Résistance au colonialisme: Breloques pour collabos…

“Les peuples indigènes ont vécu d’innombrables siècles sans déséquilibre ni destruction ; puis en seulement environ 6000 années de patriarcat, la Terre a été amenée au bord de la destruction totale. Pour le patriarcat, le meurtre de masse et la destruction de toute forme de vie sont justifiés par les bénéfices de quelques privilégiés se situant en haut de la pyramide et de la chaîne de causalité. Wall Street n’est pas différent de toutes les tyrannies et de tous les royaumes de l’histoire.”

~ Russell Means ~

 

L’Ordre du Canada

 

Mohawk Nation News

 

3 Mai 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/05/03/order-of-canada/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’histoire a prouvé que lorsque des gens prédateurs ont une licence pour être des monstres, il n’ont qu’un désir, celui d’être des monstres. La loi (canadienne) sur les indiens ou Indian Act est l’outil dans les mains des monstres afin qu’ils puissent finaliser leur “solution finale au problème indien”.

La médaille de “l’Ordre du Canada” ou OC, créée en 1967, est la plus grande distinction civile pour récompenser un service public d’excellence au Canada le tout en parachevant ses objectifs fascistes. Ceux récompensés de cette breloque ont aidé à faire du Canada un pays presque sans Indiens.

L’objectif du programme entrepreneurial a toujours été la fin de l’existence d’Onkwe’hon:weh (NdT: peuples autochtones de l’Île de la Grande Tortue). En premier lieu fut l’extermination. Quelques uns survécurent. Depuis l’internet, d’autres façons sont mises en place pour nous exterminer. La communauté mondiale observe. Les banquiers sont préoccupés de ce que nous ne dérangions pas leur économie basée sur les ressources. Les vieux plans déclarés du Canada pour notre “relocation” est la vieille politique de la déportation et de l’extermination connue sous le vocable de génocide. Les peuples originels de partout (NdT: y compris d’Europe…) sont en train d’être extirpés.

Les Canadiens sont totalement conditionnés à se voir eux-mêmes comme étant “gentils”, un “peuple sympa”, bien qu’ils fassent si peu pour stopper le génocide toujours en cours. Ils bénéficient grandement de toute cette affaire, ce qui les rend complices.

Les traîtres INDIENS du système entrepreneurial sont honorés avec des médailles de l’OC et sont frauduleusement représentés comme les défenseurs de nos droits. Ils ne sont que les associés coupes-gorge aidant à l’annihilation de leurs propres peuples.

Des plans de bataille ont toujours été tirés pour contrer toute résistance. Tout le monde veut continuer à faire des affaires avec l’entreprise CANADA. Ils doivent nous virer du chemin. Ceci est de la même veine que l’économie de ressources volées qui a créé l’EIIL/EI, un de ses nombreux masques.

L’extirpation d’Onkwe’hon:weh commence en plaçant des industries en amont de nos communautés qui larguent tout un tas de toxines détruisant toute vie. Notre responsabilité est de prévenir toute destruction environnementale. On nous extirpe. Nos biens et possessions nous sont volés. Les bénéfices des ventes de ces biens et ressources sont déposés sur des comptes en banque offshore (paradis fiscaux). Les soi-disants “chefs” ferment leur gueule. Ils fournissent le strict minimum de biens et services pour maintenir la survie [Attawapiskat, Kasachewan etc…]. Ils aident à faciliter la politique d’assimilation afin de détruire nos ligne de sang, nos clans et nos vies.

Hitler avait les médailles de “Judenfrei” pour les juifs qui collaboraient avec lui sur la “solution finale du problème juif”. Le Canada honore la trahison des INDIENS qui aident à faire la même chose. Comme ces vendus à l’armée yankee qui aidèrent à la capture de Géronimo et qui se retrouvèrent dans les mêmes trains en direction de la prison avec le reste d’entre nous.

Bo Diddley nous rappelle de toujours faire mieux que de regarder la couverture “You can’t judge an apple by looking at a tree. You can’t judge a fish by looking in the pond. You can’t judge right by looking at the wrong. You can’t judge one by looking at the other. You have misjudged me. I look like a farmer, but I am a lover. You can’t judge a book by looking at the cover”.[Can’t judge a book].

Une Réponse to “Résistance au colonialisme: Breloques pour collabos…”

  1. Conférence du professeur Robert J. Miller à l’université d’Arizona (2013) sur la Doctrine de la découverte, la destinée manifeste et les racines profondes du colonialisme:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s