Les sources mythologiques (bibliques) de la colonisation de l’Amérique du Nord et de la Palestine…

Cessions communes du Congrès des Etats-Unis: Israël, AIM* et le pape

 

Peter d’Errico

 

19 mars 2015

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2015/03/19/joint-sessions-congress-israel-aim-and-pope

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

(*) AIM = American Indian Movement

 

Le premier ministre de l’état d’Israël fut le dernier leader en date à s’adresser à la cession commune du Congrès des Etats-Unis le 3 Mars 2015. Le but de sa visite était de s’opposer aux négociations entre les États-Unis et l’Iran concernant le processus de capacité nucléaire de l’Iran. La visite fut engluée dans des différents politiques partisans, mis en évidence par le fait que l’invitation qui lui fut faite de venir parler le fut par le porte-parole du Congrès de manière unilatérale, procédure qui court-circuita tous les protocoles diplomatiques habituels. Le résultat de cette visite ne peut pas encore être discerné.

Le roi Kalakaua d’Hawaii fut le tout premier leader étranger à s’adresser devant une cession commune du Congrès des Etats-Unis le 18 décembre 1874. Le but de sa visite était de négocier un traité de commerce réciproque avec les Etats-Unis. Le roi eut un accord avec le président Ulysse Grant et un traité fut signé le 30 janvier 1875, permettant aux au sucre et au riz hawaiens d’être admis aux Etats-Unis sans droits douaniers.

Entre ces deux évènements, il y eut la requête d’octobre 1972 de l’American Indian Movement (AIM) de s’adresser devant la cession commune du Congrès afin d’y présenter les préoccupations des nations amérindiennes. La requête de l’AIM fut cantonnée et mise en page dans un article en 20 points ( 20 Point Position Paper,) intitulé “Manifeste Indien” et qui fut édité en tant que partie de la marche au travers des Etats-Unis concernant la “Piste des Traités Brisés” (Trail of Broken Treaties) et qui se termina à Washington D.C en Janvier 1973, la Maison Blanche rejeta les 20 points en bloc. L’AIM ne put jamais s’adresser au Congrès des Etats-Unis réuni en cession commune.

Dans le livre de Vine Deloria Jr, Behind the Trail of Broken Treaties, il est dit que la Maison Blanche rejeta la requête de l’AIM “sans beaucoup considérer la valeur de la proposition pour l’époque contemporaine et dans le contexte de la situation mondiale actuelle”.

L’analyse de Deloria fut confirmée lorsque Suzan Shown Harjo s’entretint avec John Ehrlichman, un conseiller principal du président Nixon, au sujet de ses discussions sur la politique indienne avec le président. Ehrlichman dit alors qu’il n’y avait en fait pas de discussions. “Il pouvait se rappeler de Nixon ne disant qu’une seule chose au sujet de l’occupation (par les militants de l’AIM) du Bureau des Affaires Indiennes de Washington D.C: ‘Virez ces damnés Indiens de la ville’ “.

Le refus de la requête d’audience de l’AIM est en singulier contraste avec les permissions répétées de s’adresser devant le congrès accordées au premier ministre d’israël. Le discours du mois de Mars de Netanyahou fut la troisième fois qu’il parla en cession commune du Congrès. Le contraste en fait n’est pas surpenant ; il met en valeur une position très consistante de soutien au colonialisme et au néo-colonialisme.

Le gouvernement israélien existe sur une présupposition coloniale, comme mise en évidence par son histoire biblique, commença avec le dieu d’Abraham faisant une promesse fondée et demandant une politique explicitement colonialiste: “Dieu a dit à Abram: Pars de ton pays, de ton peuple et de ta maisonnée familiale vers la terre que je vais te montrer… Au même moment les Canéens étaient sur la terre. Dieu apparût à Abram et dit, ‘a ta descendance je donne cette terre’.” (Génèse, 12, 15 NIB)

Le texte biblique confond les notions que les Israélites étaient des “exilés” et commencèrent leur voyage de “l’esclavage”. La bible dit qu’ils émigrèrent de leur terre natale pour suivre le commandement de dieu de “partir de ton pays, de ton peuple.” La “terre promise” existait ailleurs, pas à la maison.

Il y a plus de 500 ans, les chrétiens ont repris à leur compte ce thème religieux colonial pour développer leur propre mandat de “découverte” et clâmer les terres des “païens et infidèles”. Le colonilaisme chrétien repose sur une assomption de l’autorité de dieu disant “de partir de votre pays et je vous donnerai cette terre.” Le “Nouveau Monde” fut colonisé sous ce mandat biblique, qui fut codifié dans des bulles papales du XVème siècle (NdT: Romanus Pontifex 1455 et Inter Caetera 1493)

Netanyahou ouvrit son discours en reconnaissant ce colonialisme biblique partagé: “L’Amérique et Israël… partagent une destinée commune, la destinée de la terre promise…” Il clôtura son discours en faisant remarquer l’image de Moïse si situant au dessus de l’assemblée et dit: “Moïse a mené notre peuple de l’eslcavage aux portes de la terre promise.

L’interjection des Etats-Unis dans la politique palestino-israélienne ne fournit pas de point d’équilibre par une tierce partie pour la résolution de ce conflit. Avec son domaine politique aligné principalement sur le christianisme, les Etats-Unis ne font qu’introduire une autre branche colonisatrice de la famille d’Abraham.

Les racines mêlées de la famille d’Abraham, incluant les musulmans, ont disséminé des forces dérivées bibliques parmi une litanie sans fin de mirroirs culturels: Qui a le courage de blâmer la famille d’Abraham pour ses propres problèmes ? Qui pourrait la décrire comme une famille disfonctionnelle ?…

L’histoire biblique de la promesse de dieu et de son commandement vole toutes les parties, et pas seulement Israël, de l’inititiative de la réconciliation. Les chrétiens évangélistes les plus vocaux aux Etats-Unis, dont les efforts engouffrent le parti républicain, sont partisans de dire que la “résolution” des guerres en Palestine veut dire la victoire d’Israël, ainsi Jésus pourra revenir sur terre comme il est dit dans la bible.

Netanyahou doit affronter ces chapitres de la bible dans lesquels dieu fustigea les israélites pour s’être accordés avec les peuples des terres qu’ils avaient envahies:

L’ange de dieu dit alors: “Je vous ai mené sur la terre que j’avais juré de donner à vos ancêtres. J’ai dit, je ne briserai jamais l’accord que j’ai avec vous et vous ne devez pas faire d’accord avec le peuple de cette terre, mais vous devez en briser les autels.” Pourtant vous m’avez désobéi.

Et l’ange ajouta une menace si les Israélites essayaient de traiter avec les peuples indigènes: “Je ne vais pas les chasser pour vous ; ils vont se piéger pour vous et leurs dieux vous prendront au collet.” [Juges 2 (NIB)]

Ces versets de la bible poussent les Etats-Unis et Israël à ignorer le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, qui a déjà condamné Israël dans 45 résolutions depuis 2006. L’Assemblée Générale de l’ONU a critiqué de manière répétitive la relation stratégique entre les Etats-Unis et Israël qui encourage Israël à continuer une expansion agressive de ses territoires.

La prochaine adresse en cession commune du congrès des Etats-Unis, arrangée en accord avec le protocole normal, sera celle du 24 Septembre 2015, par le pape François 1er, souverain de la cité du Vatican, la toute première adresse papale au congrès des Etats-Unis. Le but spécifique de cette adresse, bien que non encore annoncé, incluera plus que probablement des préoccupations économiques et sociales que le pape a soulevé par ailleurs.

Le pape a déjà soulevé une certaine controverse parmi les nation natives nord-américaines en annonçant son plan de canoniser le père Junipero Serra, le chef de la mission espagnole catholique du XVIIIème siècle en Californie. Serra représentait le pouvoir impérial religieusement officialisé de l’Espagne dans sa lutte pour étendre ses colonies sur le Nouveau Monde.

La demande de l’AIM de s’adresser au congrès en cession commune n’était pas une demande “radicale”. Il avait mentionné le but de son adresse à une cession commune et celui-ci aurait focalisé sur “le futur indien au sein de la nation américaine et les relations entre le gouvernement fédéral et les nations indiennes.” Le “Manifeste” s’ouvrait avec cette déclaration : “Nous voulons avoir une nouvelle relation avec vous… une relation honnête!

Qui sait ? Peut-être que l’honnêteté et une relation nouvelle prévaudront un jour parmi les nations. Pour l’heure, les Etats-Unis n’ont qu’un seul musée officiel sur l’holocauste, dédié au peuple d’Israël, pas aux peuples indigènes du “Nouveau Monde”. Les Etats-Unis et Israël reposent tous deux leur titre territorial sur la bible. Le pape François pourrait commencer à bouger vers l’honnêteté et une nouvelle relation en révoquant les bulles papales du XVème siècle qui bénirent la colonisation religieuse.

4 Réponses to “Les sources mythologiques (bibliques) de la colonisation de l’Amérique du Nord et de la Palestine…”

  1. Le judaïsme contre le sionisme !
    Excellente entretien avec un rabbin, qui remet certains points sur les « i ».
    Amérindiens-Palestiniens même combat !

    • JBL1960 Says:

      Wouahh ! la vache, ça fait mal.
      Faudrait que El blanco aka Valls se l’imprime ; Visiblement, il n’a pas envie…

      • pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir clair dit-on… à très juste titre. On ne peut rien attendre de la clique politicarde de quelque bord que ce soit. La politique de partis maintient la division nécessaire pour que l’État perdure. C’est pour cela que voter, entr’autre, entretient le système à tout jamais…
        Pas de solutions au sein du système, cela devrait être de plus en plus lumineux pour le plus grand nombre… Après il faut s’organiser en conséquence.

  2. michel Says:

    Lutte de la Forêt sacrée (Brocéliande) ou Mandala collectif contre la ville profane et ses « lois » ou son rationnel et sa sédentarité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.