Résistance politique: Exposer les « réserves indiennes » comme camps de prisonniers de guerre…

Nous mettons en commentaire la super interview de Russell Means: « Welcome to the Reservation » / « Bienvenue dans la réserve » dans laquelle il expliquait en 2011, peu de temps avant son décès, que le colonialisme de l’oligarchie tait en train de boucler la boucle et que les Etats-Unis étaient devenus une gigantesque réserve indienne/camp de prisonniers de guerre et que les citoyens américains allaient commencer à subir le sort des nations premières. Means était un infatigable activiste et un visionnaire qui manque beaucoup au mouvement de lutte.

— Résistance 71 —

 

Nous sommes des prisonniers de guerre

 

Mohawk Nation News

 

28 Avril 2015

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2015/04/28/we-are-prisoners-of-war/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Il y a 4 jours un site internet Napanee Gun Chatter a appelé criminels les Kanionkehaka/Mohawks, “ils tuent la pêche. Nous devrions faire quelque chose a ce sujet.” Chaque printemps lorsque les brochetons (petits brochets) reviennent à tyendinaga, nous devons gérer cette folie des colons et de leur colonialisme. Des inconnus à moto sont arrivés dans le jardin de quelqu’un à Tyendinaga (NdT: territoire Mohawk de la Baie de Quinte sur le lac Ontario à environ 100km à l’Est de Toronto). Ils ont frappé deux personnes et ont roulé sur une autre. Il y a deux jours, deux hommes Mohawk ont disparu alors qu’ils étaient partis pêcher au petit matin dans la Baie de Quinte, il s’agit de Tyler Maracle, 21 ans et de Matt Fairman, 26 ans.

La police de la province de l’Ontario fut appelée pour aider à les rechercher. Des centaines de gens ont cherché les berges. Une rame brisée fut retrouvée dans l’eau. Leurs vestes, téléphones portables furent retrouvés de l’autre côté de la baie. Auncun corps ni bateau n’ont encore été retrouvés. Les flics n’ont pas fait grand chose. L’hélico est venu une heure puis est reparti sur Barry.

Comme Onondaga, cette communauté est gérée par l’armée avec l’aide du conseil de bande Inc. et les maires des villes environnantes. Le boulot du conseil est de tout savoir au sujet de chaque INDIEN de la communauté et de nous maintenir tous dans les ténèbres.

Le 25 Octobre 1924, des lois coloniales sur les terres indiennes furent illégalement votées au Canada, une colonie de la Grande-Bretagne. L’entreprise commerciale Canada a mis en place des camps de prisonniers de guerre appelés “réserves indiennes” et a a mis le département des affaires indiennes sous contrôle direct de l’armée. Le numéro de Réserve Indienne est le numéro du camp de prisonnier. Des officiers et sous-officiers sont les gérants et les planificateurs.

Des clotures et des grillages furent érigés. Des agents des affaires indiennes et des gardes se trouvèrent aux portes d’accès. Des soldats enseignaient dans nos écoles. Des papiers et des permissions étaient de rigueur pour quitter la réserve et circuler. Nous avons perdu toute notre terre et avons dû travailler pour ceux qui nous l’avaient volé. Les agents indiens étaient les chiens de berger jusque dans les années 1960. Maintenant les INDIENS peuvent se garder eux-mêmes, supervisés par les conseils de bande (Canada) et de tribus (USA) sous l’œil attentif de l’armée. Les chiens de garde sont partis. On atteint la forme parfaite d’esclavage lorsque les moutons/esclaves se contrôlent eux-mêmes sans avoir recours aux chiens de garde.

La “salle de guerre” du 14ème étage du ministère des affaires indiennes (à Ottawa) fait partie du ministère de la défense. Chaque zone entourant nos communautés Ongwe:honwe (indigènes) possède une planification de Réponse Opérationnelle de Police multi-phasée, qui a été créée par l’armée. (NdT: dans sa jeunesse, l’auteure de l’article a travaillé au ministère d’Ottawa et a vu la dite “salle de guerre” ou “salle de commandement” du 14ème étage du ministère de ses propres yeux…) L’armée est impliquée dans tout ce qui se passe dans les camps de prisonniers. La police est en attente. L’enquêteur en charge est en contact quotidien avec les conseils de bande (NdT: entité coloniale élue suivant les principes du gouvernement colonial et réfutés par la société traditionnelle et la gouvernance ancestrale native)

Le site internet Napanee Gun Chatter est probablement un site de la police ou militaire piloté depuis la base aérienne toute proche de Trenton. Le projet de loi canadien C-51 anti-terroriste et liberticide rend criminelle la contestation contre le gouvernement et les corporations.

La convention de Genève de 1929 stipule que les camps de prisonniers de guerre sont faits pour contenir des combattants ennemis ou des belligérents captifs, C-51 nous regarde comme l’ennemi principal de l’entreprise commerciale Canada, une corporation militaire, gérée au Canada depuis les Affaires Indiennes. Ces camps de prisonniers sont en train d’être privatisés, d’être vendus et nous devons être déplacés. Dans son plan sur cent ans pour se débarasser du “problème indien”, Duncan Campbell Scott avait dit: “Nous allons absorber tous les Indiens dans le corps politique corporatiste”. Israël et les autres colonies britanniques veulent légaliser le génocide afin de maintenir leur empire totalement illégal.

Nos hommes sont vitaux. Ils sont en charge de la protection, de la défense et du bien-être du peuple. Ils sont multi-dimensionnels comme gardiens de la paix, enseignants, communicateurs avec le peuple, repossesseurs des terres perdues, gardiens des droits humains et des relations diplomatiques. Nous chérissons nos hommes.

Une Réponse to “Résistance politique: Exposer les « réserves indiennes » comme camps de prisonniers de guerre…”

  1. « Bienvenue dans la réserve » Russel Means avec Alex Jones (2011)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s