Résistance politique: Montrer les problèmes et poser les (bonnes) questions ne sont plus suffisant…

Ce texte de bon aloi ci-dessous ne fait une fois de plus que renforcer notre credo qui devrait apparaître de plus en plus évident pour qui réfléchit plus d’une minute à la situation actuelle en mettant au garage croyances et émotions:

IL N’Y A PAS DE SOLUTIONS AU SEIN DU SYSTEME

Il n’y en a jamais eu et n’y en aura JAMAIS !…

L’heure vient pour la société des sociétés, pour la mise en place de la conféderation des communes et associations libres de citoyens émancipés de l’État et des institutions qui les ont enchaînés depuis des siècles. L’État et plus récemment le pseudo-concept d’état-nation ne sont que des supercheries qui musèlent le véritable progrès humain, des instruments de la division politico-économique au service d’une volonté oligarchique contre-nature et coercitive.

La société originelle, issue de la nature humaine, est une société sans État et donc contre l’État, une société égalitaire gérée collectivement et au leadership sans pouvoir, pour le bien commun. Cette société a déjà existé dans le passé, elle ressurgit sporadiquement lorsque certaines fenêtres d’opportunité s’ouvrent. Il ne tient qu’à nous de la rendre permanente… Il suffit de dire non ! Assez ! ¡Ya Basta!

~ Résistance 71 ~

 

A lire notre dossier « Illusion démocratique »

 

Grandes et petites questions sur nos temps difficiles

 

Robert Charvin

 

6 octobre 2016

 

url de l’article original:

http://www.investigaction.net/grandes-et-petites-questions-sur-nos-temps-difficiles/

 

La démocratie « à l’occidentale », c’est quoi ? Le libre bavardage, l’absence d’obligations civiques si ce n’est celle de se débrouiller », des élections exigeant beaucoup d’argent et des sondages à haute dose.

Reprenons. Ce bavardage permanent sur tous les médias fait croire au pluralisme et n’engage à rien : il est soigneusement contenu dans des limites « convenables » pour le système et les avis contraires se neutralisent sans conséquence.

Le citoyen ne se voit rien demander (sauf ses impôts), ce qui lui faire croire qu’il est « libre » ; en contrepartie, il ne décide de rien et perçoit très peu (au mieux, quelques « minimas sociaux »). Il est surtout sujet, ce à quoi il s’habitue, par apolitisme, pour se consacrer à sa petite vie privée, privée surtout de l’Autre. Car il doit combattre sans scrupule tous les « autres » pour survivre : il est « ubérisé » !

Les « consultations » (le mot est bien ajusté) électorales, qui se succèdent et se ressemblent, institutionnalisent une alternance sans alternative en désignant des représentants très peu représentatifs, libérés de tout engagement vis-à-vis de leurs électeurs. Si les résultats sont inattendus et perturbateurs pour le système, ils sont neutralisés. Une masse de citoyens « amateurs » légitiment des professionnels de la vie politique, assistant la petite équipe d’oligarques ayant la maîtrise des grandes décisions économiques et financières. Malgré une abstention croissante, l’argent et les médias parviennent encore à persuader ces « amateurs » des « bonnes orientations » et des « meilleurs » candidats présélectionnés par les sondages et les financeurs de campagne !

Ainsi, ce que l’on appelle communément en Occident « la démocratie » est un ensemble de faux-semblants laissant la majorité des individus démunie. Jour après jour, on convainc le pseudo-citoyen qu’il n’y a pas d’autre choix : la solution « démocratique » serait la « moins pire ». Il échapperait ainsi au « totalitarisme », phénomène indéfini mais dont on diffuse régulièrement quelques images : les horreurs nazies et le goulag stalinien. En direction des citoyens les plus lucides et les moins formatés, se refusant aux distinctions basiques entre le Bien et le Mal, sont mandatés avec force publicité quelques intellectuels plus ou moins mercenaires chargés de s’indigner contre ce Mal au nom d’un humanisme salutaire !

Tous les arguments sont utilisés pour tuer toute espérance d’un autre monde que celui existant et pour enfermer les dangereux insatisfaits dans le « paradis » du possible que serait « la bien-heureuse démocratie à l’occidentale » !

Tous les jours sont répétées de soi-disant vérités d’évidence.

« L’égalité sociale tue l’esprit de compétition et anesthésie la société. Ceux d’en-haut sont donc les plus méritants ».

« Collectiviser la production des richesses, utopie communiste de mauvais aloi, même s’il s’agit d’autogestion ou de coopérative, détruit l’efficacité économique qui a besoin de chefs, c’est-à-dire de managers de haute volée, ainsi que d’actionnaires et de banquiers pour les financer ! ».

« L’information réelle des citoyens sur les réalisations locales ou sur les mesures nationales ou internationales rend la Cité ingouvernable. Il convient donc de ne laisser filtrer que ce qui est indispensable à la crédibilité du bien fondé des décisions déjà prises. Il faut faire admettre les clivages entre les Bons et les Méchants et user de la répétition pour convaincre. A défaut, se crée un climat anarchique et subversif ».

« L’enseignement a une finalité utilitariste qui doit être renforcée. Napoléon I, après avoir fait son expérience robespierriste, avait bien raison de retirer des programmes l’Histoire et la Philosophie ! Les employeurs ont besoin « d’employables » et non d’esprits critiques susceptibles de perturber l’ordre naturel des choses ! ».

etc. etc. etc.

Face à ces conceptions qu’imposent le monde des affaires et la médiocratie politique au pouvoir, n’y a-t-il rien de possible et aucun espoir ?

Quelques ébauches de réponses :

L’Histoire a toujours plus d’imagination que ceux qui la vivent : les Résistants des premières années quarante contre les fascismes concevaient-ils l’effondrement brutal dès 1944-1945 de l’empire nazi ? Les Amérindiens de Bolivie discriminés et humiliés depuis des siècles imaginaient-ils le pouvoir d’Evo Moralès ?

Il n’est pas impossible de détruire les illusions à la source de la servilité : le mot « liberté » est un mot creux si l’on ne prend pas conscience de tous les déterminismes et de toutes les limites dont il faut se libérer pour approcher de cette liberté ! Est-ce au-dessus de nos forces ?

On peut comprendre au seul spectacle du monde que les hommes vivent encore en pré-histoire et qu’il n’est nulle part de démocratie, car elle est une création continue, un projet toujours « à-venir », édifié par de vrais citoyens, « centres d’initiatives » toujours responsables mais encore minoritaires !

Dans l’attente d’une réflexion de fonds qui s’impose, il est urgent et plus aisé de répondre à quelques questions d’actualité, liées cependant aux précédentes.

* Peut-on rationnellement penser, comme on nous le répète, que certains États incarnent le Bien (les États-Unis ou la France, par exemple) et d’autres le Mal (la Chine ou la Russie, par exemple), ce qui serait une première dans l’Histoire !

* Sachant que les médias (sous la III° République, sous Vichy, sous de Gaulle, etc.) étaient pour la plupart soumis à toute époque à l’argent et au pouvoir, peut-on douter un instant qu’il en est toujours de même aujourd’hui, afin de nous intoxiquer ?

* Alors que depuis des siècles, aucun régime politique n’a effectivement admis le pouvoir du peuple, peut-on croire qu’aujourd’hui le miracle s’est produit ? Les élections présidentielles aux États-Unis ou en France sont-elles par exemple une confrontation entre des personnalités d’une qualité supérieure qui ont pleine légitimité pour décider de ce qui nous regarde ?

* L’antiterrorisme n’apparaît-il pas comme un formidable dérivatif pour cette pseudo-élite liée aux milieux d’affaires afin d’éviter le débat sur le chômage, les salaires, la relance économique, l’évasion fiscale, etc. sujets sur lesquels ils n’ont rien à dire ni rien à proposer.

Si le lecteur en ligne, privé de sudoku ou de mots fléchés, pouvait réagir et prendre les mesures adéquates, cela serait réjouissant !

 

12 Réponses to “Résistance politique: Montrer les problèmes et poser les (bonnes) questions ne sont plus suffisant…”

  1. Le marasme dans lequel nous nous trouvons est savamment orchestré,
    Au millimètre et à la minute près.
    Si notre nombre est une force il est également une faiblesse,
    Et l’oligarchie ploutocrate le sait bien.

    Pour rassembler un troupeau de mouton il faut un bon chien de berger,
    Et, un berger.
    Qui ?
    Les moutons ne deviennent jamais des loups par eux-mêmes…
    Il faut leur montrer la route.
    On est dans la situation de l’Allemagne d’avant-guerre
    Qui s’est trouvé un guide…
    Donc Qui ?

    • Un « guide » ? là réside l’erreur à ne jamais faire. La moutonnerie n’existe que parce qu’on ne laisse pas d’alternative non coercitive aux gens. La société humaine est conçue pour le communisme primordial, la mise en collectivité des ressources, le partage égalitaire et la chefferie sans pouvoir comme disait l’anthropologue Pierre Clastres.
      Ces qualités intrinsèques ont été étouffées, enterrées par les intérêts particuliers du plus petit nombre, scellés et institutionnalisés par l’alliance du prêtre, du juge et du général ; alliance qui a bien sûr été présentée à grand renfort de propagande puis de « sciences » tronquées comme étant inéluctable et le résultat de « l’évolution » de la société humaine.
      Nous vivons dans une matrice mythologique depuis au moins la division politique de la société humaine. Regardez et comprendre la manipulation de derrière le rideau n’est pas suffisant, il faut aussi agir pour le retour d’une société en harmonie avec la nature humaine et donc la Nature elle-même. La coopération et l’entraide humaine sont capables de déplacer des montagnes pourvu qu’on leur lâche la bride. Il n’y a quasiment rien à inventer, juste à redevenir nous-mêmes en abattant la matrice oligarchique non pas par la violence que ne saurait que générer un « guide », mais par la prise de tangente du cercle vicieux de la domination et de la division entretenues à dessein et ce afin de retrouver la linéarité du véritable progrès au lieu de tourner en rond dans le cycle mortifère pseudo-évolution/révolution.
      Voilà où on en est…
      fraternellement

      • « La société humaine est conçue pour le communisme primordial, la mise en collectivité des ressources, le partage égalitaire »

        Là le problème est que Bernard l’Hermite présente le même programme dans son agenda 2030.
        http://reinformation.tv/chine-nations-unies-agenda-developpement-durable-2030-romee-40448/

        Cela va être difficile pour les gens de différencier le bon communisme du mauvais communisme parce que les 2 sont présentés avec le même programme apparent.

        Sauf que l’application sera différente, puisque il y aura des interdits, beaucoup d’interdits même dans l’agenda 2030.

        Interdit et impossible de circuler par exemple en voiture, tout le monde dépendra des voitures conduits par des robots.
        http://reinformation.tv/conducteurs-humains-interdits-voitures-autonomes-mille-59996-2/

        Interdit et impossible de prendre des aliments biologiques, tout le monde mangera des OGMS.
        etc…

        Les gens ont oublié comment était le régime de Staline, faudrait peut-être faire un rappel d’histoire sur ce sujet.

        Moi-même j’ai oublié mes cours d’histoire, cela fait longtemps.

  2. Et mes salutations,
    S’cuse.

  3. Ce que tu attends,c’est un mouvement national.
    Un mouvement national contre la nation.
    Il faut bien expliquer et coordonner un tel mouvement,
    Pour le coup ça risque de bouger sévère…
    Donc ,qui tu mets en tête de gondole ?
    Quelqu’un de vivant,
    Pas des bouquins.

    Et tu seras toujours confronté à des gens qui ne pensent pas comme toi.
    Notre Dame des Landes,
    Il y’a des pros aeroport,et pas seulement chez « les vieux ».
    Les zones humides, l’environnement,la biodiversité
    Ils s’en tamponnent le coquillart…

    Ton projet, c’est de Federer une biodiversité humaine,
    Sans opération du Saint Esprit.
    Tu as donc besoin de moyens politiques pour mettre à bas le système politique.
    C’est paradoxal.

    Ce qui rentre au coeur de chaques foyers,reste malgré tout la télévision ou la radio,
    La masse s’informe comme ça,
    Où sont les fédérations anarchistes dans ces médias ?
    En ne sous-estimant pas non plus l’apparence physique auprès de la population,
    Un tatouage « no futur  » sur le front ne passera jamais bien…

    Toute action nécessite une trame,
    Qui est le scénariste?
    Qui est le réalisateur ?
    Qui est le producteur ?
    Qui sont les machinistes et le staff ?

    Tu attends que les gens se réveillent par eux-mêmes,
    Et si les gens ne réveillaient pas comme il faut,
    Et si les gens revenaient aux principes,sous une autre forme,
    Qui sont contraires aux principes anarchistes.
    C’est bien pour ça qu’il faut canaliser le mouvement dès le départ,
    Et l’expliquer.

    Donc ,en tête de gondole ?

    • c’est là où tu coinces… Il te faut à tout prix une « tête de gondole » parce que tu as été, comme beaucoup, formaté pour qu’il y en ait une. Ceci est un concept erroné, une illusion dont il faut « lâcher-prise ». Il n’y a pas besoins de tête de gondole quand la société s’auto-gère. La société des sociétés a un leadership sans pouvoir, la « chefferie » n’est pas le lieu du pouvoir qui est dilué dans le peuple qui décide en tout et pour tout délégant parfois « ses yeux et ses oreilles » dans des assemblées confédérales à des personnes qui ne sont que des porte-parole et n’ont aucun pouvoir décisionnaire. C’est simple et çà fonctionne, çà a fonctionné des millénaires avant la merde étatique…
      Avec des « et si, et si et si et si ».. on avance jamais, l’oligarchie le sait bien c’est pour cela qu’elle sème doute et division à tout va, c’est son fond de commerce et sa survie…

    • « No future » c’est nihiliste… pas le genre de la maison ne crois-tu pas ?…🙂

  4. Le 15 août 1871, Pike disait à Mazzini qu’après la Troisième Guerre Mondiale, ceux qui aspirent à dominer le monde sans conteste provoqueront le plus grand cataclysme social que le monde ait jamais connu. Nous citons ses propres termes empruntés à la lettre cataloguée au British Museum Library à Londres :

    « Nous lâcherons les Nihilistes et les Athées et nous provoqueront un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur, montrera clairement aux nations les effets d’un athéisme absolu, origine de la sauvagerie et du plus sanglant chambardement. Puis tous les citoyens, obligés de se défendre eux-mêmes contre la minorité révolutionnaire mondiale, extermineront les démolisseurs de la civilisation, et les masses déçues par la chrétienté dont les esprit déistes seront à partir de ce moment sans boussole, à la recherche d’un idéal, sans savoir vers quoi tourner son adoration, recevront la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction de la chrétienté et de l’athéisme, simultanément soumis et exterminés en même temps. »

    Ta société des sociétés est un cataclysme social sans précédent si il avait lieu.
    Toute société humaine est sur un format pyramidal.
    Même le schéma divin l’est.
    Le simple fait de parler de société le sous entend.
    Il faudrait carrément inventer une nouivelle sémantique.
    On est d’accord que nous voulons et souhaiterions le bien de l’humanité.

    Moi je défends l’idée que si la famille Rothchild a réussi à amasser
    230 mille milliards de dollars plus la moitié des réserves d’or du monde, c’est que leur système n’est pas si mauvais.
    En fait il faut simplement changer et réformer quelques trucs
    Et braquer l’oncle Picsou.
    Ensuite amener ton système par l’éducation.
    L’anarchie s’adresse à des gens intelligents et éduqués..

    Tu veux aller trop vite.

    • Non, lis, étudie, la société humaine n’est pas sur un mode pyramidal, c’est une invention oligarchique anti-naturelle… Le système est au-delà de toute réforme, de toute rédemption pour employer un terme qui te conviendras mieux…😉 Y croire, c’est faire le lit de l’oligarchie, avec le réformisme ces ordures d’en haut de la pyramide qui pillent et massacrent le monde depuis des siècles sont bien tranquilles. Ils dorment sur leurs deux oreilles tant que çà blablate à « réformer » le merdier y pourront continuer à piller et à se barrer avec la caisse pendant un bon moment et ils le savent très bien.
      Après leur système est pas « si mauvais » ? Là on est dans le délire après la mythologie !😉

  5. Pas si mauvais dans la mesure où il a servit à asservir par un petit nombre le plus grand nombre.
    La révolution pourrait être dans l’inversion.
    Servir le plus grand nombre en asservissant ce petit nombre.
    Les systèmes dans lesquels nous vivons, la république par exemple,à été dévoyé dès le départ pour arriver au résultat que nous connaissons actuellement.
    Ce que la république a de bon actuellement,n’est rendue que par les miettes que l’oligarchie nous laisses pour nous endormir,
    Nous mettre la laisse.

    La république française n’existe pas,et n’a jamais existé.

    Une république étatique pour l’organisation des besoins vitaux de la population avec un fonctionnement démocratique participatif
    Et ce à tout les niveaux ,régionaux, départementaux,
    Ne serait finalement pas si éloigné de ton modèle.

    La république peut permettre beaucoup de choses.
    Même un modèle marxiste,
    En renationalisant et en mettant en place des conseils de surveillances populaires.

    La république permet aussi de centraliser des forces et des moyens d’interventions en cas de catastrophes naturelles.
    Je ne suis pas antimilitariste
    Je suis anti belliciste.

    Le dernier conflit au Liban
    C’est la légion étrangère qui est allé reconstruire des ponts…

    Une république du peuple
    Et non
    une république des francs-maçons.

    • On entend bien… Tout cela ne pourrait plus exister dans une société plate, non pyramidale où il serait IMPOSSIBLE de monopoliser le pouvoir parce que le leadership temporaire et révocable totalement sous contrôle du peuple n’aurait aucun pouvoir décisionnaire, il serait impensable de donner des ordres et il n’y aurait plus rien pour forcer la main de quiconque. C’est çà la véritable société primordiale humaine, issue de la loi naturelle des choses.
      Tout système coercitif de pouvoir est contrenature, l’État et les institutions sont contre-naure, artificielles et générés pour la seule raison de la domination. La république fait partie de ce système coercitif et dictatorial ce n’est qu’une question de degré. La Commune de Paris a été réprimée dans un bain de sang non pas par un staline, hitler ou mao d’époque, mais par une république « modérée ». Nous y revenons à grand pas.
      Le peuple solidaire et en arme peut parfaitement subvenir à ses besoins en cas de catastrophe naturelle ou d’agression de l’extérieur, ce n’est qu’une question technique et donc d’entrainement, en fait il le peut 10 fois mieux que sous les ordres de bureaucrates incompétents dont l’État se gave pour maintenir à tout prix le cloisonnement hiérarchique coercitif au détriment de l’efficacité et de la compétence.
      L’État (sous toute ses formes) est la négation de l’Humanité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s