Résistance au colonialisme: Les Apaches bottent le cul du pape…

Article à connecter avec « Le super mensonge du Vatican à l’ONU »

« Vous devez parler directement, ainsi vos mots iront droit dans nos cœurs comme des rayons de lumière. Parlez Américains ! Je ne vais pas vous mentir… Ne me mentez-pas ! »
~ Cochise ~

Les Apaches au pape François 1er: Reconnaissez l’histoire du génocide

ICTMN

19 février 2016

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/02/19/apaches-pope-francis-recognize-history-genocide-163488

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ce qui suit est une déclaration du Apache Ndé Nneé Working Group, de la nation Apache et de la Coalition for Apache Ndé Nneé Justice en rapport avec la tournée actuelle du pape François 1er traversant le territoire Apache Ndé Nneé.

Le pape François est actuellement en tournée officielle à travers le territoire apache Ndé Nneé jamais cédé au-dela des frontières. L’ Apache Ndé Nneé Working Group a fait une déclaration officielle demandant au pape qu’il reconnaisse qu’il est en tournée sur ces terres sans le consentement libre, informé et préalable des peuples Ndé Nneé. Cette action du pape est en violation des lois indigènes, de leur gouvernance et des cadres légaux de la déclaration des droits des peuples indigènes de l’ONU (DDPI). Le groupe demande au pape, en tant que représentant mondial de l’église catholique, de résumer immédiatement son attitude aux principes internationaux minimum. Son attitude présente est une réflexion négative de l’image du Saint siège dans son processus récurrent et sans relâche jusqu’à ce jour de nier la violence génocidaire contre les ancêtres et les survivants actuels des peuples Ndé Nneé des campagnes destructrices menées par le Saint Siège contre des souverains indigènes ne s’étant pas rendus.

L’ Apache Ndé Nneé Working Group en appelle au pape de mettre fin à son attitude paternaliste et colonialiste au Mexique et dans les territoires indigènes inhérents et de se rendre responsable de cette “tournée” dans le territoire Ndé Nneé non cédé. Ce manque de respect continuel envers les peuples indigènes est l’affirmation d’une pratique éhontement ethnocentrique dans les Amériques, qui est, dans son essence même, l’esprit général de la non reconnaissance qui souligne le processus génocidaire permanent toujours de mise sur le continent des Amériques. En ne respectant pas les protocoles dans les territoires autochtones non cédés, le pape entérine le modèle affairiste comme d’habitude, en d’autres termes, la continuation du processus engagé avec la doctrine [chrétienne] de la découverte, qui a subjugué et déshumanisé les peuples autochtones en plaçant leur souveraineté sous celles des Européens. Cette position sans relâche a positionné les peuples et nations indigènes en position d’infériorité en faisant également “normaliser” l’identité des victimes et en les plaçant sous les rubriques étatiques de “minorités” ou de “groupes ethniques” ; ceci est régressif et totalement incacceptable. Une telle attitude propage la notion totalement fictive de “conquête”, qui maintient le statu quo agressif et destructeur de viol, de pillage et de subjugation dans les territoires indigènes non cédés jusqu’à aujourd’hui.

Le schéma sans fin du Saint Siège de paternalisme et d’effacement des faits au travers l’évitement du pape de cette rupture cruciale entre les peuples indigènes et l’idéologie euro-centrique transformée en action politique, œuvre à hypnotiser les masses en pratiquant des rituels qui re-colonisent les peuples autochtones et les force à l’obéissance et la complicité dans cette mascarade.

Le groupe demande que le Saint siège soit tenu pour responsable dans son rôle de perpétration de génocide contre les peuples indigènes et qu’il doit répudier la Doctrine de la Découverte, ainsi que les effets et l’héritage de la bulle papale Inter Caetera de 1493. Les politiques continuelles assimilatoires du Saint Siège sont représentées par les voyages du pape a travers les terres indigènes, alors qu’il “est en tournée” sans le moindre respect des protocoles de reconnaissance légitimes Ndé Nneé des peuples fédéraux et non-fédéraux.

La couverture continuelle du déni de l’église et son refus constant de rencontrer face à face les peuples Ndé Nneé dans des réunions diplomatiques sont des tactiques délibérées d’évitement utilisées pour assombrir et ôter de la vue les intérêts capitalistes et de profits perpétuellement sous-jacents bénéficiants au Saint siège, qui est un très grand propriétaire terrien sur le continent des Amériques. Les tactiques sont utilisées pour mettre dans l’ombre les manières complexes par lesquelles l’église contemporaine œuvre vers la gestion du mécontentement des peuples autochtones et leur rejet croissant de la doctrine de l’église.

“Le pape François 1er n’a aucune compréhension des réalités actuelles et des divers façons dont les peuples indigènes, surtout les peuples Apache Ndé Neé, s’engagent dans des processus de décolonisation et interrogent les façons qu’utilisent le Saint Siège. L’église a menacé le statut d’autodétermination des peuples indigènes´ en avançant sur une relation de pouvoir politique et économique asymétrique, soulignant le vol par le Saint Siège et les colons européens de la souveraineté inhérente des peuples et nations indigènes ainsi que leur droit à s’autogérer.”

La visite du pape perpétue des siècles de violation contre les femmes apache Ndé, les familles, la terre, les traditions sacrées et l’auto-détermination au travers de l’invasion illégale par le Saint Siège et ses royaumes européens politico-(pseudo)légaux et leurs alliés états-coloniaux par le truchement de la bulle Inter Caetera et son héritage.

En Novembre 2015, le groupe de la nation Apache Ndé Nneé a soumis au CERD de l’ONU (In November 2015 the Apache Ndé Nneé Working Group submitted to the UN CERD (Committee on the Convention on the Elimination of all forms of Racial Discrimination) ) le fait que le Saint Siège, sa bulle Inter Caetera et la Doctrine de la Découverte qui en a résulté furent responsables du vol, du meurtre des terres apache Ndé Nneé, de leurs familles, de leurs ressources, de leur caractère sacré et que la vie elle-même dans la trace de son héritage continue à être raciste et génocidaire.

Le CERD des Nations-Unies et son comité ont en réponse soutenu le fait que le Saint Siège devait rencontrer les peuples indigènes au sujet des problèmes soulevés et ce incluant de se préoccuper “de l’héritage et des effets actuels de la Doctrine de la Découverte endorsée par la bulle Inter Cetera du mois de Mai 1493 et les autres bulles papales attenantes, aussi bien que les autres problèmes.

(The UN CERD Committee has in response supported that the Holy See must meet with Indigenous Peoples about these matters raised, including to address “the current legacy and effects of the Doctrine of Discovery endorsed in the Inter Caetera from 1493 and its related papal bulls, as well as other issues”.)

“Que le pape continue de violer l’auto-détermination et la sacralité des Apache Ndé Nneé en entrant sur nos terres sans même rechercher notre consentement, ou d’offrir de nous rencontrer au sujet des problèmes sus-mentionnés issus des recherches du CERD de l’ONU, montre le manque de respect ultime aux Apaches Ndé en tant que peuple et nation.”

“Nous ne tolèrerons pas le viol continu de nos droits à l’auto-détermination par l’église catholique, de notre pouvoir décisionnaire, de la sacralité de nos femmes, de nos terres et de nos êtres.

Entrer en territoire Apache Ndé et à ce même moment suivre ce que le CERD a trouvé, est une étape calculée par le pape François 1er et l’église catholique pour diminuer la nation Apache Ndé Nneé en tant qu’égaux dans la société du monde; en essence, peu a vraiment changé. Cette violation de nos esprits pue cette mentalité de génocide continuel contre le peuple Apache Ndé.

De fait, la présence du pape en même temps ne veut absolument rien dire pour nous ; sa condescendance, ses actions paternalistes sont, simplement, des jeux de guerre psychologique de l’église. “Que pense le pape François des violations extrêmes des droits humains des peuples Ndé Nneé dans l’ombre du grand mur frontalier du goulag? (NdT: allusion ici au mur qui se construit sur la frontière américano-mexicaine…) Des abus des droits des peuples Apaches à pouvoir prendre des décisions informées, libres et consenties en regard du pillage de la compagnie minière Rio Tinto à Oak Flat ?”

Nous poussons pour la formation d’une commision sur la vérité au sujet de l’héritage de viol et des violations de notre peuple par le Saint Siège, comme étant la seule façon de mener à de véritables réparations.

We hold fast to the formation of a Truth Commission regarding the Holy See’s legacy of rape and historical violations of our people as the only way to actual reparations.

15 Réponses to “Résistance au colonialisme: Les Apaches bottent le cul du pape…”

  1. Bon, ben, j’ai la réponse à la question que je posais en commentaire du dernier article sur le sujet !
    Ah pétard, ça pique les yeux qd même… Jm’en vais le rebloguer celui-là… JBL

    • Ce qu’on a particulièrement aimé est que les Ndé Nneé ne mâchent pas leurs mots, ils font du rentre-dedans direct, l’arrogance de toute cette clique d’oligarques racistes et dominateurs est incroyable et doit être giflée en long en large et en travers…

  2. Un passant Says:

    Terre-Mère de mon coeur
    Donne-moi la force de continuer
    L’apprentissage de l’amour
    Est bon pour moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s