Résistance au colonialisme génocidaire: Les Mohawks cherchent justice devant le système judiciaire colonial sur une affaire de 20 ans…

Rappel des fait en 2006 sur cette affaire de 1997

et aussi ici

 

Le tribunal véreux de l’état de New York

 

Mohawk Nation News

 

19 août 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/08/19/nys-kangeroo-court/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le juge Frederick J. Scullin de Syracuse dans l’état de New York, juge fédéral nommé à vie par le président des Etats-Unis, entre comme un briseur de gang. Il claque des talons et s’assoit à l’avant de ce navire pirate appelé “Tribunal Fédéral de District”, avec 10 minutes de retard.

“Ceci est mon tribunal et tout le monde doit obéir à mes règles !” Cinq pro se plaignants/victimes de l’assaut par l’escadron de la mort de la police de l’état de New York en date du 18 Mai 1997, appelé le “l-81 DETAIL INDIEN”, avaient quelques minutes de retard. Après avoir retardé le processus judiciaire pendant près de 20 ans, Scullin les jeta promptement hors de l’affaire. La sécurité les retenait en bas ; après bien des objections verbales, ils furent réinstaurés.

Scullin, votre tribunal de pacotille n’a aucune juridiction sur les affaires internationales qui doivent toujours être résolues. Votre tribunal a induit nos avocats Terrance Hoffman, Robert Anello et Jodi Peikin (et quelques autres), à nous abandonner.

Juge Scullin, vous êtes partial, irrespectueux et en aucun cas neutre dans cette affaire qui devrait vous être retirée. Le transcript et l’enregistrement de la session le démontrera parfaitement. Nous ne pouvons pas obtenir un procès juste et équilibré dans un tribunal de l’amirauté parce que ces tribunaux n’ont cours que pour les banques et les entreprises et ne sont toujours qu’au sujet de l’argent.

Nous n’avons pas provoqué, ni causé l’attaque de mai 1997, ni le retard judiciaire. Scullin a demandé si nous voulions toujours un procès par jury ou un jugement de cour devant sa personne. L’assistant avocat général pour l’état de NY, Tim Mulvey, a rapidement sauté sur l’occasion et hurla “oui, oui, oui”. Nous avons dit: “Non ! Nous voulons une audition juste et impartiale devant un jury”, ainsi le jury pourra juger sur preuves.

Mulvey a une motion pour faire retirer 35 flics de l’affaire. Ils faisaient tous partie de l‘escadron de la mort qui a mené la bastonnade qui aurait pu mener à des morts d’hommes, de femmes, d’enfants et de personnes âgées, qui s’étaient paisiblement réunis sur une propriété privée. Nous voulons une audition des évidences et des faits devant un jury dans cette affaire. Chaque flic ayant participé doit passer en jugement et ne peut pas utiliser la sempiternelle phrase du “j’exécutais les ordres” comme défense, puis que cette méthode fut invalidée par le tribunal de Nüremberg en 1946.

Beaucoup des 76 victimes recevant des compensations n’étaiernt pas là. Quelques unes d’entre elles soutiennent le retrait de 35 policiers et de les exempter de toute malversation parce qu’elles ne les ont pas vu faire quelque chose utilisant la force. Quoi ? On nous réduisait en bouillie ! Ils veulent aussi que nous identifions ces flics qui avaient retiré leurs badges et s’étaient déguisés. Ils faisaeint tous partie de la maudite détresse émotionnelle que nous avons tous ressentie ce jour là.

Nous avons refusé d’accepter les compensations achetant notre silence. Après que Scullin eut quitté le tribunal, Mulvey a dit que nous pouvions expliquer notre histoire à un juge et il nous offrit une petite somme compensatoire. Nous avons refusé. Nous voulons que le monde sache que nous luttons pour obtenir justice depuis près de 20 ans maintenant dans ce système de tribunal de l’amirauté (colonial) fait pour les entreprises (coloniales).

Puis Mulvey a remis ses mains dans ses poches et nous a dit qu’il allait faire objection à tout ce que nous allons présenter, spécifiquement les vidéos de police montrant l’attaque. Tout le monde peut voir ces vidéos, elles sont partout sur internet depuis longtemps.

Les flics de l’état de NY James Parmley et George Beach ont plannifié et exécuté cette mission l-81 du détail indien de 1997, qui fut ordonnée depuis le bureau du président Clinton. Parmley a pris sa retraite. Le gouverneur de l’état de NY Cuomo a promu le Lt. Colonel George Beach comme le superintendant de la police de l’état de New York.

Scullin a démontré un irrespect absolu ; il est venu pour intimider. Nous allons rechercher une aide de la communauté internationale afin de mener cette affaire devant un tribunal de résolution ne dépendant de l’amirauté (coloniale) et où nous pourrons obtenir un procès juste. Il n’y avait aucun journaliste durant l’audition à ce tribunal. Eux et les médias sont tous contrôlés par le “Cercle Indien”.

Demandez de quoi il retourne à ces officiels:

Angela C. Winfieldawinfield@barclaydamon.com; Brittany E. Aungier baungier@barclaydamon.com; Carol L. Rhinehart crhinehart@ongov.netdkarle@ongov.net; Devin M. Caindcain@maglaw.com; Elkan AbramowitzEAbramowitz@maglaw.com; Gabriel M. Nugent gnugent@barclaydamon.com Fax 1-315-425-2836; Joanna Gozzi Joannagozzi@ongov.net, denisekarle@ongov.net; Jodi M. Peikin JPeikin@Maglaw.com, CSeel@Maglaw.com, RAnello@Maglaw.com; Robert J. Anello ranello@magislaw.com; Terrance J. Hoffman tjhoffman@cnymail.com; Timothy P. Mulvey timothy.mulvey@ag.ny.gov Fax 1-315-448-4800; Judge Scullin’s assistant Nicole Eallonardo Nicole_eallonardo@nynd.uscourts.gov Fax 1-315-234-8501. Please let us know what you find out.

3 Réponses to “Résistance au colonialisme génocidaire: Les Mohawks cherchent justice devant le système judiciaire colonial sur une affaire de 20 ans…”

  1. Tenez, il m’a paru judicieux d’intégrer votre traduction à la suite de la vidéo (source Galaxien) sur Sibel Edmonds – Un femme à abattre qui explique bien les arcanes de la Justice Zunienne mais pas mal de truc qui nous aide à comprendre certaines choses aujourd’hui, notamment sur le partenariat très serré entre USA/TURQUIE/ISRAËL dans ce billet à tiroirs = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/08/21/ouvrons-la/
    Cette traduction en temps réel est comme toujours riche d’enseignement à retenir ! JBL

    • le parcours de Sibel Edmonds est pour le moins controversif… si elle est la femme la plus légalement baillonnée de l’histoire des Etats-Unis, depuis lors, elle joue un jeu trouble. Nous la suivons sur son blog et elle écarte toujours des sujets bien sensibles comme Israël par exemple. A notre sens, elle fait partie de la « dissidence contrôlée ». Elle ne fait souvent que confirmer l’évidence, en échange de son silence, l’oligarchie lui a fait un pont en or au sein des médias alternatifs.
      Sa dernière initiative de « Budnews » à laquelle devait participer Pepe Escobar a fait un four, nous avons suivi leur crowd funding. Ils (Sibel Edmonds ??…) demandaient un financement de 950 000 US$ (pour ne pas dire 1 million !!…), à échéance du compte à rebours, ils avaient moins de 200 000 $ de promesses de paiements. Tombé à l’eau. Dans la foulée, Edmonds repart en croisade en étant moins gourmande et demande 200 000 $ qu’apparemment ils ont eu… Donc ils demarrent avec grosso modo 5 fois moins que ce qu’ils demandaient au début, et « fonctionnent » ainsi depuis 2 mois environ… Manque à gagner de quelques 750 000 $$$$ çà veut dire qu’il y en a qui se sucre moins au passage (Edmonds ??…). Cette femme travaillait pour le gouvernement, elle s’est retrouvée dans une situation bizarroïde, le gouvernement l’a « légalement » (par son système légal pervers) forcé à se taire, mais elle n’en est pas moins toujours à bord. C’est notre position.
      A noter que notre cher Pepe ne semble plus faire partie de l’équipe initiale de « NewsBud »… En sait-il un peu plus sur la question ?…
      C’est notre position sur Sibel Edmonds… Intéressante mais méfiance…

      • Bien sûr, il ne s’agit pas de la portée aux pinacles, mais elle dévoile un aspect des choses qui nous serait resté caché, comme tout le reste et en cela c’est vraiment important. Et la méfiance est toujours de mise s’agissant du processus comme du procédé Zunien. Parfois dans ce genre d’affaire c’est ce qu’on effleure, qu’on sous-entend qui est plus important que ce que l’on nous dit clairement, non ? Et puis, BHL qui félicite Sibel Edmonds pour le prix de la liberté d’expression, ça ne peut qu’inciter à la méfiance, en soi, non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s