Résistance politique: Sortir de l’impasse étatique en suivant « l’idéal » ~ 1ère partie ~ (Gaston Leval)

 « Les anarchistes [en Espagne] ne cherchent pas à lutter contre les fascistes mais à manifester leur animosité contre les communistes et l’URSS. Ils prêchent la collectivisation ce qui est un crime. »
~ Maurice Thorez, PCF, 1937 ~

« En 1939, près de 100 000 prisonniers politiques ont déjà été passés par les armes, le régime franquiste ne se débarrassera d’ailleurs jamais de cette hystérie meurtrière puisqu’en 1974, soit un an seulement avant sa mort, Franco continuait de faire garrotter ses opposants politiques. »
~ Olivier Pinalie ~

 

L’idéal (1)

Gaston Leval

Extrait de “L’Espagne libertaire 1936-39” (1983)

1ère partie
2ème partie

« Maintenant je peux mourir, j’ai vu réalisé mon idéal. » Cela m’était dit dans une des Collectivités de la région levantine (dans la province de Valence, si mes souvenirs sont exacts), par un des hommes qui avaient lutté toute leur vie pour le triomphe de la justice sociale, de l’égalité économique, de la liberté et de la fraternité humaines.

Son idéal, c’était le communisme libertaire, ou l’anarchie. Mais l’emploi de ce dernier mot risque fort, surtout en langue française – et en d’autres langues sans doute – de déformer dans les esprits ce que le grand savant et humaniste Elisée Reclus définissait comme « la plus haute conception de l’ordre ». D’autant plus que très souvent, et ce fut le cas en France, les anarchistes semblent s’être évertués à donner raison à leurs adversaires, et à justifier l’interprétation négative et nihiliste que l’on trouve déjà dans tel ordonnance ou tel édit de Philippe le Bel. C’est donc trahir le sens de ce que me disait le vieux militant qui avait tant combattu et tant souffert, et qui probablement est mort sous les balles franquistes, que s’en tenir à la simple énonciation d’un mot si diversement interprété. Voyons donc plus à fond.

Dans sa brochure El Ideal Anarquista, Ricardo Mella, qui fut le penseur le plus authentique et le plus original de l’anarchisme espagnol, donnait de cet idéal la définition suivante: « La liberté comme base, l’égalité comme moyen, la fraternité comme but. » Retenons-le bien : le but ultime, le couronnement était la fraternité, où la liberté serait à la fois une base et une conséquence, car peut-il y avoir fraternité sans liberté, mais également peut-on priver son frère de liberté ?

Ces conceptions n’avaient du reste pas pénétré en Espagne avec le vocable si discuté, et si discutable d’anarchie. Dans son livre auquel il faut toujours revenir, El Proletariado militante, Anselmo Lorenzo, qui fut après Mella le penseur le plus qualifié de l’anarchisme espagnol, raconte comment elles lui avaient été révélées d’abord par la lecture, faite avant 1870, de quelques livres de Proudhon, parmi lesquels De la capacité politique des classes ouvrières qu’avait traduits Pi y Margall, philosophe et apôtre du fédéralisme républicain qui fut – pas pour longtemps – un des présidents de la première République espagnole (1873-1874). Ces livres, et les articles publiés par le même Pi y Margall dans son journal La Discusión lui avaient montré la réalité du problème social, tandis que d’autres hommes luttaient pour une république qui ne pouvait être que bourgeoise, et s’affiliaient au carbonarisme, ou à quelque autre société secrète européenne.

C’est alors que pénètre en Espagne l’influence bakouninienne. Le messager en est une très belle figure de lutteur, l’italien Giuseppe Fanelli, ancien combattant garibaldien, puis député libéral indépendant, qui ayant rencontré Bakounine, sans doute lors de son séjour à Florence, avait adhéré à sa pensée sociale.

Bakounine défend et propage le socialisme. A cette époque, le mot anarchie est pour lui synonyme de désordre, chaos, déliquescence. Aussi a-t-il fondé à Genève, avec une trentaine d’amis parmi lesquels des intellectuels de premier ordre (1bis), l’Alliance internationale de la Démocratie socialiste. Il avait connu Proudhon lors de son séjour à Paris, pendant les années 1844-1848 (2). Comme celui de Proudhon, son socialisme est antiétatique. Il répond à sa psychologie slave, à sa large nature russe, à sa vision cosmique des choses, à l’ample philosophie humaine basée sur la science expérimentale qu’il s’est construite. Sa pensée a mûri pendant les douze années de forteresse, de prison, de déportation sibérienne qu’il vient de subir. Le comportement de l’autoritaire et dictatorial Marx pendant cette longue et douloureuse période n’a fait que renforcer sa méfiance et son aversion de la dictature, même appelée populaire.

Aussi lorsque, en 1869, Fanelli expose la doctrine de l’Alliance aux nouveaux amis qu’il s’est faits à Madrid et à Barcelone, peut-il citer les sept articles du programme de cette organisation secrète, écrits de la main de son fondateur :

« L’Alliance se déclare athée ; elle veut l’égalisation politique, économique et sociale des individus des deux sexes »… « La terre, les instruments de travail, comme tout le capital, devenant la propriété collective de la société tout entière, ne peuvent être utilisés que par les travailleurs, c’est-à-dire par les associations agricoles et industrielles. »

« Elle veut pour tous les enfants des deux sexes, dès leur naissance à la vie, l’égalité des moyens de développement, c’est-à-dire d’entretien et d’instruction à tous les degrés de la science, des industries et des arts »… « Elle reconnaît que tous les Etats politiques et autoritaires actuellement existants devront disparaître dans l’union universelle des libres fédérations, tant agricoles qu’industrielles »… « La question sociale ne pouvant trouver de solution définitive et réelle que sur la base de la solidarité internationale des travailleurs de tous les pays, l’Alliance repousse toute politique fondée sur le soi-disant patriotisme et sur la rivalité des nations »… « Elle veut l’association universelle de toutes les associations locales par la liberté. »

Dans ce programme, Bakounine dépasse Proudhon, par exemple sur l’égalité des droits de la femme – il l’a déjà dépassé avant, entre autres dans son Catéchisme révolutionnaire – ; il dépasse Marx dans sa vision de société nouvelle construite sur la base des organisations économiques internationales des travailleurs. Car les Statuts de l’Internationale ne vont pas si loin, ils n’impliquent pas une technique précise de réorganisation sociale en même temps qu’une doctrine politique (ce qui laissera le chemin ouvert à bien des surprises et mènera à la conquête du Parlement et de l’Etat).

Mais il est surprenant de voir avec quelle célérité, quelle facilité, quelle précision les deux noyaux espagnols – à Madrid et à Barcelone – allaient assimiler et répandre la doctrine fondamentale de l’Alliance.

Car un an plus tard, exactement le 19 juin 1870, avait lieu à Barcelone, au Palacio de Bellas Artes, le premier congrès de la section espagnole de la Première Internationale.

Ce congrès, où sont représentés 40.000 travailleurs, sur une population de 18 millions d’habitants, se caractérise par le sérieux et la profondeur des débats, des problèmes étudiés, des résolutions prises. La nécessité d’en finir avec la domination du capital et l’exploitation de l’homme par l’homme, l’établissement d’une tactique propre à la classe ouvrière indépendamment des partis politiques, le besoin de se préparer à prendre la relève de la société bourgeoise grâce aux associations ouvrières furent amplement approfondis. Et dès le début, les modes d’application de l’idéal firent élaborer des directives que l’on trouve dans la résolution relative à l’organisation des travailleurs :

« 1° Dans chaque localité on organisera en sections spécialisées les travailleurs de chaque métier ; on constituera, en outre, la section d’ensemble qui comprendra tous les travailleurs appartenant à des métiers n’ayant pas encore constitué de section spéciale : ce sera la section des métiers divers.

« 2° Toutes les sections de métiers d’une même localité se fédéreront et organiseront une coopération solidaire appliquée aussi aux questions d’entraide, d’instruction (3), etc., qui présentent un grand intérêt pour les travailleurs.

« 3° Les sections d’un même métier appartenant à différentes localités se fédéreront pour constituer la résistance et la solidarité dans leur profession.

« 4° Les fédérations locales se fédéreront pour constituer la Fédération régionale espagnole qui sera représentée par un Conseil fédéral élu par les congrès.

« 5° Toutes les sections de métiers, les fédérations locales, les fédérations de métiers, de même que la Fédération régionale se régiront d’après leurs règlements propres, élaborés par leurs congrès.

« 6° Tous les travailleurs représentés par les congrès ouvriers décideront, par le truchement de leurs délégués, des modes d’action et de développement de notre organisation. »

Certes, les postulats fondamentaux de l’idéal sont l’œuvre de Bakounine, ont été apportés par Fanelli. Mais on trouve ici une vaste conception d’organisation, et une initiative créatrice qui, s’avançant sur tout ce qui jusqu’alors a été fait en Europe, montrent à quel degré l’idéal a été compris et assimilé. Dans cette structure complexe – comme la société – et complète, les principes guident l’action, mais l’action à venir guidera et complétera les principes. D’autre part, nous nous trouvons devant un esprit novateur, une volonté active et un sens de l’éthique qui dépassent d’un seul coup les limites du corporatisme syndical. On ne pense pas seulement à créer une organisation de caractère professionnel, mais humaniste et sociale au large sens du mot. En même temps que l’on invente une arme efficace pour lutter dans l’immédiat contre l’adversaire de classe, on pose les fondements d’une société nouvelle.

Déjà ce qu’on appellera plus tard organisation verticale constituée à base de fédérations nationales, complète l’organisation horizontale. En même temps, les fédérations locales, constituées dans les centres quelque peu importants, où il existe différents syndicats de métiers, réunissent et fédèrent ces derniers pour les luttes communes. En France, cela se produira trente ans plus tard, sous la forme de bourses du travail, et il faudra pour cela que Fernand Pelloutier, venu de la petite bourgeoisie, s’en fasse l’apôtre.

Mais l’idéal apparaît aussi dans d’autres résolutions adoptées, d’autres tâches sont envisagées dans l’immédiat – bien que souvent l’âpreté de la lutte sociale ait empêché l’application de décisions prises. A ce même congrès, on s’occupa aussi des coopératives. Pour des hommes qui envisageaient la transformation radicale de la société dans un temps très court, celles-ci pouvaient sembler un frein dangereux. Mais bien qu’ils ne connussent pas encore le programme des pionniers de Rochdale, les délégués ouvriers du congrès de Barcelone trouvèrent sur cette question des solutions de bon sens et de parfait équilibre. Le paragraphe 3 de la résolution votée stipulait que :

« Quand les circonstances l’imposent, la coopération de production doit préférer la production d’objet de consommation immédiate pour les travailleurs, mais nous la réprouvons quand elle n’étendra pas, en fait, sa solidarité aux grandes organisations de travailleurs. »

Toutefois, le principe de la solidarité universelle étendue à tous les exploités semble particulièrement praticable par la coopération de consommation, « la seule qui non seulement puisse être appliquée dans tous les cas, et toutes les circonstances, mais qui doit aussi servir d’éléments et de moyens de formation générale de tous les travailleurs dont le retard culturel rend les idées nouvelles difficilement accessibles. »

Enfin, le sixième et dernier paragraphe stipule qu’ « à côté de la coopération de consommation, et comme complément, on pourra placer des coopératives de secours mutuels et d’instruction publique » (4).

Rappelons que nous sommes en juin 1870. A cette époque, le livre de Marx Le Capital est encore inconnu, le Manifeste Communiste lui-même est ignoré, et la Commune de Paris n’éclatera que l’année suivante. Le socialisme fédéraliste et libertaire se développe donc en Espagne d’après l’impulsion de sa force propre. D’un seul coup, l’idéal a été précisé dans ses grandes lignes, et ce que plus tard on appellera le syndicalisme révolutionnaire français, est formulé dès cette époque.

Mais ce qui a été élaboré dans ces journées historiques n’en sera pas moins enrichi et confirmé dans les congrès qui suivront pendant dix ans. Ainsi, l’année suivante, la Conférence des organisations composant la « Section régionale espagnole de la Première Internationale » met davantage encore les choses au point. Les militants les plus capables sont allés en Suisse prendre contact avec Bakounine qui inspire leur action grâce à une pensée constructive et à des dons d’organisateur embrassant la vie à l’échelle planétaire. Mais ils ajoutent à ses idées leurs idées propres. Aux fins de la lutte immédiate, de la résistance ouvrière et de l’organisation de la société nouvelle, l’Espagne est organiquement divisée en cinq régions par les délégués présents à cette conférence : Nord, Sud, Est, Ouest et Centre. Comme il avait été décidé l’année précédente, les fédérations locales et nationales de métiers ont été fondées. On ébauche un type de coopération, par métier également afin de pouvoir faciliter, et contrôler, cette partie de l’activité générale. Le 1er septembre 187l, après huit jours de débats sur différents sujets une déclaration de principes contre le républicanisme, ennemi politique, mais non social du régime monarchique est approuvée :

« Considérant que la signification réelle du mot « République » est « chose publique », donc ce qui est propre à la collectivité et englobe la propriété collective ;

« Que « démocratie » signifie le libre exercice des droits individuels, ce qui n’est praticable que dans l’Anarchie, c’est-à-dire par l’abolition des Etats politiques et juridiques au lieu desquels il faudra constituer les Etats ouvriers (5) dont les fonctions seront purement économiques ;

« Que les droits de l’homme ne peuvent être soumis aux lois car ils sont imprescriptibles et inaliénables ;

« Qu’en conséquence la Fédération doit avoir un caractère purement économique ;

« La Conférence des travailleurs de la région espagnole de l’Internationale des Travailleurs réunie à Valence déclare :

« Que la véritable république démocratique et fédérale est la propriété collective, l’Anarchie et la Fédération économique, c’est-à-dire la libre fédération universelle des libres associations ouvrières, agricoles et industrielles, formule qu’elle adopte intégralement. »

On ne peut qu’admirer la richesse de cette pensée qui n’a jamais été atteinte par aucun mouvement ouvrier depuis qu’elle a été formulée. Il a fallu trente-cinq ans au mouvement ouvrier français pour en arriver à la Charte d’Amiens, bien inférieure pour son contenu théorique et doctrinal, à l’ampleur des visions constructives dans l’ordre pratique, et quant à ce sens d’universalité et d’internationalisme élevant les esprits et guidant les actions. Ici, l’inspiration essentielle est d’abord un idéal fraternel. Il s’agit avant tout d’étendre à tous les peuples, à tous les habitants de la terre, la pratique de la solidarité humaine.

L’année suivante – 1872 – l’Internationale est déclarée hors la loi par le gouvernement de Madrid, malgré la brillante défense qu’en fit au Parlement Nicolas Salmeron, noble figure et grand juriste républicain. En Italie, le gouvernement prend la même mesure. En France, où sévit toujours la loi Le Chapelier, les tribunaux n’ont cessé de condamner les internationalistes à des peines d’emprisonnement sévères. Mais tandis que les internationalistes italiens guidés par Malatesta, Covelli, Andrea Costa, Carlo Caffiero et autres jeunes gens enthousiastes sortis de la bourgeoisie, proclament leur joie de cette mesure qui, disent-ils, hâtera la révolution, et se lancent dans des tentatives insurrectionnelles échevelées qui provoqueront la dissolution complète du mouvement, les militants d’Espagne ne perdent pas de vue les buts de caractère constructif, et l’action organique immédiate qui en découle. Ils commencent par confirmer leurs aspirations positives dans un Manifeste à l’opinion publique que lance le Conseil fédéral de la section espagnole de la Première Internationale:

« Nous voulons que la justice soit réalisée dans toutes les relations humaines ;

« Nous voulons l’abolition de toutes les classes sociales et leur fusion dans une seule classe de producteurs libres, honnêtes et cultivés ;

« Nous voulons que le travail soit la base sur laquelle repose la société ; que le monde se convertisse en une immense fédération de libres collectivités ouvrières d’une localité qui, se fédérant entre elles constituent une fédération locale complètement autonome ; que les fédérations locales d’un canton constituent la fédération cantonale, que les diverses fédérations cantonales d’une région constituent la fédération régionale, et enfin que toutes les fédérations régionales du monde constituent la grande fédération internationale ;

« Nous voulons que les instruments de travail, la terre, les mines, les chantiers navals, les transports maritimes, les chemins de fer, les fabriques, les machines, etc., devenus propriété de la société tout entière, ne soient utilisés que par les Collectivités ouvrières qui les feront produire directement, et au sein desquelles l’ouvrier recevra le produit intégral de son travail (6) ;

« Nous voulons pour tous les individus des deux sexes, l’enseignement intégral de la science, de l’industrie et des arts (7) afin que disparaissent les inégalités intellectuelles, fictives en leur presque totalité, et que les effets destructeurs de la division du travail ne se reproduisent pas ; on obtiendra alors les avantages uniques, mais positifs de cette force économique par la production de ce qui est destiné à satisfaire les nécessités humaines ;

« Nous croyons que par l’organisation de la société en une vaste fédération de Collectivités ouvrières basées sur le travail, tous les pouvoirs autoritaires disparaîtront, se convertissant en simples administrateurs des intérêts collectifs, et que l’esprit de nationalité et le patriotisme, si opposés à l’union et à la solidarité des hommes s’effaceront devant la grande patrie du travail, qui est le monde entier ;

« Tel est le socialisme que proclame l’Internationale dont les deux affirmations essentielles sont : en économie, le collectivisme, comme principe politique, l’anarchie. Le collectivisme, c’est-à-dire la propriété commune des instruments de travail, leur utilisation par les Collectivités ouvrières qui les feront produire directement, et la propriété individuelle du fruit intégral du travail de chacun. L’anarchie, ou l’abolition des gouvernements, c’est-à-dire leur conversion en simples administrateurs des intérêts collectifs. »

Ces derniers paragraphes ne nous rappellent-ils pas la formule de Proudhon : « L’atelier fera disparaître le gouvernement » ? Ou mieux peut-être celle de Saint-Simon : « Remplacer le gouvernement des hommes par l’administration des choses » ?

Toujours en cette année 1872, la section espagnole de la Première Internationale continuera de mettre au point principes et moyens de réalisation. Un nouvel apport massif sera fait au congrès de Saragosse, juste avant la mise hors la loi. La hauteur morale des questions traitées, des résolutions prises, l’emporte souvent de beaucoup sur les problèmes et les solutions économiques, le tout généralement s’interpénétrant pour la première fois dans le mouvement ouvrier. Il sera traité du sort de la femme « dont l’émancipation est intimement liée à la question de la propriété », des sections coopératives de consommation, des comités de consommation organisés par les sections ouvrières de résistance, et par une Fédération coopérative spécialisée. Un long rapport, digne d’un juriste, montre combien, avec quelle minutie les auteurs ont étudié le problème de la propriété. Mais le rapport sur « l’Enseignement intégral » retient le plus notre attention, car c’est la première fois que ce sujet donne lieu à une analyse aussi profonde.

Il est stupéfiant de trouver d’abord les considérations scientifiques d’ensemble, et l’énumération, par ordre d’importance, des rapports entre le développement biologique et celui des facultés psychologiques de l’enfant qui furent alors émises. On est tenté de dire que, depuis, aucun des grands maîtres de la pédagogie n’est allé plus loin. En vérité, ce rapport fut l’œuvre d’un intellectuel rallié aux travailleurs avec lesquels il collabora, mais combien il était honorable pour ces métallurgistes, maçons, typographes, manœuvres, tisserands, débardeurs, de patronner le lancement d’idées pédagogiques en avance d’un demi-siècle sur l’époque !

Considéré dans l’ensemble, cet esprit constructeur était exceptionnel. Nous en trouvons la preuve dans la troisième Résolution votée au Congrès de Saint-Imier célébré les 15 et 16 septembre 1872. Ce Congrès réunissait les sections de la Première Internationale qui ne s’inclinaient pas devant la dictature de Marx et devant la dissolution de cette Association comme réplique aux protestations de la majorité des sections contre l’expulsion frauduleuse de Bakounine, James Guillaume et la Fédération du Jura (8). Parmi les questions à l’ordre du jour, l’une d’elles avait pour sujet : « L’organisation du travail, statistiques ». Le rapport présenté avait visiblement été écrit par Bakounine, et se terminait par ces mots :

« La Commission propose de nommer une Commission qui devra présenter au prochain congrès un projet d’organisation universelle de la résistance, et des tableaux complets de statistiques du travail dans laquelle cette lutte puisera sa lumière. Elle recommande la section espagnole comme la meilleure jusqu’à ce jour. »

L’année suivante, et bien que, comme nous l’avons vu, la Fédération espagnole ait été mise hors la loi, les statistiques enregistrent 162 fédérations locales, et 62 autres en formation. Un an plus tard, selon l’historien belge Laveleye, le nombre des adhérents s’élève à 300 000, ce qui nous paraît excessif, et doit plutôt exprimer l’influence exercée par la section espagnole de l’Internationale. Puis, le mouvement étant devenu clandestin à cause des persécutions, ses effectifs diminuent. Il n’empêche qu’en 1876, une Conférence de fédérations cantonales énumère à nouveau les principes qui devront être appliqués au moment de la révolution :

1° Les localités où les membres de l’Internationale pourront triompher grâce au mouvement international se déclareront libres et indépendantes et déliées de la structure nationale (9).

2° Chacune déclarera immédiatement que ce qu’elle renferme en son sein lui appartient, que rien n’appartient individuellement à qui que ce soit, excepté les meubles, les vêtements et autres objets personnels.

5° Organisation de la fédération des forces populaires de toutes les fédérations, de tous les cantons, de tout le pays.

6° Les conseils locaux se subdiviseront en autant de commissions qu’il sera nécessaire : défense, subsistance ; administration, travail, instruction, relations internationales, et interfédérales, etc.

9° Dissolution de tous les organes constituant l’Etat actuel ; destruction et autodafés de tous les titres de rente et de propriété, des hypothèques, valeurs financières, obligations, etc. : saisie et concentration de toute monnaie métallique ou fiduciaire, des bijoux et pierres précieuses existant dans la localité ; centralisation de tous les articles de consommation et concentration partiale dans des ateliers utilisables, des outils et des machines.

11° Les congrès cantonaux et régionaux prendront en charge, grâce à des commissions spéciales, la gestion de tout ce qui ne pourra pas être fait par les seules communes : la défense cantonale et régionale, l’organisation des services publics, de la marine, des chemins de fer, des postes et télégraphes, etc. ; nomination des délégués de la région au Congrès universel et dans d’autres régions. »

A suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s