Ingérence impérialiste au Moyen-Orient: La fin de la maison des Saoud ?

La maison ultra-féodale des Saoud s’est-elle fait piéger au Yémen ? Jamais les Saoudiens n’ont mené directement de guerre.  Son allié sioniste tombera t’il avec elle ?… Est-ce une diversion pour mieux frapper en Ukraine ? A suivre de près…

— Résistance 71 —

 

Un bourbier nommé Yémen

 

IRIB

 

28 mars 2015

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/chroniques/item/363960-ttt

 

Mille et une raison ont poussé le royaume des Al-e Saoud……

à déclencher la guerre contre le pays souverain qu’est le Yémen, pays qu’il considère comme sa chasse gardée : mais cette guerre sera-t-elle facile à gagner ? En dépit du vaste soutien des Etats Unis, à Riyad, la guerre contre le Yémen est loin d’être facile à gagner … les experts évoquent, déjà, un « gouffre », grandeur nature, qui s’ouvre sous les pieds de l’Arabie et qui risque de l’engloutir, elle et ses alliés. Mais pourquoi?

1- C’est tout de même la première fois que l’Arabie saoudite et ses alliés s’engagent, directement, dans un conflit armé, à haut risque, et imprévible, en termes de répercussions. Force est de constater que Riyad vient de rompre là, avec sa manière de faire habituelle, à savoir mener des guerre, par procuration.

2- Sur le plan stratégique, il est difficile de justifuier un tel engagement, alors que que quelques semaines écartent, seulement, l’Arabie de la mort de son ex roi et que le nouveau roi peine à imposer son autorité. Les experts qualifient cet engagement militaire de hâtif, dans la mesure où Ansarallah est un groupe très engagé et bien équipé, et que sa cause n’est, ni confessionnel, ni etniciste, et c’est pour cette raison qu’elle est bien rassembleuse.

3- En déclenchant la guerre contre le Yémen, l’Arabie a exposé son flan Est, soit la région pétrolifère, peuplée de Chiites, à une explosion : il existe de fortes chances, pour qu’il y ait, dans les semaines à venir, la possibilité d’une « convergence de Qatif et d’Al-Awamiya, en Arabie saoudite, avec le Yémen ». En filigrane à cette perspective, il existe le risque que le contrôle du détroit stratégique de Ban el-Mandeb tombe, totalement, entre les mains d’Ansarallah et de l’armée nationale. Et de là, les ressources pétrolières saoudiennes pourraient être mises en danger.

4- La coalition que dirige, en ce moment, l’Arabie saoudite, s’avèrera-t-elle durable? De forts doutes existent, à ce sujet. En effet, une alliance Wahhabite /Frères musulmans ne pourra jamais, trop longtemps, fonctionner, comme l’a bien prouvé l’expérience syrienne, égyptienne et libyenne…

5- Le feu vert des Etats Unis à cette intervention militaire, son appui liogistique aux opérations militaires saoudiennes pourrait ne pas avoir le sens qu’il a : en effet, les Etats Unis pourraient très bien vouloir engager l’Arabie saoudite, dans un bourbier identique à celui de l’Irak. Les déserts yéméntes ne sont pas des lieux où l’armée saoudienne puisse s’engager facilement. Les combats risquent d’être longs, paralysants, bref, une guerre d’usure. Le fait que les Etats Unis refusent de participer, directement, aux combats devrait, toutefois, avertir les Saoudiens.

6- Ansarallah n’est pas la seule couche de la population yéménite à haïr l’Arabie saoudite, puissance « colonialiste », qui à à son actif des décennies de mépris et d’humiliation, à l’encontre du peuple yéménite. L’attaquie saoudienne est loin d’être perçu comme un coup de pouce au « pouvoir légitime de Hadi » par les tribus sunnites .. Ce sont, surtout, les images de corps d’enfants, de femmes déchiquetés, qui restent gravés dans les mémoires.

7- Au contraire de ce que laissent croire les médias arabes et occidentaux, Ansarallah et ses alliés ne se sont pas laissés pris de court par ces attaques. En effet, Ansarallah s’y attendait et la précieuse alliance avec l’armée yéménite lui permet de surmonter la crise. Ansarallah a promis des surprises à la puissance agresseuse.

8- La nature tribale de la société yéménite et les croyances bien ancrées, au sein de cette société, ainsi que les particularités géographiques de ce pays, pays couvert d’immenses déserts, rendent impossible toute solution à la crise imposée de l’extérieur, et, encore, moins, une solution engageant les forces armées . . Le Yémen est un Afghanistan en herbe. Son embrasement revient à embraser le Nord de l’Arabie saoudite … Riyad va droit dans un bourbier.

3 Réponses to “Ingérence impérialiste au Moyen-Orient: La fin de la maison des Saoud ?”

  1. est-ce qu’il y a du pétrole au Yémen ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.