Géopolitique globale: Comprendre le lien entre l’intervention russe en Syrie, Al CIAda, l’Ukraine et l’implosion programmée de la zone Euro…

La guerre secrète de la Russie contre la CIA en Syrie

La Russie cible des groupes d’Al Qaïda soutenus par les Etats-Unis, leur “opposition modérée”…

 

Gordon Duff

 

2 Octobre 2015

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2015/10/02/russias-secret-war-on-the-cia-in-syria/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Ce matin Fox News a rapporté l’intention du Pentagone de formuler une stratégie pour bloquer la campagne de bombardement de la Russie autour de la ville d’Idlib, près de la frontiere de la Syrie avec la Turquie. Des éléments clef américains y sont massacrés, pas des “rebelles modérés”, mais clairement, comme le dit le Pentagone, des djihadistes importants soutenus par les Etats-Unis et combattant le président Assad.

Des leaders militaires d’expérience ainsi que des officiels de la défense américains débattent afin de savoir si la force militaire devrait être employée pour protéger les rebelles syriens soutenus par Washington, qui sont en train d’être attaqués par les raids aériens russes ces derniers jours.

L’agence Associated Press a rapporté vendredi que la question faisait partie d’un débat plus vaste au sein du Pentagone, débat ayant pour sujet le comment le gouvernement et l’administration devraient répondre à ce que le secrétaire de presse de la Maison Blanche Josh Earnest a décrit comme “des opérations militaires sans discrimination contre l’opposition syienne” de la part de la Russie.

Le problème est le suivant: les “éléments” américains en Syrie sont Al Qaïda, le groupe Jabbhat al Nosra, qui contrôle complètement cette région de la Syrie et qui s’étend au-delà en Turquie, car ils ont vaincus ceux que l’on appelle les “rebelles modérés” et une douzaine de groupes en émanant et ce plus tôt en 2015.

La campagne de bombardement des Etats-Unis en Syrie a soigneusement évité Al Nosra. La presse elle-même évite de les mentionner, alors qu’ils sont responsables de plus de morts civiles, estimées à environ 150 000, que les autres groupes terroristes. Il y a une raison à cela. On peut voir Al Nosra ici bombarder des villes syriennes en état de siège en utilisant des obus chimique au gaz sarin.

~ Voir vidéo dans l’article original ~

AQES ou Al Qaïda en Syrie est constitué essentiellement de combattants étrangers recrutés par la CIA, envoyés en Turquie, entraînés par l’Arabie Saoudite et le Qatar avec le soutien logistique permanent du régime islamiste d’Erdogan à Ankara.

L’attaque aérienne russe d’aujourd’hui sur un centre de commandement d’Al Qaïda n’a pas tué beaucoup de leaders d’Al Qaïda mais pas mal d’officiers qataris, saoudiens et turcs, plus d’une douzaine, probablement plus, d’après les unités de reconnaisse syriennes qui évoluent dans la région.

Le poste de commandement a été touché par les attaques d’un Su34 armé de bombes conventionnelles anti-bunkers. Ce centre de commandement, construit par des ingénieurs turcs en 2013, sous environ 12m de roches, 3 ètages en profondeur était capable de soutenir jusqu’à 300 combattants étrangers et leurs commandants turcs.

Le complexe de bunkers touché aujourd’hui n’est pas dissemblable de ces complexes qu’Al Qaïda était supposé avoir en Afghanistan et pour lesquels les Etats-Unis ont envahi ce pays et doivent toujours les y trouver 15 ans plus tard…
La Russie ment vraiment, elle n’est pas honnête, en bombardant Al Nosra et en les étiquetant EIIL. Al Nosra est 10 fois pire que l’EIIL. En profitant de leur artillerie lourde, d’un approvisionnement sans limites en munition de la Turquie, de convois entiers de camions d’armes modernes américaines comprenant des missiles TOW anti-chars and Stinger sol-air, de havres de paix dans des bases en Turquie et un financement sans limites ni fin en provenance du Qatar et de l’Arabie Saoudite, le front Al Nosra s’est engagé dans la massacre sytématique du peuple syrien.

L’intérêt de la Russie dans le front Al Nosra réside dans le partenariat de ce groupe avec les groupes extrémistes en ukraine. Les Djihadistes d’Al Nosra, plus de 3000, servent actuellement en Ukraine et sont responsables de la plupart des violations des accords de Minsk. Le régime de Kiev s’est volontairement rangé du côté d’Al Qaïda (NdT: parce qu’Al Qaïda en réalité est Al CIAda et ce depuis le départ dans les années 1980…) et ce faisant, bénéficie des coffres ouverts et généreux de la CIA, de containers d’argent liquide utilisés pour corrompre le régime de Kiev tout en achetant les gouvernements dans des pays comme la Roumanie, la Georgie, la Bulgarie et l’Azerbaïdjan, qui tous ont fourni des bases pour les groupes terroristes d’Al Qaïda, groupes dont la cible est l’Europe occidentale.

Ceci est “Gladio No2” (NdT: comme nous l’avions dit précédemment, Duff et VT ne font que confirmer ce que nous avions pressenti avec d’autres il y a quelque temps déjà…)

Tous les réfugiés qui affluent vers l’Europe proviennent des zones de Syrie sous contrôle combiné de la Turquie et d’Al Nosra/Al Qaïda. Gladio 2 nous dit-on, dont l’objectif est l’explosion de la zone Euro est de mettre en place des gouvernements d’extrème-droite “néo-nationalistes” à travers l’Europe.

 

Mais une fois de plus, faut pas être sorti de St Cyr pour piger cela non ?

32 Réponses to “Géopolitique globale: Comprendre le lien entre l’intervention russe en Syrie, Al CIAda, l’Ukraine et l’implosion programmée de la zone Euro…”

  1. Quel but à cette explosion de la zone euro par mise en place de gouvernements néo nationalistes ? Et s’agirait-il de gouvernements nationaux ou plutôt de gouvernements locaux (länder, régions…) ? Et quid de l’articulation avec les independantismes et autonomismes régionaux existants (Catalogne, Écosse, mais aussi Corse, Pays basque, Bretagne, Savoie, etc…) ?

    A priori, on pourrait se dire que cela contrarierait de toute manière les plans mis en oeuvre par les USA depuis la fin de la guerre (cf. par exemple la note déclassifiée du 11 juin 1965 poussant la CEE à avancer masquée vers une union monnétaire : http://www.upr.fr/wp-content/uploads/dossiers/DEPARTEMENT-D-ETAT-AMERICAIN-Note-du-11-juin-1965-V15.pdf ).

    En effet, on imagine ce qui pourrait se passer dans l’opinion si l’afflux de réfugiés était aussi important qu’annoncé et qu’en plus il s’avèrait qu’un certain nombre d’entre eux adhèrent activement à la mouvance terroriste. Qu’il y ait, dans un ou plusieurs pays, à la veille d’élections importantes, un attentat majeur, d’une ampleur inédite, venant qui plus est couronner une série d’événements à caractère terroriste ayant déjà fait monter la pression et on pourrait craindre en effet le basculement à l’extrême-droite d’un ou plusieurs gouvernements aux sein de l’UE.

    Mais ce basculement serait-il pour autant synonyme de sortie immédiate des territoires concernés de l’Euro, voire de l’UE (et de l’OTAN ??) ?

    Il existe de nombreux partis politiques qui se montrent critiques vis à vis de l’UE, mais très rares sont ceux qui prônent clairement d’en sortir. Et ce n’est en tous cas pas le cas des partis les plus médiatisés et donc les plus susceptibles de profiter de la situation de basculement précitée.

    Mon opinion est que l’eventuelle mise en place de gouvernements néo nationaliste pourrait se faire dans une logique de balkanisation de l’Europe, pour accélérer la dissolution de certains États-nations, au premier rang desquels ceux les plus difficilement manipulables en l’état, car encore trop gros et/ou de culture juridique encore trop romaine (et donc pas encore assez « common law » compatibles) et ce, dans la perspective bien sûr de la mise en place du TAFTA et de l’Union euro-atlantique qui s’en suivra et qui auront comme but et conséquence d’assujettir l’intérêt général aux intérêts privés des transnationales et de leurs plus grands et zélés commis.

    Aussi, plus que le basculement de grands pays entiers tels que la France, l’Italie ou l’Angleterre, ne faut-il pas s’attendre à des polarisations marquées au niveau régional, avec une prédilection pour la création synthétique comme vous dites, d’oppositions ideologiques fortes entre régions voisines et, au sein même des régions, entre d’un côté le pôle de centralité, fort d’une gouvernance porteuse d’une idéologie marquée et, de l’autre, une sous-région située en périphérie, marquée par une idéologie contraire rebelle et une forte présence immigrée et pouvant devenir le foyer d’une insurrection armée pour déboucher sur un scénario à la yougoslave ou à la lybienne (ce qui au final est revenu au même, à savoir le renversement du gouvernement national concerné et le détachement de fait de territoires autonomes… et assujettis à l’Empire américain) ?

    • Le fait est qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, il faut sortir de ce cancer politico-social qu’est l’État, ses institutions, sa politique de « partis » rendant la liberté illusoire au sein d’un imbroglio coercitif archaïque et totalement obsolète.
      L’État garde-chiourme des privilèges du petit nombre et la propriété privée des moyens de production, de distribution et de service, sont les deux mamelles de la tyrannie et de notre mise en esclavage perpétuel.
      Boycott de toute cette fange, développement des associations libres de travailleurs autogérées se confédérant entre elles et on y verra déjà BEAUCOUP plus clair.
      Tout le reste n’est que pisser dans un violon !😉

      • Je pense que vous avez raison sur le plan théorique, mais que tant qu’un état à vocation mondiale tel que les USA domine l’échiquier international, il semble illusoire de penser que la transformation que vous prônez peut être tolérée au delà d’une certaine extension, à moins qu’elle serve les intérêts impériaux en précipitant la chute des états qui se mettraient en travers de leur route.
        Comment, en pratique, pensez-vous cette révolution possible, si ce n’est en se concentrant en priorité sur les USA ?

        • Mais c’est bien pour cela que nous sommes à la pointe du soutien aux Amérindiens pour les problèmes coloniaux. Abattre l’empire aujourd’hui n’est pas une question « militaire » ni même « économique » mais politique, les foyers de conflits allumés par l’empire partout dans le monde le servent à des fins politico-économiques, certes, mais servent aussi à masquer l’ÉNORME faiblesse dans sa cuirasse (et nous pesons nos mots…), celui qui a trait à la terre, au territoire… En effet, pour la toute première fois dans l’histoire, un empire global (comme il se doit) n’a pas de terres légitimes, cet empire repose sur du VENT, sur des terres initialement volées au prix d’un génocide de plusieurs dizaines de millions d’autochtones pour la seule partie nord-américaine, le tout soutenu a l’origine par la doctrine chrétienne de la découverte, érigée en dogme et en loi (états-unienne compris…) par les bulles papales du XVème siecle jamais répudiée et TOUJOURS EN ACTIVITE, intégrées dans la loi et la politique fédérale indienne du pays du goulag levant (et du Canada par la même occasion…).
          Là réside le talon d’Achille de l’empire, sa TOTALE ILLEGITIMITE territoriale. Il suffit de placer l’archer amérindien en position de toucher ce « talon » de grande faiblesse.
          Cela demande une conscience historique et politique des choses, mais de plus en plus de colons et d’Européens s’éveillent au fait que nous ne vivons absolument pas dans un monde « post-colonial », bien au contraire…
          Toutes nos publications et traductions à ce sujet ont un but bien précis, nous ne donnons pas dans « l’exotisme » bon marché…😉
          Lutter contre le l’empire c’est le retirer le tapis territorial de dessous les pieds car …
          Un empire sans terre est un empire à terre…

        • J’entends bien, mais concrètement, comment ca peut se passer pour que ça avance suffisamment vite là-bas ?

        • Que de + en + d’occidentaux s’informent, comprennent que le colonialisme est toujours on ne peut plus actif et qu’ils s’organisent avec les nations/peuples indigènes de tous les continents pour mettre fin à l’arrogance suprématiste colonialiste occidentale commencée avec la 1ère croisade…
          Rien ne peut se faire sans compréhension et la compréhension ne peut se faire que par l’information finissant par vaincre la dissonance cognitive associée à des siècles de mensonges et de propagande élitiste, religieuse et donc imbécile. Le renouveau de conscience politique ne peut se faire qu’en passant par là et cela ne peut en AUCUN CAS venir, émaner du système qui est programmé pour se défendre et défendre les nantis qui le maintiennent en place pour leur profit.

        • Ok mais celui qui à compris, encore une fois, concrètement, il fait quoi ?

        • Il s’alie aux autres et pour ceux qui vient en Amérique du Nord, avec les représentants de la gouvernance traditionnelle autochtone, ensemble ils cour-circuitent le système et établissent le nouveau paradigme hors état, en démocratie directe autogestionnaire.
          La société humaine n’a pas besoin de l’État… L’État lui a besoin de la société à enchaîner.
          Il en va de même pour les usines: elles n’ont absolument pas besoin ni de patrons ni de l’état pour fonctionner, seulement des travailleurs. Une usine fonctionne sans patron, pas sans ouvriers, il en va de même pour toute activité.
          Une fois cela compris, la solution coule de source…

        • Ah…:/

          Désolé d’être aussi abrupt, mais je trouve ça un peu court comme réponse, et pas du tout à la hauteur de tout le travail d’information que vous faites.
          Croyez-vous vraiment que ça va se faire tout seul, simplement en « arrosant » les gens d’infos ?
          Je ne pense pas que ça marche, ou alors ça prendra 10 000 ans, or le temps nous est vraiment, convenez-en, compté.
          Votre réponse est par ailleurs étonnante : vous considérez que tout mouvement est un « parti » politique, donc un « Agent Smith » pour reprendre la terminologie matrixienne, un valet du système…
          Quid des mouvements anarchistes, selon vous ?…

        • Les mouvement anarchistes ne sont pas des partis politiques, certains bouffent néanmoins au ratelier du pouvoir, c’est évident. La révolution sociale ne se fera avec succès que par et pour le peuple hors des partis et de l’État, cela passe avant tout par une information pour (re)développer une conscience politique individuelle et collective qui a été sabotée par la combinaison de l’État et de la société de consommation. Désolés de vous décevoir, nous ne sommes ni des « messies », ni des politicards, ni des meneurs de troupeaux à l’abattoir dans de pseudo-révolutions ; pour votre gouverne nous pensons qu’il n’y a pas eu encore de révolution, que des brouillons plus ou moins légitimes.
          Le succès en quoi que ce soit, çà se pense, çà se mûrit, en conviendrez-vous ? Quoi qu’il en soit, s’en remettre à des « leaders ou partis politiques » est un leurre, car tout rouage du système n’est pas là pour le remettre en cause, mais bien au contraire pour le chérir et le faire perdurer.
          Désolés de ne pas être à la hauteur de vos attentes.

        • Merci pour votre réponse, qui ne me déçois aucunement, et que j’apprécie, je vous rassure😉

          Vous dites en parlant des mouvements anars « certains bouffent néanmoins au ratelier du pouvoir, c’est évident. »
          Des noms, ce serait possible ? …(je n’y connais rien, mais j’ai été « douché » par l’accueil plutôt réticent, voire hostile, qui m’a été réservé par un responsable local d’un mouvement auquel je faisais part de votre analyse, que je partage, pour savoir si c’était aussi le cas de son mouvement… J’ai presque eu l’impression d’avoir un fan de Libé et des Inrocks en face de moi, c’est tout juste s’il ne m’a pas traité de « sale nazi complotiste » quand j’ai cité le nom d’Annie Lacroix-Riz..)

        • 😀 😀 Annie Lacroix-Riz est marxiste-léniniste. Elle fait un excellent boulot dans un domaine particulier, nous avons dit sur ce blog que nous souhaiterions qu’elle fasse les mêmes recherches et analyses sur le PCF, le financement de la révolution russe, du PCUS et qu’elle regarde de plus près où Lénine et Trotsky ont pris leur pognon pour continuer 1917 en Russie et renvoyer l’ascenceur à leurs payeurs de Wall Street et de la City de Londres (cf. notre traduction des recherches du Prof. Antony Sutton sur ce blog…). Qu’elle étudie aussi le financement du PCF et ses trahisons de la classe ouvrière à répétition.
          Ceci prouve que le gugusse ne faisait que régurgiter sa propagande bien apprise.
          Tout le mouvement anar qui traîne ses guêtres dans la mouvance NPA/Trotskiste fait partie de cette « dissidence » contrôlée, infiltrée, voire complètement fabriquée par le système. Oui, c’est la ligne que vous citez… Cette fange pseudo-dissidente chargée d’infiltrer et de contrôler « l’extrême gauche ». Toute cette fange est issus des lambertistes, création direcre de la CIA, qui a placé ses taupes dans toutes les « gauches » occidentales. Lionel Jospin et l’actuel SG de PS Cambadélis sont des taupes du departement d’état yankee depuis des lustres.
          Le NPA n’a d’anti-capitaliste que le nom… Ce n’est que le dernier nid de ces trotskistes lambertistes et des pseudo-maoïstes de la LCR.
          Il y a une chose simple à comprendre: historiquement, tout mouvement anarchiste véritable NE PEUT PAS fonctionner avec des marxistes-léninistes et encore moins des trotskistes. Trotsky, agent de Wall Street, financé par les banksters tout comme Lénine, a été le bourreau de Cronstadt et de la Makhnovichnya en ukraine. Les marxistes des partis communisres ont trahi les mouvements ouvriers italien et leur grève générale expropriatrice en 1920 et ils ont trahi la révolution social espagnole dès 1937.
          Un anarchiste qui connaît son histoire refusera toute alliance avec trotkistes et léninistes.
          Regardez quels mouvements soit disant anars tournicotent autour du NPA, du PG et vous aurez une réponse (partielle mais importante) à votre question.
          Après il y a les black blocs infiltrés par la DCRI et les pseudo-mouvements de façade qui sont carrément des flics en mission de casseurs et on a fait le tour dans les grandes lignes.

          Un mouvement à étudier de près pour son efficacité politique et organisationnelle est le mouvement mexicain zapatiste de l’Ejercito Zapatista de Liberación Nacional (EZLN) au Chiapas:
          10 ans de préparation clandestine de 1984 à 1994 et le 1er Janvier 1994… bang ! action directe, reprise des terres et des communes indigènes, création d’une zone totalement autonome avec succès depuis maintenant 21 ans.

          Nous pensons à l’instar de Gustav Landauer qu’il est possible par le changement de comportement de changer la société, de balancer l’État qui tombera de lui-même (un peu poussé peut-être sur la fin mais pas beaucoup…) après que la société se soit reconfigurée organiquement dans une nouvelle structure organisationnelle autonome politico-économique de manière non pyramidale.
          C’est l’avenir… C’est la destinée manifeste de l’humanité, beaucoup ne le savent pas encore, mais çà viendra. « La patience est la mère de toutes les vertus » dit l’adage populaire. Difficile de faire plus sage…😉

        • « Cela à notre sens ne peut se produire qu’en demeurent local, en organisant une société autonome parallèle dans les communes, qui se fédèreraient entre elles »

          = multiplier les Saillans (commune drômoise : http://www.mairiedesaillans26.fr/gouvernance-collegiale-et-participative/ ) et les Marinaleda (commune andalouse, http://www.consoglobe.com/espagne-marinaleda-autogestion-cg ), en quelque sorte ?

        • oui, c’est l’esprit, malheureusement une fois de plus ces communes doivent fonctionner au sein du système pour être « reconnue ». L’idée serait Marinaleda mais sans « maire », sans « conseillers municipaux »… surtout: sans élections ! faire fonctionner la commune complètement en démocratie directe, avec assemblée populaire (comme Marinaleda et Saillans le font), avec un retour total aux terre communales, gérées en commun, avec un essaimage de l’idée et de la pratique dans le plus de communes possibles de façon à rendre possible une confédération des communes, dans un même « canton », puis « chef lieu », région etc… L’idée est de créer une société autonome parallèle boycottant les institutions, sans leaders pouvant être corrompus, fédérant les communes autonomes les décisions politiques et économiques étant prises en assemblées, décision locale prise à l’unanimité et non pas à la majorité, le système majoritaire étant facteur de division politique et générateur de confiscation du pouvoir.
          Il est essentiel de comprendre une chose fondamentale: le système politique, l’organisation étatique obsolète de la société ne fonctionne que parce que nous la cautionnons. Le premier pas consiste en retirer son consentement: arrêter de voter, boycotter les institutions, boycotter les banques et les grandes entreprises, penser local, gérer la commune, les voisinages les lieux de travail ensemble. Le système a besoin de nous pour fonctionner, nous n’avons ABSOLUMENT PAS BESOIN de lui pour fonctionner.
          C’est cela que la vaste majorité de gens doivent finir par comprendre. Nous sommes nos propres maîtres, nous n’avons de compte à rendre qu’à nous-mêmes en société organisée et autogérée, tout le reste n’est que mise en esclavage, tout n’est qu’une question de degré…

      • Ok, et en France, quel mouvement est prêt à mettre en oeuvrecce plan d’action ?

        • c’est aux gens de lancer un tel mouvement d’abord localement, cela ne viendra jamais d’un parti politique qui par essence dépende du système en place simplement pour exister…
          Les citoyens doivent prendre l’affaire en main, par eux-mêmes et pour eux-mêmes, sans se faire phagocyter par la fange étatique.

        • Ah…:/

          Désolé d’être aussi abrupt, mais je trouve ça un peu court comme réponse, et pas du tout à la hauteur de tout le travail d’information que vous faites.
          Croyez-vous vraiment que ça va se faire tout seul, simplement en « arrosant » les gens d’infos ?
          Je ne pense pas que ça marche, ou alors ça prendra 10 000 ans, or le temps nous est vraiment, convenez-en, compté.
          Votre réponse est par ailleurs étonnante : vous considérez que tout mouvement est un « parti » politique, donc un « Agent Smith » pour reprendre la terminologie matrixienne, un valet du système…
          Quid des mouvements anarchistes, selon vous ?…

        • Ah mais suis-je bête, je comprends le pourquoi de votre réponse🙂 … vous devez penser que je veux vous faire dire qu’il existe en France un parti politique différent des autres, etc… en fait, pas du tout, je voulais vraiment savoir s’il était possible aujourd’hui de se rassembler au sein d’un mouvement existant bâti autour de la vision et du plan d’action que vous prônez🙂

        • oui c’est possible, pourvu que ce mouvement rester INDEPENDANT de toute forme de centralisation et de récupération étatique. Cela à notre sens ne peut se produire qu’en demeurent local, en organisant une société autonome parallèle dans les communes, qui se fédèreraient entre elles, gagnant ainsi par l’exemple toujours plus d’adhésion, jusqu’à un point où la société parallèle autonome rende les institutions archaïques et oppressives totalement obsolètes.
          Un genre de mouvement comme celui des « Indignados » en Espagne, mais sans jamais se corrompre dans le mouvement de masse facilement manipulable par les sbires de l’État. Il faut rester local et coordonner, fédérer les efforts politiques et sociaux. C’est une idée, il y en a sûrement d’autres… L’humain est imaginatif pourvu qu’il fasse sauter les verrous du carcan qui l’opprime… l’oligarchie le sait parfaitement, elle fait tout pour étouffer la créativité.😉

        • Et juste pour appuyer ce sentiment d’étonnement que j’éprouve et dont je parle plus haut quand je vous lis écrire qu’aucun salut ne peut venir d’aucun parti politique, permettez-moi dans ce cas de vous demander grossièrement « mais alors wtf !? » en ce qui concerne le confédéralisme démocratique kurde au Rojava dont vous faites état (jeu de mots😉 ) dans votre récent article. Je n’ai pourtant pas la berlue, il y est bien écrit :
          « Le modèle du confédéralisme démocratique (Demokratik Özerklik) repose sur un paradoxe. Il est né dans le carcan du marxiste-léniniste PKK (parti, P-A-R-T-I, des travailleurs du Kurdistan), né en 1978 en Turquie et devenu un parti de lutte armée en 1984. Ses objectifs étaient alors la formation d’un Etat-nation, E T A T – N A T I O N, kurde. Le parti était constitué en avant-garde et fondé sur un fonctionnement hiérarchique, FONCTIONNEMENT HIÉRARCHIQUE. À la fin des années 1990, le mouvement kurde connaît un processus de bilan et de remise en questions à la fois du « socialisme réel » critiqué pour son absence de démocratie et de la forme État-Nation comme mode de résolution des luttes de libération nationale, considéré comme une impasse. C’est de CE processus que va émerger le nouveau paradigme du Confédéralisme Démocratique, dont la révolution du Rojava est l’une des mises en œuvre les plus abouties. »
          Bref, pas la panacée, mais plutôt pas mal pour lancer le truc, non ?
          CQFD…

  2. Merci pour ce tableau des mouvements « anars »… Je comprend peut-être mieux du coup la réaction brusque du type quand j’ai évoqué l’impérialisme US comme principale cause du b**** actuel : « attention de ne pas se laisser séduire par les idées de la pseudo-dissidence, il y a d’autres menaces peut-être plus dangereuses (Chine, Russie…) »… Il était cela dit anti-mao (il accusait Annie Lacroix-Riz d’avoir été pro-mao)… Bref, on s’y perd un peu …

    Pensez-vous qu’il y ait une tendance (lourde, comme disent les sondeurs) actuelle à la (re)découverte de la pensée anarchiste ? Comment considérez-vous par exemple le parcours de quelqu’un comme Philippe Corcuff, qui est passé de l’altermondialisme/LCR/NPA à la Fédération Anarchiste (cf. http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-corcuff/040213/pourquoi-je-quitte-le-npa-pour-la-federation-anarchiste ) ?
    Il semble faire du « complotisme » un de ses dadas (pour le combattre sans relâche) et cette obsession m’interroge…

    • On connaît pas, mais une chose paraît assez évidente à fouiller: les trotskistes sont des traîtres infiltrateurs, il y a de très forte chance que ce mec soit une taupe infiltrée a la FA. Le mec se confie aussi chez Médiapart… Pfff… çà se lit comme dans un livre ouvert non ?… Si la FA connaît son histoire, elle sait… Ceci dit quand on sait… on peut aussi utiliser ces blaireaux…😉
      D’après vos dires et cette info, le système est terrifié (il l’a toujours été…) d’une recrudescence du véritable anarchisme et il envoie ses chiens de garde contrôler de l’intérieur.
      Tout mouvement qui flirte ou fait ami-ami avec le système sera infiltré et détruit à terme, tout comme les partis politiques et les syndicats, qui font les putes depuis des décennies…

      • Si j’ai bien compris, le système a notamment tout fait des le départ au XIXème siècle pour que le peuple associe anarchisme et terrorisme

    • Il y a un intérêt grandissant pour l’idée d’une société autonome, autogérée et anti-autoritaire non étatique. Mais l’idée existe depuis l’aube de l’humanité. Les humains ont vécu dans des sociétés contre l’État pendant des millénaires. Ce n’est pas un hasard si nous nous faisons les porte-voix francophones des mouvements autochtones d’Amérique du nord, qui ne sont quasiment pas relayés en français. Nous avons beaucoup à apprendre des sociétés non seulement sans État mais contre l’État.
      Nous ne savons pas ce que vous avez lu sur ce blog, mais nous vous encourageons de lire ce que nous avons traduit ainsi que reproduit sur les sociétés traditionnelles et les modes de gouvernance non étatique en Amérique du Sud (Clastres, Jaulin), en Amérique du Nord (Newcomb, Alfred, Means, Mohawk Nation News), en Afrique (Mbah, Igariwey).
      Nous attirons votre attention sur nos dernieres publications concernant Errico Malatesta, qui est un activiste révolutionnaire anarchiste italien dont les idées et mises en pratiques furent notoires. Une suite de compil’ de textes cours de malatesta sera publiée très bientôt.

      L’anarchisme colle à la loi naturelle des choses et est très « zen »: pour un ici et maintenant heureux et harmonieux, il faut savoir « lâcher-prise » et croire en soi et en l’humain.
      L’anarchisme n’est pas une idéologie, c’est un art de vivre qui colle à la nature des choses…

      • Oui, tout à fait d’accord avec votre parallèle, un art de vivre qui, lorsqu’il est connu parle vraiment à beaucoup de gens, y compris et même surtout j’ai envie de dire ceux que le terme galvaudé d’anarchie faisait jusque là fuir à toutes jambes. J’ai fait l’expérience en envoyant des extraits de vos textes autochtones, j’ai eu des retours très intéressants !!

        • Merci et merci de diffuser l’info. Une action cohérente passe par l’information et la (re)prise de conscience politique. Celle-ci ne fait pas défaut, elle est mal dirigée par la division que fait régner l’oligarchie.
          retirons notre consentement en masse et on y verra déjà beaucoup plus clair, certaines décisions politiques couleront de source.
          Merci de cet échange qui nous l’espérons aidera les lecteurs à aller de l’avant politiquement.

        • Notre démarche n’est pas tant de parler d’anarchie, que de montrer qu’au-delà des mots, le concept est vieux comme le monde. Certains disent que Lao Tseu fut le premier anarchiste ! Les sociétés sans . contre l’État sont légions, elles fonctionnaient parfaitement, il n’y a aucune raison que cela ne se reproduise pas pour le plus grand bien-être de l’humanité.
          Notre démarche est de faire savoir que cela existe, a existé, que ce non-système fonctionne très bien et que oui… il terrifie l’oligarchie c’est l’évidence même. Il convient de noter que toute expérience moderne anarchiste a été brisée par les États de tout poil, monarchie (Italie 1920), république (commune de paris 1871), dictature marxiste (Cronstadt 1921, Ukraine 1918-1923), et la plus « belle » coalition de toutes, celle de la « république espagnole » aidée du PCE staliniste, de l’URSS, de l’Allemagne nazie et de l’Italie Fasciste et de la république française et la monarchie britannique… La ligue étatique de tous bords financée par les même banquiers contre la seule VERITABLE MENACE au système étatique protecteur de l’oligarchie: l’anarchie !
          CQFD
          Le mieux est de ne pas employer le terme de manière générale, faire passer l’idée maîtresse comme le font les Kurdes depuis quelques années, depuis que le PKK n’est plus marxiste, mais a embrassé le confédéralisme démocratique mis en place au Rojava (nord de la Syrie). Les communes du Rojava fonctionnent similairement aux communes catalanes et aragonnaises de 1936-39… personne ne parle d’anarchie et c’est très bien. Que l’Idée avance , c’est tout !😉

  3. Merci pour votre conclusion car en une phrase, tout est dit ; « Personne ne parle d’anarchie et c’est très bien. Que l’Idée avance , c’est tout !😉  » C’est rare que des commentaires de blog soit aussi enrichissants que les articles, analyses, traductions de ce même blog. C’est pourquoi j’aime venir ici aussi souvent que possible et commenter et dialoguer… Merci à vous R71

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s