Occident, colonialisme et la violence de la domination… ou sortir de…

La cage

 

Mohawk Nation News

 

12 Avril 2016

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2016/04/12/the-cage/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Nous sommes un peuple libre, vivant libre, ayant son mot à dire sur nos vies et égal en tout ce qui constitue le monde naturel. Nous sommes encerclés par ceux qui n’ont jamais fait l’expérience de la liberté naturelle, qui sont élevés pour être captifs. Chaque être vivant ne peut encaisser qu’une certaine dose d’oppression dévastatrice.

Venez dans la cage avec nous”, disent-ils. On nous hait parce que nous refusons d’être captifs.

Maintenir Leonard Peltier en prison depuis plus de 40 ans pour un crime que le FBI sait pertinemment qu’il n’a pas commis est leur façon de nous menacer tous et toutes. Quand les imposeurs coloniaux entre en nos territoires et nous tirent dessus, il est naturel de nous défendre pour survivre. Nous évoluons depuis la nature elle-même. Tous les animaux se défendront en accord avec l’ordre naturel de l’instinct de survie (NdT: c’est ici qu’il faut faire le distingo entre “l’agressivité” et la “violence”. L’agressivité est liée à la survie et à l’évolution, la violence est induite et fabriquée, elle est un symptome du cancer politico-social qui existe dans toute société où le pouvoir politique s’est séparé du peuple et a créé l’inégalité. L’agressivité est naturelle, la violence est sociale donc induite…). Nous luttons contre un ordre non naturel, voire anti-naturel.

Ils sont nés sous le joug depuis des milliers d’années. Ils nous voient libres. Ils veulent nous retirer notre liberté ou nous tuer si nous résistons. Ils envient et détestent ceux qui refusent de se laisser réduire en esclavage par eux. Nous avons un lien naturel avec la création pour survivre en utilisant nos instincts.

Luther Standing Bear disait: “L’homme blanc ne comprend pas ‘l’Amérique’. Il est bien trop éloigné de ses processus formatifs. Les racines de l’arbre de sa vie n’ont pas encore atteint et enserré la roche mère et le sol. L’homme blanc est toujours troublé par des peurs primitives ; il a toujours à la conscience les périls de ce continent sauvage ; une grande partie de sa vaste nature n’ayant pas encore rapporté les fruits de ses pas et regards inquisiteurs… L’homme d’Europe est toujours un étranger. Et il déteste toujours l’homme qui a questionné son chemin à travers ce continent. Mais dans l’Indien (Ongwe’hon:weh) l’esprit même de la terre est toujours imbriqué et il le demeurera jusqu’à ce que d’autres hommes soient capables de deviner et de se conformer à son rythme. Les hommes doivent naître et renaître pour appartenir. Leurs corps doivent être constitués de la poussière des os de ceux de leurs ancêtres.

L’homme blanc veut que nous soyons programmés comme lui. La ceinture wampum “George Washington” de 1794 et d’autres programmes ne sont que des ordres de marche pour notre extermination totale. Nous nous tenons maintenant debout sur le ventre de notre terre-mère avec des barrières artificielles placées tout autour de nous.

 

2 Réponses to “Occident, colonialisme et la violence de la domination… ou sortir de…”

    • oui merci du lien… L’occident criminel et toujours colonialiste ne peut que se réfugier que derrière la fraude, le mensonge, l’obstruction de vraie justice pour sortir de ses turpitudes et crimes et maintenir la tête hors de l’eau où il se noie.
      Nous sommes en train d’éplucher le contre-rapport de la « Commission Vérité et Réconciliation » canadienne qui s’appelle : « Murder by Decree », publié par International Tribunal for the Disappeared of Canada ITDC. Un pavé de plus de 400 pages avec 250 pages d’archives et de documents prouvant les crimes commis dans ces « pensionnats pour Indiens ».
      Ce rapport a été publié aussi en partie pour rendre publics le plus de documents possibles sachant que la destruction d’archives incriminantes est toujours une possibilité pour un état colonial voyou et criminel qui vit et ne survit que dans le crime, l’abus de confiance et la supercherie. Le Canada n’en est qu’un exemple, il y a bien d’autres de ces tristes sires.
      Nous avons fini la traduction du dernier « Pilger » sur les aborigènes et la famine provoquée que le gouvernement australien leur inflige.
      Plus on avance et plus les faits nous prouve que nous sommes sur la bonne voie, celle d’arrêter d’être tous colonisés…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s