Résistance politique: Le confédéralisme démocratique kurde du Rojava… une révolution sociale passée sous silence…

La dégénérescence des révoltes dans le monde et la révolution kurde

Maxime Azadi

Mars 2014

url de l’article en français:
http://www.actukurde.fr/actualites/631/la-degenerescence-des-revoltes-dans-le-monde-et-la-revolution-kurde.html

 

De Libye en Syrie, en passant par l’Ukraine et Venezuela, nous sommes face à une dégénérescence des révoltes, quand on voit les gouvernements de l’Occcident aux cotés des extrémistes, considérés comme « opposition » ou « alternative », en encourageant la violence et des partis fascistes.

Cette politique qui dénature les révolutions place l’Union Européenne face aux aspirations démocratiques des gens oppressés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il s’agit d’un jeu très dangereux, une approche contraire aux valeurs sur lesquelles cette union a été fondée.

Des aspirations légitimes des peuples pour la liberté et la chute des régimes répressifs, soutenus jadis par les élites de l’Occident, se sont transformées en conflits insolubles, après l’intervention occidentale, qui a provoqué de nouveaux champs de bataille jusqu’aux portes de la Russie et en Amérique Latine, sous l’effet du conflit syrien. Cette défiguration des révoltes est un coup contre les revendications démocratiques et anticapitalistes.

L’Union Européen, notamment la France, pays de la révolution de 1789, doit absolument réviser radicalement sa politique étrangère et doit adopter une approche pacifique et démocratique pour résoudre les problèmes, notamment pour faire sortir rapidement la Syrie de ce bain de sang.

Cependant, malgré cette politique qui produit des crises, provoque des tentions entre les peuples, divise les sociétés, encourage les « extrémistes » et les « régimes répressifs », il y a des avancées importantes en vue de créer une vie commune et fraternelle entre les peuples au Moyen-Orient,

KURDISTAN SYRIEN EST LE FUTUR DU MOYEN-ORIENT

Face à la crise mondiale du capitalisme, ce pire malheur que le monde n’a jamais connu, il faut absolument se tourner vers d’autres solutions, d’autres modèles d’administration non-étatiques et une autre politique économique et sociale.

A cet égard, la Syrie devient très importante pour faire une évaluation sur ce qui se passe et tirer les conséquences. C’est en Syrie que se joue le futur du Moyen-Orient. Le conflit syrien représente à la fois l’échec de la politique des gouvernement des pays occidentaux et le besoin d’un nouveau système.

On a vu en Syrie la militarisation de la révolte avec le soutien de l’Occident, et la poursuite de l’oppression de la part du régime d’une part, et les recherches d’une solution pacifique pour construire un pays démocratique d’autre part.

En conséquence, l’opposition syrienne, la Turquie, les Monarchies du Golfe, l’Occident ont échoué. Personne ne peut dire le contraire. Leur politique et leur stratégie qui ignoraient les véritables revendications des peuples de la Syrie ont conduit le pays dans le bain de sang. Ils n’ont jamais proposé une véritable alternative pour remplacer le régime répressif syrien. L’opposition que ces pays soutenaient ont refusé de reconnaitre les droits légitimes kurdes. Les pays occidentaux ont toujours évité de parler de Kurdes et de besoin d’une solution pour une vie commune en Syrie.

Malgré tout et leur inexpérience, les Kurdes ont prouvé une immense réussite en plein d’une guerre horrible, en mettant en œuvre le projet de l’autonomie démocratique. Les Kurdes ont prouvé qu’une troisième voie existe, même militairement sans avoir besoin de la Turquie, de l’Arabie saoudite et du Qatar, ces pays qui ne sont jamais été un modèle pour une révolution et pour la démocratie.

LE MODELE CANTONAL

En janvier, la région kurde a été divisée en trois cantons, soit le canton de Djazira et ceux d’Afrin et Kobani, sur le modèle suisse mais avec une nouvelle perspective moyen-orientale, dans le cadre d’un projet confédéral, élaboré par le leader kurde Abdullah Ocalan, emprisonné en Turquie depuis 1999. Cette expérience montre que de différents peuples peuvent vivre ensemble dans la paix malgré leurs divergences, après des dizaines d’années de l’oppression sous le régime Baas.

Ce modèle inclut tous les composants de la région kurdes dont les arabes, les arméniens, les assyriens, les tchétchènes mais aussi les différentes religions comme l’Islam, le christianisme, le yézidisme etc…

Le canton de Djaziara a adopté trois langues officielles, kurdes, arabe et syriaque. Les vices présidents du canton sont un arabe et une syriaque. Les femmes sont fortement représentées dans les gouvernements de ces trois cantons. Une femme est à la tète du canton d’Afrin.

UN TEST POUR L’OCCIDENT

Aujourd’hui, les Kurdes proposent la stabilité, un modèle démocratique en Syrie, même si on voit toujours que l’Occident et les pays de la région ne veulent pas voir cette expérience. Une approche qui reflète le visage inhumain de la modernité capitaliste face aux drames humanitaires et aux aspirations des peuples. Par ailleurs, le refus du modèle cantonal en Syrie peut également signifier que le modèle suisse n’a pas de valeur.

Au lieu de perdre du temps sur la table posée à Genève par la Russie et l’Amérique, qui exclut les peuples syriens, l’Occident doit renforcer l’expérience kurde qui offre une confédération démocratique et écologique pour la Syrie. Jusqu’ici, on constate que l’Occident ne s’intéresse pas d’une démocratie incluant tous les peuples, mais elle veut refaçonner la Syrie selon ses propres intérêts qui ne sont pas forcement démocratiques.

Les cantons kurdes, le future du Moyen-Orient, attendent une reconnaissance internationale qui mérite. Ces cantons représente non seulement une nouvelle chance pour les gouvernements européens afin de pouvoir gagner la confiance des peuples de la région, mais aussi une chance qui peut corriger une injustice de cent ans faite aux Kurdes.

= = =

Sur Résistance 71:

Rojava et confédéralisme démocratique

3 Réponses to “Résistance politique: Le confédéralisme démocratique kurde du Rojava… une révolution sociale passée sous silence…”

  1. J’ai jugé utile, vu l’évolution des événements en Syrak, de remettre à jour ce billet qui intégrait l’interview de J.L. Izambert ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/17/heure-h-point-zero/ Je regrette seulement que la 3ème partie de l’interview ne soit jamais sortie nulle part… Y zont dû subir des pressions non ? JBL

  2. Tenez, sur la situation actuelle, je me permets de vous coller mon tout dernier billet ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/03/03/cest-pas-la-ww3/ Dans lequel je fais une analyse croisée entre F.W.Engdahl et Pepe Escobar dans l’excellent Saker Francophone.
    Qui d’ailleurs, publie également un autre article de Pepe sur le Kurdistan ; http://lesakerfrancophone.fr/avez-vous-trahi-votre-kurde-aujourdhui tout à fait intéressant vu l’analyse de Maxime Azadi que vous proposez ici !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s