Colonialisme génocidaire: Expériences médicales sur des enfants autochtones dans les pensionnats pour Indiens du Canada sous l’égide de son église unie…

Nous ne ferons pas de commentaires superflus pour introduire cette excellente réflexion de Kevin Annett sur le mal qui ronge toujours aujourd’hui le Canada et le reste du continent des Amériques. Nous mettons en section commentaire les 4 épisodes (version courte) du reportage de Kevin Annett sur les crimes commis par l’État et les églises avec leur programme génocidaire des pensionnats pour Indiens entre la fin XIXème siècle et 1996. Le documentaire est en VOSTF.

A voir et diffuser sans modération (âmes sensibles s’abstenir… Rien de graphique mais les témoignages sont bouleversants…).

Lire notre traduction des travaux de recherche de Kevin Annett sur le génocide du programme de l’état canadien des pensionnats pour Indiens, gérés à travers le pays pars les églises catholiques, anglicanes et unie du canada, cliquez ici.

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance à être répudiés.

— Résistance 71 ~

 

Vicky Sepass: Mon rôle dans sa mort… et la mienne

 

Kevin Annett

 

4 Août 2015

 

url de l’article original:
http://itccs.org/2015/08/04/vicky-sepass-my-role-in-her-death-and-my-own/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Punir n’est maintenant plus de mise. Nous préférons le sentiment de culpabilité collectif stérile qu’une responsabilité individuelle sensée.”- Thomas Szasz

“Le gouvernement fédéral fait des expériences médicales sur les enfants autochtones des pensionnats pour Indiens… Une de ces écoles était localisée à Port Alberni.”
– Southern News Service, April 26, 2000

………………….

Elle était un peu plus âgée que moi, mais nous aurions été dans la même classe du dimanche de l’église unie du Canada, que nous fréquentions enfants. Chaque jour d’église, je portais un costume avec une cravate et je garnissais mon enveloppe blanche du denier du culte avec un simple dollar canadien qui aiderait à remplir les coffres de l’Église Unie du Canada (NdT: église protestante fondée au Canada en 1925, regroupant 4 églises protestantes au Canada: méthodiste, évangéliste, presbytérienne et congrégationnelle, elle est la seconde église chrétienne au Canada après l’église catholique, qui elle aussi régissait certains des pensionnats pour Indiens où le génocide fut perpétré…) de ce que l’église unie appelle toujours son “fond de mission et de service” ; mais Vicky Sepass portait un uniforme gris élimé et n’avait rien à mettre dans l’assiette de la collecte des dons les dimanches, car elle en était elle-même l’offrande.

La vie cléricale pour moi a commencé à l’église unie de Westworth, dans une banlieue boisée de Winnipeg connue sous le nom de River Heights ; mais pour Vicky, cela commença et se termina aussi avec les murs suintants du pensionnat pour Indiens de Port Alberni. Elle y mourut durant le mois de Mars 1965, quand elle et moi avions tous deux 9 ans.

J’ai participé à payer pour son assassinat.

Cela a dû prendre environ un mois complet ou plus pour que Vicky Sepass meurt de faim dans la section spéciale d’isolement où elle fut maintenue sans nourriture et étudiée par des médecins militaires alors qu’elle s’affaiblissait inéxorablement. Tout ceci faisait partie d’une expérience sur l’endurance des humains à la torture et au traumatisme, expérience arrangée au travers d’un accord entre l’église unie du Canada et le département de recherche du ministère de la défense à Ottawa. Les sujets de ces tests étaient routinièrement violés, battus et affamés jusqu’à la mort ; leurs réponses physiques et leur acuité mentale étaient minutieusement notées et répertoriées.

“Ils me violaient toujours lorsqu’ils m’attachaient. Toujours. Cela m’est arrivé tous les jours, réglé comme du papier à musique”, se rappelle Kenny Quatell qui a survécu au même genre d’expérience au Nanaimo Indian Hospital, géré par l’église unie du Canada (NdT: situé sur l’île de Vancouver en Colombie Britannique).

L’argent pour financer ces “expériences” venait d’un accord conjoint entre les fédéraux et l’église unifie du Canada, cette dernière se reposant aussi sur son fond de mission et de service, dont mon don faisait partie, tous les dimanches.

A cette époque, on me disait que mon offrande servirait à l’accomplissement du travail de dieu, la même chose était rabâchée aux autres paroissiens de l’église unie.

Peut-être est-ce une partie de la toute petite compensation que je puisse faire à Vicky du fait qu’un jour, ma vie et mon travail furent détruits par le même fond de mission et de service qui l’a tué, à peine 1,5km de là où elle mourut. En tant que fond pourri non traçable, ce fond de “mission et de service” paya les avocats et les experts en coups foireux pour organiser la destruction de ma famille et celle de ma position de prêtre au sein de l’église unie à St Andrews ; et qui continue de cacher ce que l’église nous a fait à Vicky et à moi.

Les petites enveloppes blanches d’offrande sont toujours de mise les dimanches, fournie par la nouvelle branche d’assassins qui s’ignorent. C’est toujours la même affaire pour ce fond de mission et de service et bien sûr, l’église unie du Canada n’a jamais été inquiétée pour toutes ces atrocités commises, elle s’est renforcée dans le processus. Normalement, des fonds utilisés à des fins criminelles seraient saisis par les tribunaux. Mais nous sommes au Canada et les assasssins sont toujours aux manettes.

Après des décennies à lutter contre la bête sans être capable de la changer, j’ai compris ce que bien des “activistes sociaux” ressentent mais ne reconnaissent pas: nous ne pouvons pas mettre à bas quelque chose dont nous sommes nous-mêmes parties intégrantes. Nous nous impliquons rarement dans l’équation de ce mal systémique, car l’ennemi et le véritable problème est, doit toujours être quelque chose ou quelqu’un d’autre que nous-mêmes.

Mais je me rappelle de mon argent du sang dans cette enveloppe blanche, les joyeux cantiques et les remerciements que j’ai aidé à amener sur une église qui disséquait Vicky Sepass comme un rat de laboratoire dans le même temps. Ce ne fut que lorsque j’eus complètement accepté mon rôle dans la mort de Vicky que quelque chose en moi se libéra pour en échapper, échapper à cette église et la démanteler et tout ce qu’elle représente d’abord dans mon propre cœur et esprit, ensuite pour le monde.

Se repentir du mal et de notre propre culpabilité de complicité ne se fait pas par des gestes condescendants ni par des palabres d’excuses ; d’après la bible qui est toujours citée dans l’église unie: il faut activement s’éloigner du mal et annihiler ce qui a causé ce mal. Si j’ai été capable d’aider à accomplir cela, c’est parce qu’en premier lieu je savais que j’étais membre de sa sombre cité et que je devais la quitter sans jamais me retourner un peu comme la femme de Lot regardant longuement Sodome et Gomorrhe, j’ai été consummé dans sa destruction finale. Cette chute des églises déchues arrive. Quant à Vicky Sepass et tous ces enfants qui mourront demain aux mains d’un pouvoir irresponsable, ils demeurent plus que tout autre une légion d’yeux implacables cherchant, questionnant et braqués sur chacun d’entre nous posant un point d’interrogation inépuisable, spécifiquement envers tous ces membres somnambules de l’église unie du canada, qui continuent aujourd’hui de financer la fange et les mensonges tout en chantant de doux cantiques.

Une Réponse to “Colonialisme génocidaire: Expériences médicales sur des enfants autochtones dans les pensionnats pour Indiens du Canada sous l’égide de son église unie…”

  1. Documentaire « Unrepentant » de Kevin Annet (VOSTF):

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s