Nouvel Ordre Mondial et lobby financier: Le FMI arme de destruction massive de l’oligarchie contre la Grèce…

… Peut-on encore donner un crédit à Syriza et Tsipras ?… Voyons voir jusqu’où cela ira t’il ?… Nous ne sommes pas aussi optimiste que Lamrani, à suivre donc… Les Grecs doivent faire totale sécession de l’UE et du système étatique, Syriza doit redonner le pouvoir au peuple, qui autogèrera le pays sans intermédiaire. La Grèce n’a plus rien à perdre, elle a une occasion unique de faire l’histoire en devenant une nation sans État, sans institutions, où le peuple gère de, par et pour lui-même…

— Résistance 71 —

 

Les 25 vérités d’Alexis Tsipras sur le chantage du lobby financier international

 

Salim Lamrani

 

 30 Juin 2015

 

 url de l’article original:

http://www.michelcollon.info/25-verites-d-Alexis-Tsipras-sur-le.html?lang=fr

 

Fidèle au mandat que lui a donné le peuple, le Premier Ministre grec a décidé de soumettre l’ultimatum du Fonds monétaire international, de l’Union européenne et de la Commission européenne à un référendum le 5 juillet 2015 (1).

 

 

  1. Depuis l’arrivée de Syriza au pouvoir en janvier 2015, la Grèce subit une « asphyxie économique sans précédents » de la part de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international, dans le but de faire plier le gouvernement progressiste et de l’empêcher de « mettre fin à l’austérité et de restaurer la prospérité et la justice sociale ».
  2. Le but des négociations était d’arriver à un accord viable « qui respecterait à la fois la démocratie et les normes européennes » afin de sortir définitivement de la crise.
  3. La Troïka a exigé de la Grèce le respect des accords pris par les gouvernements précédents, dont les politiques économiquement inefficaces et socialement désastreuses ont été majoritairement rejetées par le peuple grec qui a décidé de porter Syriza au pouvoir.
  4. A aucun moment, le gouvernement grec n’a cédé aux menaces des institutions européennes et du FMI.
  5. Après près de six mois de négociations, l’Euro-groupe a présenté « un ultimatum à la République hellénique et au peuple grec ». Cet ultimatum « contrevient aux principes fondateurs et aux valeurs de l’Europe ».
  6. L’Europe a présenté « une proposition qui inclut des nouvelles charges insupportables pour le peuple grec et qui nuit au redressement de la société grecque et de son économie, non seulement en maintenant l’incertitude, mais en accroissant davantage les déséquilibres sociaux ».
  7. Ces mesures imposent « une fragmentation du marché du travail » avec une précarisation accrue des contrats, « une diminution des retraites, de nouvelles réductions de salaires dans le secteur public et une augmentation de la TVA sur les produits alimentaires, les restaurants et le tourisme, avec la suppression des réductions fiscales dans les îles ».
  8. « Ces propositions violent clairement les normes sociales européennes et le droit fondamental au travail, à l’égalité et à la dignité ».
  9. Le but de la troïka et de certains membres de l’Euro-groupe n’est pas « de trouver un accord viable et bénéfique pour les deux parties, mais d’humilier tout le peuple grec ».

10. Le but est de « punir une voix différente en l’Europe ».

  1. Le Fonds monétaire international est obsédé par l’austérité et les mesures punitives.
  2. La crise grecque affecte toute l’Europe et menace l’unité continentale.
  3. Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances, a été arbitrairement exclu de la réunion de l’Euro-groupe, en violation de la légalité européenne.
  4. « La responsabilité historique en faveur des luttes du peuple hellénique et de la protection de la démocratie et de notre souveraineté nationale. […] nous oblige à répondre à cet ultimatum avec la volonté du peuple grec ».
  5. Un référendum aura donc lieu le 5 juillet 2015 afin que « le peuple grec décide de façon souveraine ». « Face à cet ultimatum et ce chantage, je vous convoque afin que vous décidiez de façon souveraine et avec fierté, comme le dicte l’histoire de la Grèce, au sujet de cette austérité stricte et humiliante, qui n’offre aucune solution ni option qui permette un redressement social et économique ».
  6. « Dans le berceau de la démocratie, nous ne demanderons pas l’autorisation à Monsieur Dijsselbloem [Président de l’Euro-groupe] ni à Monsieur Schaüble [Ministre allemand des finances] » pour célébrer un référendum.
  7. Ce référendum « n’est pas une tentative de scission avec l’Europe mais de scission avec les pratiques qui sont un affront pour l’Europe ».
  8. « Face à cette dure austérité autocratique, nous devons répondre avec démocratie, sérénité et détermination ».
  9. « La Grèce, creuset de la démocratie, doit envoyer un message démocratique claire à l’Europe et à la communauté internationale ».
  10. « Le peuple grec dira un grand non à l’ultimatum mais en même temps un grand oui à l’Europe de la solidarité ».
  11. Au lendemain de ce « non », « la force de négociation du pays sera renforcée ».
  12. Quelle que soit l’issue de la consultation, la volonté du peuple grec sera respectée.
  13. Cette consultation « enverra un message de dignité au monde ».
  14. L’Europe est la maison commune de tous ses peuples. « Il n’a pas de propriétaires et des invités en Europe ».
  15. « La Grèce est et sera une partie intégrante de l’Europe, et l’Europe sera une partie intégrante de la Grèce. Mais une Grèce sans démocratie impliquerait une Europe sans identité et sans boussole ».

 

Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis. Son nouvel ouvrage s’intitule Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité, Paris, Editions Estrella, 2013 et comporte une préface d’Eduardo Galeano. Contact : lamranisalim@yahoo.fr ; Salim.Lamrani@univ-reunion.fr

23 Réponses to “Nouvel Ordre Mondial et lobby financier: Le FMI arme de destruction massive de l’oligarchie contre la Grèce…”

  1. Dur à suivre Tsipras.
    Sa déclaration télévisée du 26 juin appelant au referendum était explicite et claire.
    Mais comme à chaque fois c’est revu, corrigé, oui, non…
    C’est Tsipras qui déconne ou nous fait-on croire qu’il ne sait pas trancher ?
    A mon sens pas de grexit, pas possible, trop grosse tarte dans la gueule à tous les Juncker et compagnie.

    • Pour nous Tsipras est une marionnette qui « tire sur ses fils »… mais pas trop fort quand même…😉 Est-il un doux naïf qui essaie vraiment ? ou est-il un dissident contrôlé ?
      La seule solution est hors du système, si des gens comme lui son sérieux, une fois au pouvoir, ils doivent immédiatement prendre des mesures de décentralisation massive et rendre le pouvoir aux assemblées populaires qui seraient créées au préalable pour enfin DISSOUDRE L’ETAT et ses institutions dans le peuple.
      C’est aussi en ce qui nous concerne l’erreur qu’a commise Chavez. Ces gens s’attachent à des rouages qui sont corrompus et oligarchiques par nature, ils ne sont donc en cela pas bien dangereux pour le système…

      • Bonjour, vous partez d’un principe qui ne me semble pas vrai de manière absolue, celui selon lequel toutes les personnes appelées à jouer un rôle dans un appareil d’État auraient connaissance ou conscience du fait que le Problème avec un grand « P », c’est justement l’État.
        Or, quelqu’un qui a sincèrement conscience de ça ne peut pas de bonne foi se présenter à des élections, non ?…
        Il y a comme un paradoxe dans votre approche, non ?
        Amicalement

      • Arf, je découvre rapidos les dernières nouvelles à ce propos : ça sent le baissage de froc.
        Ce qui, pour sur, vous donnerait raison avec un R : tout ce bazar est à foutre à la poubelle.
        Quel cinoche !

  2. canville Says:

    « punir une voix différente en l’Europe »

    « union européenne », c’est différent

  3. Je suis tout à fait d’accord avec votre préambule.
    De plus Tsipras devant causer dans le poste aujourd’hui ; On aura la réponse.
    Par ailleurs, enfant, on disait souvent ; « Faut pas pousser mémé dans les orties » Et je crois bien que c’est ce qu’ils sont tous en train de faire et sous nos yeux…
    Reste plus qu’à sauver les mémés ou les orties ou des deux, non ?

  4. Excellente analyse de la tragédie grecque faite par F. LORDON que je me permets de vous coller là ; http://blog.mondediplo.net/2015-06-29-L-euro-ou-la-haine-de-la-democratie
    Je lis ce blog depuis le début (pas assidument c’est vrai) mais pour moi ce type est sincère et son avis sur le sujet est éclairant. Lui aussi il en a pris plein la gueule…
    Chez Entrefilets.com aussi ça phosphore grave en ce moment ; http://www.entrefilets.com/En_finir_avec_la_double_conjuration_US_UE.html
    J’espère que nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus être dupes, vraiment, parce que ça urge, non ?

    • merci JLB – c’est à faire circuler

    • oui l’article d’ef est pas mal, mais la conclusion résonne toujours de la même manière: « retrouver la souveraineté des nations » blablabla… toujours dans un contexte ÉTATIQUE erroné. Il ne peut pas y avoir de souveraineté nationale sous un régime étatique. L’oligarchie a réussi la manœuvre sémantique de faire croire que NATION = ETAT… rien de plus faux !
      La souveraineté d’une nation (d’un peuple et sa culture) ne peut pas être réalisé sous un régime étatique, oligarchique par définition !
      Il faut sortir du leurre.
      C’est pour cela que nous disons depuis des années: Il n’y a pas de solutions au sein du système !😉

    • Pour Lordon, le titre ne devrait pas être « L’euro ou la haine de la démocratie », mais « L’État ou la haine de la démocratie ».. L’euro est un moyen, un avatar, un blip utile sur le radar oligarchique. La racine du mal n’est pas « l’euro », c’est le système qui l’a pondu !
      Tous ces gens ne posent (volontairemnt ou non c’est une autre histoire… donnons le crédit de la naïveté à Lordon…) que des segments du problème, la plupart ne s’intéressent et ne focalisent que sur les SYMPTOMES et non pas les ORIGINES des problèmes, il faut remonter à la racine du mal qui est: la division politique de la société, générant une division économique, toutes deux fondatrices de l’État, devenu l’outil de contrôle et de préservation oligarchique de la relation dominants/dominés artificielle, imposée par la force…
      Tout le reste n’est que CONSEQUENCE…
      Il faut traiter à la racine !

  5. http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/jacques-sapir-face-a-ruth-elkrief-572693.html

    j’hallucine : demander au peuple serait une preuve de faiblesse !!

    • Le referendum est la HANTISE des oligarques. Souvenons-nous de 2005 et de la trahison de 2007 !
      Un referendum est une initiative d’assemblée populaire en quelque sorte. Toute la politique devrait être gérée de la sorte sur les grands points. Localement, referendum/plébiscite local, et tout à l’avenant au niveau régional et national. La voix du peuple: une personne, une voix, tout le monde décide sans intermédiaire est la SEULE façon juste de procéder.
      Tout le reste n’est que… tu connais la suite.😉😉

  6. oui oui je connais la suite ……………..

  7. […] et lobby financier: Le FMI arme de destruction massive de l’oligarchie contre la Grèce… https://resistance71.wordpress.com/2015/07/01/nouvel-ordre-mondial-et-lobby-financier-le-fmi-arme-de… – – origine(s) source(s) voir lien(s) ci-dessus – pendant ce temps … […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s