Guerres impérialistes: Comment l’OTAN et l’UE (via la Bulgarie) fournissent armes et drogues aux mercenaires « djihadistes » de l’empire…

Durant la guerre d’agression de l’Irak alors sous la coupe de l’agent de la CIA Saddam Hussein contre l’Iran, la Bulgarie était déjà le centre de distribution d’armes à destination une semaine de l’Irak, l’autre de l’Iran. La Bulgarie faisait alors partie du « bloc de l’Est » du Pacte de Varsovie. Cela peut paraître antinomique… mais pas vraiment quand on connaît l’historique du financement et des liens de l’URSS avec la City de Londres et Wall Street. Quand on sait que l’URSS fut la création de l’empire financier transnational depuis le départ, plus rien n’étonne. La Bulgarie a toujours joué ce rôle. Depuis la chute du Pacte de Varsovie, la Bulgarie est devenue une colonie sioniste, une sorte de province d’Israël. Petit pays très stratégique sur les bords de la Mer Noire…

— Résistance 71 —

 

Comment la Bulgarie a fourni des drogues et des armes à Al Qaïda et Daesh

 

Thierry Meyssan

 

4 janvier 2016

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article189787.html

 

Les meilleurs secrets ont une fin. Le cartel mafieux qui gouverne la Bulgarie s’est fait prendre alors qu’il a fourni, à la demande de la CIA, des drogues et des armes à Al-Qaïda et à Daesh, à la fois en Libye et en Syrie. L’affaire est d’autant plus grave que la Bulgarie est membre de l’Otan et de l’Union européenne.

Il semble que tout ait commencé par hasard. Depuis une trentaine d’années, la fénétylline était utilisée comme dopant dans les milieux sportifs ouest-allemands. Selon l’entraîneur Peter Neururer, plus de la moitié des joueurs en prenaient régulièrement [1]. Des trafiquants bulgares y virent une occasion. De la dissolution de l’Union soviétique à l’entrée dans l’Union européenne, ils commencèrent à la produire et à l’exporter illégalement en Allemagne sous le nom de Captagon.

Deux groupes mafieux se livrèrent une solide concurrence, Vasil Iliev Security (VIS) et Security Insurance Company (SIC), dont dépendait le karateka Boïko Borissov. Ce sportif de haut niveau, professeur à l’Académie de police, créa une société de protection de hautes personnalités et devint le garde du corps aussi bien de l’ancien président pro-soviétique Todor Jivkov que du pro-US, Siméon II de Saxe-Cobourg-Gotha. Dès que ce dernier devint Premier ministre, Borissov fut nommé directeur central du ministère de l’Intérieur, puis élu maire de Sofia.

En 2006, l’ambassadeur des États-Unis en Bulgarie (et futur ambassadeur en Russie), John Beyrle, dresse un portrait de lui dans un câble confidentiel révélé par Wikileaks. Il le présente comme lié à deux grands chefs mafieux, Mladen Mihalev (dit « Madzho ») et Roumen Nikolov (dit « Le Pacha ») [2], les fondateurs de la SIC.

En 2007, sur la foi d’un rapport réalisé par une grande société suisse, U.S. Congressional Quarterly assure qu’il avait étouffé de nombreuses enquêtes au ministère de l’Intérieur et se trouvait lui-même impliqué dans 28 assassinats mafieux. Il serait devenu un partenaire de John E. McLaughlin, le directeur adjoint de la CIA. Il aurait installé en Bulgarie une prison secrète de l’Agence et aurait aidé à fournir une base militaire dans le cadre du projet d’attaque de l’Iran, poursuivait le journal [3].

En 2008, le spécialiste allemand du crime organisé, Jürgen Roth, qualifie Boïko Borisov d’« Al Capone bulgare » [4].

Devenu lui-même Premier ministre et alors que son pays était déjà membre de l’Otan et de l’UE, il fut sollicité par l’Agence pour aider à la guerre secrète contre Mouamar el-Kadhafi. Boïko Borissov fournit du Captagon, fabriqué par la SIC, aux jihadistes d’al-Qaïda en Libye. La CIA rendit cette drogue de synthèse plus attractive et plus performante en la mêlant avec une drogue naturelle, le haschich, ce qui permit de plus facilement manipuler les combattants et de les rendre plus effrayants, dans la ligne des travaux de Bernard Lewis [5]. Par la suite, Borissov étendit son marché à la Syrie.

Mais le plus important vint lorsque la CIA, utilisant les particularités d’un ex-État membre du Pacte de Varsovie ayant rejoint l’Otan, lui acheta pour 500 millions de dollars d’armements de type soviétique et le transporta en Syrie. Il s’agissait principalement de 18 800 lance-grenades antichars portables et 700 systèmes de missiles antichars Konkurs.

Lorsque le Hezbollah envoya une équipe en Bulgarie pour s’informer sur ce trafic, un autobus de vacanciers israéliens fit l’objet d’un attentat à Burgas, faisant 32 blessés. Immédiatement, Benjamin Netanyahu et Boïko Borissov accusèrent la Résistance libanaise, tandis que la presse atlantiste diffusa de nombreuses imputations sur le supposé kamikaze du Hezbollah. En définitive, le médecin légiste, le Dr. Galina Mileva, observa que sa dépouille ne correspondait pas aux descriptions des témoins ; un responsable du contre-espionnage, le colonel Lubomir Dimitrov, nota qu’il ne s’agissait pas d’un kamikaze, mais d’un simple porteur, et que la bombe avait été déclenchée à distance, probablement à son insu ; alors que la presse accusait deux arabes de nationalité canadienne et australienne, la Sofia News Agency cita un complice états-unien connu sous le pseudonyme de David Jefferson. De sorte que lorsque l’Union européenne s’empara de l’affaire pour classer le Hezbollah « organisation terroriste », le ministre des Affaires étrangères de la courte période où Borissov fut exclu du pouvoir exécutif, Kristian Vigenine, souligna qu’en réalité, rien ne permet de lier l’attentat à la Résistance libanaise [6].

À partir de la fin 2014, la CIA cessa ses commandes et fut remplacée par l’Arabie saoudite qui put ainsi acheter non plus des armes de type soviétique, mais du matériel de l’Otan, comme des missiles antichar filoguidés BGM-71 TOW. Bientôt, Riyad fut appuyé par les Émirats arabes unis [7]. Les deux États du Golfe assurèrent eux-même la livraison à Al-Qaïda et à Daesh, via Saudi Arabian Cargo et Etihad Cargo, soit à Tabuk à la frontière saoudo-jordanienne, soit à la base émirati-franco-US d’Al-Dhafra.

En juin 2014, la CIA en rajoute une couche. Il s’agit cette fois d’interdire à la Bulgarie de laisser passer sur son territoire le gazoduc russe South Stream qui aurait pu approvisionner l’Europe occidentale [8]. Cette décision, qui prive la Bulgarie de revenus très importants, permet d’une part de ralentir la croissance de l’Union européenne, conformément au plan Wolfowitz [9] ; d’autre part, d’appliquer les sanctions européennes contre la Russie prises sous le prétexte de la crise ukrainienne ; ensuite de développer le gaz de schiste en Europe orientale [10], enfin de maintenir l’intérêt à renverser la République arabe syrienne, possible grand exportateur de gaz [11].

Aux dernières nouvelles, la Bulgarie —État-membre de l’Otan et de l’Union européenne— persiste à fournir illégalement des drogues et des armes à Al-Qaïda et à Daesh, malgré la récente résolution 2253 adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’Onu.

 

[1] „Doping war im Fußball gang und gäbe“, Frankfürter Allgemeine Zeitung, 13 juin 2007.

[2] “Bulgaria’s most popular politician : great hopes, murky ties”, John Beyrle, May 5, 2006.

[3] “Bush’s Bulgarian Partner in the Terror War Has Mob History, Investigators Say”, Jeff Stein, U.S. Congressional Quarterly, May 2007.

[4] Die neuen Dämonen, Jürgen Roth, 2008.

[5] The Assassins : A Radical Sect in Islam, Bernard Lewis, Weidenfeld & Nicolson, 1967.

[6] « La Bulgarie ne tient pas le Hezbollah responsable de l’attentat de Burgas », Réseau Voltaire, 7 juin 2013.

[7] « Mise à jour d’une nouvelle filière de trafic d’armes pour les jihadistes », par Valentin Vasilescu, Traduction Avic, Réseau Voltaire, 24 décembre 2015.

[8] « Le sabotage du gazoduc South Stream », par Manlio Dinucci, Tommaso di Francesco, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie), Réseau Voltaire, 10 juin 2014.

[9] « US Strategy Plan Calls For Insuring No Rivals Develop » and « Excerpts from Pentagon’s Plan : « Prevent the Re-Emergence of a New Rival » » Patrick E. Tyler, New York Times, March 8, 1992. « Keeping the US First, Pentagon Would preclude a Rival Superpower » Barton Gellman, The Washington Post, March 11, 1992.

[10] « South Stream bloqué, la « claque » des États-Unis à l’Union européenne », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie), Réseau Voltaire, 5 décembre 2014.

[11] « La Syrie, centre de la guerre du gaz au Proche-Orient », par Imad Fawzi Shueibi, Réseau Voltaire, 8 mai 2012.

10 Réponses to “Guerres impérialistes: Comment l’OTAN et l’UE (via la Bulgarie) fournissent armes et drogues aux mercenaires « djihadistes » de l’empire…”

  1. C’est bien pour ça qu’il faut vite sortir de l’union européenne et de l’otan (merci à ceux qui nous ont mis dans ce bourbier)

    • Il faut sortir de L’ETAT avant tout ! Le reste coule de source…😉

      • Un passant Says:

        C’est modestement ce que je réponds aussi à tous ces blogueurs souverainistes qui veulent sortir de l’otan et de l’UE pour retrouver la splendeur de la Fraaance! – Notez, pr moi c facile, n’ étant que belge francophone, c’est à dire à peu près apatride😉

        • 😉 😀
          Oui ces « souverainistes » mélangent souvent les notions d’état (état-nation) et nation. La « nation » n’a rien à voir avec l’état. La nation c’est la société dite civile et son esprit culturel. La nation est fondée sur l’unité de l’individu et l’unité de la famille. La famille et l’association libre entre familles pour l’entr’aide sont les seuls groupes naturels qui ont survécus. Ils ont mené à l’unité des communautés sur une base égalitaire, ceci constitue la forme basique de toute société. Chaque société forge son esprit dont les piliers sont l’auto-suffisance, la communauté et l’indépendance. La société humaine est communaliste, « communiste » au sens littéral du terme, elle est faite de communes pouvant librement s’associer, sans institutions, sans système de centralisation, avec un leadership sans pouvoir et un organe du pouvoir NON SEPARE de la société.
          Voilà ce qu’est une nation. Le concept fallacieux et coercitif « d’état-nation » date du XVIème siècle et a été grandement renforcé pour le bien du petit nombre oligarchique depuis le traité de Westphalie en 1648.
          Tout ce qui tourne en rond « politiquement » dans cette sphère autoritaire et coercitive des états-nations n’est qu’une vaste escroquerie dont il faut sortir coûte que coûte…
          Tout le reste n’est que pisser dans un violon !😉

        • Un passant Says:

          « Tout le reste n’est que pisser dans un violon ! »
          Ce qui doit donner un drôle de son j’imagine😀
          Nation et non Etat-Nation, mais cette Nation vous en fixeriez les « frontières » où ? (Si tant est qu’il faille en fixer)

        • Les frontières sont artificielles et étatiques, mais ce serait à la société civile autonome dont l’organe politique ne serait plus séparé, d’en décider…

        • Un passant Says:

          1. Un paradoxe au fond: en tant qu’anarchiste, je suis plutôt contre toutes frontières mais c’est en même temps l’idée des mondialistes… évidemment, eux et nous n’avons pas exactement les même visées mais…
          2. J’apprends pas mal de choses avec votre blog mais intellectuellement je vois des interrogations: par exemple, à propos d’éventuelles frontières, « ce serait à la société civile autonome dont l’organe politique ne serait plus séparé, d’en décider… » mais comment? A la majorité? Démocratie (aie le mot) directe?
          3. Et même quand j’adhère intellectuellement, c’est votre enthousiasme et votre optimisme, oserais-je dire votre foi en l’Homme que je ne ressens pas avec la même intensité (mais que j’apprécie chez vous)… mais là, on rentre peut-être dans un débat philosophique qui sort du cadre de « Résistance » (et il en faut!) définitionnel de votre blog.

          PS: prenez votre temps😉

        • oui des points difficiles à traiter, pas seulement parce que l’espace est limité (il faudrait écrire un bouquin là-dessus…), mais aussi parce tout anarchiste ne peut pas IMPOSER quoi que ce soit à quiconque… Nous allons tenter de répondre au mieux dans l’espace introspectif que nous venons de déterminer…
          1- Oui, les frontières n’ont pas lieu d’exister, c’est un concept étatique et coercitif par essence (guerres de « conquête », guerre de reprise de « terrain »… style: « Vous n’aurez pas l’alsace et la lorraine-eux [air connu]…😉 ) Le N.O.M oligarchique ne veut pas tant « supprimer » les frontières que d’établir une grille de contrôle totalitaire transnationale, qui verra (d’après eux), un super état dont la structure est déjà esquissé avec l’ONU et l’OTAN, qui sera sous la houlette par fusion avec les grandes entreprises industrio-financières transnationales, réalisant en cela le rêve avoué de Mussolini quand il disait en substance que le fascisme était la fusion de l’État avec les grandes entreprises multinationales.
          Rien du tout à voir avec le concept anarchiste égalitaire, anti-autoritaire et autonome de la société.
          2- Une fois de plus, ce serait aux peuples de décider de leur organisation. Nous préconisons l’avènement d’une société des sociétés, une confédération des communes libres résultante d’associations libres dans une société égalitaire qui aura aboli l’état et le capitalisme (c’est à dire la possibilité pour quelqu’un d’exploiter le travail de quelqu’un d’autre, ceci étant directement lié au concept de « propriété » contre celui de la « possession »… voir Proudhon). Comment seraient prises les décisions ? Dans des assemblées populaires communales et confédérales, par discussion et par vote demandant l’unanimité (sur le modèle amérindien). Ceci ne sera pas très difficile à obtenir dans plus de 90% des cas, pourquoi ? parce que dans une société égalitaire… Il n’y a plus de conflits d’intétêts. Tout le monde œuvre pour le bien commun, ainsi bien des choses seront extrêmement simplifiées, surtout quand plus rien n’aura une étiquette de prix. Le capitalisme, ce que les « libéraux » appellent le  » marché » est un frein constant à l’épanouissement de l’humanité. Il faut transcender tout cela au moyen de nouvelles relations des individus et des groupes d’individus dans la société en redécouvrant l’entr’aide mutuelle et la compassion qui font parties intégrantes de la nature humaine, même les religions le disent, c’est tout dire…
          3- Méthode simple pour quiconque: Arrêter de rechercher et de lire ce que l’oligarchie a à dire et matraque à grand renfort d’universitaires et d’intellectuels achetés et corrompus pour dire et « trouver » ce qui conforte le consensus (fictif et imposé) du statu quo oligarchique et rechercher au contraire les gens, intellectuels, scientifiques, universitaires et activistes qui vont à contre-courant et s’attachent à fouiller et faire ressortir l’humanisme profond de nos sociétés. On connaît le message de l’oligarchie, on nous le vomit en boucle dans tous les médias, tous les bouquins d’histoire, tous les curriculii universitaires, etc, etc… Il ne faut lire que les véritables humanistes modernes et plus anciens, cela rééquilibre la pensée et aide grandement à sortir du cercle vicieux de la pensée unique dogmatique.
          Des exemples ? Y en a plein cette liste est loin d’être exhaustive: Howard Zinn, Pierre Kropotkine, P-J Proudhon, Gustav Landauer, David Graeber, Pierre Clastres, Robert Jaulin, Roxanne Dunbar-Ortiz, Annie Lacroix-Riz, SCI Marcos, Paolo Freire, Ira Shor, Russell Means, Vine Deloria Jr, Barbara Tuchman, Achille Mbembe, Aimé Césaire, Frederick Douglass, Marshall Sahlins, Alain Guillerm, Marylène Patou-Mathis, James Horrox, Lee Alan Dugatkin, James C. Scott, Charles C. Mann, Murray Bookchin, Janet Biehl, Taiaiake Alfred, Sam Dolgoff, Stuart Christy et on en passe et ceux qu’on connaît pas…
          Quand on a lu ces auteurs…
          (i) on y voit bien plus clair
          (ii) on regarde l’humain sous un œil bien différent…
          L’oligarchie nous bassine et nous intoxique du négatif. Ok on a compris… ¡Ya Basta! voyons un peu le positif. Faut pas chercher bien loin pour voir et comprendre que bien des choses soi-disant « établies » ne sont que fadaises et supercherie. Le XIXème siècle a été le siècle qui a vu l’intox enfler de manière disproportionnée, le XXème siècle n’a fait que surrenchérir dans la manipulation et le mensonge à tout va. Notre devoir est de crever les abscès, d’exposer la fange et le mensonge et passer un bon coup de plumeau sur ce joyau qu’est l’humanité, qui a resplendit et resplendira encore au mieux lorsqu’elle n’est pas contrôlée par une bande de sociopathes et de psychopathes chroniques, exploitant tout pour leur simple profit leur permettant d’acheter et de maintenir leur pouvoir.
          C’est un des buts de ce blog… Nous ne sommes que des « techniciens de surface » de société. on creuse, on époussète et on met au jour ce qui devrait déjà l’être sans notre intervention ou celle d’autres personnes ayant les mêmes intentions que nous.
          Nous n’inventons rien, on fouille, on nettoie, on expose en espérant que suffisamment de gens puissent y voir plus clair.
          Telle est notre mission, après les gens prendront, de préférence ensemble, les décisions qui s’imposeront un peu d’elles mêmes. Pour l’heure comment les gens peuvent-ils prendre une décision politique informée alors qu’ils n’ont connaissance que d’une petite partie de l’info, bien que les « biens intentionnés » s’évertuent à leur faire penser qu’ils ont tous les éléments en main et que « voter » donc suffit amplement ???
          On ne peut agir justement que lorsqu’on est parfaitement informé. L’État et le système capitaliste ne font que manipuler les gens pour que rien ne change… et pourtant TOUT doit changer et changera.
          ¡Ya Basta! Non ?…😉

  2. Un passant Says:

    Rien que pour lire votre réponse (que je vais copier-coller), je ne regrette pas d’avoir posé ma question. Muchas gracias tambien para el mensaje EZLN un message de la nuit de 500 ans…
    Ya Basta? Si, claro que si. Pero desde el 13N viene aqui, en bruselas por lo menos, tanta sombra… y tambien tanta luz, y, hermanos, a veces no sé quien va a « ganar »… En todo caso, muchas gracias y ANIMO.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s