¡Tierra y Libertad! Terre et Liberté… C’est possible, un village andalou le prouve depuis 1979…

A voir la vidéo reportage d’une chaîne wallonne à Marinalda, commune autogérée andalouse, nous mettons la vidéo en section commentaires.

Marinaleda est une expérience communiste au sens de « commune libre », alors bien sûr, la commune dépend toujours du système espagnol (sur le papier du moins, voyez en pratique dans le reportage…), rend certains comptes aux gouvernements andalous et central, mais que cette expérience s’étende aux communes voisines et qu’une confédération voit le jour, les communes libres fédérées n’auraient très vite plus de comptes à rendre qu’à elles-mêmes.

Comme le dit le maire sans pouvoir de Marinaleda Sanchez Gordillo (élu plus jeune maire d’Espagne en 1979 à l’âge de 27 ans…): « Qu’on ne vienne pas me dire que cette expérience n’est pas transférable, chaque ville ou village en est capable s’ils s’organisent. »

~ Résistance 71 ~

 

L’histoire de Marinaleda, village communiste contre le monde

 

5 avril 2015

 

Source:
http://www.critical-theory.com/story-marinaleda-communist-village-world/ (extraits)

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Vidéo:
http://www.youtube.com/watch?v=S5Wqtzjyvs8

 

Article connexe:
https://resistance71.wordpress.com/2013/05/29/resistance-politique-le-contre-pouvoir-autogestionnaire-existe-se-porte-bien-et-ne-demande-qua-se-propager-lexemple-de-marinaleda-en-andalousie/

 

En Andalousie, 2% des familles possédaient 50% des terres. La logique du maire de Marinaleda Sanchez Gordillo pour avoir ciblé les terres du duc local est celle-ci: “Il était celui qui en avait le plus.”

Les villageois marchaient 15km par jour pour occuper les terres du duc. Ils en étaient évincés routinièrement tous les jours par la police vers 18 ou 19 heures. Alors ils partaient paisiblement, pour y revenir le jour d’après. En 1985, les gens de Marinaleda firent ceci tous les jours pendant un mois complet, durant les plus grosses chaleurs de l’été et ils ne prenaient que le dimanche de repos. En tout, la terre du Duc fut occupée plus de 100 fois.

En 1991, les gens de Marinaleda gagnèrent. Le gouvernement andalous compensa le duc pour ses terre d’une somme non dévoilée et donna ces terres aux citoyens de Marinaleda. Ils cultivèrent les terres du duc, qui auparavant étaient semées de cultures ne demandant pour ainsi dire pas de main d’œuvre comme par exemple le tournesol, mais les villageois y plantèrent des cultures très demandantes en maintenance humaine comme les oliviers. La logique était très simple: plus il y avait besoin de travail et au plus de travail serait créé. Ainsi, une fois les oliviers adultes et productifs, ce qui demandait déjà beaucoup de main d’œuvre, alors il fallait faire l’huile. Ceci demande une raffinerie et toujours plus d’ouvriers. Pas de bénéfices car “tout surplus était réinvesti pour créer plus d’emploi”.

La grande ferme locale connue sous le nom d’El Humoso, vend ses produits internationalement. Des marques commercialement équitable et “socialement responsables” ont souvent mauvaise presse par leurs critiques. Mais la ferme el Humoso est un contre-point aux Starbucks et autres entreprises de même accabi: “Sachez que lorsque vous consommez n’importe quel produit de notre coopérative, vous aidez directement à créer de l’emploi et de le justice sociales”, dit toujours le maire Gordillo.

La logique est admirable: “Marinaleda existe dans un monde capitaliste, mais pour Sanchez Gordillo et ses administrés, prouver que nous pouvons fonctionner pour des raisons tout autres que l’argent, çà, c’est un acte de subversion au capitalisme lui-même.”

Et pour un homme “de pouvoir”, Gordillo, qui se dit communiste “mais n’ayant jamais apartenu au parti de la faucille et du marteau”, a ses méthodes anti-autoritaires. Marinaleda n’a pas de police. Les villageois n’ont pas aboli la police, simplement il y avait un gendarme dans le village et quand l’âge de la retraite vint pour celui-ci, ils ne demandèrent pas à le remplacer. Il n’y a pas de voleur à Marinaleda…

Aujourd’hui dans une Espagne au taux de chômage de 22 à 23%, Marinaleda a un taux de chômage d’à peine 5%. La commune compte environ 3000 habitants et fonctionne de manière autogérée depuis la fin de franquisme. Marinaleda se situe à 80km de Séville.

 

7 Réponses to “¡Tierra y Libertad! Terre et Liberté… C’est possible, un village andalou le prouve depuis 1979…”

  1. L’excellent reportage d’une chaîne de télé wallonne: « Marinaleda, les insoumis », a voir et diffuser sans aucune modération !

  2. JBL1960 Says:

    Je viens de lire cette excellente analyse de la situation grecque et je vous la colle car elle démontre bien le barnum ambiant qui ne cessera que lorsque nous aurons décidés, conjointement, de suivre l’exemple de cette commune auto-gérée ; http://www.voltairenet.org/article187245.html
    Depuis un bon moment, ici, on dit que le « hype » Syriza était prévisible, voulu presque…

    • oui mais il est bien gentil Petras le bon « marxiste » de service. Il a pas craché dans la soupe quand il était conseiller de Papandréou et que le mec comme tout bon larbin policien a baissé son froc devant le bloc de la finance. C’est la réalité fondamentale. TOUT PARTI POLITIQUE baisse son froc devant le mur d’argent, ceci est encore plus vrai aujourd’hui qu’il y a 50 ans.
      Il n’y a pas se solutions au sein du système, ce que fait Syriza est du piétinage sur place pour gagner du temps, si les clowns bougent hors des clous ils sont « out ».
      Toutes les expériences sociales radicales ont échouées dès lors qu’elles sont rentrées dans le système. Des exemples ? La commune de Paris 1871 qui s’est fourvoyée en gouvernement, élections internes et divisions politiques au lieu de faire triompher d’abord la révolution sociale, idem pour l’Espagne de 1936-39, les anarcho-syndicalistes italiens de 1920 trompés et trahis par les communistes ont perdu la mise en rentrant dans le système… Leur échec par la trahison des marxistes a amené directement Mussolini au pouvoir ! Beau résultat !
      Syriza peut réussir s’ils sortent du carcan étatique, ramènent le pouvoir directement au peuple. Ils ont le pouvoir maintenant… qu’ils le fassent, gestion par AG dans les rues ! Les grecs sont prêts à çà depuis le temps… Faute de quoi, leur entreprise est vouée à l’échec et la troïka triomphera. La politique n’est pas une affaire de politiciens, c’est l’affaire des peuples ! Point barre…

      • JBL1960 Says:

        C’est exactement ce que je me suis dit en voyant le CV de Petras. Mais bon, si effectivement Syriza ramène le pouvoir au peuple et sort du système ; Mais rien n’est moins sûr. Cela démontrera que Chouard a raison quand il avance que tout parti politique est infiltrable, noyautable depuis l’intérieur quel qu’il soit et que cela est parfaitement visible et connu.

        • oui, Chouard a raison mais aussi il demeure cantonné dans une forme de système, sa réécriture de la constitution avec tirage au sort etc, se passe, sauf erreur de notre part, dans une « nouvelle république », à la mode « athénienne »… Pour y parvenir il faut se débarrasser de l’état actuel qui ne fera rien contre le statu quo oligarchique par définition donc… comment s’y prend-il ?
          Le seul moyen est la confédération des communes libres et alors là il faudra écrire une charte confédérale simple et efficace, fondée sur le droit naturel et l’égalité, pour une société autogérée… Là on est d’accord et l’idée de Chouard est très bonne mais pas dans un contexte étatique, réécrire le machin en gardant les institutions et la structure étatique ? Non ! Parce que déjà l’État l’interdira, tandis qu’il ne pourra pas s’opposer à une expropriation et une reprise autogestionnaire de masse… Il faut 1 puis 5, 10, 30, 100, 1000 Marinaleda en France et c’est la fin de partie pour le système oligarchique en place. Il suffit de dire non, de communiquer entre nous et de nous organiser !
          La solution à 10%… toujours s’en rappeler… 😉

  3. L’Andalousie que j’adore détient de formidables atouts de créativité dans son ADN comme l’autogestions de la ville andalouse Marinaleda le prouve encore une fois. Merci de parler de notre région au tempérament si spécifique. Paquito Esteban

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.