Guerre impérialiste en Syrie: Nouveau cessez-le-feu… en attendant le prochain cessez-cessez-le-feu

Cessez le feu signé en Syrie par les djihadistes à l’exception d’Al Nosra et de L’EIIL/Daesh

 

Réseau Voltaire

 

29 décembre 2016

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article194752.html

 

Un cessez-le-feu a été conclu en Syrie, a annoncé le président russe Vladimir Poutine, en présence de ses ministres des Affaires étrangères et de la Défense [1]. La Russie et la Turquie s’en sont portées garants. La République islamique d’Iran qui a participé à l’élaboration de l’accord se tient discrètement en réserve.

Trois documents ont été signés par la République arabe syrienne et sept groupes rebelles représentant plus de 60 000 jihadistes :

1. Faylaq al-Sham (4 000 combattants)

2. Ahrar al-Sham (16 000 combattants)

3. Jaysh al-Islam (12 000 combattants)

4. Suvar agi-Sham (12 000 combattants)

5. Jaysh al-Mujahidin (8 000 combattants)

6. Jaysh Idlib (6 000 combattants)

7. Jabhat al-Shamiyah (3 000 combattants)

Les trois documents sont : 
 Le cessez-le-feu (excluant al-Qaïda et Daesh) sur l’ensemble du territoire à partir de ce soir, jeudi 29 décembre 2016, à minuit heure locale. 
 Les mesures visant au respect de la trêve et au déploiement des forces russes. 
 Les conditions des négociations de paix qui se tiendront à Astana (Kazakhstan). L’Iran et Égypte seront associés à ces négociations et les États-Unis pourront s’y joindre une fois le président élu Donald Trump investi (c’est-à-dire après le 20 janvier 2017). L’Arabie saoudite, l’Irak, la Jordanie, le Qatar et les Nations unies seront sollicités.

L’accord brise l’unité des jihadistes en deux groupes : d’un côté ceux qui poursuivent les objectifs de l’Otan et qui ont refusé de le signer, de l’autre ceux qui ont accepté de baisser les armes.

En parrainant cet accord avec la République islamique d’Iran, la Turquie —membre de l’Otan— a renoncé à son ambition de devenir le leader du monde sunnite et s’est éloignée des États-Unis.

La Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution a annoncé qu’elle soutenait cet accord.

Au début du mois, le Qatar s’est retiré de la guerre contre la Syrie. Il est entré au capital de Rosneft, la plus grande société au monde, et a lié sa politique énergétique à celle de la Russie.

Cet accord est en discussion depuis deux mois. Les parties qui s’y opposent —particulièrement Israël et le Royaume-Uni— ont tenté de le faire échouer en assassinant l’ambassadeur de Russie à Ankara, puis en bombardant les 28 et 29 décembre l’ambassade de Russie à Damas.

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ne participent pas à ce cessez-le-feu. Washington a été accusé par le président Erdoğan de continuer à soutenir Al-Qaïda et Daesh, ce que l’ambassade US à Ankara a démenti. Cependant, le président sortant Barack Obama a signé, le 23 décembre, la loi fiscale de Défense autorisant la livraison d’armes à l’« opposition » (sic) en Syrie.

L’Arabie saoudite, qui n’a pas commenté l’accord, a annoncé venir en aide aux réfugiés syriens. Le royaume devrait distribuer de l’aide humanitaire, exclusivement à partir des mosquées qu’elle a installées dans les camps de réfugiés.

Le président Poutine a donné ordre à son ministre de la Défense de réduire la présence militaire russe en Syrie. Cependant, la Russie poursuivra son action contre le terrorisme (al-Qaïda et Daesh).

La guerre contre la Syrie a coûté la vie à au moins 300 000 Syriens. Elle a été planifiée par les États-Unis et leurs partenaires de l’Otan, et financée par les monarchies du Golfe.

 

[1] « Владимир Путин объявил о прекращении огня в Сирии широко распространенной », Сеть Вольтер, 29 декабря 2016. “Vladimir Putin announces ceasefire in Syria”, Voltaire Network, 29 December 2016.

Publicités

5 Réponses to “Guerre impérialiste en Syrie: Nouveau cessez-le-feu… en attendant le prochain cessez-cessez-le-feu”

  1. Un passant Says:

    Comme vous l’aurez compris, je ne suis pas un fan « idéologique » de Meyssan, mais j’apprécie sa faculté à dire bcp de choses en peu de phrases et en évitant toute emphase propagandiste superflue. Et donc, permettez-moi de m’attarder sur ce post riche en informations et de vous poser qqs questions:

    1. « L’accord brise l’unité des jihadistes en deux groupes : d’un côté ceux qui poursuivent les objectifs de l’Otan et qui ont refusé de le signer, de l’autre ceux qui ont accepté de baisser les armes. »

    Donc, les « sept groupes rebelles représentant plus de 60 000 jihadistes » ne sont plus (n’ont jamais été?) sous influence/financement/infiltration otanesco-christo-sioniste? (contrairement à Al-Qaïda et Daesh)

    2. « La Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution a annoncé qu’elle soutenait cet accord. »

    Il y a donc bel et bien une force d’opposition? Vous avez affirmé il y a peu qu’il n’y avait pas plus d’opposition [à Assad] que de beurre en branche.

    3. « Au début du mois, le Qatar s’est retiré de la guerre contre la Syrie. Il est entré au capital de Rosneft, la plus grande société au monde, et a lié sa politique énergétique à celle de la Russie. »

    Autrement dit Exxon-Mobil/Rothschild (ou Rockefeller je ne sais plus mais en tout cas le proprio du Qatar) va faire du business d’hydrocarbures avec Poutine?!! Mais quel formidable accord à l’amiable!! Top là, give me five, ça c’est du good businnes (comme dirait Trump)… Bon, ben, la guerre est finie alors? Ah, euh, ben non, car…

    4. « Cet accord est en discussion depuis deux mois. Les parties qui s’y opposent —particulièrement Israël et le Royaume-Uni— ont tenté de le faire échouer (…) »

    … Tiens?!? Le Qatar, Israël et le RU ne sont pas (plus) ds le même clan?

    5. Là, je reviens vers le début de l’article (un peu essoufflé mais tjrs avide d’en savoir +) où Meyssan écrit : « L’Arabie saoudite, l’Irak, la Jordanie, le Qatar et les Nations unies seront sollicités. » [pour les négociations à Astana]

    Ah ben, le voilà peut-être le Grand Accord à « l’amiable »? Ou Meyssan, qui tient absolument à relater seulement les faits, a perdu là l’occasion de rire un coup?
    😉

    • Et oui questions pertinentes…
      Pour l’opposition à Assad, faudrait revoir le contexte de ce qu’on a dit, mais il devait certainement y avoir la notion d’opposition « armée ». Tout régime a son opposition politique, c’est évident, surtout dans le contexte étatique de la société artificiellement divisée…
      « Toute force possède sa résistance induite » nous dit la sagesse Lakota. Si Assad a des opposants politiques, il n’y avait pas en 2011 de résistance armée. L’affaire qui a déclenché la guerre a été fabriquée, c’est reconnu de longue date, même si étouffée. La Syrie et l’affaire « d’Assad tirant sur son peuple » a été essentiellement le même scenario que le Maïdan de Kiev où les snipers étaient infiltrés et ont tiré sur la foule et la police de façon à enflammer la situation…
      Pour les « djihadistes »: Ils sont tous payés et sous contrôle de l’empire. Cela ne fait que retenter de valider cette supercherie de « rebelles modérés » (adhérants donc au cessez-le-feu) et offrant ainsi une porte de sortie « honorable » a ces guignols et à leurs commanditaires.
      Pour Exxon-Mobil et la Qatar, nous avons dit il y a un bon moment en publiant des « petites nouvelles » qui ne firent pas de bruit, qu’entre Exxon-Mobil, Royal Dutch-Shell et Rosneft, Gazprom, c’était business as usual puisque les agents Rockefeller ont contacté les Russes pour leur dire que « rien ne changeait dans leur coopération pétrolière »… Nous avions soulignés à l’époque que tout cette façade de guerre par procuration en Syrie n’était que pour masquer une redistribution des cartes énergétiques et que les protagonistes de cette affaire d’hydrocarbures s’entendaient somme toute comme larron en foire. les négociations d’Astana ne font à notre avis que confirmer cet état de fait.
      Il y a d’énormes réserves de gaz naturel au large du Liban, de la Palestine, de la Syrie et ce jusqu’à Chypre. Certains de ces gisements sont déjà exploités par les Israéliens et leurs associés yankees et britanniques. toute cette clique veut faire main basse sur ces réserves le long du littoral méditerranéen. Israël outrepasserait-il ses prérogatives ?… Serait-il trop gourmand aux yeux des majors ?… possible on ne sait pas, la résolution récente de l’ONU serait-elle un coup de semonce pour faire dire aux sionistes: bas les pattes du gaz et du pétrole ou on ne vous laisse plus massacrer et génocider en paix ?… Possible, probable ?
      Une question que tu ne poses pas et que nous posons: quid de la Turquie ?
      C’est quand même incroyable que cette ordure mafieuse d’Erdogan ait soutenu à mach 12 l’EIIL/Daesh et Al Nosra (avec l’Ararabie, la Jordaniem la Qatar, Israël et le reste de l’OTAN, ce qui n’est pas rien…) ait fait abattre un avion russe, ait commis les pires turpitudes en soutien des mercenaires de l’OTAN (Daesh), que son fils gérait la filière du pétrole volé d’Irak et de Syrie, que ce pétrole volé et vendu par Daesh transitait par la Turquie etc… et rien, rien ne se passe, non seulement çà, mais il devient le grand pote des Russes, plus personne ne dit rien tandis que son régime continue à écraser la révolution sociale du Rojava, aidant Assad en cela et on veut nous faire croire que cette ordure finie est soudainement devenu un héros de la « lutte anti-Deash » ? Pourquoi Erdogan d’un seul coup devient le bon samaritain après avoir (soi-disant, rien n’est moins sûr) retourné sa veste ?…
      Faire assoir l’Arabie Saoudite, la Jordanie et le Qatar autour de la table, c’est reconnaître de facto leur implication dans cette guerre d’invasion et de changement de régime par procuration fomentée par l’occident et son empire en vogue. Où est Israël, pourquoi ne pas associer le régime sioniste aux négociations ? Parce qu’il soutient toujours Daesh et Al-Nosra (jus vert et vert jus) ? Et pour cause, il a aidé à sa création.
      C’est un panier de crabes, mais rien n’arrive pas hasard. Une fois de plus, on peut pressentir la collusion de derrière le rideau.
      Meyssan est utile mais biaisé, on l’a toujours dit, les raisons en sont évidentes.
      Quoi qu’il en soit, toujours garder présent à l’esprit que cette guerre par procuration en Syrie est une guerre du gaz et que son évolution est directement liée à ce que les grands criminels pétroliers décident et décideront. Il en sera toujours ainsi tant que les peuples ne se réapproprient pas le pouvoir et mettent un terme à la division de la société humaine et (re)diluant le pouvoir dans la peuple, là où il est particulièrement soluble.
      Merci d’avoir posé ces questions.

      • Un passant Says:

        Servus… et gracias pr les réponses
        Un lecteur (plus ou moins) assidu 😉

        PS: « Une question que tu ne poses pas et que nous posons: quid de la Turquie ? »
        Oh que si que je me la pose (et je m’en pose aussi par rapport à la Reina cette nuit, affaires à suivre) et vs me croyez ou non mais j’avais pensé ajouté (ne l’ai pas fait pensant que 5 questions c’était déjà bcp) :

        6. Ceci n’est pas une question mais une remarque:
        « Washington a été accusé par le président Erdoğan de continuer à soutenir Al-Qaïda et Daesh (…) »

        Meyssan aurait qd m pu ajouté ne fut-ce qu’entre parenthèses: « et il ne manque pas de culot ! »

        😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s