Résistance au colonialisme: La procédure d’enquête sur la disparition de dizaines de milliers d’enfants des pensionnats pour Indiens se lance à Yankland…

Enfin il semblerait qu’une procédure d’enquête prenne forme pour rechercher le crime génocidaire contre les enfants autochtones des nations originelles aux Etats-Unis, enfants qui furent, comme au Canada, arrachés à leurs familles et incarcérés dans des pensionnats gérés par le gouvernement fédéral et les églises. Des dizaines de milliers d’entre eux ont « disparu » entre 1820 et les années 1980.

Il est important qu’une enquête soit menée de manière indépendante sans s’en remettre ni aux autorités fédérales qui masquent le crime depuis plus de 100 ans, ni à l’ONU, inféodée à l’empire par le financement de ses divers commissions et groupes de « recherche ». Quoi qu’il en soit, il ne fait plus lâcher l’affaire.

A lire: « Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada » par le TIDC, contre-rapport de la farce de la Commission Vérité & Réconciliation canadienne, qui ne fut qu’une entreprise de blanchiment d’un crime contre l’humanité, toujours impuni aujourd’hui parce que ceux qui « jugent » sont ceux-là mêmes qui ont commis le crime sur plus d’un siècle…

Voir le travail au Canada de Kevin Annett et des associations de survivants des pensionnats, on ne peut que souhaiter qu’un tel mouvement se mette enfin en place aux USA…

~ Résistance 71 ~

 

Avez-vous des informations au sujet de parents qui ont été dans les pensionnats pour Indiens ?

Quatre organisations ont besoin d’aide en regard des personnes ayant des parents ayant disparu dans les pensionnats pour Indiens aux Etats-Unis

 

Rick Kearns

 

16 juillet 2017

 

Source: https://indiancountrymedianetwork.com/history/people/information-relatives-attended-boarding-schools/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Les leaders natifs en appellent à tout le monde en pays indien, ils demandes des informations au sujet d’enfants qui ne seraient jamais retournés chez eux et disparurent après avoir été envoyés dans les pensionnats pour Indiens aux Etats-Unis.

Les leaders veulent réunir ces informations et ensuite forcer le gouvernement des Etats-Unis à fournir toutes les archives au sujet des pensionnats et des enfants qui y ont été incarcérés, incluant les enfants disparus, à leurs familles.

La National Native American Boarding School Healing Coalition (NABS), le Native American Rights Fund, le National Congress of American Indians, et le International Indian Treaty Council rassemblent des documents et éléments pour être présentés au groupe des Nations-Unies de l’United Nations Working Group on Enforced and Involuntary Disappearances (UNWGEID).

Les groupes, par l’UNWGEID, demanderont aux Etats-Unis de “fournir une comptabilité complète des enfants autochtones qui furent envoyés dans les pensionnats pour Indiens et dont la destinée et la localisation demeurent inconnues”, d’après la déclaration de presse effectuée.

“Le gouvernement des Etats-Unis n’a jamais accepté la responsabilité des impacts inter-générationnels qu’a eu la politique et le programme des pensionnats pour Indiens, programme qui a retiré des milliers d’enfants indigènes de leurs familles et communautés entre 1869 et jusqu’à une période aussi récente que les années 1980 et ce pour l’objectif déclaré de l’assimilation forcée. Les Etats-Unis n’ont toujours pas donné de chiffres précis au sujet du nombre d’enfants qui sont morts alors qu’ils étaient détenus par les autorités gouvernementales sous cette politique, ils n’ont pas non plus fournis de preuves montrant que les familles impliquées furent informées de manière consistante du décès ou de la disparition de leurs enfants et ce malgré un grand nombre de tentative d’obtenir ces informations par le biais du Freedom of Information Act (FOIA) ou loi sur la liberté de l’information, dont des demandes furent dûment enregistrées par la National Native American Boarding School Healing Coalition, the Native American Rights Fund (NARF) et le International Indian Treaty Council (IITC),” déclare le communiqué de presse.

“NABS, IITC, NARF et le NCAI demandent respectueusement que les familles et les tribus rassemblent tous les témoignages possibles et partagent l’information lorsqu’approprié, afin de documenter tout cela auprès de l’ONU.”

Chacun des groupes a fait des demandes de demandes d’information officielles, d’après Christine McCleave de la nation Ojibwe, directrice du bureau de la National Native American Boarding School Coalition,  qui a enregistré des demandes d’information sous le FOIA en février 2016.

Dans sa demande officielle, le NABS a demandé ceci:

  • Le nombre de pensionnats établis pour des élèves autochtones entre 1819 et 1972, soutenus par un budget et/ou une politique fédéraux
  • Le montant du budget qui fut alloué par le gouvernement fédéral à l’opération des pensionnats et l’identité de chacune de ces écoles, églises, missions ou autres récipiendaires de ces fonds fédéraux.
  • L’endroit géographique de chacune de ces écoles, le nombre de leurs élèves pour chaque année en opération et l’identité de chacun des élèves emmené dans ces pensionnats incluant leur affiliation nationale (incluant les Pueblos et les villages d’Alaska) et
  • Ce qu’il est advenu de chacun de ces élèves, s’ils sont retournés chez eux, s’ils ont été transférés dans d’autres endroits pour plus de formation ou s’ils sont décédés et ont été enterrés dans ces pensionnats ou dans tout autre cimetière.

McCleave nota que le NABS a été en contact avec le Bureau des Affaires Indiennes (BIA) mais n’a reçu aucune des archives demandées.

Cette dernière décennie, il y a eu plusieurs découvertes de tombes anonymes, masquées dans plusieurs de ces pensionnats à travers les Etats-Unis. En 2015, la chercheuse universitaire Marsha Small a trouvé plusieurs tombes anonymes sur le site du cimetière de la Chemawa Indian School dans l’état de l’Oregon après avoir recherché cette zone au moyen d’un radar de pénétration.

L’historienne et experte de la tristement célèbre Carlisle Indian Industrial School, Barbara Landis, a remarqué des tombes anonymes tout comme le fait que des élèves disparus y sont des affaires toujours non résolues.

“Des 14 pierres tombales que nous avons découvertes, nous avons trouvé les noms de toutes sauf deux. Le gouvernement fédéral s’occupe d(obtenir les archives de la Cumberland County Historical Society et du Dickinson College pour un projet de numérisation en ligne.”

Le nombre total d’enfants autochtones disparus n’a pas (encore) été établi aux Etats-Unis (NdT: il est de plus de 50 000 au Canada, cf. notre traduction de “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada”, le contre-rapport de la CVR canadienne qui fut une véritable farce et parodie de justice..), mais un universitaire natif, Preston McBride, a estimé que le chiffre pourrait être bien au-delà des 10 000 enfants disparus.

McCleave a aussi dit que le NABS n’a pas non plus collecté toutes les données.

“Nous avons quelques indices, mais nous sommes toujours dans le processus de la collecte de témoignages officiels. Nous savons que des enfants ont disparu parce que la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) canadienne a trouvé les noms de 6000 enfants (NdT: chiffres bidouillés par la commission en question, un chiffre conservateur est de 50 000 enfants morts/disparus certainement plus, au Canada, entre les années 1860 et 1996, date de fermeture du dernier des pensionnats…) qui moururent ou disparurent lors de leur séjours dans les pensionnats,” a dit McCleave.

“Il y a aussi des preuves s’accumulant concernant des tombes anonymes dans les cimetières de pensionnats aux Etats-Unis”, a t’elle ajouté. Dans leur demande officielle de FOIA de 2016, le NABS a estimé qu’il a pu y avoir jusqu’à 500 de ces pensionnats pour les enfants autochtones aux Etats-Unis.

Le NABS et les institutions coopérantes espèrent rassembler le plus de témoignages possibles au sujet des enfants disparus en août pour la réunion de l’UNWEIGD se tenant en septembre à Genève, mais ils pourront étendre la date limite si nous estimons que nous avons besoin de plus de temps pour rassembler plus de témoignages” a dit McCleave.

“Aidez-nous à contacter des familles et parents qui pourraient avoir des informations ou des témoignages plus spécifiques et désirant partager cette information concernant des membres de leurs familles ayant été dans les pensionnats et qui sont aujourd’hui toujours disparus et dont on ne sait pas ce qu’ils sont devenus,” a t’elle ajouté.

Publicités

14 Réponses to “Résistance au colonialisme: La procédure d’enquête sur la disparition de dizaines de milliers d’enfants des pensionnats pour Indiens se lance à Yankland…”

  1. Après le dernier article de Newcomb, qui y faisait référence, il semble qu’effectivement ça bouge et enfin.
    Des verrous sont entrain de péter.
    Je le relaierai demain matin, le travail de K. Annett aura finalement payé à la longue, même s’il a « tout perdu » il aura réussi l’essentiel ; faire éclater la vérité ; Rétablir les faits.

    Cependant, que l’on peut lire des articles comme celui de P. Buchanan un peu partout qui témoigne que la tâche est ardue, mais néanmoins que la ténacité paye.
    Nous le devons aux Natifs et à toutes les ombres natives.
    Lorsqu’on a lu le CR de la CV&R « Meurtre Par Décret » on ne voit plus les choses de la même manière.
    Nous comprenons, bien sûr que nous ne sommes ni responsables ni coupables. Mais pour autant, nous devenons complices dès lors que nous ne faisons rien pour stopper cette machine à tuer l’indigène pour sauver l’homme blanc et de surcroit chrétien.
    Pour en avoir discuté avec Z sur ce point précis, quelques grains de sable placés aux bons endroits peuvent enrayer puis stopper la machine oligarchique, dont MacDeRoth est assurément un rouage.

    Comme vous le dites si souvent ; Ce n’est pas le moment de mollir !
    Jo

  2. Avant de rédiger mon billet, j’ai fait une mise à jour importante de mon dossier MEURTRE PAR DÉCRET avec les derniers billets ad hoc ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/06/25/meurtre-par-decret/

    Et comme vous le savez, j’ai fait une importante mise à jour de la version PDF de Meurtre Par Décret, en intégrant les liens ad hoc qui n’existaient pas à l’époque et pour donner plus de poids au travail de Kevin Annett et aux témoignages des survivants des pensionnats pour Indiens.
    Je vous colle le lien si vous voulez le remplacer dans votre page PDF ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/06/meurtrepardecretversionpdfdu30052017.pdf

    Cela démontre que notre travail de fourmi est utile et payant, à terme !
    Jo

    • merci on vient de le faire.

      • Ok ; C’était le tout premier PDF et outre que le sujet est dense, et qu’il a été difficile à traduire (notamment les témoignages des survivants des pensionnats) il était nécessaire que je revienne dessus, surtout qu’en un an, aussi bien Annett, que les Natifs, ont publié de très importants articles qui trouvaient toute leur place dans ce PDF).
        En relayant celui-ci par ce billet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/07/18/meurtre-par-decret-dans-les-pensionnats-pour-indiens-usa-de-1869-a-1980/
        J’ai rappelé votre article de 2014 sur Barbara Landis qui traitait bien sûr du Pensionnat pour Indien Carlisle.
        Et je me suis souvenue de cette publication, car j’ai énormément travaillé sur le fondateur de l’école pensionnat pour Indiens Richard pratt qui l’un des premiers a affirmé qu’il fallait « tuer l’indien pour sauver l’Homme ». Sachant que le 1er Philipp Sheridan, avant lui, aura dit « un bon indien est un indien mort »…
        Nous avons là l’occasion de rompre avec ce cycle eugéniste, raciste et mortifère, comme l’avait déjà affirmé l’EZLN dans la 6ème déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon. Voilà pourquoi nous avançons l’idée que ces textes sont des textes politiques fondateurs.
        Tout cela démontre qu’il n’est pas temps de sauver notre peau, comme cela a été dit ici-même.
        Mais au contraire, plus que jamais de nous mutualiser, de nous entraider.
        L’entraide comme facteur d’évolution.
        L’organisation comme principe de la Vie sociale.
        Côte côte avec ceux des peuples autochtones de tous les continents qui l’auront décidés ainsi.
        Jo

      • En faisant une recherche, je suis retombée sur ce billet de mon blog : https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/12/11/de-qui-trump-est-il-le-n-o-m/

        Dans lequel je spécifiais ceci : Le 14 juillet 2017 sera-t-il au Goulag ? Pétard on en est pas loin avec le MacDeRoth qui est avant tout le meilleur Bien-Zélé dont les Zélites pouvaient rêver…
        Les pièces du puzzles s’emboitent plutôt très bien jusqu’à présent…
        Jusqu’à quand ?
        Jusqu’où ?
        Jo

  3. […] de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/07/17/resistance-au-colonialisme-la-procedure-denquete-sur-l… Les leaders natifs en appellent à tout le monde en pays indien, ils demandes des informations au […]

  4. Tenez, on reparle de la Kellyanne Conway, celle qui se trompe de massacre ► http://www.20minutes.fr/high-tech/2108211-20170721-video-faits-alternatifs-hitler-assad-meilleur-pire-sean-spicer
    ÉTATS-UNIS Le porte-parole de la Maison-Blanche a démissionné ce vendredi, après seulement six mois au pupitre…
    Envoyée à la rescousse, la conseillère Kellyanne Conway explique alors que Spicer citait « des faits alternatifs. » Un mème est né, accompagné des hashtags #AlternativeFacts et #SeanSpicerSays

    Bien sûr, Steven Newcomb avait rectifié l’erreur de massacre de la Con(way) : Nos ancêtres Lenape furent massacrés durant l’évènement du Bowling Green Massacre
    Kellyanne Conway s’est trompée de Bowling Green ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/02/10/lempire-zunien-ou-la-nouvelle-theocratie/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s