Colonialisme et génocide: La Commission Vérité & Réconciliation blanchit le Canada de son héritage génocidaire… Les crimes continuent néanmoins…

Rejoignez le mouvement pour la répudiation des bulles papales colonialistes, plus nous mettrons de pression sur la hiérarchie cléricale jusqu’au Vatican et plus ces diktats papaux auront de chance à être répudiés.

— Résistance 71 ~

 

Le Canada échappe à son héritage génocidaire pour mieux masquer ses crimes en cours

Quand ce sont les assassins qui font l’autopsie, ne vous attendez pas à la vérité !…

 

Kevin Annett

 

7 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://itccs.org/2015/06/07/canada-evades-its-genocidal-legacy-to-mask-its-ongoing-crimes/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

A lire: Génocide des nations premières au Canada

 

A chaque fois que les vainqueurs d’une guerre écrivent l’histoire officielle et prononcent leur propre absolution, les résultats de cela deviennent tragi-comiques. Le Canada a démontré ceci à profusion cette dernière semaine lorsque la “Commission Vérité et Réconciliation” (CVR) gérée par le gouvernement canadien, a rendu son rapport “officiel” sur le massacre domestique par l’église et l’état de milliers d’enfants indigènes dans ce qui était appelé le système de “pensionnats pour Indiens”.

Malgré l’enthousiasme avec lequel ce rapport fut accueilli dans la presse mondiale, il n’a rien dit que nous ne savions déjà et que je n’avais déjà divulgué à un monde sourd et inattentif aussi loin qu’en Juin 1998. En revanche, ce que la CVR a fait, est de faire tomber un lourd rideau autour des crimes du Canada dans le passé afin de protéger ses crimes présents, comme par exemple le traffic d’enfants institutionnalisé.

Pour ceux qui ne sont pas informés et pour ceux qui considèrent normal quelque part que des criminels soient autorisés à enquêter sur eux-même, ceci représente un voile somme toute assez convaincant. (NdT: Il faut admettre que confier l’enquête sur l’assassinat de plus de 50 000 enfants indigènes à l’état qui a perpétré le crime reviendrait à donner à Hitler, Staline, Mao ou Pol Pot et leurs sbires le droit d’enquêter sur leurs crimes contre l’humanité…) Tous les justes mots furent utilisés dans le rapport de la CVR, camouflant bien entendu par des adjectifs minimisant l’horreur, comme le terme aseptisé de “génocide culturel”, qui devient un substitut pour la vérité sur les corps torturés, les parties génitales stérilisées et des corps d’enfants violés, violentés et déchirés, jetés dans des fosses communes de nuit. La mort de 50 000 enfants innocents peut-elle constituer un simple “génocide culturel”, une simple extermination “culturelle ??…

De plus, sans compter son double-langage et ses mensonges éhontés, le rapport de la CVR n’aurait pas pu faire sortir une quelconque vérité au sujet des crimes commis dans les pensionnats pour Indiens quand les perpétrateurs essentiels de ces crimes, les églises catholiques, anglicanes et unifiée du Canada, bénéficièrent de quelques années pour faire disparaîtres traces, preuves ou pour cacher, détruire des documents vitaux, faire taire certains témoins oculaires et faire disparaître certains de leurs charniers remplis de leurs jeunes victimes.

N’importe quel juge qui autorise un tueur présumé à faire de telles choses serait de toute évidence accusé de complicité, de dissimulation de preuves et d’entrave à la justice et serait retiré de l’affaire et de ses fonctions. Mais ceci est précisément ce que la CVR, dont les directeurs furent nommés par ces mêmes églises, leur permit de faire.

Dans les forums de la CVR, qualifiés par la presse elle-même de “cirque”, tout survivant des pensionnats indiens qui désirait témoigner devait soumettre ses déclarations par avance aux officiers de la CVR pour qu’elles soient étudiées et censurées avant qu’il ne puisse les faire. Puis ils avaient dix minutes pour leur déclaration. D’un autre côté, les officiels des églises qui utilisèrent les forums de la CVR pour pousser leur propagande du “mais nous n’essayions que de bien faire”, n’avaient quant à eux, aucune restriction de temps pour parler et commenter. Une vieille femme de la nation Cowichan me déclara après l’évènement de la CVR à Victoria, C.B: “C’était écœurant, comme si j’étais dans la même pièce que mon violeur et que je devais tout recommencer à zéro…”

Pire même, à chaque fois qu’un survivant nommait de les noms ses bourreaux ou de ceux qui avaient tués des enfants, ceci était soigneusement retiré des transcriptions de la CVR. Ce simple fait disqualifie totalement toute velléité de légitimité ou de légalité de cette CVR. Ceci est une chose que les médias semblent totalement ignorer.

“Comment toute cette connerie peut ne pas produire une exonération totale de notre génocide ?” s’est plaint le chef Squamish Gerry Kiapilano auprès de moi après avoir suivi un des premiers forum de la CVR à Vancouver.

Une exonération est précisément ce qu’a produit le rapport de la CVR sept ans plus tard. Mais si quelqu’un a l’estomac de lire ses centaines de pages, rédigées dans lla langue du politiquement correct par des avocats, dont la plupart n’est que distraction et amortissement des faits, la stratégie ultime du rapport émerge, à savoir: minimiser le nombre de victimes dans les pensionnats de façon à “prouver” que le génocide ne fut pas intentionnel. Car en ce qui concerne la loi: pas d’intention… pas de crime génocidaire…

La moitié des enfants morts est clairement le résultat d’un génocide délibéré, et environ 10% des morts le furent par “négligence”, ainsi donc, la machine à pirouetter de la CVR s’est mise au travail pour nous convaincre que, au lieu du chiffre de plus de 50 000 enfants tués, auquel on parvient en calculant simplement à partir du taux constant de mortalité moyenne établi sur archives de 40% qui fut la norme pendant près d’un siècle ; pour la commission, seulement ‘4000 ou 5000” enfants moururent.

Ce chiffre très bas, étalé sur plus des cent pensionnats, veut dire que d’après la CVR, environ seulement 50 enfants moururent par an DANS TOUT LE SYSTEME de pensionnats pour Indiens, ou un mort toutes les deux écoles, pendant plus d’un siècle !… Un tel déni d’holocauste est non seulement absurde mais est prouvé faux par toutes les archives des pensionnats qui routinièrement rapportent des douzaines de morts par an et par école, spécifiquement dans l’Ouest du Canada. (NdT: considérant aussi le fait que ces mêmes comptes peuvent aussi être loin de la réalité et furent peut-être aussi “bidouillés” à la baisse…)

Devant tant de falsifications et de mensonges éhontés, il n’est pas surprenant que le président de la CVR, un Indien bien gros et bien gras du nom de Murray Sinclair, a publié récemment le mensonge que “le gouvernement canadien a arrêté de publier les décès dans ses pensionnats pour Indiens en 1920”. Ceci est une affirmation des plus bizarres, même propagandiste, dans la mesure où j’ai moi-même trouvé et publié de telles archives gouvernementales entre les années 1889 et 1969. J’en ai même envoyé des copies à Murray.

Si l’intention des ces écoles/pensionnats n’était pas génocidaire, alors pourquoi donc ce taux de mortalité de 40 à 60% selon les années, n’a jamais décemment baissé décennie après décennie ? Et pourquoi ce taux fut-il présent dès la toute première année de l’ouverture des pensionnats dans l’Ouest du Canada en 1889 ?

Ni la CVR, ni personne au parlement d’Ottawa, ou des médias ou des universitaires, n’ont jamais trouvé important de s’intéresser à ces questions, pas plus qu’ils ne recherchent ces enfants officiellement disparus dans les 28 charniers et fosses communes identifiés par mes soins à travers le Canada. Car si cela se faisait, cela mettrait sur la piste de la conclusion évidente que la CVR fut établie pour éviter que se sache: que le Canada et ses églises ont délibérément exterminé des dizaines de milliers d’enfants et que cette machine génocidaire n’a jamais été arrêtée.

Le trafic massif et la torture des enfants aborigènes du Canada dans le régime gouvernemental du “child care” et du système d’adoption, le meurtre continu des Indiens des réserves pour leurs terres et leurs ressources et l’agenda 21, plan de dépopulation (sous l’égide de l’ONU) des nations indigènes à un dixième de leur niveau actuel å l’horizon 2050 sont les indicateurs tangibles de ces crimes canadiens que la CVR fut planifiée à dissimuler.

Heureusement, il y a une petite chose qui s’appelle la loi internationale, qui a clairement dit depuis le procès de Nüremberg que les personnes sous un régime criminel prouvé, comme celui du Canada, sont obligés, requis même, de ne pas lui payer d’impôts, ni d’obéir à ses lois, Un tel régime a de fait perdu tous droits de gouverner et doit être remplacé par un nouvel arrangement politique légal qui reflète la volonté de son peuple.

En bref, il y a eu plus que du contrôle de dégâts au travail dans cette CVR et du fiasco qui en a résulté. La survie même de cette redondance entrepreneuriale appelée la Couronne d’Angleterre (NdT: La City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican) est en jeu, spécifiquement maintenant quand des patriotes ont proclamé une alternative à cette entité et au Canada génocidaire et ce au travers de la nouvelle jurisdiction de droit coutumier de la République du Kanata.

(www.kanatarepublic.ca)

Au lieu de cette résolution bien nette espérée par ses créateurs au mains baignant dans le sang, la CVR a sans le vouloir ouvert la porte du démantèlement de l’église et de l’état du Canada en tant qu’acteurs criminels condamnés, en confirmant que des milliers d’enfants sont morts de leurs mains. Aucun d’entre nous n’est obligé de coopérer avec ces institutions génocidaires et de fait, le faire est se faire complice d’un crime contre l’humanité.

Au milieu d’une révolution similaire contre la couronne d’Angleterre et sa tyrannie en 1778, Thomas Paine observa que les régimes qui s’effondrent ont tendance à prendre des décisions qui sont de plus en plus suicidaires, comme s’ils recherchaient leur propre destruction. Le Canada chrétien et ses sponsors de Londres et de Rome ont confirmé cet axiome. La seule question maintenant est de savoir si nous, le peuple du Kanata, tirerons avantage d’une telle opportunité historique et nettoierons notre pays une bonne fois pour toute de cet héritage de meurtre de masse institutionnalisé.

Une Réponse to “Colonialisme et génocide: La Commission Vérité & Réconciliation blanchit le Canada de son héritage génocidaire… Les crimes continuent néanmoins…”

  1. JBL1960 Says:

    « En ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire »
    Georges Orwell – 1984

    C’est tellement écoeurant tout ça, que finalement y’a rien à rajouter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s