Réponse aux attaques infondées visant la pétition sur le vaccin DT-Polio

Professeur Henri Joyeux

 

1er Juin 2015

 

« Cela faisait longtemps que les antivaccins ne s’étaient pas manifestés. C’est chose faite. Depuis quelques jours, une vidéo du Pr Henri Joyeux fait un tabac sur le Net. [1] »

 

Ce sont les premières lignes de l’article que le journal Libération a consacré le 25 mai 2015 à la pétition que nous avons organisée, avec l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle, pour le retour du classique vaccin DT-Polio dans les pharmacies.

Qu’une pétition demandant que soit respecté le droit des patients à avoir accès au vaccin obligatoire DT-Polio soit décrite comme « antivaccin » en dit long sur le caractère passionnel du débat.

Avons-nous encore le droit de soulever un sujet de santé délicat sans risquer aussitôt de se voir coller des étiquettes infamantes, par des personnes qui semblent plus chercher à caricaturer, ce qui est une manière d’empêcher le débat et la réflexion, qu’à contribuer à éclairer le public sur les questions qui le concernent ?

Reprenons notre calme et discutons ensemble posément.

Le DT-Polio obligatoire n’est plus commercialisé en France depuis 2008

Comme chacun le sait désormais, le vaccin DT-Polio obligatoire n’est plus commercialisé en France depuis 2008 par les laboratoires pharmaceutiques. C’est un fait. Personne ne peut affirmer, sans mentir, le contraire.

Depuis septembre 2014, la situation s’est aggravée avec une pénurie généralisée de vaccins tétravalents (DT-polio-coqueluche) et pentavalents (DT-polio-Haemophilus Influenzae B-coqueluche).

Le seul vaccin contenant le DT-Polio qui ne souffre d’aucune pénurie est le vaccin hexavalent DT-polio-Hib-coqueluche-hépatite B, Infanrix Hexa des laboratoires Glaxosmithkline.

Sur ces points, « le Pr Joyeux a raison », a reconnu le journaliste de Libération. Merci à lui pour cela, au moins.

Les parents sont donc actuellement obligés de recourir à l’Infanrix Hexa s’ils veulent protéger leurs enfants contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, éviter les poursuites pénales prévues par la loi en cas de non-respect de l’obligation vaccinale, et garantir l’accès de leurs enfants aux collectivités (crèches, garderies, écoles, cantines… dont les enfants n’ayant pas reçu les vaccins obligatoires sont en général exclus).

Logiquement, nous demandons que, puisque le vaccin DT-Polio est obligatoire, il y ait une obligation pour les laboratoires pharmaceutiques de le fournir aux parents.

En cas de défaillance, il serait logique que les autorités de santé interviennent pour empêcher les laboratoires de jouer sur l’obligation vaccinale pour vendre du même coup d’autres vaccins facultatifs, éventuellement inutiles pour certains, car un vaccin n’est jamais anodin. Il existe toujours un risque, même s’il est faible, et il peut ne pas être raisonnable de vacciner si le patient n’a pas, ou peu de risques d’être en contact avec la maladie. C’est en particulier le cas de la valence hépatite B, présente dans l’Infanrix Hexa.

Le seul vaccin disponible est 7 fois plus cher

À ce problème purement médical s’en ajoute un autre, d’ordre financier.

Il se trouve que l’Infanrix Hexa coûte 39,04 euros contre 6,10 euros pour le simple DT-Polio, qui n’est plus disponible, soit près de 7 fois plus cher.

Multipliez cette différence par 700 000 naissances en France chaque année. La plus-value réalisée grâce à cette opportune pénurie se chiffre en dizaines de millions d’euros pour les laboratoires pharmaceutiques.

Cela ne veut pas dire que cette pénurie soit organisée. Nous ne l’avons jamais dit. Mais il n’en reste pas moins qu’il est permis de s’interroger sur le peu d’empressement des laboratoires pour y remédier.

Est-ce une hypothèse vraiment invraisemblable que d’imaginer qu’ils ne soient, au fond, pas si gênés que cela d’être « obligés » de vendre massivement ce vaccin si sophistiqué… et si cher ?

En lançant cet appel public aux autorités à enfin réagir (je rappelle que cela fait maintenant 7 ans que le traditionnel vaccin DT-Polio n’est plus vendu en France), nous savions que nous allions heurter des sensibilités, autant que des intérêts financiers majeurs. C’est le lot inévitable du « lanceur d’alerte ».

Désinformation et sape systématique par tous les médias

Ce à quoi nous n’étions pas préparés, en revanche, c’est que tous les aspects de notre pétition allaient être contestés, y compris en y opposant de pures inventions (je vais y revenir), comme s’il existait une sorte d’urgence de convaincre le public que nous n’aurions écrit que des âneries voire des mensonges.

Ces accusations, initialement formulées sur un simple blog anonyme, ont été reprises telles quelles par nombre de grands sites d’information, de Rue89 jusqu’au site du journal Le Monde, en passant par BFMTV, L’Obs ou encore France TV Info et le Journal de la santé sur France5.

L’écho qui leur a été donné, à notre grande surprise vu leur absence de sérieux, fut si grand, et l’objectivité scientifique tellement absente du propos, que je suis obligé d’y répondre de façon systématique.

Je commencerai par les arguments les plus ahurissants.

1/ Un kit DT-Polio gratuit mais réservé à des cas très rares

Le premier argument le plus utilisé pour discréditer notre initiative est que les laboratoires mettraient un kit DT-Polio gratuitement à disposition des personnes qui souhaitent éviter l’Infanrix Hexa. Cela écarterait donc toute possibilité que les laboratoires aient un intérêt quelconque à l’actuelle pénurie. Mieux, cela démontrerait que ces entreprises sont engagées dans une démarche purement désintéressée et philanthropique.

C’est une invention. Ce kit gratuit existe. Mais il est réservé aux rares cas de nourrissons présentant une contre-indication au vaccin anticoquelucheux, présent dans l’Infanrix Hexa, ainsi que l’indique le communiqué de Sanofi-Pasteur MSD indiqué en note [2].

Les contre-indications au vaccin anticoquelucheux sont les antécédents d’allergie, rares chez les bébés nourris au sein, les réactions intenses à d’autres vaccins, impossibles chez les nourrissons n’ayant jamais été vaccinés, l’encéphalopathie évolutive, la fièvre (égale ou supérieur à 40°C), une affection chronique et les affections graves de l’appareil pulmonaire.

En outre, la première partie du kit gratuit, celle qui contient les valences diphtérie et tétanos, a été en rupture de stock depuis le 1er janvier 2015, rupture à laquelle il n’a été remédié qu’au mois de mai, ainsi que l’indique l’Agence du médicament sur son site Internet consultable ici [3].

Prétendre que ce vaccin gratuit ait été librement et largement accessible aux parents ayant une méfiance à l’égard de l’Infanrix Hexa est donc absolument faux.

2/ Oui le vaccin hexavalent peut être dangereux

Le second argument le plus repris contre notre initiative pour le retour du vaccin DT-Polio est que les autorités sanitaires affirment que le vaccin hexavalent est sûr, et qu’il n’y a donc aucun danger particulier à le recevoir. Au contraire, les familles et les patients devraient être reconnaissants, puisqu’ils seraient ainsi protégés contre six maladies d’un coup, en une seule piqûre. Et six précautions valent mieux que trois !

Là encore, il s’agit d’une vision simpliste et trompeuse du choix qui s’offre aux patients. Sait-on ce que recouvre, dans le domaine médical, la notion de « sûreté » d’un médicament ou d’un traitement ?

Toute intervention sur le corps humain, et a fortiori toute injection de corps étrangers, comporte un risque. En tant que médecin, c’est la première chose que nous apprenons. Notre serment d’Hippocrate commence par ces mots : « D’abord ne pas nuire » (« Primum non nocere »). Les vaccins sont des médicaments actifs comme les autres. Affirmer qu’ils sont sûrs signifie seulement que, globalement, les risques qu’ils font courir aux patients sont inférieurs aux bienfaits qu’ils peuvent en attendre. Cela ne signifie absolument pas qu’il n’y ait aucun risque.

Les autorités, et c’est leur rôle, se bornent à estimer que, collectivement, la balance bénéfice/risque est en faveur de la vaccination.

Mais on ne peut en déduire qu’en toutes circonstances il soit sûr, d’un point de vue individuel, de se faire vacciner. Chez un individu donné qui n’est pas exposé à une infection et chez qui la vaccination présente un risque, la gestion individuelle du risque doit recommander de ne pas vacciner. C’est pourquoi il peut être logique de vacciner tout le personnel soignant contre l’hépatite B, une maladie qui se transmet par le sang et les fluides corporels – et je le suis moi-même bien sûr, en tant que chirurgien.

En revanche, pour un bébé de deux mois, qui ne pratique pas d’interventions médicales, qui n’est pas toxicomane et qui n’a pas de rapports sexuels ni de contact étroit avec des malades potentiels de l’hépatite B, il n’est pas du tout sûr que les bénéfices de la protection contre une maladie très peu probable justifie de courir les risques du vaccin.

Discuter le risque d’un vaccin, ce n’est pas être anti-vaccin, c’est dire la vérité

Affirmer qu’un vaccin est risqué, informer les patients que tout vaccin comporte un risque, ce n’est pas être « antivaccin ». C’est dire la vérité, et les familles et patients ont droit de savoir la vérité sur les médicaments qu’on leur administre.

Vouloir la leur cacher, même partiellement, au nom d’objectifs généraux de santé publique, comme la maximisation de la couverture vaccinale, n’est pas respectueux des Droits de l’Homme, et c’est pourquoi nous nous y opposons.

3/ Les vaccins multivalent sont plus dangereux que les autres

Vient le troisième argument, selon lequel les vaccins multivalents, c’est-à-dire qui vaccinent contre plusieurs maladies en une seule injection, ne posent pas plus de problèmes que les autres.

En réalité, le principe de la vaccination consiste à solliciter le système immunitaire avec un agent infectieux affaibli pour provoquer une réponse, afin d’accélérer cette réponse la prochaine fois qu’il sera confronté avec cet agent infectieux. Notre système immunitaire est configuré pour faire face à plusieurs infections mineures, et une ou deux attaques majeures.

Le vaccin hexavalent consiste à demander à l’organisme d’un bébé de 2 mois de faire face à 6 infections majeures simultanées, et donc chez un nourrisson dont le système immunitaire est encore immature (il dépend fortement de celui de la mère, via l’allaitement qui reste idéal pour l’enfant).

Le système immunitaire est une mécanique très délicate. Son emballement est au moins aussi dangereux que son insuffisance. La surréaction du système immunitaire peut produire une « tempête de cytokines » créant des maladies auto-immunes graves.

Que sait-on de la réponse immune lorsqu’il y a 6 valences d’antigènes dans un vaccin ? Pas grand chose à long terme, tout simplement parce que cette pratique de multiplier les valences n’est pas assez ancienne pour que l’on ait aujourd’hui le recul suffisant. Et dans la mesure où l’on ne prend pas en compte le groupe HLA des personnes avant de les vacciner, il est impossible de prédire les risques sanitaires à long terme.

De la même façon, il a été dit et répété dans les attaques contre notre pétition que les adjuvants présents dans le vaccin hexavalent ne sont pas dangereux. Pourtant, pour mémoire, les adjuvants servent à créer une réponse inflammatoire, afin de mieux « marquer » le système immunitaire. Ils fonctionnent forcément en agressant le corps, sans quoi celui-ci ne chercherait pas à se défendre. Ce sont par définition des produits agressifs.

On nous dit, pour nous tranquilliser, que les adjuvants à base de mercure et d’aluminium, des neurotoxiques, ou de formaldéhyde, un cancérogène certain, ne sont pas dangereux parce que les doses sont trop faibles, jusqu’à 10 000 fois inférieures à la dose létale pour l’adulte.

Des poisons injectés, non pas à des adultes, mais à des nourrissons, directement dans le sang

Mais il faut considérer le fait que les adjuvants sont administrés non à des adultes mais à des nourrissons. Qu’ils ne passent pas par le système digestif, et donc pas par le filtre du foie, mais qu’ils sont injectés directement dans le sang. Que ce que l’on redoute n’est pas l’empoisonnement immédiat du bébé, mais les conséquences à long terme, la myofasciite à macrophages ou, nettement plus tard, telle ou telle maladie neurodégénérative, telle la sclérose en plaque (SEC), comme cela a été prouvé après la campagne de vaccination contre l’hépatite B au collège à la fin des années 90.

Pour toutes ces raisons, nous réfutons toute accusation d’approximation, de « dérapage verbal », et plus encore de « complotisme » et de « charlatanisme ». Notre appel à pétition est justifié, pour ne pas dire urgent, par un impératif de santé publique. L’opposition bête et méchante, parfois même de mauvaise foi, que nous rencontrons nous conforte dans l’impression que, si nous ne bougions pas, personne ne le ferait.

Continuons notre mobilisation

C’est chose faite aujourd’hui. Le débat est enfin lancé. Puissent les autorités de santé entendre la voix des 500 000 citoyens et professionnels de santé qui ont déjà signé notre pétition, et de tous ceux qui se joindront à eux prochainement.

Et n’hésitez pas à diffuser largement autour de vous cet argumentaire qui répond à des attaques infondées, et à

poursuivre la campagne de signature de la pétition (ici).

25 Réponses to “Réponse aux attaques infondées visant la pétition sur le vaccin DT-Polio”

  1. Doctorix Says:

    J’aime bien Joyeux, mais il a encore un peu de travail à faire.
    Il doit encore comprendre qu’aucun vaccin n’est utile, qu’aucun n’a jamais évité la moindre épidémie, que beaucoup d’épidémies continuent à être provoquées par les vaccins, que les vaccins agressent et bousillent notre magnifique système immunitaire ainsi que notre santé, et qu’il faut mettre tout ça à la poubelle.
    Mais bonne initiative, dans la mesure où on en parle, et où on se rend compte qu’une grande partie de la population commence à comprendre sa misère…

  2. Doctorix, r71
    Que la santé génère un gros business, aucun doute là-dessus.
    Que les thunes soient prioritaires sur la santé, idem.
    Cela dit, refuter en bloc les vaccins, bien que je ne dispose pas des connaissances suffisantes, me laisse perplexe.
    Je n’ignore pas que le monde qui nous entoure est une bouse infâme, mais je me suis aperçu avec effroi de mon propre cynisme.
    Il n’y aurait donc chez les toubibs et autres labos aucune intégrité, aucun attachement au but premier, à savoir soigner ?

    • la littérature abonde sur le sujet du danger des vaccins. Les courbes montrent que les maladies comme la polio avaient déjà été quasiment éradiquées par l’amélioration de l’hygiène publique avant l’introduction du vaccin obligatoire etc, etc, notre traduction de très larges extraits du livre de G. Edward Griffin sur la vitamine B17/laétrile et « Un monde sans cancer », exposent bien des turpitudes au sujet de la médecine, de la science en général détournées à deux fins utiles:
      1- le profit
      2- l’eugénisme de masse

      Alors y a t’il des médecins ou des pharmacologues consciencieux ? Bien sûr sûrement la vaste majorité, mais ils sont pris dans l’engrenage. Nous ne parlerons pas pour Doctorix qui est un de ces médecins éveillés, il pourra expliqué s’il le désire comment il en est arrivé à la dissidence.
      Le triste fait en médecine et en pharmacologie est le suivant: Il n’est pas dans l’intérêt de big pharma de guérir les gens ! tant que fric et profits gargantuesques seront de mises, rien ne changera…
      G. Edward Griffin explique dans la seconde partie de son bouquin comment les fondations Rockefeller, Carnegie, Ford etc… ont acheté les facs de médecine à partir de 1910 aux States et comment ils ont influé sur les curriculum pour pousser le chimique à tout va… éradiquant les médecines traditionnelles du cursus parce que NON RENTABLES…
      C’est dur à avaler, nous en convenons, mais plus on lit sur le sujet et plus on se rend compte que le but est de nous faire crever tout en nous faisant casquer avant de trépasser… Le meilleur exemple: le cancer !
      Heureusement il y a des personnels médicaux qui font tout pour changer le système. Le pr. Joyeux est l’un d’entre eux, Doctorix un autre, les Dr Lacaze et feu Gernez et bien d’autres.
      Le public ne les remerciera jamais assez…

    • Doctorix Says:

      Les toubibs souffrent de paresse intellectuelle, ils sont bouffis d’orgueil, et infatués de leur savoir, parfois à juste titre et parfois pas. Toute remise en question est une torture, et en ce qui concerne les vaccins,cela les conduirait à admettre qu’ils ont déconné pendant des années (comme je l’ai fait moi-même), et fait du mal à un tas d’enfants, ce qu’ils ne peuvent pas envisager.
      Ils trouvent bien plus confortable (et rentable) de s’en remettre au consensus, et évitent soigneusement la lecture des livres de Michel Georget, Françoise Berthoud, Sylvie Simon, des article très documentés et quasi quotidiens d’Initiative Citoyennne, et de bien d’autres, les critiquant avec d’autant plus d’aisance qu’ils ne les ont pas lus.
      Mais j’affirme que tout médecin qui fait cet effort sortira du système vaccinal, si du moins il est honnête.
      Tout le problème est dans l’ignorance, et la confiance aveuglément placée.

    • Doctorix Says:

      Marc, rien que pour la polio, voici un bilan:
      http://www.initiativecitoyenne.be/2015/06/comment-des-vaccins-causent-des-cancers-des-paralysies-et-des-deces-depuis-des-decennies.html
      La Polio cause autant de ravages qu’avant, mais il n’y a plus de paralysies polio, on les appelle maintenant paralysies flasques, et il y en a deux fois plus. C’est juste un tour de passe-passe.
      De plus, le virus simien SV40, introduit avec le vaccin polio, continue à tuer.

  3. JBL1960 Says:

    Plus j’avance en âge, et plus je suis d’accord avec votre conclusion sur le sujet. Compte tenu des avancées de la médecine, le cancer, le sida devraient être soignables et guérissables. Et ils le sont, pour quelques uns. Quand on voit que le vieux Rockefeller qui fêtera ses 100 ans le 6 ou 8 juin prochain (je sais plus je m’en tape) en est à sa 7ème transplantation cardiaque je crois… Et oui, lui il a droit. Mais le citoyen lambda peut crever la bouche ouverte. Mieux, plus nous serons à crever vite et mieux ce sera. Et plus fort, ceux qui ont trouvé des remèdes notamment pour le cancer sont traités de fous, d’illuminés j’en passe et des meilleures. Sans tomber dans la parano car il faut garder la tête froide ; Pour les zélites mondiales ; Y’a pas de petits profits ; C’est tout pour eux, rien pour les autres. N’oubliez jamais que leur but est d’abaisser la population mondiale à 500 millions d’individus. Donc, pour arriver à leur fin ; Bah tous les moyens sont bons. D’autant que ces 500 millions d’individus seront leurs esclaves car c’est plus facile de contrôler 500 millions d’individus que 7 milliards dixit Zbig en personne ! Saurons-nous nous lever pour les en empêcher, là est la vrai question. Bon, à ce jour, c’est pas gagné, hein ? Y’a du taf…

    • Ratuma Says:

      faut qu’il tienne à la vie le vieux pour avoir demandé sept transplantations – il doit avoir la trouille de ce qu’il pourrait trouver de l’autre côté –

      franchement moi j’aimerais mieux crever –

  4. Ratuma Says:

    et ce tripatouillage qu’en pensez-vous ?

    ttp://soocurious.com/fr/enzyme-groupe-sanguin/?utm_source=newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter

    et le plasma de QUINTON – ils ne connaissent pas – pourtant le Professeur QUINTON c’était un grand

  5. Duc1950 Says:

    « Mieux vaut tard que jamais »;c’est le seul reproche à faire au Professeur Joyeux;mais si nombre de médecins avaient sa franchise et parlaient comme lui,la situation serait tout autre;mais « big pharma »veille au grain,avec la complicité des politicards de tous poils,et grace à la passivité du peuple.

  6. Ratuma Says:

    ce soir à 20 heures sur TF1 – : le Professeur Joyeux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s