PPP89 Késako?…

Le Pôle de Popularité de Poutine à 89% fait flipper nos politicards,  étonnant non ?

— Cyclopède 71 —

 

Qu’est ce que la côte de popularité de 89% de Poutine signifie vraiment ?

The saker

30 Juin 2015

url de l’article en français:
http://lesakerfrancophone.net/89-quest-ce-que-la-cote-de-popularite-de-vladimir-poutine-signifie-vraiment/

Le Washington Post semble être complètement abasourdi par les derniers sondages sur l’approbation de la politique de Poutine. Voyez plutôt :

Vous pensez que les Russes sont fatigués du conflit avec l’Occident? Non, selon le taux d’approbation du président Vladimir Poutine, qui a atteint mercredi le niveau le plus élevé de tous les temps 89% (…) Les cotes de Poutine ont bondi de 65% en janvier 2014 à 80% deux mois plus tard, et ils ont séjourné depuis dans les 80% , selon les mesures du Centre Levada, basé à Moscou, la seule organisation de sondages indépendante en Russie. Ils ont continué à monter : en quinze ans de Poutine au pouvoir, ils ne sont jamais allés plus haut que les 89% du mois de juin (…) Le taux d’approbation de 89% est aussi un témoignage de la quasi-unanimité de vues quant à l’orientation actuelle de la Russie.

Le Washington Post a raison : le peuple russe soutient pleinement Poutine, en particulier si vous considérez que les 11% qui ne sont pas heureux avec lui sont en grande partie composés de communistes qui accusent Poutine d’être trop favorable aux pratiques capitalistes de l’économie de marché, de nationalistes qui pensent que le Kremlin est trop mou ou indécis à soutenir la Novorussie contre les Ukronazis et peut-être de 1% à 3% (maximum!) qui soutiennent généralement les États-Unis et l’UE, quoiqu’il arrive. Donc, en termes de confrontation actuelle avec l’empire anglo-sioniste la cote d’approbation réelle de Poutine serait de l’ordre de 97%-98%.

Qu’est-ce que cela signifie?

  1. Il n’existe pas de position politiquesur l’Ukraine de la part de Poutineou même du Kremlin. Il y a une position russe sur l’Ukraine.
  2. Les sanctions ont eu l’effet inverse de celui espéré : au lieu de déclencher une vague de mécontentement contre Poutine, les Russes se sont ralliés autour de lui.
  3. Le messagedes anglo-sionistes n’a absolument aucun écho en Russie. L’Occident n’a plus aucune crédibilité, aucun attrait, aucune autorité morale ou politique. La plupart des Russes considèrent les États-Unis comme un ennemi dangereux qui essaie de soumettre la Russie et ils considèrent l’UE comme une colonie sans voix, asservie aux États-Unis.
  4. La Russie ne se laissera pas impressionner. Comme je l’ai répété sur ce blog encore et encore, les Russes ne veulent pas la guerre, mais ils sont prêts pour la faire. Le pays est pleinement mobilisé, à la fois psychologiquement et matériellement. Aucun volume de menaces ou de sanctions ne va changer cela.
  5. La base du pouvoir de Poutine est plus forte que jamais. Non seulement le peuple russe le soutient pleinement, mais les anti-Poutine pro-USA libérauxet démocrates(selon le sens de ces mots de Russie) sont en plein désarroi et en fuite (surtout politiquement, mais parfois littéralement).
  6. Il est de plus en plus clair que si l’économie russe a souffert des sanctions et, plus encore, de la baisse des prix de l’énergie, elle a fait beaucoup mieux que prévu (y compris par le Kremlin) et que l’isolementprogrammé de la Russie est un échec lamentable.
  7. La plupart des indicateurs semblent pointer vers la même conclusion : le régime ukronazi est à un point de rupture. Les purges ont commencé, le nombre de déserteurs est en hausse, le régime prend des décisions complètement folles (Saakachvili à Odessa), Goldman Sachs prévoit un défaut officiel sur la dette pour le 24 juillet (officieusement l’Ukraine est déjà dans une situation de défaut).

En d’autres termes, alors que la Russie est maintenant plus forte qu’à tout autre moment au cours de ce conflit, l’Ukraine n’a jamais été aussi faible. Les États-Unis n’ont plus de plan réalisable à mettre en œuvre. L’Empire a échoué à attirer la Russie dans une guerre avec l’Ukraine, les Ukrainiens ont échoué à écraser le Donbass et l’UE se fissure politiquement de toute part. Et tandis que toutes les rodomontades le long de la frontière russe ont provoqué la colère du peuple russe, elles ont complètement échoué à impressionner, encore moins à faire peur. Il semble que Poutine tienne Obama par les cojones.

Alors, et la suite ?

Eh bien, pour l’essentiel cela dépend maintenant des États-Unis. La Russie peut maintenir cette position pendant aussi longtemps que nécessaire. En revanche, l’UE souffre économiquement et, plus encore, sur le plan politique. Si le peuple grec se soulève contre la ploutocratie anglo-sioniste et rejette son ultimatum, la crise politique résultante rendra l’UE encore plus faible. La Moldavie et la Roumanie n’ont montré aucun signe qu’elles étaient prêtes à affronter directement la Russie sur la Transnistrie, ce qui est aussi une très bonne nouvelle. Je soupçonne que certains avertissements clairs ont été donnés à l’Ouest à ce sujet par la Russie (y compris un rappel de ce qui est arrivé la dernière fois que des soldats de la paix russes ont été attaqués [en Géorgie, en 2008, NdT]). Plus les États-Unis s’entêteront dans une politique ukrainienne qui a échoué, plus les tensions à l’intérieur de l’UE augmenteront.

Minsk 2 est mort et les Ukronazis ont clairement renoncé au Donbass : ils bombardent tous les jours, ils ont coupé toutes les lignes d’approvisionnement (y compris pour l’eau et les médicaments), ils n’ont pas repris le paiement des pensions (en violation flagrante des termes de Minsk 2) et leur rhétorique politique est encore plus hostile et belliqueuse qu’auparavant.

Pourtant, il n’y a aucune façon pour les élites occidentales d’accepter cela. Ils ont investi tout leur capital politique et leur crédibilité dans une politique qui a complètement raté, et maintenant, admettre cette état de fait leur ferait perdre la face. Ainsi, tout comme la junte ukronazie à Kiev, je pense que les dirigeants occidentaux aboieront de toutes leurs forces, mais ne mordront pas, de peur que l’ours russe contre-attaque.

6 Réponses to “PPP89 Késako?…”

  1. C’est article est vraiment bien structuré et d’ailleurs, en complément et toujours sur l’excellent saker.francophone ; PCR livre un réquisitoire intelligent, terrifiant aussi mais si juste, si lucide sur la réalité des choses, je vous colle là et nous aurons la réponse dimanche sur cet Armageddon qui vient ou pas ; http://lesakerfrancophone.net/de-nouveau-la-grece-peut-sauver-loccident/
    Tout de même, les choses prennent une drôle de tournure, non ?
    Quel est votre sentiment ?

    • Notre sentiment est que la grille du N.O.M se referme inexorablement et que les peuples sont soit insouciants et continuent à aller acheter des choses dont ils n’ont pas besoin avec l’argent qu’ils n’ont pas (principe du crédit à outrance), soit sont maintenus dans la division qu’ils entretiennent par réaction pavlovienne.
      Le pb de l’oligarchie est le suivant: comment générer une guerre de grande importance, mondiale, sans qu’elle ne devienne thermonucléaire. Les guerres par proxy ne suffisent plus. Ls yanks ont besoin d’une guerre massive pour vendre leurs armes et effacer leur dette, remettre l’ardoise à zéro comme chaque guerre le fait… Le hic est que la pilule a du mal à passer. La nouvelle course à l’armement à laquelle nous assistons servira à terme à renforcer la grille totalitaire du N.O.M. Une solution pour les oligarques: faire monter la sauce de la peur d’une guerre mondiale nucléaire jusqu’au quasi point de rupture (précédent: la crise des missiles de Cuba en 1962), puis « trouver une solution » qui « sauve » le monde de l’annihilation nucléaire, mais au prix d’une organisation mondiale de surveillance et de contrôle dont la Russie et la Chine feront ben sûr partie, connexion des segments et verrouillage de la grille de contrôle totalitaire planétaire.
      Notre point de vue (nous souhaitons avoir tort crois-le bien) est le suivant: l’empire utilise la Chine, qui ne peut que coopérer car prisonnière de la dette yankee qu’elle a massivement achetée (s’est-elle faite piéger il y a longtemps ou est-ce sciemment fait demeure à débattre…), pour rendre la Russie dépendante de ses exportation gaz/pétrole au point où la Russie trouvera un « compromis » du maintien de son statut en échange de sa « coopération » dans le N.O.M
      Tout le système fonctionne sur un schéma dialectique classique, celui du « problème, réaction, solution » savamment manipulé: l’oligarchie crée un problème, qui génère une réaction qu’elle canalise, l’oligarchie propose une solution toute prête au problème qu’elle a elle-même créé.
      RIEN n’arrive par hasard, alors bien sûr ils ne peuvent pas contrôler tous les rouages, mais les grandes lignes oui, et ils peuvent piloter l’affaire dans la direction voulue en utilisant des gardes-chiourme qui encadrent le processus tout au long du chemin…
      De toutes les manières pour nous, il n’y a aucune solution au sein du système, les dés sont pipés depuis le départ, il faut cesser de jouer ce jeu fixé et jouer le notre, celui de l’intérêt général. Au bout du compte, c’est à l’ensemble des peuples de comprendre et de se libérer, nous ne pouvons que le faire nous-même, personne ne pourra le faire à notre place, pour cela il faut cesser d’avoir peur, cesser de nous laisser futilement diviser, retrouver le voie de l’intérêt général et nous y tenir ensemble. Le peuple est seul et a son destin en main. Nous avons été abandonnés, trahis par nos soi-disants représentants, nous n’avons absolument rien de bon à attendre du système qui est en phase de durcissement totalitaire.
      Il faut que les gens comprennent qu’il est temps de « lâcher prise » et de devenir politiquement adultes…
      Personne ne le fera pour nous, pas un « leader », pas un « parti d’avant-garde », pas un système institutionnel, mais nous, ensemble, en créant la société des sociétés organique, égalitaire, anti-autoritaire et finalement libre.
      Tout le reste n7est à notre sens que pisser dans un violon …😉 😀

  2. Oups ; « Cet » article…
    Il fait chaud et j’ai le cerveau-lent !

  3. Et toujours sur le saker, voici l’analyse de Pepe Escobar. Je me suis régalée comme toujours alors je partage ce plaisir avec vous ; http://lesakerfrancophone.net/european-dream-la-democratie-athenienne-face-au-veau-dor/
    A+

    • oui TB mais le Pepe dit que le problème serait « le manque d’institutions transparentes »… C’est là où nous ne sommes pas d’accord. Le Pepe se place encore et toujours dans le cadre systémique établi et pense que « réformer » le système pour le rendre plus « transparent » et donc « démocratique », serait la solution ! Leurre total !… Utopie, perte de temps fatale, cataplasme sur jambe de bois.
      Tout le problème des analyses alternatives tient de plus en plus à ceci: souvent de bonnes analyses, mais peu de propositions pour fixer les pbs.
      Pour nous, tout analyste aussi bon soit-il, offrant pour suggestions de fixer le système ou de continuer à aller voter pour pierre, paul ou jacques disant « qu’un jour on trouvera le bon représentant » est soit naïf au-delà du raisonnable, soit est contrôlé par l’oligarchie d’une manière ou d’une autre (parfois à son insu).
      Pepe est intelligent, son rôle après tout en tant que journaliste indépendant n’est pas de suggérer de solutions possibles, il est peut-être anarchiste en privé (possible…), mais il se doit de garder une certaine contenance et de n’attaquer le système que superficiellement s’il veut… garder son boulot…
      Les médias alternatifs analysent trop et proposent peu. C’est là que çà coince…

  4. C’est ça !
    « La dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie, c’est cause toujours »
    Bon c’est pas gagné, hein ? Y’a du boulot. Merci pour vos réponses. A+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s