Changement de paradigme: La révolution anarchiste kurde en Turquie et au Rojava syrien…

« Cette société sera composée d’une multitude d’associations, unies entre elles pour tout ce qui réclame un effort commun : fé- dérations de producteurs pour tous les genres de production, agri- cole, industrielle, intellectuelle, artistique, communes pour la consommation, se chargeant de pourvoir à tout ce qui concerne le logement, l’éclairage, le chauffage, l’alimentation, les institutions sanitaires, etc. ; fédérations des communes entre elles, et fédéra- tions des communes avec les groupes de production ; enfin, des groupes plus étendus encore, englobant tout un pays ou même plusieurs pays, et composés de personnes qui travailleront en commun à la satisfaction de ces besoins économiques, intellec- tuels et artistiques, qui ne sont pas limités à un territoire détermi- né. »
~ Pierre Kropotkine ~

“Ces dernières décennies, le peuple kurde a non seulement lutté pour la reconnaissance de son existence par les puissances politiques dominantes, mais aussi pour la libération de sa société de la poigne féodale. Ainsi, cela n’a aucun sens de remplacer les vieilles chaînes par de nouvelles ni même de renforcer la répression. Sans opposition contre la modernité capitaliste il n’y aura aucune place pour la libération des peuples. Voilà pourquoi la création d’un état-nation kurde n’est pas une option pour moi ou le PKK.

L’appel à un état-nation kurde séparé résulte des intérêts de la classe dirigeante ou des intérêts de la bourgeoisie, mais ne reflète en rien les intérêts du peuple car un autre état ne serait que la création d’une injustice supplémentaire et viendrait handicaper plus avant le droit à la liberté.
La solution pour la question kurde de ce fait, a besoin d’être trouvée dans une approche qui va affaiblir la modernité capitaliste ou la repousser. Il y a des raisons historiques, sociales et conjoncturelles, comme le fait que la nation kurde est éclatée dans quatre pays différents (NdT: la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran), ce qui rend absolument indispensable une solution démocratique embrassant tout le peuple. De plus il est notoire que le Moyen-Orient fait l’objet d’un grand déficit en démocratie. De fait un projet démocratique kurde fera avancer la démocratisation du Moyen-Orient de manière générale.
Appelons ce projet démocratique le confédéralisme démocratique.”
~ Abdullah Ocalan, 2011 ~

A lire: Manifeste pour un Confédéralisme Démocratique

 

Le Kurdistan comme société anarchiste

Logan Glitterbomb

30 Avril 2016

url de l’article original:

https://c4ss.org/content/44788

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Lorsqu’on regarde l’histoire pour des exemples d’établissement de sociétés anarchistes, nous pensons souvent aux anarchistes espagnols de Catalogne de 1936, ou aux efforts de l’armée zapatiste au Mexique. Ceci est un exemple de groupes utilisant des tactiques de conflits révolutionnaires armés contre l’État et le capitalisme dans une tentative d’établir une société autonome sans État ici et maintenant. Tandis que la Catalogne (et l’Espagne) anarchiste fut éventuellement écrasée par des forces extérieures, les Zapatistes du Mexique continuent leur lutte, tout en utilisant des méthodes différentes qu’auparavant.

Note de Résistance 71: Il faut ici constater une chose: il ne suffit pas de comprendre et d’analyser seulement des mouvements anarchistes “modernes”, mais aussi d’analyser ce que l’anthropologie politique a appelé les “sociétés primitives” ou sociétés originelles, qui au-delà du temps et des continents, des sociétés amérindiennes, aux sociétés aborigènes d’Australie, en passant par les sociétés celtiques européennes et traditionnelles africaines, et pour finir avec les sociétés de Zomia en Asie du Sud-Est (couvrant les hauts plateaux du Laos, de la Thaïlande, de la Birmanie et quelques provinces chinoises) étaient et sont toutes non seulement des sociétés sans État, mais comme l’a si bien analysé l’anthropologue Pierre Clastres, des sociétés contre l’État qu’elles refusent, tout comme Marcel Mauss en 1925 avait déterminé que ces sociétés étaient aussi contre l’économie et fonctionnaient essentiellement sur le principe ritualisé du don et de la destruction de la richesse accumulée ou perçue comme telle.
Ce qu’il est donc essentiel de comprendre est que ce que nous appelons “anarchie”, mode de fonctionnement de la société sans autorité et sans pouvoir centralisé, n’est non seulement pas nouveau, mais a été le mode de fonctionnement des sociétés humaines pendant des millénaires, avant l’apparition du cancer politico-social qu’est l’État. Nos ancêtres ne l’appelaient simplement pas “anarchie” voilà tout.

Et puis il y a le Partiya Karkerên Kurdistanê (Le Parti des Travailleurs du Kurdistan mieux connu sous son sigle de PKK). Anciennement un parti politique marxiste-léniniste qui s’est battu pour établir un état kurde indépendant appelé le Kurdistan, ce parti sous le leadership d’Abdullah Ocalan, a changé de plateforme politique et de stratégie. Depuis qu’Ocalan est emprisonné en Turquie, il a correspondu avec l’anarchiste américain Murray Bookchin et fut profondément influencé par sa philosophie du municipalisme libertaire. Il a appelé le PKK à adopter la plateforme du Confédéralisme Démocratique et a abandonné sa revendication pour la création d’un état kurde, se faisant en lieu et place l’avocat d’une société sans État.

Le Confédéralisme Démocratique est une structure politique consistant en une confédération de communautés autonomes et indépendantes travaillant ensemble de manière donc confédérée sur la base de la démocratie participatrice directe au niveau local, mettant en place une écologie sociale et un féminisme anarchiste. D’après Ocalan: “le confédéralisme démocratique est ouvert vers d’autres groupes et factions politiques. Il est flexible, multi-culturel, anti-monopole et orienté sur la décision consensuelle.” Ces communautés autonomes sont construites sur les valeurs communalistes et les ressources qui sont partagées entre tous, rendant ainsi l’impôt et la redistribution forcée des ressources, biens et richesses inutiles et obsolètes.

Ils se concentrent sur la création de leur propre système, ignorant totalement l’État dans leur processus de prise de décisions. Ils ne voient aucune nécessité révolutionnaire ni aucune viabilité dans un renversement armé de l’État mais se font au lieu de cela les avocats d’une évacuation pacifique et d’une dissolution graduelle de l’État alors que les communautés locales construisent leur propre système politique pour le remplacer. Néanmoins, ils reconnaissant que l’État et d’autres groupes vont riposter au moyen de la violence et que l’auto-défense est une nécessité. C’est pourquoi les communautés maintiennent un certain nombre de milices populaires décentralisées telles les Yekîneyên Parastina Gel‎ (Les Unités de Protection Populaires, plus connues sous leur sigle d’YPG) et les Yekîneyên Parastina Jin (Unités de Protection Féminines ou YPJ qui terrorisent les terroristes de l’EIIL dans le nord de la Syrie…). Ces efforts sont financés par les communautés au moyen d’évènements culturels, de concerts, de fêtes, de levées de fonds et de commerces indépendants, rendant ce modèle un véritable modèle d’agorisme fonctionnel.

Le modèle de milices YPG/YPJ a remporté énormément de succès jusqu’ici, brisant les lignes de l’EI/Daesh pour sauver des milliers de personnes du peuple Yazidi, un peuple souvent haï et condamné comme des “adorateurs de satan” par l’essentiel de la communauté musulmane, lorsqu’ils furent encerclés sur le Mont Sinjar dans le nord de l’Irak. Egalement, malgré de nombreuses pertes, ces milices populaires défendirent avec succès la ville de Kobané au Rojava syrien lorsque l’EIIL lança un assaut total sur la ville utilisant des chars, des missiles et même des drones. (NdT: d’où vient cet équipement sophistiqué aux mains de l‘EI ? Des Américains via la Turquie, avec une instruction et logistique franco-saudo-israélo-américano-britannique…)

Cette philosophie et ces actions de groupes ont déjà inspiré d’autres à travers le monde pour aider dans la lutte et des socialistes, communalistes, anarchistes, libertaires sont en train de converger vers la zone pour aider le combat du PKK. Les milices populaires YPG et YPJ sont en ce moment en train de se battre pour sécuriser et maintenir une confédération démocratique autonome kurde contre le gouvernement turc et l’EIIL et espèrent pouvoir répandre la philosophie appliquée bien au-delà d’un Kurdistan indépendant sans État. Le PKK a l’espoir que des révolutions de travailleurs unis en confédérations démocratiques se répandront à travers le monde de la même façon que la révolution marxiste-léniniste (NdT: fausse “révolution” renforçant les pouvoirs autoritaires étatiques et de marché. Lénine, comme Marx n’a jamais remis en cause le système de “marché”, il n’a fait qu’instaurer un capitalisme d’État totalitaire et super centralisé, alors même que le premier soviet créé à St Petersbourg en 1905, le fut sur un mode anarchiste. Le “pouvoir aux soviets” que Lénine a trahi dès 1918, était le pouvoir aux conseils ouvriers appelant au confédéralisme… Ocalan s’en est rendu compte et a changé de cap pour embrasser la seule voie populaire et égalitaire possible: la confédération des communes libres qu’il a appelé le Confédéralisme Démocratique) le fit dans le passé. Mais cette fois-ci, ils pensent y parvenir par des moyens bien plus anarchistes. Ce qui se déroule devant nos yeux est une REVOLUTION ANARCHISTE.

Note de Résistance 71: Cet excellent texte nous fait si chaud au cœur. Nous avons tenté d’informer au mieux depuis quelques années maintenant sur la révolution anarchiste en cours au Rojava syrien et dans une partie de la Turquie, mais il faut aussi comprendre certaines choses afin de ne pas se réjouir trop vite.

Le peuple kurde est disséminé un peu de la même façon que le sont les Iroquois en Amérique du Nord. Les Kurdes, qui ont habités cette région du monde depuis des temps immémoriaux, à l’instar des Iroquois, se retrouvent séparés et “parqués” dans les frontières de “nations” dont ils n’ont que faire et dont ils ne sont en rien responsables de leur création, à savoir: la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran. De ce fait il n’y a pas d’unité kurde, pire même, il y a antagonisme là où il ne devrait pas y en avoir, résultat de la classique stratégie du “diviser pour mieux régner” mise en place par toutes les nations envahisseuses et occupant les sols.

Ainsi, les Kurdes d’Irak sont-ils payés par les Américains et contrôlent la région pétrolière du nord de l’Irak de manière mafieuse. Le mouvement anarchiste du PKK n’a d’influence pour l’heure qu’en Turquie et dans la région nord de la Syrie appelée le Rojava. A l’heure où nous écrivons ces lignes, il y a un plan mis en place d’infiltration et de division des forces kurdes de cette région. Il y a déjà des infiltrés et des traîtres à la cause qui travaillent au grand jour pour que le Confédéralisme Démocratique ne puisse pas continuer. Il est dans l’intérêt des états tels que la Turquie bien sûr, mais aussi la Syrie, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne pour qu’une telle expérience ne soit jamais un succès. Rappelons-nous de l’Espagne de 1936, la révolution sociale espagnole a été écrasée dans un bain de sang pour préserver avant tout les intérêts des états, ainsi les anarchistes espagnols ont dû lutter non seulement contre les fascistes de Franco aidés par l’Allemagnae nazie et l’Italie fasciste, mais aussi dès 1937 contre les infiltrations du NKVD soviétique dont le pouvoir stalinien voulait éliminer anarchistes et marxistes anti-staliniens représentés en Espagne par les POUM, le tout dans la feinte ignorance de “démocraties” comme la France et le Royaume-Uni, la France fermant ses frontières et parquant les réfugiés espagnols dans des camps en 1939 et durant la première partie de la guerre.

Le Confédéralisme Démocratique kurde est menacé de subir le même sort ! Défendons-le déjà en le faisant plus connaître.

Ce qui se passe au Rojava et en Turquie avec le PKK est d’une IMPORTANCE CAPITALE pour la suite des évènements. Soutenir le PKK et Ocalan aujourd’hui dont la représentante officielle est Asya Abdullah, dont le but n’est pas (plus) de créer un état kurde, mais un confédéralisme démocratique autonome et anti-étatique, ce que quelqu’un comme Thierry Meyssan par exemple, refuse malheureusement de rapporter, puisque pédalant pour les forces étatiques…

A lire sur le sujet pour en savoir plus des turpitudes politiques de l’occident contre les Kurdes, même s’il est important de lire ce que nous avons écrit ci-dessus pour pouvoir aussi désamorcer l’analyse propagandiste conservatrice de Thierry Meyssan sur le sujet:

http://www.voltairenet.org/article192023.html

28 Réponses to “Changement de paradigme: La révolution anarchiste kurde en Turquie et au Rojava syrien…”

  1. Pour être très sincère ; Je suis sonnée…
    Je m’attelle à le rebloguer.
    Je vais prendre connaissance de l’avis de T. Meyssan avant.
    Je suis frappée, plus que d’habitude, par les similitudes entre le Mouvement Zapatiste, MNN, et notre propre réflexion sur l’association en communes libres et auto-gérées.

    • mais c’est parce que ce concept et cette pratique n’est pas une invention récente, elle a été appliquée il y a déjà bien longtemps, en fait les sociétés traditionnelles ancestrales sont fondamentalement des sociétés non seulement sans état mais surtout « contre » l’État comme le disait Pierre Clastres dont l’analyse fut lumineuse, même s’il arriva à une aporie avant sa mort prématurée, aporie toujours pas résolue aujourd’hui car personne n’a repris le flambeau de ses recherches anthropologiques.
      Les sociétés celtiques par exemple ont géré l’Europe dès 800 avant notre ère, quand on parle des « Gaulois », Vercingétorix etc… c’était la fin de 8 siècles de présence de l’est de la Hongrie à l’Irlande et l’Écosse. ces sociétés fonctionnaient en « communalisme/confédéralisme démocratique » surtout avant qu’elles ne passent au patriarcat.
      Les iroquois, la vaste majorité des nations amérindiennes du nord et du sud (MNN sont Iroquois, l’EZLN du Chiapas regroupe des nations Mayas autochtones…), les aborigènes d’Australie, les sociétés mélanésiennes, les sociétés traditionnelles africaines. Toutes ces sociétés ne parlent bien évidememnt pas « d’anarchie » de « confédéralisme démocratique » etc.. mais elles fonctionnent sur des bases d’assemblées de conseils, de délibérations populaires basées sur le consensus et les décisions prises à l’unanimité, elles fonctionnaient en collectivisme communal, où la solidarité et l’empathie de groupe (clan) étaient vivides et fondamentales au fonctionnement social…
      Tout cela est réel, vécu, et n’est en rien « archaïque » bien au contraire. Ls gens ont cette image d’archaïsme en tête parce que soit c’est du passé lointain, soit cela se pratique encore dans des endroits peu « développés » au sens occidental du terme, notion complètement ethno/euro-centrique s’il en est.
      Le manifeste pour un Confédéralisme Démocratique d’Ocalan est un texte phare parce qu’il place tout cela dans un contexte moderne et actuel de la réalité de terrain, valide pour les Kurdes mais qui peut être adaptée par toute société pour satisfaire ses besoins locaux, ensuite suffit de confédérer les groupes entre eux… Comme l’avait dit Kropotkine (1ère citation en exergue…)
      C’est de là que provient ce sentiment d’habitude de similitudes… c’est à çà qu’on reconnaît l’universalité, elle s’impose d’elle-même,elle paraît être évidence puisque çà coule de source de partout. Ce qui n’est pas le cas ni de l’État, ni du capitalisme qui n’ont été appliqués qu’à marche forcée depuis des siècles…
      Rien n’est inéluctable… sauf la mort…😉

  2. La conclusion de Meyssan ; « C’est ce programme que la France s’était engagée, en 2011, à conduire avec la Turquie, en limitant les massacres. Selon un Traité secret signé par les ministres des Affaires étrangères de l’époque, Alain Juppé et Ahmet Davutoğlu, Paris et Ankara devaient créer un nouvel État en Syrie pour y expulser les Kurdes du PKK. C’est cet accord que François Hollande s’était engagé à appliquer en organisant à l’Élysée la rencontre Erdoğan-Muslim. Et c’est cet accord que, sans le savoir, Washington et Moscou sont en train de réaliser. »

    Qui peut croire un seul instant que Washington et Moscou réaliserait un accord dont ils ignoreraient tout !

    Hollandouille vient de déclarer, à l’instant ; Prenons garde du vide laissé par les terroriste…

  3. Jean Cendent Says:

    ……ce que quelqu’un comme Thierry Meyssan par exemple, refuse malheureusement de rapporter, puisque pédalant pour les forces étatiques…
    Bonjour,
    J’ai écrit il ya quelques temps T. Meyssan est peut être un bon detective mais reste un flic .

    Maintenant il me semble avoir fait une erreur …. flic, conservateur, Non…. je cherche, je cherche… Ah ! Oui, bon détective , BON est en trop, tant qu’ à detective ? Un detective cela coûte combien pour un quidam comme moi s’il doit enquêter sur ce que disons, le PS m’a fait ( nous a ) subir, menti depuis 81 vs 83 ou avant pour les plus anciens ?
    Bref, MERCI pour cette article, les dirigeants US , UE , Russe et au hasard la France ( la lumière du monde historiquement ? ) etc …. sont tous des capitalises , non ?

    Si seulement tous les partis rien qu’en France ( pour commencer comme souvent à pas emmerder la terre entière ) se réclamant du père Marx et de ses fils Lénine, Trotsky, Staline , Mao, etc… et oui même le 2 derniers cela existe? Les premiers je comprend à peine ( pas assez intelligent, érudit , vs communiste mordicus ) mais les 2 autres la parole m’en tombe , voulaient lire cette article et rêvons changer leur livre Saint d’épaule et bien …… bon , il faut que je me reveille, hélas .

    Et re- MERCI .

    ( pardon, il fallait que je me défoule)

  4. Jean Cendent Says:

    Et puis je le confesse, ne pas lire Meyssan, SVP.
    Je n’ai pas eu besoin de lui ( et j’ai bac -50 ) pour savoir pour les tours jumelles, l’histoire nous la déjà prouvé: Vietnam, Pearl Habor, etc …
    Sans la CIA Meyssan n’a rien à dire sinon que les mouches volent et sont utiles, NON ?

    • Nous n’irons pas jusque là, Meyssan et le Réseau Voltaire ont levé un paquet de lapins et contribuent à la divulgation de la face cachée de l’info. Après il y a manifestement des bias politiques, en ce qui nous concerne son omerta sur la révolution sociale du Rojava et le refus de reconnaître que le PKK n’est plus depuis déjà une quinzaine d’années le parti politique cherchant à établir un état indépendant du Kurdistan mais une confédération démocratique de fondation anarchiste est une chose qui nous irrite particulièrement.
      La révolution sociale du Rojava et turque initiée par les Kurdes de cette région peut totalement changer la face du Moyen-Orient pour le meilleur. Les états feront tout pour écraser ce mouvement populaire, la Turquie en tête, mais on peut même s’attendre à terme à une alliance de l’OTAN emmené par la Turquie et la… Syrie pour écraser les anarchistes kurdes, tout comme tous les états européens URSS inclue se sont ligués pour écraser la révolution sociale anarchiste espagnole de 1936. Le Front Populaire de Léon Blum fut le gouvernement français qui ferma les frontières et parqua les refugiés espagnols dans des camps… Tous les états, même ennemis du moment, se liguent contre la seule véritable menace qu’ils reconnaissent: l’union populaire, la confédération des associations libres qui laissent les institutions illusoires et obsolètes dans la poussière de l’histoire. L’oligarchie est terrorisée par le peuple unifié quelle ne peut plus contrôler !… Elle est terrorisée par le simple fait d’y penser !…
      Meyssan est un agent étatique qui agit, volontairement ou non. pour des maîtres; il dévoile les dessous non affriolants de la turpitude ambiante tout en rêvant à la réforme menant à un « état vertueux », mythe si cher à tout « réformiste ». Meyssan et le RV ont une utilité… jusqu’à un certain point.😉

      • Jean Cendent Says:

        Bonjour,
        Pour T.Meyssan c’était une caricature, mais si la révolution anarchiste Kurdes / Rojava doit durer pour devenir une région libre « reconnu et admisse par le reste du monde ? » Mr Meyssan il écrira plutôt pour ou contre ? Pour ma part il me semble que son article sera du type ( je caricature à l’extrême pour « rire » enfin j’espère ): Derrière cette révolution soit disant sociale et aux tendances anarchistes se cache en fait la main du multi milliardaire US déjà à l’oeuvre dans Nuit Debout pour affaiblir la Syrie et ses frontières légitimes, dessiné à l’encre de Chine après la 1er guerre mondiale au nom de la fraternité réciproque des peuples, porteurs d’un véritable projet démocratique . Car en effet, les fonds de pension des agents oranges de la CIA qui en Mai 68 avait passé des accords avec les rebelles du FLN contre la souveraineté Française en Algérie que l’Europe made in USA a toujours convoité avec l’aide non dite de l’URSS et de G. Washington jalousant De Gaule qui mangeait du coq gaulois en sauce, etc .
        Pour la révolution anarchistes Kurdes / Rojava je pense exactement comme vous et partage entièrement vos craintes: …Tous les états, même ennemis du moment, se liguent contre la seule véritable menace qu’ils reconnaissent: l’union populaire, la confédération des associations libres …
        Merci, pour ce texte et les futurs infos sur la révolution anarchiste Kurdes /Rojava.
        ( qui pourrait en autre nous servir d’exemple disons, actuel )

        • oui ce serait à peu près dans le style…😀
          Concernant le Rojava: personne à part quelques sites alternatifs/anarchistes n’en parle… Bizarrement (pas tant que çà en fait, c’est ironique), personne ne parle de la révolution sociale anarchiste espagnole de 1936. Les bouquins « d’histoire » ne mentionnent que la « guerre civile espagnole » ayant vu s’affronter « franquistes et républicains »… Durutti, les collectifs aragonais et les plus d’un million d’adhérents à l’époque, à la CNT devant un parti communiste quasi inexistant en Espagne, tout çà n’est qu’anecdote folklorique pour l’establishment.
          La similitude entre le Rojava 2016 et l’Espagne 1936 n’est que trop évidente. Apprenons de l’histoire… pour une fois…

        • Jean Cendent Says:

          Bonjour,
          ……La similitude entre le Rojava 2016 et l’Espagne 1936 n’est que trop évidente. Apprenons de l’histoire… pour une fois…

          Je suis d’accord avec vous et partage les mêmes sentiments de peur et d’espoir.

  5. Jean Cendent Says:

    Et puis je le confesse, ne pas lire Meyssan , SVP.
    je n’ai pas eu besoin de lui ( et j’ai bac -50) pour savoir pour les tours jumelles, l’histoire nous la déjà prouvé: Vietnam, Pearl Habor, etc …
    Sans la CIA Meyssan n’a rien a dire sinon que les mouches volent et sont utiles NON ?

    • Jean Cendent Says:

      Je m’excuse j’ai fait une erreur ( mais c’est Meyssan qui braque un 38 sur moi / blague )

  6. C’est ce genre d’info qui, à mon sens, démontrent que Washington mettra tout en œuvre pour déclencher qque chose = http://www.alterinfo.net/notes/Les-Etats-Unis-poignardent-encore-dans-le-dos-leur-allie-saoudien-en-l-accusant-de-terrorisme_b9615376.html Par n’importe quel moyen. Et donc, je ne peux croire que la France et la Turquie manipulent Oblabla ou Vlad, et encore moins les véritables maîtres du Jeu… JBL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s