Guerre impérialiste en Syrie: T-rex édenté rencontre l’ours russe… (Paul Craig Roberts)

Roberts parle ici à un moment donné de la visite de Tillerson-rex, ministre des AE de Trump, mais surtout ex-CEO d’Exxon-Mobil ne l’oublions pas, en Russie. On lui a d’abord dit qu’il ne rencontrerait pas Poutine, puis finalement, si. Tillerson est un employé des Rockefeller, tout comme Kissinger. Poutine a des relations « privilégiées » avec Kissinger depuis plus de 20 ans. L’ours russe est énervé, refuse de rencontre le T-rex, mais finalement va le faire, peut-être après un coup de fil de l’ami Henry ? Qui sait ?Vont-ils se taper sur le ventre en privé ? Est-on dans le scenario Meyssan ou doit-on prendre PCR au pied de la lettre ? Dans toutes ces histoires, il y a toujours l’officiel et l’officieux… La guerre par procuration de Syrie est une guerre en fait du gaz entre le Qatar (Exxon-Mobil, tiens donc…) dont le gazoduc refusé par Assad en 2009 perturberait les ventes de gaz russes à l’Europe. Nous parlons donc pour simplifier d’une guerre par procuration entre Exxon-Mobil et Gazprom (Russie et Poutine) par Syrie et Iran interposés.

à suivre donc encore et toujours…

Voir notre dossier: « Syrie et guerre du gaz »

~ Résistance 71 ~

 

Est-ce l’armaguédon que l’on voit poindre à l’horizon ?

 

Paul Craig Roberts

 

12 avril 2017

 

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2017/04/12/is-that-armageddon-over-the-horizon/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’insouciance du monde occidental est absolument extraordinaire. Ce ne sont pas seulement les Américains qui permettent que s’opère sur eux un lavage de cerveau en règle par les merdias tels que CNN, MSNBC, NPR, le New York Times, Washington Post et consorts, mais aussi leurs contre-parties en Europe, au Canada, en Australie et au Japon, qui dépendent pour leur information de la machine de propagande de guerre que sont les médias de ces pays respectifs.

Les “leaders” occidentaux, c’est à dire les marionnettes qui pendouillent au bout des ficelles animées par des groupes d’intérêt privés très puissants et l’état profond (NdT: que ces groupes ont acheté/créé) sont tout aussi insouciants. Trump et ses contre-parties dans l’empire américain ne doivent pas être au courant qu’ils sont en train de provoquer la guerre avec la Russie et la Chine, ou alors ce sont des psychopathes accomplis.

Un nouveau Bozo à la Maison Blanche a remplacé l’ancien. Le nouveau a envoyé son ministre des affaires étrangères en Russie. Pour quoi faire ? Pour y délivrer un ultimatum ? Pour y faire toujours plus de fausses accusations ? Pour s’excuser de tous les mensonges proférés ?

Considérez un peu l’audacité du ministre Tillerson. Il a passé la semaine avant de se rendre à Moscou à soutenir des mensonges tous plus incroyables les uns que les autres, à faire des accusations sans preuve qu’Assad et la Syrie ont utilisé des armes chimiques avec la permission de la Russie, ce qui justifia le crime de guerre flagrant de Washington d’une attaque militaire sur un pays auquel les Etats-Unis n’ont pas déclaré la guerre. Moins de 100 jours dans le burlingue ovale et Trump est déjà un criminel de guerre aux côtés du reste des gugusses de son gouvernement de va t’en guerre.

Le monde entier le sait, mais personne ne le dit. Et Tillerson, qui a lourdement menti et menacé, a la confiance en lui d’aller à Moscou pour dire aux Russes qu’ils doivent remettre Assad à la puissance unipolaire américaine.

La mission de Tillerson démontre le manque total de réalisme du monde dans lequel vit Washington. Essayez de mesurer l’arrogance de Tillerson. Si vous aviez insulté et menacé des gens importants et puissants, seriez-vous confiant d’aller chez eux pour souper ? Tillerson pense t’il que maintenant que la Russie a largement libéré la Syrie de l’EIIL/Daesh soutenu par les Etats-Unis, elle va lui donner la Syrie comme çà, et la laisser à Washington ?

Va t’il dire à Lavrov qu’il ne pensait pas vraiment toutes les saloperies qu’il a débitées au sujet de la Russie, mais que ce sont les nouveaux cons sionistes qui l’ont forcé à les dire ? Qu’il n’est pas vraiment en contrôle, mais juste un pion de l’empire anglo-américano-sioniste ?

Est-ce que Tillerson va s’excuser des paroles du secrétaire de presse de la Maison Blanche Sean Spicer qui a déclaré qu’Assad, l’allié de la Russie, était pire qu’Hitler ? Peut-être que Tillerson va demander l’asile politique à la Russie pour se retrouver du bon côté…

Stephen Cohen, un des derniers américains ayant une vaste et très bonne connaissance de la Russie, a dit aux deux putes pressetituées de CNN et au va t’en guerre de colonel Leighton, un des “experts” que les journalopes exhibent pour vomir leur propagande contre la Russie, que la Russie se préparait pour une guerre chaude. C’est passé carrément au-dessus des têtes des gusses de la pressetituée et du colon. Qui les paient ?…

Les leaders russes, qui, à l’encontre des menteurs de l’occident, disent la vérité, ont clairement dit et établi que la Russie ne combattrait plus jamais de guerre sur son propre sol. (NdT: plus de 20 millions de morts entre 1941 et 1945 en Russie, soviétique à l’époque certes, mais au demeurant le plus lourd tribut à la folie guerrière capitaliste qui est toujours à l’œuvre aujourd’hui…). Les Russes ne pouvaient pas être plus clairs. Provoquez une guerre et nous vous détruirons chez vous, sur votre propre territoire (NdT: qui pour l’empire américano-sioniste est, ne l’oublions jamais, un territoire VOLÉ aux peuples autochtones indiens ou palestinien…)

Lorsque vous observez le président et son gouvernement à Washington, les gouvernements européens, spécifiquement les abrutis de Londres, des gouvernements du Canada et de l’Australie, vous ne pouvez que vous émerveiller de la totale stupidité du “leadership occidental”. Ils ne font que demander, mendier pour la fin du monde.

Et les zouaves de la pressetituée sont à l’œuvre poussant vers la fin de toute vie sur terre. Une énorme quantité d’occidentaux sont préparés pour leur fin et ils ne voient pas ce qui se trâme grâce (à cause de) à leur insouciance programmée.

Washington est tellement arrogante et perdue dans sa faconde qu’elle ne comprend pas que des années de mensonges transparents au sujet de la Russie et des intentions russes ont convaincu cette même Russie que Washington prépare les populations des Etats-Unis et des peuples captifs en Europe de l’ouest et de l’est, du Canada, de l’Australie (et NZ) et du Japon à une frappe nucléaire préemptive contre la Russie. Des plans de guerre américains contre la Chine publiés ont convaincu celle-ci de la même chose.

Si ce n’est pas pour la guerre, à quoi peuvent donc bien servir les changements opérés dans la doctrine guerrière américaine ? Deubeuliou Bush a abandonné le rôle stabilisateur des armes nucléaires en changeant leur fonction de riposte à une fonction de première frappe nucléaire. Puis il a retiré le pays du traité anti-missiles balistiques qui avait été conclu sous Nixon. Maintenant, nous avons des sites de lancement de missiles aux frontières russes. Nous mentons aux Russes en leur disant que ces missiles existent pour prévenir une frappe de missile balistique nucléaire iranien contre l’Europe. Ce mensonge est vomit ad nauseam et cru par les marionnettes d’Europe et ce malgré le fait connu et indisputable que l’Iran n’a ni armes nucléaires, ni missiles balistiques inter-continentaux. Mais les Russes eux, ne l’acceptent pas ; ils savent très bien que c’est encore un des nombreux mensonges de Washington.

Quand la Russie entend ces mensonges éhontés et flagrants, elle comprend que Washington a l’intention d’utiliser une frappe nucléaire préemptive contre elle.

La Chine est parvenue à la même conclusion.

Donc, voici la situation. Deux pays ayant des forces nucléaires conséquentes s’attendent à ce que les grands barjots qui gèrent l’occident les attaquent avec des armes nucléaires. Que vont donc faire la Russie et la Chine ? Vont-elles demander grâce ?

Non. Elles se préparent à détruire l’occident malfaisant, un ramassis de menteurs et de criminels de guerre, d’un niveau encore jamais vu dans l’histoire.

Ce sont les Etats-Unis, les plaisantins “unipolaires”, qui après 16 ans de guerre sont toujours incapables de battre quelques milliers de Talibans légèrement armés en Afghanistan, qui ont besoin de demander grâce.

Les palabres de guerre irresponsables du gouvernement américain et des journalopes de la pressetituée et aussi parmi les vassaux de l’OTAN de Washington doivent cesser immédiatement. La vie sur terre est en jeu.

Poutine a fait montre d’une incroyable patience avec les mensonges et provocations répétés de Washington, mais il ne peut pas risquer la Russie en faisant confiance à l’empire, que personne de fait ne peut croire. Pas le peuple américain, ni le peuple russe, ni quelque peuple que ce soit. (NdT: demandez une fois encore aux populations et nations autochtones originelles de l’endroit, s’il faut croire la parole du gouvernement yankee. Plus de 400 traités signés, plus de 400 traités bafoués par Washington…)

En sautant dans le wagon propagandiste de l’état profond, la gauche libérale “progressiste” est en fait complice de la marche en avant vers l’armaguédon.

Publicités

44 Réponses to “Guerre impérialiste en Syrie: T-rex édenté rencontre l’ours russe… (Paul Craig Roberts)”

  1. Ben oui, mais il est quand même gonflé PCR ; son nouveau Bozo, il l’a voulu, il a même tout fait pour qu’il soit élu ! Et, si j’ai bien compris, maintenant il accuse la gauche « progressiste » libérale – la gauche américaine quoi, c’est à dire, que ce n’est pas la gauche, c’est une gauche de façade, juste pour justifier l’alternance, serait elle seule responsable de l’Armageddon qui s’en vient ?
    Franchement, je trouve qu’il pousse le bouchon un peu trop loin « Paulo », non ?
    Pour moi, comme d’hab, PCR a la vision la plus messianique de l’Amérique moderne, celle qui fête Thanksgiving et remercie Dieu d’avoir tué l’indien pour sauver l’homme. Là, il confirme ce que nous pensions, à savoir qu’il se dédouane complètement, de toute responsabilité (c’est pas moi c’est les autres) et surtout qu’il dédouane son champion, qui ne peut rien faire à cause de la shit qu’aura laissé l’ancien bozo… C’est fort de café, non ?

    • oui dans un sens, dans un autre:
      tu trouves qu’il le dédouane ? tout le système en prend plein la gueule, il a le mérite de parler aussi de l’empire américano-sioniste, ce que bien peu font…
      Il ne propose pas de solution, oui c’est vrai, il est pas le seul comme on le dit souvent, mais leur rôle se cantonne à dénoncer…
      Ce qui nous interpelle dans ce billet de PCR, c’est de savoir à terme qui aura raison entre lui et ceux qui pensent que le nouveau gugusse de la MB a déjà baissé son froc devant l’état profond et les intérêts qu’il représente et Meyssan qui nous dit que tout çà c’est un air de pipeau et que Trump torpille son opposition de l’intérieur ? Si tu remarques bien, notre préambule, en rappelant la guerre du gaz larvée, tendrait à pencher du côté Meyssan, avec une russie complice, même si on n’y croit pas tout à fait…
      Il n’y a pas à prendre position pour l’heure à notre sens, juste à suivre les différentes pistes… 😉

  2. Pastèque Says:

    bon, thierry meyssan a changé d’avis, maintenant on est au bord de la guerre nucléaire.

    http://www.voltairenet.org/article195971.html

    lorsque les faits change, je change d’avis. la bonne façon de penser : )

    du coup, son hypothèse de vendredi dernier est caduque. et la Pravda n’a pas dit la vérité : )

    • Hmmmm RV semble être offline maintenant… le lien ne marche pas.

    • Un passant Says:

      Chez moi ça marche:
      12 avril 2017 : le monde bascule à nouveau dans la guerre
      par Thierry Meyssan
      La Maison-Blanche s’est finalement alignée sur la Coalition constituée par les néo-conservateurs autour du Royaume-Uni et de diverses sociétés multinationales. Les États-Unis reprennent la politique impérialiste qu’ils ont décidée en 1991 et réactivent l’Otan. La rupture avec la Russie et la Chine a été consommée le 12 avril 2017. Le monde est à nouveau au bord de la guerre nucléaire.
      Au cours de deux semaines d’intense bataille au sein de l’administration Trump, les États-Unis ont illégalement attaqué la base aérienne de Chayrat (Syrie), puis multiplié les signes contradictoires, avant d’abattre leurs cartes : en définitive, ils relancent leur politique impérialiste.
      En moins de deux semaines, l’administration Trump a défendu 7 positions différentes concernant la République arabe syrienne [1].
      Le 12 avril 2017, les États-Unis ont opéré leur grand revirement.
      Au même moment, le secrétaire d’État Rex Tillerson se rendait à Moscou pour tenter une dernière approche pacifique ; le conseil de Sécurité de l’Onu se réunissait et actait le clash ; le président Trump relançait l’Otan contre la Russie.
      Le conseiller spécial du président Trump, Steve Bannon, et son adjoint, Sebastan Gorka, se préparaient à rejoindre le général Michael Flynn, tandis que la presse jadis pro-Trump dressait le bilan de leur activité. La rumeur assure que le gendre du président, Jared Kushner, dispose désormais seul de l’oreille du président, sans que cette information soit vérifiable.
      Il semble que la Maison-Blanche ait basculé sous l’impulsion de Britanniques qui cherchaient à préserver par tous les moyens le système jihadiste qu’ils ont créé [2]. Le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson s’est appuyé sur les dirigeants européens qui s’étaient déjà laissés convaincre par les néo-conservateurs lors de la Conférence sur la sécurité, à Munich, le 19 février [3].
      Pour justifier l’agression d’un État souverain membre des Nations unies, Rex Tillerson ne pouvait que se référer à une synthèse des services de « Renseignement » US sur l’incident de Khan Shaykhun ; synthèse qui ne présente aucun indice permettant de suspecter la Syrie, mais renvoie à des informations classifiées, pour se conclure par un appel à renverser le « régime » [4].
      Le caractère irréversible de ce revirement se mesure à la lecture de la proposition de résolution déposée par l’Otan au Conseil de sécurité à laquelle la Russie a opposé son veto [5]. Présentée en Occident comme une simple demande d’enquête neutre sur l’incident chimique de Khan Shaykhun, il s’agissait en réalité du placement de l’armée de l’Air syrienne sous le contrôle du numéro 2 de l’Onu, Jeffrey Feltman. Cet ancien adjoint d’Hillary Clinton, est l’auteur d’un plan de capitulation totale et inconditionnelle de la Syrie [6].
      Le texte de cette résolution reprend celui du brouillon déposé le 6 avril, mais que les États-Unis n’avaient pas soumis au vote, tant ils étaient alors peu sûrs d’eux-mêmes. Il ne tient pas compte de la tentative de médiation des membres élus du Conseil de sécurité, qui ont essayé de revenir à une demande normale d’enquête onusienne [7].
      Le principe du placement de l’armée de l’Air syrienne sous le contrôle de l’Onu reprend la tactique qui avait été mise en œuvre, il y a 19 ans, en 1998, contre la Serbie jusqu’à l’intervention militaire illégale de l’Otan.
      Le président Donald Trump a achevé son retournement en recevant à la Maison-Blanche le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg. Lors d’une conférence de presse commune, il a indiqué ne plus tenir l’Alliance pour obsolète, la remercier pour son soutien contre la Syrie, et s’apprêter à travailler étroitement avec ses alliés [8].
      En réponse, la Russie a annoncé avoir mis à jour 60 % de sa force nucléaire et se tenir prête à la guerre [9].
      Nous nous retrouvons donc six mois en arrière, lorsque les États-Unis de Barack Obama refusaient de travailler avec la Chine, la Russie et leurs alliés (Organisation de coopération de Shanghai et organisation du trait de sécurité collective). Ils se proposaient alors de couper le monde en deux parties distinctes, ne communiquant plus du tout l’une avec l’autre [10].

      • bon Meyssan corrige le tir… bien, marrant qu’il y ait cru… quand on croit toujours en ce système inique, la naïveté l’emporte, parfois… toujours ?…

        • Un passant Says:

          Suffit pas d’être su place. Encore faut-il ne pas trop s’éloigner d’une certaine « objectivité » (si possible) et surtout être sain d’un point de vue idéologique. A mon humble avis… Je pense à Meyssan mais aussi à Pepe Escobar ou, dans d’autres domaines que le proche-orient, à Soral, Jovanovic, Sapir et toute la clique pour ne parler que de la sphère francophone. Et même s’il leur arrive bien sûr de dire des choses intéressantes, personnellement je garde une certaine distance. Comme dit un proverbe: « quand tu dors avec ton chien, tu attrapes ses puces ».
          😉

        • Un passant Says:

          Je me dois d’ajouter, pr éviter tout malentendu, que je considère que des gens comme Patrick Cohen ou Pujadas sont bien plus malsains et surtout malfaisants 😉 … Mais ça n’est pas une excuse atténuante, pour faire court.
          J’avais pondu ce petit aphorisme il y a qqs mois et c’est pê le bon moment pour le placer ici:
          « Il y a deux sortes d’imbéciles dans la vie: les imbéciles qui se font couillonner par les médias mainstream et les imbéciles qui se font couillonner par les médias alternatifs. » Un passant

  3. Un passant Says:

    Sais pas ce que ça vaut, ça circule en anglais, si ça vaut le coup pouvez en faire un bref résumé pr les francophones sinon corbeille. Téléchargeable sur la page même en PDF. Mais comme on s’en rend compte tous, quoi qui se soit passé, le plus urgent c’est ce qui VA se passer… en Syrie… (et en Corée samedi).
    https://fr.scribd.com/document/344995943/Report-by-White-House-Alleging-Proof-of-Syria-as-the-Perpetrator-of-the-Nerve-Agent-Attack-in-Khan-Shaykhun-on-April-4-2017#download

  4. Effectivement la page de RV ne s’ouvre pas. Tenez, ni mon ping ni mon message de présentation de mon billet ne sont passés. Voici ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/04/13/dun-bozo-a-lautre-cest-le-barnum-qui-continue/
    En plus de PCR, j’ai mis le dernier Pepe Escobar, en lien.
    J’ai remis la vidéo de N. Doisy pour dire que voter Trump fut une erreur, alors qu’on appelait déjà à boycotter le bouzin et que voter le 23/04 prochain, ne servira à rien, non plus…

    • Pastèque Says:

      si élire trumpix n’a quasiment rien changer, comme ne pas être certain qu’avec killary la situation serait bien pire qu’elle ne l’est aujourd’hui.
      bien pire pour les Syriens, sans le moindre doute.

      on ne savait pas ce qu’allait faire trumpix alors qu’on était certains qu’avec killary cela aurait été bien pire.

      et pour le moment, à moins que le donald ne suive les conseils de bellicistes néocons ou pas néocons, à savoir envoyer 50.000 yankee en Syrie, l’Armée Arabe Syrienne a encore le dessus dans la guerre.

      lorsque la bataille de Mossoul sera gagnée, si les Popular Mobilization Units, majoritairement chiites, viennent aider les soldats syriens à Deir-Ez-Zor, la situation s’améliorera encore.

      d’ici fin 2017..

      • Pire ou pas, Killary ou Trumpix, Variole ou Ébola on n’en sort pas, c’est du pareil au même. C’est l’oligarchie qui impose son tempo et c’est la guerre perpétuelle. L’article absolument dégueu relayer par LSF est pourtant claire non ? C’est les Zuniens (de papier) d’abord, America First, le reste y s’en carre, et le reste du monde, ça fait du monde non ? Si 1 seul américain meure c’est « nucléarisez qui vous voulez mais rendez-nous nos vies » qu’est ce qui pourrait être pire ?
        Voilà pourquoi il me semble préférable de boycotter le bouzin first ! Ensuite de créer la société des sociétés sans dieux ni maitres, sans armes ni haine ni violence.

      • Tiens, comme quoi ça fait un bail qu’on explique aussi bien R71 que mézigue qu’il faut se choisir NOUS parce que Killary ou Trumpix ben c’est kif kif ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/10/07/choisir-entre-la-peste-et-le-cholera/ Inclus l’article de Phil Butler que j’ai décortiqué tant ça m’a fait saigner du nez…

  5. […] Guerre impérialiste en Syrie : T-Rex édenté rencontre l’ours russe… (Paul Craig Rober… […]

  6. ARRETEZ DE METTRE MELENCHON DANS LE MEME POT QUE LES AUTRES, suivez le sur son blog et rendez vous compte que c’est le seul qui a compris, p.ex l essence de l ALBA, et qui peut encore eviter l’ implication active da la France dans une guerre, si vous mobilisez pour l’ avoir comme president
    andrea, vu depuis la suisse

    • Mélenchon est un étatiste, il n’est donc pas partie de la solution mais bel et bien du problème… faudrait quand même sérieusement commencer à réfléchir, comprendre et arrêter de gober les mouches.
      Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !

  7. Un passant Says:

    Méluche c’est Mythe errant 2 version 2017 avec la gouaille adaptée à la paupérisation de la population susceptible d’y « croire » (à la religion électorale). Croisé of course avec du Tsipras et compagnie. En + (comme vs l’avez dit) d’être un « Étatiste » (mais ça, vs fatiguez pas inutilement, actuellement presque tout le monde s’en contrefout – enfin, y’aura qd même 35 % d’abstention mais c même pas par « illumination » anti-étatiste mais juste par ras-le-bol de l’étal proposé).
    A mon avis (humble mais sans fioritures). D’ailleurs j’ai calculé qu’à 20% chacun environ, les 4 principaux candidats à la victoire finale (on dirait du commentaire sportif) ne représentent en fait que 13/14% des suffrages, tu parles d’un grand mouvement populaire pour le FM trotskyste formé aux US !!!

    • Pastèque Says:

      bonjour, d’où est-ce que JL a été formé aux US?
      tu ne confonds pas avec un autre trotkiste, recruté par notorious Irving Brown? il dirige le parti scélérat aujourd’hui..

      partage tes sources.

  8. Un passant Says:

    « Mélenchon a été formé à l’OCI (Organisation Communiste Internationaliste), une organisation trotskiste dirigé par Pierre Boussel, ashkénaze d’origine russe appelant au défaitisme révolutionnaire sous l’occupation, considéré comme « hitléro-trotskiste » à cause de son entrisme dans le parti communiste, et le fondateur du courant sectaire lambertisme. Ces trotskistes ont été aidés par les américains contre l’URSS pour détruire de l’intérieur le communisme, politiquement et syndicalement. En France, l’agent américain Irving Brown a par exemple entretenu des liens entre les trotskistes de l’OCI, et Force Ouvrière. »
    https://blogs.mediapart.fr/politiqui/blog/301116/le-pen-melenchon-la-fable-de-lepouvantail-et-de-la-girouette
    J’ai pê fait un raccourci ds mon envolée lyrique sur Monsieur le dernier président de la cinquième, mais tu as raison, tout ça, comme tout le reste qu’on déblatère à longueur de blogs, mérite de rigoureuses vérifications – un full-time job 😉

    • Un passant Says:

      D’autant qu’avec ttes les boules puantes balancées un peu partout par la secte de l’UPR, t’as raison, faut faire le tri (tu vois: suis copain avec personne). Cela dit, formé là-bas ou pas, Cambadélis ou Méluche, perso c le même tabac.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s