Fusillade de Dallas… résultat de la militarisation de la flicaillerie

La réalité est que les États forment et arment les forces de police non pour faire semblant de maintenir la paix et la sécurité publique, mais pour entrer en guerre contre les peuples. Au passage, la militarisation de ces forces fait passer à la caisse les entreprises privilégiées de la sécurité et de l’équipement. Des milliards sont engrangés par un tout petit secteur privilégié et totalement inutile et parasitaire, le tout à l’encontre de l’intérêt des peuples. Le goulag est pour demain ! Les laisserons-nous faire ?

— Résistance 71 —

 

Pourquoi Dallas s’est-il produit

Paul Craig Roberts

8 juillet 2016

url de l’article original:

http://www.paulcraigroberts.org/2016/07/08/why-dallas-happened-paul-craig-roberts/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Le flinguage de policiers à Dallas est-il une opération faux-drapeau en faveur du contrôle des armes aux Etats-Unis ? Est-il le résultat du stress post-traumatique d’un ancien combattant ? Est-il le début d’un règlement de compte pour les milliers de meurtres gratuits effectués par la police sur les citoyens américains en ce XXIème siècle ? Ou y a t’il une autre explication ?

Nous ne le saurons jamais. Le perpétrateur est mort. Les autorités ne feront dès lors que nous dire ce qui les sert au mieux.

On pourrait dire que la police a en fait provoqué tout ceci et en serait la seule responsable au vu de son attitude indisciplinée et violente vis à vis du public en général. D’un autre côté, nous pourrions tenir les chefs de police, les syndicats policiers, les maires des villes (NdT: Ne jamais oublier que l’essentiel des forces de police aux Etats-Unis sont des polices MUNICIPALES, c’est à dire que les “célèbres” LAPD ou NYPD dont hollywood et les séries télévisées se gargarisent, sont des employés de la ville, le chef de la police est nommée par le maire, ce sont des milices politiques dans les grandes largeurs, toutes corrompues à un degré extrême…), les gouverneurs, les procureurs et le ministère de la justice (sic), comme responsables de l’échec à culpabiliser ces flics qui assassinent et commettent des violences inutiles et gratuites contre le public.

Lorsque la police exécute quelqu’un, l’excuse produite prend très souvent cette forme: “L’individu a mis la main sous sa chemise à sa ceinture. Je pensais qu’il avait une arme. Je ne voulais pas que mes enfants deviennent orphelins ni ma femme veuve.” En revanche, la femme et les enfants de la victime assassinée, si elle en avait, n’ont absolument aucune importance.

Les conservateurs, spécifiquement ceux à qui on a appris à avoir peur du crime, n’objectent en rien à ces meurtres par la police. Leur point de vue est toujours: “la police ne l’aurait pas abattu sans raison.” Le même biais en faveur de la police est aussi le pourquoi des jurés conservateurs vont toujours condamner quelqu’un.

Les libéraux eux, tendent à interpréter les flinguages comme des actes racistes, alors ils veulent combattre le racisme.

Le véritable problème est que les autorités publiques ne protègent pas du tout le public contre les violences illégitimes. C’est pourquoi le manque de respect et la haine envers la police ne font que croître. Les meurtres routiniers par la police, plusieurs chaque jour aux Etats-Unis, dont la très grande majorité demeurent impunis, génèrent ce type de colère qui provoque le pétage de plombs chez certaines personnes et les incitent à répliquer à la violence par la violence.

Si le système de justice criminelle s’appliquait aussi à la police, celle-ci penserait à deux fois avant de se livrer à des meurtres complètement gratuits.

Devenir policier, être un policier n’est pas sans risques. Un fonctionnaire de police doit avoir en considération le bien et la sécurité publics et non pas uniquement ceux de sa famille. Nous ne pouvons en aucun cas accepter la violence gratuite et illégitme de policiers sur la base que l’attitude de ces policiers est dictée par leurs préoccupations familiales ! Si un policier ne peut pas accepter les risques inhérents à ses fonctions, alors il doit changer de métier.

La violence policière est hors de contrôle parce que les maires, les procureurs et les gouverneurs d’états commettent un acte anti-public en refusant d’y mettre un terme. D’après le discours conservateur, la peur de la punition minimise le crime, mais ils n’appliquent pas cette “logique” à la police…

La violence policière est aussi hors de contrôle parce que la révolution dans l’entraînement des forces de police a amené les policiers à se protéger avant tout et à mettre un suspect hors d’état de nuire quelqu’en soit le coût. Un bon nombre d’anciens policiers m’ont écrit et m’ont dit que la raison pour laquelle ils ont abandonné le métier est que les policiers d’aujourd’hui sont entraînés à tuer comme les militaires le sont.

Si un ancien policier ou quelqu’un ayant la connaissance de ces formes et méthodes d’entraînement voulait bien les décrire et en donner un historique, d’où cela provient et pourquoi, je posterai ce témoignage sur le site.

9 Réponses to “Fusillade de Dallas… résultat de la militarisation de la flicaillerie”

  1. Je viens de découvrir cela au sujet de ce coup de chauffe meurtrier = https://fr.sputniknews.com/international/201607091026533448-dallas-execution-criminel-robot/ On est dans Robocop, non ?

  2. […] En réponse à ma requête d’information sur l’entraînement de la police, des lecteurs ont envoyé une variété d’informations qui semble corroborer certains faits. Je vais essayer d’assembler tout cela du mieux possible en tant qu’hypothèse de travail ou de compte provisionnel. Peut-être qu’un ancien ou actuel policier préoccupé par le changement d’attitude de la police des Etats-Unis, ou un expert en entraînement et pratiques policiers, pourront vérifier l’exactitude de cette hypothèse. […]

  3. […] En réponse à ma requête d’information sur l’entraînement de la police, des lecteurs ont envoyé une variété d’informations qui semble corroborer certains faits. Je vais essayer d’assembler tout cela du mieux possible en tant qu’hypothèse de travail ou de compte provisionnel. Peut-être qu’un ancien ou actuel policier préoccupé par le changement d’attitude de la police des Etats-Unis, ou un expert en entraînement et pratiques policiers, pourront vérifier l’exactitude de cette hypothèse. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s