6 Juin 1944: « La France traitée comme un paillasson » (Charles de Gaulle)

De Gaulle a subséquemment viré les bases américaines de France, refusé d’engager la France dans l’OTAN, ce qui lui a valu la haine de l’empire et le soutien de l’OAS par la CIA ainsi que quelques tentatives d’assassinat… De Gaulle était ce qu’il était, il a fait des erreurs, comme tout le monde, mais il est le DERNIER homme politique français qui a agi pour le pays, pour ce qu’il pensait être le meilleur intérêt de la France, parfois à tort, parfois à raison. C’est son héritage…

— Résistance 71 —

 

De Gaulle à propos du débarquement du 6 Juin 1944: “La France a été traitée comme un paillasson”

 

Baptiste Mannaia

 

6 Juin 2015

 

url de l’article original:

http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/06/06/de-gaulle-a-propos-du-debarquement-du-6-juin-44-la-france-a-ete-traitee-comme-un-paillasson/

 

Les entretiens entre Charles de Gaulle et Alain Peyrefitte, lequel a occupé divers postes au sein du gouvernement entre 1959 et 1969, ont été compilés par ce dernier dans « C’était de Gaulle » publié en 1994.

Ce livre est une véritable mine d’or (plus de 300 entretiens auxquels il faut ajouter les conseils des ministres) pour quiconque souhaite cerner la pensée et comprendre la politique du père de la Vème République. Mettre en perspective ses actes et ses discours, dictés à chaque instant par l’intérêt supérieur de la France, avec ceux des autres dirigeants du XXème siècle révèle le niveau de trahison du peuple par les élites depuis son départ mais également avant son arrivée au pouvoir.

Nous vous livrons ci-dessous les raisons profondes qui ont conduit de Gaulle à ne jamais participer aux commémorations du débarquement allié du 6 juin 1944.

Salon doré (bureau du Général de Gaulle nldr), le 30 octobre 1963.

Alain Peyrefitte (l’air candide) : « Croyez-vous, mon Général, que les Français comprendront que vous ne soyez pas présents aux cérémonies de Normandie ?

Général de Gaulle (sévèrement) : – C’est Pompidou qui vous a demandé de revenir à la charge ? (Je ne cille pas). Eh bien, non ! Ma décision est prise ! La France a été traitée comme un paillasson ! Churchill m’a convoqué d’Alger à Londres, le 4 juin, il m’a fait venir dans un train où il avait établi son quartier général, comme un châtelain sonne son maître d’hôtel. Et il m’a annoncé le débarquement, sans qu’aucune unité française ait été prévue pour y participer. Nous nous sommes affrontés rudement. Je lui ai reproché de se mettre aux ordres de Roosevelt, au lieu de lui imposer une volonté européenne (il appuie). Il m’a crié de toute la force de ses poumons : « De Gaulle, dites-vous bien que quand j’aurai à choisir entre vous et Roosevelt, je préférerai toujours Roosevelt ! Quand nous aurons à choisir entre les Français et les Américains, nous préférerons toujours les Américains ! Quand nous aurons à choisir entre le continent et le grand large, nous choisirons toujours le grand large ! » (Il me l’a déjà dit. Ce souvenir est indélébile.)

« Le débarquement du 6 juin, ç’a été l’affaire des Anglo-Saxons, d’où la France a été exclue. Ils étaient bien décidés à s’installer en France comme en territoire ennemi ! Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s’apprêtaient à le faire en Allemagne ! Ils avaient préparé leur AMGOT (Allied Military Government for Occupied Territories nldr) qui devait gouverner souverainement la France à mesure de l’avance de leurs armées. Ils avaient imprimé leur fausse monnaie, qui aurait eu cours forcé. Ils se seraient conduits en pays conquis.

« C’est exactement ce qui se serait passé si je n’avais pas imposé, oui imposé, mes commissaires de la République, mes préfets, mes sous-préfets, mes comités de libération ! Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement, alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Non, non, ne comptez pas sur moi ! Je veux bien que les choses se passent gracieusement, mais ma place n’est pas là !

« Et puis, ça contribuerait à faire croire que, si nous avons été libérés, nous ne le devons qu’aux Américains. Ça reviendrait à tenir la Résistance pour nulle et non avenue. Notre défaitisme naturel n’a que trop tendance à adopter ces vues. Il ne faut pas y céder !

Suite à la commémoration des 20 ans du débarquement, le Général en parlant des journalistes qui lui reprochaient sa position, confia à Peyrefitte après le conseil des ministres du 10 juin 1964 :

« Ces messieurs de la presse qui me reprochent de ne pas aller en Normandie vingt ans après, que faisaient-ils alors? S’étaient-ils battus pour que la France recouvre sa liberté, pour qu’elle contribue à sa délivrance? Que faisaient-ils pendant la guerre? Ils ne se battaient ni en Normandie, ni ailleurs. La libération s’est passée sans eux. Elle s’est passée d’eux.

De Gaulle est sévère à l’encontre d’une presse qu’il considère soumise aux intérêts atlantistes. Il est effectivement troublant de constater à quel point elle lui a été hostile à chaque fois qu’il prenait une décision en faveur de l’indépendance nationale, que ce soit, par exemple, lors de son refus de placer la force atomique française sous la coupe américaine via les missiles Polaris, ou sur sa critique du système monétaire international basé sur l’étalon dollar. Nous vous livrons ci-dessous les mots de de Gaulle sur la presse française de son époque:

Salon doré, le 16 janvier 1963:

Le Général me répète, avec encore plus d’énergie, ce qu’il m’a dit déjà plusieurs fois au sujet des journalistes: « Peyrefitte, je vous supplie de ne pas traiter les journalistes avec trop de considération. Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne le parti de l’étranger, contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d’imaginer une pareille bassesse – et en même temps, une pareille inconscience de la bassesse.

« Vos journalistes (Peyrefitte est alors ministre de l’information nldr) ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la nation. Déjà en 40, elle était derrière Pétain, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national.

« En réalité, il y a deux bourgeoisies. La bourgeoisie d’argent, celle qui lit Le Figaro, et la bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde. Les deux font la paire. Elles s’entendent pour se partager le pouvoir.

« Cela m’est complétement égal que vos journalistes soient contre moi. Ça m’ennuieraient même qu’il ne le soient pas. J’en serais navré, vous m’entendez ! Le jour où Le Figaro et L’Immonde me soutiendraient, je considérerais que c’est une catastrophe nationale !

« Les Américains se sont infiltrés dans tous les organes de propagande et dans les partis. Ils ont noyauté les structures politiques. Seul le peuple a encore des réflexes.

Finalement, si l’on en croit de Gaulle, l’oligarchie française via ses médias et ses partis politiques joue contre son propre camp depuis au moins plusieurs décennies, même si cette réalité n’a explosé aux yeux de nombreux français qu’au cours des dernières années, avec les mandats des young leaders de la French American Foundation.

6 Réponses to “6 Juin 1944: « La France traitée comme un paillasson » (Charles de Gaulle)”

  1. Duc1950 Says:

    Comme les paroles de De Gaule étaient justes,et le sont toujours plus que jamais.Hélas,il n’y a plus que des arrivistes et des félons à tous les nivaux.

    • Absolument, nous sommes contre l’État et la pseudo-démocratie parlementaire, mais force est de constater que De Gaulle est le dernier (seul??..) qui ait œuvré pour l’intérêt général, même s’il a fait des erreurs, on peut lui reconnaître l’intégrité.
      Dans le grand cirque international de la politique corporatiste très peu ont ou ont eu cette intégrité: Ahmadinejad (retraité), Chavez (mort), Hassan Nasrallah (toujours là) et Poutine (idem). Tout le reste ne vaut pas un pet de lapin et ne représente rien d’autre que leurs maîtres banquiers et grands patrons de transnationales…

  2. tu en a oublié un:

    copié/collé du site d éléazar le mouattib

    A titre posthume
    Mouammar Kadhafi
    Ancien Militaire et Chef d’Etat libyen
    Accusé de dictature devant la communauté occidentale par les lobbies des médias à la solde des intérêts financiers des 300 plus importantes familles de la planète, comme le sont d’ailleurs aussi l’ultra grande majorité des Gouvernements politiques, le Colonnel Kadhafi (comme le savent tous ceux qui se renseignent autrement qu’en “regardant la télé”) exerçait une politique exemplaire d’équité et de partage, notamment quant aux revenus du pétrole majoritairement redistribués à ses citoyens, ce qui fut considéré comme intolérable par la cabale occidentale criminelle actuellement en cours de déconfiture heureusement. Mon ami Mouammar Khadafi a été exécuté avant de pouvoir révéler des accords secrets compromettants pour la France et Monsieur Sarkozy en particulier, alors Président de la République, sur ordre (maçonnique) d’un certain pseudo philosophe français de supermarché, sioniste et Franc-Maçon comme de juste, lui-même sous ordres comme tout serviteurs du chaos qui se “respecte”.

  3. Régis de Prunelle Says:

    Comprenez-vous le pourquoi de mai 68 ? Il fallait virer De Gaulle.
    En urgence. Avec lui, leur plan ne passait pas en France.
    Depuis, on n’a que des serpillières.

  4. Tirion Says:

    Oui cet homme s’est battu pour que la France conserve sa souveraineté. Il s’est battu pour que sa patrie reste libre. Mais bon effectivement la pomme était déjà rongée de l’intérieur ce qui a eu pour résultat le départ de De Gaulle. Aujourd’hui la question est on ne peut plus d’actualité : allons-nous les laisser bouffer toute la pomme?
    En illustration je vous propose de visionner Asterix et le Domaine des « dieux » c’est exactement le plan de l’oligarchie pour s’approprier la France ( valable également partout ailleurs aussi ceci étant ).

    • oui, dommage que ces rares personnes soient au service des peuples au travers de l’État qu’ils croient juste et utile. Supprimons l’intermédiaire et que les grands leaders soient au services des peuples… sans l’État, machine coercitive et parasitaire… « le plus froid des monstres froids… » Nous y gagnerons tous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s