan et autres adeptes de la Renaissance, on est civilisateur que si l’on signe, à l’instar de Caesar. Ceux qui sont dans l’incapacité de créer sont donc exclus de toute civilisation. Hors le domaine des arts, celui qui serait doté de plus d’ego serait donc plus à même d’apporter sa pierre à l’humanité? celui dont l’ego n’est pas surdimensionné car moins traumatisé par l’injustice de l’existence est donc renié comme inexistant et sans valeur pour la civilisation. Conclusion : il suffit donc de s’appeler Sénachérib, Darius III, Alexandre le Grand, Denys de Syracuse, Scipion ou Jules César pour être civilisateur. Quel est le trait commun? La dictature. Car au service d’une personne et non de la collectivité.
    Quelle est donc la valeur de la démocratie parlementaire particratique de nos jours? La dictature. Qu’elle soit adoucie en apparence. Mais l’enfer reste l’enfer même si son régime est ponctué de temps à autre et sournoisement d’actes de moralité, cela ne le transformera jamais en Eden; en plateforme d’accomplissement pour l’humanité avec tout le respect pour l’Homme qui en découle.
    Les empires sont à proscrire car déniant justement ce respect. La souveraineté reste la seule vérité au vu des sociétés de l’antiquité orientale pré-sémitiques et pré-hellénistiques. Alors, l’empire occidental peut s’écrouler, je n’en pleurerai pas, ni pour celui de l’UE (donc, présentement, je préconise l’intégrité territoriale de l’Espagne contre la Catalogne au détriment de la régionalisation forcée par l’UE via le Comité des Régions – chargé d’encourager la dislocation des frontières étatiques pour recueillir dans son escarcelle toutes les régions qui demanderont subséquemment la protection de l’UE).

    • Merci de cette superbe intervention Hans, Reste à l’écoute du blog dans les jours qui viennent… Une publication à venir devrait t’intéresser, où les sumériens sont mentionnés à juste titre.
      Les empires ne sont pas les seuls « à proscrire ».. l’État est à proscrire, en fait à remplacer par l’association des associations libres au pouvoir réintégré dans le corps social, sans aucun aspect coercitif, en changeant notre attitude collective envers l’organisation sociale…
      Reste à l’écoute dans les jours qui viennent. 😉
      Merci de ton excellent commentaire.
      Fraternellement

    • Un passant Says:

      Excellente intervention en effet mais je suis descendu de qqs étages ds la conclusion: rien n’indique que l’UE soit favorable au mouvement indépendantiste en Catalogne, bien au contraire. Quant à la bonne vieille rengaine de « l’europe des régions » c’est une théorie qui circule au milieu des autres qui la contredisent totalement – en tout cas pour le coup, Macron, Juncker et cie ont bien l’air d’être du côté de Rajoy.
      Enfin, réflexion plus générale plutôt pour R71: si l’extrême-gauche et l’anarchisme c’est comme mélanger l’huile et le vin, les accointances entre l’anarchisme et le souverainisme semblent quant à elles déjà plus tangibles.

    • Un passant Says:

      En + les banques et les grosses boites sont en train ou menacent de se barrer de Catalogne, non vraiment pas l’impression que les sbires tout en haut aient envie de couper l’Europe ou en tout cas l’Espagne en morceaux (car ds la foulée les basques , galiciens, canariens etc sont prêts à suivre le mouvement)… ou alors ils font semblant??

      • Cher Un passant,
        Je comprends votre embarras.

        Dans le cadre :

        1) des forums, on brasse énormément d’inepties car manquant de profondeur, normal puisque le principe est de partager avec d’autres comme les pipelettes sur le trottoir (dont je fais partie puisque je vous écris 😉 ;
        2) des médias, il est inutile de rappeler qu’ils véhiculent la propagande officielle qui n’a jamais reflété la vérité, ici encore c’est normal puisque l’on ne dévoile pas des mesures impopulaires, encore moins les arcanes politiques ;
        3) des discours officiels, ils ne sont qu’un outil de communication pour soigner son image à destination de la masse et envoyer cyniquement un message contraire aux interlocuteurs internationaux.

        Ainsi donc, on ne peut se fier à aucune de ces plateformes. Toutefois, il existe une réalité écrite dans les archives européennes qui vous aidera à saisir la portée du pouvoir du Comité des Régions (CdR) et de ses chevaux de bataille.

        L’Europe vous intéresse? Et la guerre civile en Ukraine? Et bien puisez vos sources dans l’UE, dans ses organes officiels et non dans la presse. Vous trouverez tous les renseignements utiles pour une plus juste compréhension de l’actualité sur son site http://www.cvce.eu comprenant même des documents qui pourraient alimenter les théories de la conspiration, notamment et pour exemple (car il y en a bien d’autres mais celui-ci est un des plus emblématiques) : http://www.cvce.eu/collections/unit-content/-/unit/02bb76df-d066-4c08-a58a-d4686a3e68ff/574160ad-ceaf-4d05-80d6-ecdceb1be188/Resources#b9d8bbb5-2d6e-4717-8c72-6b690aae457e_fr&overlay où H.G. Wells auteur admirable de la « Conspiration ouverte » y est l’inspirateur, cependant ce document n’a rien d’une fiction puisque tout s’est déroulé, depuis, comme prévu depuis 1947 à Gstaad voire plus tôt encore vers les années de la Grande guerre dont le rêve de plusieurs industriels allemands avaient déjà tracé les contours de la construction européenne à des fins exclusivement marchandes et dérégulées prônant l’explosion des Etats. Pour l’actualité ukrainienne, vous découvrirez aussi que l’Europe des Régions est un organe autonome très influent pour la politique anti souverainiste qui pourtant échappe totalement au contrôle du Parlement européen. Vous y apprendrez que le Comité des Régions encourage la dissolution pure et simple des entités étatiques dans un cadre national pour y substituer des régions autonomes homogènes sur base ethnique, linguistique et confessionnelle. Apprenant cela qui est tout sauf une histoire à dormir debout tirée d’une fiction quelconque pour politisés de tous gabarits, vous questionnez-vous encore sur l’origine de la crise ukrainienne? Découvrez par vous-même et non plus par des médias qui fabriquent l’opinion pour le compte des autorités! Non seulement l’Europe passera à la moulinette du fédéralisme régionaliste mais aussi le reste du continent, y compris la Sibérie orientale jusqu’au Primorié qui est déjà autonome. Enfin… s’ils y arrivent mais c’est ce qui est prévu noir sur blanc dans des archives officielles. Epluchez les documents de base sur ce site de l’UE et vous rangerez au placard tous vos journaux papiers et lorsque vous serez suffisamment édifiés, vous rigolerez vous-même à gorge déployée de votre candeur passée pour certains sujets d’actualité. Ne dépensez plus rien! Tout est sous les yeux de ceux qui veulent être sérieux et recherchent la vérité en aristotéliciens qu’ils sont et cela gratuitement. Les médias abusent des théories de Platon pour manipuler; petit rappel qu’Aristote s’est dissocié de son maître pour mettre en exergue la recherche de la « Vérité » et non plus de l’ »Idée ». La vérité fait mal car elle heurte nos confortables certitudes entretenues par l’opinion fabriquée depuis des siècles. Mais la politique, la vraie, n’est pas nationale (mensongère, flatteuse, vulgaire, et distrayante) servie par des représentants de groupes de pressions divers appartenant notamment aux loges mais mondiale et elle fut toujours mondiale. Lorsque vous aurez trouvé un seul Parlement au monde et ses commissions particulières qui ne soit pas infiltré par des agents d’influence, veuillez, je vous prie m’en faire part au plus vite et je recouvrerai illico mon innocence d’adolescent. La plèbe ne s’intéresse qu’à la forme, aux effets, ce qui crée de l’émotion, ce qui la fait vibrer, caqueter comme la volaille médiatique; plèbe et médias indissociables, elles se nourrissent l‘une de l‘autre. Tout n’est qu’un jeu d’influence pour s’approprier les richesses de l‘autre, cela quelle que soit la forme à investir telle que l’économie, la politique, le racket, la guerre. L’Allemagne est en première loge dans ce conflit et personne ne l’aurait vue venir? Votre regard ne s’est pas encore éclairé depuis la guerre du Kosovo pour le contrôle du Danube et des couloirs énergétiques minutieusement réactivés depuis la première guerre mondiale par l‘Allemagne?

        Dois-je vous aider? Voici quelques liens :

        http://www.cvce.eu/obj/resolution_du_parlement_europeen_sur_le_comite_des_regions_18_novembre_1993-fr-e10c268c-0257-4485-aa38-fd82d6d95a46.html

        http://www.cvce.eu/obj/avis_du_comite_des_regions_sur_la_relance_du_processus_de_reforme_de_l_ue_6_juin_2007-fr-8ff67ecb-758c-405f-a304-4f288c97e8dd.html

        http://www.cvce.eu/obj/comite_des_regions-fr-55ef9b39-aa80-4031-817b-196aca3d69f5.html

        http://www.cvce.eu/obj/declaration_de_mission_du_comite_des_regions_21_avril_2009-fr-12b5c770-984f-4b36-8154-e3709a14170f.html.

        J’en ai délibérément omis bien d’autres tout aussi importants parce que l’énumération serait trop fastidieuse mais si découvrez déjà ceux-là… vous attraperez sans coup férir ce goût pour la réalité non secrète mais dont la lecture n’est pas encouragée non plus, loin s’en faut et, j’en suis convaincu, que vous aurez à cœur d’approfondir vos investigations.

        Très cordialement. A bientôt.

        • Un passant Says:

          Cher Hans,
          merci de prendre la peine de donner une aussi longue, complète et instructive réponse. Oui, c’était le sens profond de ma question (faussement ou pas, mais peu nous importe) candide: « Ou alors ils font semblant? » C’est à dire que tout ce que je lis et perçois des médias mainstream ne seraient qu’une vaste matrice tissée de mensonges et manipulations?! Je t’avoue que pour un esprit rationnel et sans doute pas encore suffisamment instruit en certains domaines que tu évoques dans ta réponse, c’est quelque chose que j’avale sinon difficilement du moins avec prudence. Je dois d’ailleurs moi-même faire un mea-culpa d’arrogance lorsque j’écris avec légèreté « Quant à la bonne vieille rengaine de « l’europe des régions » c’est une théorie qui circule au milieu des autres qui la contredisent totalement », je m’en rends compte d’ailleurs lorsque je l’écris mais je laisse aller car dieu merci ce ne sont tant pas des applaudissements égocentriques que je recherche lorsque je commente sur cet excellent blog que susciter le débat et des réactions quitte à en prendre de temps en temps plein la poire – j’ai encore de l’égo bien sûr mais j’en arrive il me semble au stade où je suis le premier à m’en moquer. De ton expertise réelle je décèle aussi encore un peu d’égo mais ça c’est toi qui vois mais pas trop d’arrogance non, sauf (je suis attentif aux détails) dans le mot « plèbe » de cette excellente phrase avec laquelle pour le reste je suis entièrement d’accord: « La plèbe ne s’intéresse qu’à la forme, aux effets, ce qui crée de l’émotion, ce qui la fait vibrer, caqueter comme la volaille médiatique; plèbe et médias indissociables, elles se nourrissent l‘une de l‘autre. » Ne soyons pas trop méprisants envers des gens simples sans doute trop harassés par leurs obligations alimentaires pour se fortifier l’esprit et investir comme tu le fais les dessous et secrets des choses de ce bas-monde. Moi-même, il me faudra bien du temps et de l’énergie pour découvrir, comprendre et digérer toutes les informations que tu nous transmets à travers tes commentaires et les liens que tu y ajoutes. Ce pour quoi d’ailleurs je te remercie à nouveau et te te certifie le plaisir et intérêt redoublés que j’aurai à te lire ici – ou ailleurs?
          Respectueusement,
          un pauvre baratineur 😉

        • Un passant Says:

          Et puisque le hasard fait parfois bien les choses, je tombe sur ceci ce matin, qui semble confirmer vos propos: https://fr.sputniknews.com/international/201710031033316870-verone-referendum-venetie-catalogne/

        • Un passant Says:

          Mais donc gesticulations de façade et « manipulations » par exple de l’alcoolo en chef? http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/10/13/97001-20171013FILWWW00198-catalogne-juncker-ne-souhaite-pas-l-independance.php

          • Effectivement, ce ne sont que des gesticulations de façade pour soigner l’image et s’attirer la confiance des populations.
            Juncker règne sur la Commission, mais comme pour le Parlement et ses parlementaires, il n’a aucun pouvoir contraignant à l’encontre du CdR (Conseil des Régions); à contrario, la Commission et le Parlement s’abreuvent à la source du CdR, qui les sanctionne de bons ou mauvais points voire oriente la gestion économique et financière de la Commission et les débats parlementaires. Quelle fut la toute première réaction des institutions européennes suite au référendum? Elle vint d’une parlementaire écologiste allemande, qui défendit le référendum avec assurance. Les Verts siègent au côté de l’ALE (regroupement de régions désireuses d’obtenir à terme leur autonomie ou indépendance). Cela signifie qu’elle est soutenue, non par les institutions – cela n’a aucune importance réelle pour le CdR -, mais par l’UE et le Conseil européen qui est le créateur du CdR. Alors, entre le discours de Juncker et le soutien du Conseil européen à cette eurodéputée, la communication s’installe et la désinformation aussi.
            Pour en venir à votre précédent commentaire de 11h37′ avec le lien de Sputnik sur les référendums italiens, je réside en Belgique, je souhaite évoquer un curieux événement qui s’est produit le 3 janvier 2016 : sortie d’une députée de la N-VA qui affirmait que l’indépendance de la Flandre était programmée pour 2021; puis une semaine plus tard, l’événement, qui donna corps et suite à l’assertion de cette députée, était la confirmation de Bart De Wever (président du parti flamand N-VA). Qu’est-ce qui est curieux dans cette affaire, me demanderez-vous? C’est que je ne me souviens plus s’il y eut une seule réaction des médias à ces deux annonces, alors qu’en temps normal, cela aurait dû soulever un tsunami en région wallonne. Je me demandais, à ce moment-là si j’étais le seul citoyen de Belgique à avoir capté ces infos qui auraient dû ébranler l’Etat jusqu’au monarque. Waterloo morne plaine. Deux jours après le nouvel-an… ou était-ce moi qui voguait encore sur les vapeurs de fin bordeaux ou les médias et la population belge qui réveillonnaient encore?

            • Un passant Says:

              Hé hé, étant belge moi-même je connais un peu le bazar! Justement je pensais utiliser cet argument pour vous (ren)contrer gentiment l’autre jour: c’est que malgré de nombreuses circonstances réunies, l’état belge certes extrêmement régionalisé n’a toujours pas disparu et ils parlent finalement davantage d’une solution confédérale que d’une partition simple et nette d’autant que le sort de Bruxelles reste une épineuse et particulière question inconnue par exemple des tchécoslovaques jadis ou des catalans demain. Mais voilà que vous m’apprenez (ou me rappelez car ça a dû malgré la discrétion des médias s’insérer quelque part dans l’inconscient collectif) cette déclaration de janvier 2016. Quelques questions: pourquoi cette date de 2021? Pourquoi faire cette déclaration et puis l’occulter médiatiquement? Message aux initiés un peu comme le speech numérologique de Lagarde? Faut-il la prendre pour argent comptant?… Ce qui est à peu près sûr c’est que les prochaines élections fédérales programmées en 2019 devraient déboucher sur un écartèlement politique encore plus prononcé entre une région wallone risquant de virer carrément à l’extrême-gauche avec l’émergence du PTB (sorte de FI pour éclairer nos amis français) et une région flamande arc-boutée à son NVA nationalo-libéral bien à droite, droite! D’ici là bien des événements notamment catalans nous attendent. Alors, tot binnenkort 😉

        • Un passant Says:

          Oui, il y avait aussi le « dois-je vous aider » qui n’était pas du meilleur aloi et qu’il aurait été bien plus courtois et respectueux de formuler plutôt par « puis-je vous aider » mais laissons là ce détail pour lequel vous vous êtes d’ailleurs excusé, ce que vous êtes, excusé, à deux mille pour cent. J’ai pris connaissance de vos documents et vu qu’ils sont tenus à l’écart des regards non avertis, vous voudrez bien m’excuser à mon tour de ne pas en avoir eu écho plus précocement ce qui m’aurait évité de tomber dans le piège des faciles apparences. Néanmoins, je vous recontacte car un fait continue tout de même à me perturber dans votre excellente argumentation: que de nombreuses banques et entreprises sont en train de délocaliser leurs sièges et donc quitter la catalogne. Que les politiciens aient des doubles discours pour tromper la plèbe ( 😀 ), soit, mais si le secteur économique s’écroule, n’est-ce pas pousser l’esbroufe un peu loin? Pour le questionner autrement: n’y-a-t-il pas derrière tout ça d’autres enjeux et scénari que simplement la concrétisation en douce de la fameuse « europe des régions »? A quoi je pense? Au renforcement coercitif de l’Etat, à la mise en place d’une démocrature un peu plus sévère qu’elle ne le fut depuis la fin du franquisme ou à toutes sortes d’expériences politico-économiques scabreuses après celle de la Grèce et avant celles de bien d’autres à venir…
          Bien à vous.

          • Goeie middag Un passant,
            Les problèmes économiques de cette région ne doivent pas forcément être liés à l’actualité espagnole. Ces problèmes devaient sûrement être traités de longue date dans les conseils d’administration de ces banques et entreprises. Aucune entreprise au monde ne décide de délocaliser hic et nunc sur un coup de tête. En affaire, il n’existe pas de place pour l’improvisation avec états d’âme. Cela se prépare avec réflexion tâchant de réduire les éventuels inconvénients qui apparaîtraient pour le personnel, les clients et sous-traitants voire ses banquiers et autres intermédiaires de transport et administratifs si pas syndicaux, syndicats qui auraient sans nul doute déjà soulevé le lièvre; rien n’est spontané dans la gestion d’une entreprise. Ainsi, le référendum ne peut en aucun cas être la cause de cet effet. Le chaos bancaire est mondial, et l’économique aussi en corollaire. Les perturbations ne peuvent être imputées à une déclaration d’indépendance éventuelle. Par ailleurs, l’UE via son CdR n’encourage guère à une telle velléité mais plutôt à une autonomie accentuée au point de ne plus lier la région à l’Etat que pour la défense et les infrastructures dont dépend la région sécessionniste (notamment transport : chemins de fer et voies navigables dont le flux ne peut jamais être interféré par des postes douaniers). Puis même, en admettant que le monde des affaires réagirait sur-le-champ à une indépendance de facto, si une entreprise ne vacillait pas avant cette échéance rien ne l’empêche de poursuivre ses activités dans la nouvelle république ou si, la taxation instaurée par les nouvelles autorités la désavantagerait ; elle n’aurait qu’à déménager son entreprise sur un autre site en territoire espagnole à la frontière d’avec cette république naissante (un simple déplacement de quelques kilomètres qui ne devrait pas décourager le personnel de continuer à servir fidèlement l’entreprise).
            J’ai bien le sentiment que vous enjolivez l’état actuel des pays d’Europe sur le terrain de la démocratie. Il faut se souvenir que c’est Franco qui légua l’Espagne actuel à Juan Carlos. Tous nos pays, et d’avantage lorsqu’ils sont plus petits comme la Belgique car plus maîtrisable de par leur taille réduite, la démocratie n’y a plus refuge depuis le XIXème siècle. La Belgique est une authentique dictature à l’apparence libre. Rappelons-nous le règne presque continu des douze gouvernements Martens quasi successifs qui virent le bâillonnement du Parlement en imposant autoritairement des pouvoirs spéciaux en vue d’une fédéralisation poussée. Tout le personnel juridique et les constitutionnalistes du royaume le confirmeront ; il va sans dire qu’aucun de ceux-ci n’affirmerait une attaque aussi provocante que la mienne, mais c’est afin de mieux vous éclairer. Il y a trente ans, j’ai étudié le Droit constitutionnel avec le professeur François Perin, professeur de droit public et constitutionnel à l’Université de Liège.
            Découvrez le livre de Pierre Hillard (professeur d’histoire et politologue) « La décomposition des nations européennes, F.-X. de Guibert, 2005 ».
            Observez cette carte qui vous édifiera sur la politique discrète du CdR (Comité des Régions).

            Je me rends compte que je n’arrive pas à coller la carte souhaitée. Ce n’est pas grave, même si elle ne se trouve pas dans le livre en question, il y en a bien d’autres aussi satisfaisantes. Et dans la 4ème édition de 2010, Hillard à la délicatesse de rappeler cette sagesse de Jean de la Fontaine : « L’homme est de glace aux vérités, il est de feu pour le mensonge. »
            A bientôt.

            • Un passant Says:

              post-scriptum adressé également à R71: je n’enjolive pas trop je pense, par contre j’ai tendance à RELATIVISER bcp, et à ne pas mettre exactement ds le même sac notre fausse démocratie et une vraie dictature militaire, « communiste » ou théocratique – ai-je tort?
              Ah, et puisque je repasse par ici, et que tu évoquais les années 80, on m’a justement transmis ceci hier soir: https://sites.google.com/site/tueriesdubrabant/
              @+

            • oui et non… On s’explique, oui c’est différent dans une certaine mesure mais non en même temps car en fait, dans ce système étatique oppresseur, tout n’est qu’une question de degré. Il n’y a pas vraiment de différence entre la république française actuelle, ou passée et le régime de Mussolini ou de Staline, tout n’est qu’une question de degré… Qui monte ou descend le curseur du thermostat ? L’oligarchie industrie-financière selon ses besoins.
              Pour que tout cela s’arrête, qu’on arrête les alternances de convenance, il suffit de dire « halte au sketch ! » et de reprendre le pouvoir pour le rediluer dans le peuple.
              On ne dit pas autre chose dans le manifeste… 😉

              On vient de relayer l7affaire des tueurs du Brabant qui est une opération Gladio c’est l’évidence, simplement on arrivait pas à mettre des faits dessus contrairement aux attentats de la gare de Bologne et l’assassinat d’Aldo Moro…
              Il semblerait que ce soit chose faite maintenant. Question: que va faire le gouvernement belge de cette info ?

            • Un passant Says:

              Lecteur assidu, je connaissais déjà votre réponse en fait, donc on est d’accord sur le « oui et non », là où suis moins d’accord c’est sur le « il suffit de » mais c’est encore un autre débat (avec Robert par exple) auquel je préfère pour le moment assister en simple spectateur 😉

            • aucun problème… Pour en revenir au « il suffit de… » c’est en fait le cas, le hic est de savoir si l’humanité le fera, on n’en sait rien, si on n’y croyait pas, on ferait pas tout ça, elle mérite mieux, simplement parce qu’elle n’a jamais vraiment eu sa chance, cette humanité, elle a toujours joué avec des dés pipés… 😉

  4. hermine2rien Says:

    weil comme certain résistant, a pris de gros risques .
    c’est chaud pour tout le monde ces temps-ci .
    nous devons faire j et tenir bon
    http://www.algarathselect.com/fr/toujours-nul-moyen-de-lacher-l-affaire/

    c est serré encore plus pour les gens originaux poussés vers la marge et pour tous les êtres sacrifiant de l énergie pour nous liberer ….

    • Un passant Says:

      Ce n’est pas chaud, c’est carrément bouillant – c’est ce que j’essaie péniblement de transmettre sur ce blog.

      • baron william Says:

        tu peux le dire le site où JP hébergeait couragesement meq z’article vient de fermer .
        la dissidence prend son lot de risques; quelques z’uns sont plus résistants que d’autres à la répressions et aux coups tordus, comme sur r71 ou stopmensonges.com, venant de relayer

  5. @ Résistance 71,
    Je me suis rendu compte en relisant ma réaction au dernier commentaire de Un passant, qu’on pouvait aisément y déceler un ton arrogant. Je pensais justement m’en excuser à Un passant lorsque je découvre la disparition de cette réaction. Etre informé n’autorise personne à la condescendance. Mea culpa. Cela n’arrivera plus.

    • parce que ton commentaire contenait plus de deux liens, il est passé directement au « spam » d’où nous l’avons repêché et validé, rien à voir avec nous, c’est le système wordpress. Un passant saura faire la part des choses n’en doutons pas…

    • Bonjour,
      Vous savez… les discours et commentaires de la clique d’idiots utiles qui gravitent autour de Soral ne m’ont jamais interpellé connaissant justement leur rôle. Et le fait qu’on flanque une étiquette sur un historien serait plutôt bon signe. Merci tout de même pour l’info.
      A bientôt.

      • Un passant Says:

        De rien, Hans…
        euh… oui bien sûr mais ici il s’agit d’un « idiot utile » sans doute mais qui démolit Soral…
        Pour le reste en poursuivant mes propres investigations il apparait pour le moment que le scénario de l’europe des régions n’est qu’une possibilité parmi d’autres dans leur jeu de cartes. D’autre part je cherche une preuve qui me démontrerait que le cdr a plus de pouvoir que la commission. Merci.

      • Un passant Says:

        Suis d’ailleurs tombé là-dessus hier soir c’est moyen moyen et pensais pas le partager mais puisqu’on est déjà dans la vase autant y aller (j’ai mis mes bottes)…
        La petite actu se passe en direct mais pr gagner du tps tout de suite une question + essentielle: imaginons que le scénario indépendantiste catalan soit remis aux calendes grecques si j’ose dire à force d’article 155 et d’intransigeance de Madrid, cela remettrait-il en cause votre scénario pour autant?
        http://reseauinternational.net/oubliez-la-catalogne-la-flandre-est-le-vrai-test-du-separatisme-de-lue/

  6. @ Un passant
    Euh! Oui et non. A partir du moment où la liberté d’expression est totalement muselée parce que le délit de presse relève non du Droit commun (Pénal ou Correctionnel) mais de la Cour d’Assises, dès lors parler haut et fort mais surtout à tout le monde est donc interdit, et celui qui outrepasse cet interdit se retrouve sur le même banc d’accusé (avec jury à la clef) qu’un tueur en série, un pédophile prédateur sanguinaire. Faculté de droit, d’économie et de sciences sociales de Liège (2ème candidature en droit) Cours de Droit Constitutionnel – Livre II « Les libertés publiques » par François Périn, 1986 : Section II – Les libertés et les droits de la personne humaine; Premier thème – Sécurité et protection de la personne humaine; Chapitre I – La liberté individuelle : …2° Garanties contres les poursuites judiciaires… Troisième principe : « …Ainsi, en cas de crime, c’est la loi qui décide que l’inculpé sera poursuivi devant la Cour d’Assises, par l’application de l’article 98 de la Constitution au terme duquel : « le jury est établi en toutes matières criminelles et pour les délits politiques et de la presse ». »
    Ainsi, quelle différence entre une dictature militaire, fascistoïde et démocratique lorsque la liberté d’expression se trouve, dans tous ces régimes, interdite par des lois liberticides. Junte, Fascisme, Démocratie mènent aux mêmes effets. Lorsqu’on additionne l’expérience de Martens qui conduisit le pays sans contre-pouvoir durant douze années durant à celle du délit de presse relevant des Assises, peut-on encore, en toute conscience, relativiser ? Si vous ne comprenez pas mes propos, c’est sans doute par inexpérience personnelle de la chose. Anecdote : en 1991, je fus arrêté par la PJ de Bruxelles sur la route, qui fouilla mon coffre de voiture (il faut savoir que toute la voiture est une propriété privée inviolable exception faite du coffre qui est considéré pour lieu public), alors que j’étais plaqué contre mon véhicule comme un Mesrine, et emporta un opuscule, de ma plume, qui contenait une prose anticonformiste; le Parquet conserva sans mon autorisation cet opuscule, je fus dès l’instant certain d’être fiché et suivi par la Sûreté de l’Etat; je décidai illico de me séparer du groupe d’amis et cessai toute activité politique, ce qui dut calmer les esprits de ces émules de Fouché. Si je n’avais pas pris cette raisonnable décision, je me serais retrouvé sans coup férir devant mes jurés. Ce qui ne manqua pas d’arriver à deux autres acolytes qui subirent les délices des geôliers pour quelques temps. Autre anecdote,dans mon quartier (populaire) de l’époque (1988-1989), à la mort de sa femme, un sexagénaire, non encore pensionné, acheta une petite maison ouvrière pour finir ses jérémiades jusqu’à son dernier soupir, mais c’était sans compter avec cet article de la Constitution qui prévoit la réquisition de tout bien immobilier et foncier sous certaines conditions. Patatras! Le vieil homme abattu par le sort du décès de sa femme se retrouva éjecté de chez lui pour une bouchée de pain par les autorités communales qui décidèrent de transformer le lieu en une petite crèche publique. Le pauvre hère mourra sur un trottoir quelques mois plus tard au centre ville sans plus de ressources, aides et empathie qu’un jeune étourneau qui vient de s’écraser contre la vitre qu’il pensait ouverte sur un monde meilleur pour finir étalé sur la chaussée. Quelle différence avec un macchabée exécuté par la maréchaussée? Où se niche la notion de Justice sur cette scène syracusienne? Je ne transige jamais avec l’injustice d’une dictature. Si vous aviez eu, un jour, à vous coltiner avec elle, la relativisation aurait sûrement revêtu un habit moins confortable qu’aujourd’hui.
    Cordialement, cher concitoyen.

    • Un passant Says:

      Excellente intervention une fois de plus mais svp arrêtez de tout le temps (ou cet honneur m’est-il réservé?) imaginer que l’on ne comprend pas vos propos !
      J’ai moi-même dans la vraie vie qqs copains « militants » qui ont subi le même genre de traitements. La plupart ont d’ailleurs abandonné le combat pcq devoir vivre sans copains et famille, ça va un temps mais faut pas charrier non plus… Je me dois d’ajouter tout de même que le fait de « relativiser » est ds ma nature et que j’ai jusqu’ici mené une vie calme et tranquille, me contentant d’un beau lever de soleil pour être (honte à moi) heureux, vous savez un peu comme ds la chanson de notre compatriote Arno qui dit ds celle (humoristique) intitulée « Vive ma liberté »:
      « Et le piiire de tout
      Je-suis-con-tent »
      😉
      Oui, c’est un peu ça, veuillez m’en excuser. Mais pour revenir à cette notion de relativisme, je veux dire aussi que mon objectif « intellectuel » c’est de gagner en subtilité et manger une tartine avec dessus de la confiture périmée ça n’est pas tout à fait la même chose qu’en manger une avec de la merde dessus. CE QUI NE VEUT PAS DIRE qu’il faut se contenter de la confiture de + en + périmée (30 soi-disant glorieuses suivies de ces 3 décennies de + en + calamiteuses) et s’imaginer que plus jamais nous n’aurons à vivre une situation ds laquelle c’est à nouveau la merde complète (comme à Brendonck 40-45 pour donner un exemple qui me vient en tête).

      Conclusion: oui et non mais vs avez davantage raison que moi: il n’y a pas lieu de tant relativiser 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s