Résistance politique: Anarchisme, persécutions et…

L’effet des persécutions

 

Pierre Kropotkine (“Les Temps Nouveaux” 1895)

 

Pendant quinze mois on a tout mis en mouvement pour étouffer l’anarchie. On a réduit la presse au silence, supprimé les hommes, fusillé à bout portant en Guyane, transporté dans les îles en Espagne, incarcéré par milliers en Italie, sans même se donner le luxe de lois draconiennes ou de comédies judiciaires. On a cherché partout jusqu’à affamer la femme et l’enfant en envoyant la police faire pression sur les patrons qui osaient encore donner du travail à des anarchistes.

On ne s’est arrêté devant aucun moyen afin d’écraser les hommes et étouffer l’idée.

Et, malgré tout, jamais l’idée n’a fait autant de progrès qu’elle en a fait pendant ces quinze mois.

Jamais elle n’a gagné si rapidement des adhérents.

Jamais elle n’a si bien pénétré dans des milieux, autrefois réfractaires à tout socialisme.

Et jamais on n’a si bien démontré que cette conception de la société sans exploitation, ni autorité, était un résultat nécessaire de tout le monceau d’idées qui s’opère depuis le siècle passé ; qu’elle à ses racines profondes dans tout ce qui a été dit depuis trente ans dans le domaine de la jeune science du développement des sociétés, dans la science des sentiments moraux, dans la philosophie de l’histoire et dans la philosophie en général.

Et l’on entend dire déjà : ― « L’anarchie ? Mais, c’est le résumé de la pensée du siècle à venir ! Méfiez-vous-en, si vous cherchez à retourner vers le passé. Saluez-la si vous voulez un avenir de progrès et de liberté ! »

Alors que l’étiquette seule d’anarchiste valait, de par la loi, la relégation en Guyane et la mort lente sous les fièvres paludéennes et la crapaudine des gardes-chiourme, ― qu’est-ce qui occupait surtout la presse ?

On se souvient de l’enquête sur l’anarchie faite par un grand journal de Paris, ― « Pour porter le front haut et serein, comme ils le portent, ils doivent être inspirés d’un grand idéal » ― disait-on. « Il faut le connaître ! » Et on a lu les centaines d’articles de la presse qutodienne et mensuelle, commencés peut-être avec le désir d’écraser « l’hydre aux cent têtes », mais terminés souvent par la justification des idées et des hommes.

La jeunesse des écoles si longuement réfractaire à un socialisme qui, commencé glorieusement, finissait par une loi de huit heures ou une expropriation des chemins de fer par l’État, ― a salué la nouvelle venue. Les jeunes y ont aperçu une conception large, puissante de la vie des sociétés, embrassant tous les rapports humains et portant dans tous ces rapports la fierté, la force, l’initiative de l’homme libre ― essence même de tout progrès. Et, dans leurs meilleurs représentants, les jeunes se sont passionnés pour une conception qui leur fait comprendre comment l’affranchissement du travailleur devient l’affranchissement de l’homme ; comment communisme et anarchie brisent toutes les entraves dans lesquelles une société chrétienne, droit-romain et jacobine étouffait la liberté de l’être humain.

La presse anglaise, ― surtout le journal hebdomadaire qui parle aux paysans et aux travailleurs ― a pris sa part dans la discussion des principes, de l’idéal, des voies et des moyens anarchistes. Pendant des mois et des mois, cinq ou six des journaux les plus lus par les masses dans les provinces donnaient une ou deux colonnes de correspondance sur l’anarchie. ― « Assez, s’écriaient les éditeurs ; désormais nous cessons cette correspondance ! » Mais dès le numéro suivant, elle était rouverte à nouveau sur une nouvelle issue quelconque : individualisme et communisme, l’État et l’individu… On en ferait déjà des volumes, et elle dure encore !

En même temps, en Allemagne et en Russie, des travaux élaborés paraissent dans les revues sur les rapports entre la société et l’individu, les droits de l’État, le fait de l’individu se plaçant en dehors de la morale courante et l’influence de ce fait, les progrès de la morale publique, et ainsi de suite. On déterrait Godwin et Max Stirner ; on étudiait et commentait Nietsche et on montrait comment l’anarchiste qui meurt sur l’échafaud se rattache au courant philosophique qui s’est traduit dans l’oeuvre du philosophe allemand.

Et enfin Tolstoï, parlant à tout le monde civilisé, montrait dans ses réponses aux critiques suscitées par son dernier livre, comme quoi, non seulement le chrétien, mais tout homme intelligent, quelle que soit sa philosophie, forcément doit rompre entièrement avec l’État qui organise l’exploitation du travailleur, ― doit refuser de prendre la moindre part dans les crimes, l’exploitation économique et les atrocités militaires commis par chaque État, quelle que soit son étiquette.

Pour résumer en quelques mots ― dans tous les domaines multiples de la pensée il s’est produit une poussée vers l’anarchie ; un profond travail d’idées s’accomplit, qui mène à l’anarchie et donne une force nouvelle au communisme.

Nous enregistrons ce travail avec bonheur. Mais nos idées se portent surtout ailleurs.

Nous cherchons les indices qui nous montrent que le même travail s’opère dans les classes qui peinent pour tout produire, sans jouir d’aucune des merveilles d’art, de science et de luxe qu’elle entasse sur la terre.

Nous trouvons partout de ces indices : dans les meetings, les congrès ouvriers, dans le langage même de ces réunions. Mais nous ne cessons de nous demander : « L’écho de ces discussions pénètre-t-il dans la demeure, le taudis du travailleur, la chaumière du paysan ? Le paysan et le travailleur entrevoient-ils la route qui les mènera à leur double affranchissement du Capital et de l’État ? Ou bien , leurrés par les savants, les prêtres, les journalistes, les admirateurs du pouvoir et toute la marmaille entretenue par l’État, ― maintiennent-ils encore la foi inébranlable dans les bienfaits du jacobinisme gouvernemental ? »

Leur critique de ce qui les fait souffrir, dépasse-t-elle la critique des individus ? S’élève-t-elle à la critique des principes sur lesquels le Capital, le salariat et leur créature ― l’État ― résident ?

L’idée d’union internationale de tous les opprimés s’implante-t-elle parmi eux, et leurs cœurs saignent-t-ils également à la nouvelle de massacres commis à Fourmies ou à Berlin, à Chicago ou à Vienne. Englobent-t-ils dans une même haine la bande internationale des exploiteurs, qu’ils s’appellent patriotes japonais ou français, allemands ou anglais ?

Née au sein du peuple, sous l’inspiration du peuple dans l’Association Internationale des Travailleurs et forte maintenant de tout l’appui qu’elle trouve dans l’étude, l’idée doit retourner au peuple, grandir dans son sein, l’inspirer de son souffle irrésistible.

Là seulement elle atteindra tout son développement. Là seulement, elle prendra corps et trouvera ses formes pour se substituer au monde ancien qui s’en va et reconstruire la société sur des bases d’égalité, de liberté entière de l’individu, de fraternité entre tous les hommes.

Pierre Kropotkine.

Les Temps Nouveaux n°1 du 4 au 10 mai 1895

5 Réponses to “Résistance politique: Anarchisme, persécutions et…”

  1. JBL1960 Says:

    Grandiose, vraiment ce texte est magnifique.
    « Pour porter le front haut et serein, comme ils le portent, ils doivent être inspirés d’un grand idéal »
    Oui, c’est tout à fait cela. Cela nous qualifie bien. En tout cas, je marche la tête haute, je ne courbe pas l’échine sous le poids d’un quelconque dieu. Je ne baisse pas les yeux, ni la tête, je n’ai pas honte d’être ce que je suis, aujourd’hui. J’apprends de mes erreurs et essaie de ne pas les refaire. Cela m’a pris 54 ans pour me rendre compte que j’étais anarchiste ; Mieux vaut tard que jamais.
    Je sais aujourd’hui que l’anarchie c’est l’ordre, sans les ordres !

    Je vous colle cet interview que je viens de voir (bon le site est pas terrible, mais parfois y’a des pépites comme celle-là, alors on leur pardonne) http://www.wikistrike.com/2015/05/charlie-hebdo-un-journaliste-accuse-le-gouvernement-francais-au-sujet-des-attentats.html

    Ce texte aussi, je me le sauvegarde sous word.

    Merci à vous R71 ; Fraternellement, Jo

    • 😉 merci du lien. Ils font forts les Allemands, avec il y a quelques mois, le journaleux du Frankfurt Allgemeine qui disait travailler avec bien d’autres pour la CIA…
      Cele ne fait que confirmer ce que les médias alternatifs du monde occidental disent depuis des années. Où est le « conspirationnisme »… chez les gouvernements et agences de renseignements qui fomentent toutes ces saloperies pour « raison d’état » ou chez ceux qui le dénoncent et mettent la vérité criminelle sous les feux de la rampe ?…

  2. michel Says:

    OR = ORdre
    OR = ORdonné
    L’ORdre pensé par l’être humain est désordre (voyez les « services d’ordre » et autres lois), car toute chose s’ordonne d’elle-même dans le juste déploiement des potentialités qu’elle inclut quand il n’y a pas d’interférence ou de déviation-opinion.
    Organiser le Chaos, c’est percevoir le Centre partout et la Circonférence nulle part et en toutes choses du Chaos.
    Chaos humain = Chaos naturel.
    Les forces brutes, imprévisibles, violentes et irrésistibles de la Nature ont toujours inquiété et fasciné à la fois car l’humain les retrouve en lui. Mais avec les transhumanistes ils ne risquent pas de trouver grand chose !

    • La Nature est un équilibre: chaotique dans l’infiniment petit et ordonnée dans le résultat final. elle est amorale, il n’y a pas de « bien » ni de « mal » dans la Nature il n’y a que l’existence sous quelque forme que ce soit. Le chaos de nos sociétés provient de la volonté humaine non pas de comprendre la Nature mais de la dominer. Cela a engendré division et chaos artificiel. Nous en payons le prix tous les jours.
      Le seul moyen de retourner à la paix est de suivre la loi naturelle et de ne pas interférer avec la Nature, s’y adapter ensemble et uni oui, mais pas l’altérer.
      La société humaine est naturelle puisqu’existante, mais chaotique puisqu’interférante pour les mauvaises raisons. Il y a un déséquilibre et nous devons tendre à rétablir l’équilibre perdu contre les forces du chaos induit.
      Il semble que ceci soit le but de l’Histoire et le fardeau de l’humanité.

      • Si Friedrich Nietzsche avait le malheur d’être encore de ce monde, il changerait de discipline à la vitesse d’un dromadaire au triple galop tant le secteur de la philosophie est encalminé par cette idéologie matérialiste si mortifère, ce qui lui permettrait contraint et forcé, d’embrasser la carrière de physicien quantique afin assurément de réviser son jugement athéiste pour envisager l’hypothèse d’un principe créateur supérieur, par delà bien et mal!

        Zarathoustra et Dieu enfin réconciliés,
        en un Homérique éclat de rire…»

        Et les Anarchistes de lui emboiter le pas!
        Cordialement à Tous, et merci encore à resistanxe 71…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s