Colonialisme et « réconciliation »… La falsification de la Commission Vérité et Réconciliation du Canada…

La réconciliation et l’affirmation de la souveraineté de la couronne

Steven Newcomb

3 Mai 2016

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/05/03/reconciliation-and-claim-crown-sovereignty

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Pris dans un certain contexte, “réconcilier” veut dire “restaurer une amitié”. Une question alors se pose en ce qui concerne le type de relation existant maintenant entre nos sociétés et nations originelles et les sociétés dominantes comme le Canada ou les Etats-Unis: Comment allons-nous faire pour restaurer une amitié qui n’a jamais existé entre ces sociétés et nos nations et peuples originels et libres ?

On peut poursuivre cette discussion avec une autre définition de la réconciliation: “ faire en sorte de faire se soumettre ou d’accepter: convaincre, faire acquiescer”. Il y a une excellente raison pour un pays tel le Canada d’initier un processus appelé “réconciliation” en relation avec nos nations et peuples originels, spécifiquement si ce processus peut nous truquer à devenir passif et à accepter l’affirmation du Canada qu’il possède une souveraineté de domination valide sur nos peuples et nations. Le potentiel de gagner notre acquiescement crée une excellente raison pour un gouvernement comme celui du Canada d’utiliser le concept de “réconciliation” en relation avec nos nations.

Réconciliation n’est pas un mot de libération. C’est un mot de soumission et de timidité. Il est maintenant typiquement utilisé par l’église catholique en lieu et place du mot “confession”. C’est un mot piège. Il peut mener par exemple à ce que nos nations originelles plient et acceptent l’affirmation de la souveraineté de la couronne ou du gouvernement fédéral sur nos existences mêmes. La réconciliation est faite pour adoucir et pacifier le mécontentement parfois bruyant et l’insastisfaction tels qu’ils peuvent être exprimés par une association comme Idle No More par exemple. A mon avis, c’est un mot qui est utilisé par des gouvernements non-autochtones et l’église catholique dans un effort combiné de nous endormir.

Une preuve pour soutenir cette évaluation se trouve dans le rapport final publié l’an dernier par la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) du Canada. Après avoir discuté grandement de la soi-disante doctrine de la découverte, le rapport stipule: “Nous ne suggérerions pas que la répudiation de la doctrine de la découverte donne nécessairement naissance à l’invalidation de la souveraineté de la couronne.” Plus encore: “Nous accepterons l’assomption faite de la validité de la souveraineté de la couronne malgré le fait qu’elle soit fondée et repose sur une doctrine de la découverte invalide qui se doit d’être répudiée.”

Qui est le “nous” dans la phrase ci-dessus ? C’est le “nous” royal du gouvernement du Canada pour la couronne (NdT: “couronne” qui représente deux choses: la première les marionnettes placées en avant sur la scène politique: la famille royale, famille des Windsor d’Elisabeth II d’Angleterre, mais surtout la seconde, le commandemment suprême de derrière le rideau: La City de Londres et sa banque d’Angleterre/Vatican) en tant que pays du Commonwealth. Cela va sans dire que la couronne va accepter sa propre assomption de souveraineté de la couronne en relation avec nos nations et peuples originels et ce malgré le fait que la doctrine de la découverte a été révélée comme une vaste blague cruelle fondée sur des dons pontificaux, des chartes royales et des “cérémonies” (rituels) de domination (“possession”).

Le rapport final de la CVR dit que c’est la “Doctrine de la découverte qui a été invoquée comme justification de l’exploitation toujours active des ‘terres, territoires et ressources’ des peuples indigènes.” Ceci est à côté de la plaque: C’est l’affirmation péremptoire de la souveraineté de la couronne (droit de domination), fondée sur l’affirmation de la ‘première découverte chrétienne’, qui a été utilisée et continue à l’être pour justifier de cette exploitation toujours actuelle des terres, territoires et ressources de nos nations originelles et libres de l’Île de la Grande Tortue.

L’affirmation de la souveraineté de la couronne a pour origine l’image d’un monarque chrétien étant le premier représentant de l’empire chrétien (la chrétienté) à localiser des terres non-chrétiennes, des terres sur lesquelles aucun chrétien n’avaient auparavant exercé de droit de domination physique et d’exploitation économique. Ceci remplit parfaitement une des définitions de la propriété, “Le premier établissement d’une domination physique socialement approuvée sur une partie du monde naturel.”

Nous trouvons cette imagerie comme étant exprimée par exemple dans la charte donnée à John Cabot en 1496 par le roi Henri VII d’Angleterre. Elle instruisait les Cabot (père et fils) d’aller de l’avant au nom du roi et de “subjugare” (dominer) les terres et les “païens infidèles” qui y vivaient et qui étaient auparavant inconnus des chrétiens.” La charte royale est juste un des documents qui ont été utilisés pour justifier de la domination perpétuelle et de l’exploitation des terres, des territoires et des ressources de nos nations et peuples originels de l’Île de la Grande Tortue. Pourtant, le rapport final de la CVR tourne court de défier l’affirmation de “souveraineté” de la couronne supposée être depuis la “première découverte chrétienne”. Le rapport utilise le mot “Européens” au lieu de “chrétiens”. Cela évite ainsi de mentionner les racines de la doctrine comme se trouvant dans la bible et le christianisme. Quoi qu’il en soit, le rapport final implique que la souveraineté de la couronne est toujours valide même après que la base fondamentale de l’assomption de la “souveraineté de la couronne” (domination) ait été rejetée.

Comment peut-on répudier la source de l’affirmation de souveraineté de la couronne (en l’occurence la Doctrine Chrétienne de la Découverre) et peut-on toujours maintenir l’affirmation de souveraineté sur nos nations et peuples originels ? Vous y parvenez en affirmant que lorsque la source de quelque chose est prouvée invalide, cette trouvaille ne mène pas à la conclusion que la chose elle-même qui a émergé de cette source invalide est forcément invalide.

Par un processus minutieux d’écriture de la “couronne” de manière “réconciliante” envers elle-même dans le rapport final de la CVR, l’affirmation de la souveraineté de la couronne finit par être acceptée (acquiescée) par la CVR en même temps que ce rapport final appele à la répudiation du fondement de “découverte” de la “souveraineté de la couronne”. Comment ceci est-il accompli ? Par les auteurs du rapport final de la CVR disant “qu’il y a d’autres moyens d’établir la validité de la souveraineté de la couronne.

Très bizarrement, le rapport final ne spécifie pas quels sont ces “autres moyens” (peut-être peut-on les obtenir en les demandant?…) ; la CVR et son rapport final n’explique pas non plus le pourquoi nos nations et peuples originels devraient acquiescer à la souveraineté de la couronne (au droit de domination) ? Pourquoi de fait, considérant que le fondement même de l’assomption de “souveraineté” sur nos nations et peuples originels et nos territoires est maintenant révélé n’être qu’une escroquerie fondée sur la bible, le christianisme et la supériorité raciale européenne?

3 Réponses to “Colonialisme et « réconciliation »… La falsification de la Commission Vérité et Réconciliation du Canada…”

  1. C’est machiavélique en diable ce truc ! J’ai bien lu ?

    « Comment peut-on répudier la source de l’affirmation de souveraineté de la couronne (en l’occurence la Doctrine Chrétienne de la Découverre) et peut-on toujours maintenir l’affirmation de souveraineté sur nos nations et peuples originels ? Vous y parvenez en affirmant que lorsque la source de quelque chose est prouvée invalide, cette trouvaille ne mène pas à la conclusion que la chose elle-même qui a émergé de cette source invalide est forcément invalide. »

    Bon on peut compter sur Newcomb : Y lâchera pas l’affaire, mais quand même…

  2. J’ai mis en lien cet article en toute fin de ce billet https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/05/02/tonton-cristobal-nest-pas-venu/
    Pour la bonne compréhension et l’importance de ces précisions, j’ai retranscrit le début et la fin sous le lien de l’article de ce blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s