prisons meurtrières pour les activistes politiques au pays du goulag levant (ex-USA)

Le goulag est là et bien là… Prochaine étape: les escadrons de la mort, qui furent créés au PGL et testés sur les activistes de l’American Indian Movement (AIM) dans les années 70 avec les « Goon squads » de la police autochtone des réserves indiennes sous contrôle du FBI, qui assassinèrent bon nombre d’activistes sous couvert (ou non) « d’actions légales ».

Le grand chef Hunkpapa Lakota  Sitting Bull tomba sous les balles des traîtres de son propre peuple fliquant la réserve de Pine Ridge le 15 Décembre 1890, après qu’il fut décidé en « haut-lieu » que le grand résistant au colonialisme occidental devait mourir.

Il semble que la phase « élimination physique » soit entrée en vigueur. Phase qui va s’étendre à tout le monde occidental sous contrôle oligarchique.  Toutes les polices occidentales deviennent pas à pas des police politique dont la mission est de préserver les intérêts privés oligarchiques coûte que coûte, lorsque cela ne sera plus possible, les états-corporations feront appel aux mercenaires. Union et vigilance !

Mise à jour 28 juillet: Une autre femme afro-américaine retrouvée morte dans sa cellule à Cleveland, Ohio…

— Résistance 71 —

 

Un activiste amérindien retrouvé mort dans sa cellule

 

Press TV

 

28 Juillet 2015

 

url de l’article original:

http://www.presstv.ir/Detail/2015/07/28/422173/US-Rexdale-W-Henry-Sandra-Bland-human-rights

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Un activiste amérindien a été retrouvé mort dans sa cellule aux Etats-Unis dans ce qui semble bien être une nouvelle mort suspecte, similaire à celle de Sandra Bland au Texas.

Rexdale W. Henry, 53 ans, qui avait été arrêté le 9 juillet lors d’un contrôle de routine pour n’avoir pas payé une amende suite à une infraction routière, a été retrouvé mort dans sa cellule de la prison de Neshoba County dans l’état du Mississippi, 5 jours plus tard, d’après les médias locaux (NdT: lieu tristement célèbre qui vît l’assassinat d’activistes blancs anti-ségrégation en 1961, évènements mis en scène dans l’excellent film d’Alan Parker “Mississippi Burning”).

Le corps sans vie d’Henry, qui était membre de la nation Choctaw et un activiste de longue date avec la communauté amérindienne locale, fut découvert une demie-heure après qu’il fut vu en vie pour la dernière fois.

L’état a fait faire une autopsie dans un laboratoire de la police scientifique de la ville de Jackson, mais les résultats n’ont pas encore été divulgués.

Dans le même temps, la famille de Henry a demandé qu’une seconde autopsie indépendante soit faite en Floride.

“Dans un moment où la nation est focalisée sur les terribles circonstances de la mort brutale de Sandra Bland, il est important d’exposer les façons dont les Afro-Américains, les Amérindiens et autres minorités sont ciblées, les membres interpellés pour des infractions mineures et terminent leur vie dans des cellules de prison”, a dit Janis McDonald, professeure de droit à l’université de Syracuse.

La mort d’Henry est intervenue un jour après celle de Bland, 28 ans, retrouvée morte dans sa cellule de la prison de Walter County au Texas. Bland avait été arrêtée le 10 juillet par un Texas Trooper pour ne pas avoir mis son clignotant alors qu’elle changeait de file à bord de son véhicule.

Une autopsie a confirmé le rapport initial d’un examinateur médical, déclarant sa mort un suicide.

Quoi qu’il en soit, sa famille a exprimé de forts doutes quant au fait que Bland aurait mis fin à ses jours alors qu’elle était passionnée par sa lutte pour le droits civils et très motivée au sujet de son nouveau travail qui l’attendait dans un collège près de Houston au Texas.

Les décès d’Henry, de Bland et de Kindra Chapman, une jeune femme noire américaine de 18 ans, qui fut aussi retrouvée morte dans sa cellule de la prison de Jefferson County dans l’état d’Alabama, sont les dernières morts en date dans une série de décès suspicieux impliquant les forces de police et qui ont déclenchés des manifestations dans bon nombre de villes à travers le pays.

3 Réponses to “prisons meurtrières pour les activistes politiques au pays du goulag levant (ex-USA)”

  1. On meurt aussi beaucoup chez les médecins promoteurs de solutions anti-cancer alternatives:
    http://www.naturalnews.com/050553_Dr_Bradstreet_GcMAF_cancer_therapy.html

  2. Oui, le terme « offensive généralisée » est correct pour moi…
    En tout cas, plus rien ne les arrêtent et surtout y ne se cachent plus. Y font tout au grand jour, en même temps, personne ne bouge ! Regardez à Vallauris, tout le monde s’aplatit devant sa Majesté du Con, non ? J’ai même aperçu un titre dans 20 minutes je crois, comme quoi, vu l’oseille qu’ils ont sorti depuis leur arrivée, cela aurait calmé les esprits. Ben voyons ! Et aujourd’hui, je lis que l’on avait demandé à une femme CRS de ne plus surveiller la plage où ces messieurs se baignent… Des fois, qu’elle aperçoive une c*****e qui dépasserait d’un maillot sans doute ? Pétard, moi qui suis non violente, j’ai furieusement envie de mordre. Je vais manger un chewing à la chloro, ça me détendra…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s