Pentagone 2015: Guerre, guerre et guerre au menu…

Nous avons mis en exergue une phrase extraite de la publication du Pentagone sur sa Stratégie Militaire Nationale 2015 sur la Chine. Celle-ci tend à aller dans le sens de notre analyse sur la Chine devenant un des piliers sécuritaires du Nouvel Ordre Mondial. C’est le but de l’empire, les Chinois semblent jouer le jeu… Le mot « semblent » est ici clef…

A suivre avec grand intérêt.

— Résistance 71 —

 

La stratégie du Pentagone en 2015 pour diriger le monde

 

Mike Whitney

 

4 Juillet 2015

 

url de l’article:

http://www.informationclearinghouse.info/article42294.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Mercredi, le Pentagone a publié sa Stratégie Militaire Nationale (SMN) pour 2015 ( 2015 National Military Strategy,) un plan de 24 pages pour gérer le monde au travers de la force militaire. Bien que le language du rapport soit plus subtil et moins incendiaire que les documents similaires publiés dans le passé, la détermination de poursuivre unilatéralement les intérêts des Etats-Unis au moyen d’une extrême violence demeure la pierre angulaire de toute la nouvelle stratégie. Les lecteurs ne trouveront même pas l’ombre d’un remord dans ce rapport pour la vaste destruction et les centaines de milliers de vies humaines perdues par les pays attaquées, pays qui ne posaient absolument aucune menace réelle pour la sécurité nationale des Etats-Unis. Au lieu de cela, le rapport démontre la résolution froide de ses auteurs et de l’élite pour continuer le carnage et les effusions de sang jusqu’à ce que tous les rivaux potentiels aient été tués ou éliminés et jusqu’à ce que Washington pense qu’il contrôle tous les leviers du pouvoir mondial et qu’il ne puisse plus être défié.

Comme on pouvait s’y attendre, le rapport cache ses intentions hostiles derrière le language trompeur de la “sécurité nationale”. Les Etats-Unis n’agressent pas des états qui possèdent de grandes quantités de ressources naturelles. Non. Les Etats-Unis ne font juste “qu’adresser des défis sécuritaires” pour “protéger la patrie” et pour “faire avancer nos intérêts nationaux”. Comment quelqu’un pourrait-il trouver quelque chose à redire à cela ? Après tout, les Etats-Unis n’essaient-ils pas d’amener la paix et la démocratie dans ces pays (sauvages) que sont l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et maintenant la Syrie ? (NdT: en attendant l’Iran et la Russie…)

Dans la préface du chef d’état major des armées, le général Martin Dempsey tente de préparer le peuple américain à une future guerre sans fin:

“De futurs conflits vont surgir plus rapidement, vont durer plus longtemps et vont se dérouler sur des champs de bataille bien plus techniquement difficiles… Nous devons être prêts à nous adapter rapidement à de nouvelles menaces tout en maintenant un avantage comparatif sur les plus traditionnels… l’application de l’instrument de pouvoir militaire contre des menaces d’état est très différente de l’application du pouvoir militaire contre des menace non étatiques. Nous sommes plus enclins à devoir faire face à des campagnes prolongées qu’à des conflits qui seront résolus rapidement… ce contrôle de l’escalade devient de plus en plus difficile et bien plus important.” (Document: 2015 U.S. National Military Strategy, USNI News)

La guerre, la guerre et encore plus de guerre, ceci est la vision du Pentagone pour le futur. A l’encontre de la Russie ou de la Chine qui ont un plan pour une zone de libre-échange entre l’UE et l’Asie (la nouvelle route de la soie), qui améliorera partout l’emploi, améliorera les infrastructures vitales et augmentera les standards de vie de manière générale, les Etats-Unis, eux, ne voient que mort et destruction sur le chemin du futur. Washington n’a aucune stratégie pour le futur, aucune vision pour un monde meilleur, pour lui il n’y a que la guerre, guerre asymétrique, guerre technologique, guerre préemptive. L’entière classe politique et ses maîtres payeurs soutiennent unanimement la règle mondiale de la force des armes. Ceci est la signification inévitable de ce document, Les Etats-Unis ont la ferme intention de maintenir leur poigne de plus en plus faiblarde sur le pouvoir mondial en maximisant l’utilisation de leur plus grand avantage: l’armée.

Et qui est dans la ligne de mire de l’armée ? Analysez cet extrait d’un article paru dans la revue Defense News:

La stratégie dénonce spécifiquement l’Iran, la Russie et la Corée du Nord comme des menaces agressives à la paix mondiale. Elle mentionne aussi la Chine, mais notablement commence ce paragraphe en disant qu’Obama et son gouvernement veulent “soutenir le développement de la Chine” et l’encourager à devenir un partenaire pour une plus grande sécurité mondiale,” continuant à flirter sur la ligne de la Chine l’alliée économique et la Chine concurrente régionale.

“Aucune de ces nations ne cherchent de conflit direct avec les Etats-Unis ou leurs alliés”, poursuit la stratégie. “Mais néanmoins, ils posent de sérieuses préoccupations concernant la sécurité que la communauté internationale adresse collectivement par le moyen de politiques communes, de messages partagés et d’action coordonnée.”

(Pentagon Releases National Military Strategy, Defense News)

Avez-vous bien saisi cette dernière partie ?

En d’autres termes, ceci dit qu’aucun de ces pays ne veut se battre avec les Etats-Unis, mais les Etats-Unis eux, veulent se battre avec eux. Les USA sentent qu’il est justifié de lancer une guerre contre ces pays parce que, bon, soit ils contrôlent de vastes ressources, ou ont une grande capacité industrielle, occupent une zone du monde d’intérêt géopolitique pour les Etats-Unis, ou simplement parce qu’ils veulent maintenir leur indépendance et leur souveraineté, ce qui bien évidemment constitue un crime aux yeux de l’empire. D’après Dempsey, toutes ces excuses minces comme un fil sont des justifications suffisantes pour entrer en conflit armé essentiellement parce qu’ils posent “de sérieuses préoccupations sécuritaires” pour les Etats-Unis, ce qui veut dire qu’ils entament le rôle de domination des USA comme seule super-puissance au monde.

Ce rapport de la défense voue une attention toute particulière à la Russie, l’ennemi du mois de Washington depuis un bail, qui a l’audace de défendre ses intérêts et sa sécurité après un coup d’état fomenté par le ministère des affaires étrangères US en Ukraine voisine. Pour cette insolence, Moscou doit-être puni. Ceci provient du rapport:.

“Certains états néanmoins tentent de réviser les aspects clef de l’ordre international et agissent de manière qui menace nos intérêts nationaux. Tandis que la Russie a contribué dans certains segments sélectionnés comme la lutte anti-drogue et le contre-terrorisme, elle a aussi continuellement démontré qu’elle ne respecre pas la souveraineté de ses voisins et qu’elle a la volonté d’utiliser la force pour parvenir à ses objectifs. Les actions militaires de la Russie endommagent la sécurité régionale directement au travers de ses forces par procuration. Ces actions violent les multiples accords que la Russie a signé et dans lesquels elle reconnaissait vouloir agir dans les normes internationales.” (2015 NMS)

La Russie est le mal incarné parce que la Russie a refusé de rester coi tandis que les Etats-Unis renversaient le gouvernement ukrainien, installaient leurs sbires à Kiev, précipitaient le pays dans une guerre civile entre différentes factions, élevaient les néo-nazis dans des positions de pouvoir dans les forces de sécurité du pays, plongeaient l’économie ukrainienne dans l’insolvabilité et la ruine et ouvraient un QG pour la CIA dans la capitale afin de gérer sur place l’ensemble de la partie de flinguage à gogo. Voilà pourquoi la Russie est le mal incarné et doit-être punie.

Ceci veut-il dire que les USA comtemplent sérieusement une guerre avec la Russie ?

Voici un extrait du document qui va clarifier l’affaire:

“Cette dernière décennie, nos campagnes militaires ont essentiellement consisté en opérations contre des réseaux extrémistes violents, mais aujourd’hui et dans le futur proche, nous devons payer plus d’attention aux défis posés par les acteurs étatiques. Ils ont de plus en plus la capacité de contester la liberté régionale de mouvement et de menacer notre patrie. Ce qui est alarmant est la prolifération des missiles balistiques, des technologies de frappes de précision, des systèmes sans humains (drones), des capacités spatiales et de cyberespace et des armes de destruction massive et leurs technologies faites pour contrer les avantages militaires américains et couper l’accès aux sources communes mondiales.” (2015 NMS)

Il me semble clair que les gugusses de Washington ont déjà pris leur décision. La Russie est l’ennemi, donc, la Russie doit-être vaincue. Comment autrement pourrait-on “contrer un état révisionniste” qui “menace notre patrie” ?

Avec des bombes faucheuses de marguerites bien sûr. Comme tous les autres.

Le rapport du Pentagone nous fait une liste d’emplettes pour justifier le lancement de guerres contre des ennemis imaginaires des Etats-Unis. Le fait est que le Pentagone voit des nains partout. Que le sujet soit les nouvelles technologies, les “changements démographiques” ou les différences cuturelles, tout est vu comme des menaces potentielles pour les intérêts américains, particulièrement tout ce qui a trait “à la concurrence pour les ressources et matières premières”. Dans cette vision barjot de la réalité, on peut parfaitement voir comment fut justifiée l’invasion de l’Irak sur la base que Saddam Hussein contrôlant l’Irak (NdT: pourtant mis en place par la CIA et le Pentagone des décennies plus tôt…) et ses réserves très importantes de pétrole, posait un défi direct à l’hégémonie américaine. Naturellement, Saddam se devait d’être viré du pouvoir et plus d’un million d’Irakiens devaient mourir pour arranger l’affaire et remettre le monde dans l’équilibre (hégémonique de Washington). Ceci est la vision primordiale de la stratégie militaire nationale américaine, et donc que tout ce que font les USA est OK parce que… et bien, ce sont les USA.

Les lecteurs ne doivent pas s’attendre à trouver quoi que ce soit de nouveau dans cette nouvelle stratégie. C’est de la piquette dans de vieilles bouteilles. Le Pentagone n’a fait qu’à peine mettre à jour la bonne vieille doctrine Bush tout en adoucissant la rhétorique. Il n’y a pas de raisons de faire flipper tout le monde en parlant d’unilatéralisme, de préemption, de balayer la loi internationale ou d’agression non provoquée. Et même si cela était, tout le monde sait bien que les Etats-Unis feront exactement ce qu’ils voudront afin de garder leur empire intact.

La Stratéie Militaire Nationale mouture 2015 ne fait que confirmer ce triste constat.

6 Réponses to “Pentagone 2015: Guerre, guerre et guerre au menu…”

  1. « A l’encontre de la Russie ou de la Chine qui ont un plan pour une zone de libre-échange entre l’UE et l’Asie (la nouvelle route de la soie), qui améliorera partout l’emploi, améliorera les infrastructures vitales et augmentera les standards de vie de manière générale »

    j’ai des doutes – concernant le Chine – le made in china n’améliore pas l’emploi en France et chez eux, il faut voir comment les travailleurs sont traités

  2. Les récents actes terroristes de El Guerrera marquent-ils l’extension (annoncée) du domaine de la guerre à l’Algerie ?

    http://www.france-irak-actualite.com/2015/07/ils-veulent-transformer-l-algerie-en-une-autre-syrie.html

    • Bien sûr, l’Algérie est une cible de l’OTAN et son armée mercenaire « djihadiste » (AQ et EIIL confondues…) Il faut comprendre la seule chose a vraiment comprendre: le fondamentalisme islamiste s’il a toujours existé, comme le fanatisme religieux existe dans toutes les religions (pléonasme puisque la religion est sectaire et fanatique par essence…), il n’a été politiquement et pratiquement activé à une échelle de dangerosité mondiale que lorsque cela a été jugé utile et pratique par les stratèges américains comme Zbigniew Brzezinski et Robert Gates, pour déstabiliser l’URSS et pousser à son éclatement intérieur, ce qui s’est produit à partir de la fin des années 1970. Ce fanatisme religieux ne pourrait en aucun cas avoir l’audience qu’il a sans les pétrodollars des pays du Golfe, Arabie Saoudite bien sûr en tête ; ni l’aide logistique de l’occident et son empire colonial plus que jamais présent.
      On peut réduire l’équation de façon assez simple: se débarrasser des mercenaires d’AQ et autre EIIL/EI c’est se débarrasser de l’empire et au delà, du système étatico-capitaliste (marxiste compris) qui permet à tout cela de se mettre en place. Dans un système étatique créé et géré par la règle du dominant/dominé, la fin d’un empire n’est que le commencement d’un autre. L’histoire l’a assez prouvé. Sortir de ce cercle vicieux, c’est sortir du modèle étatique, pas d’autre solution…

  3. Les USA en abusant des termes « djihad et djihadistes » viennent de reconnaitre à quel point ces mots étaient utiles à l’islamisation du monde dès l’avènement de l’islam
    Les USA ont par voi de conséquence créé les groupuscules terroristes tels Daesh, El Qaeda, Etat Islamique, Boko Haram…. composés de mercenaires américains et israeliens recrutés par la CIA et le Mossad pour la maitrise des actions et d’agents d’exécution récupérés dans les milieux défavorisés des banlieues pour des attentats ciblés à travers le monde y compris chez leurs amis europééns

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s