Résistance politique: En parlant de la Russie…

La diffusion de l’anarchisme et la révolution russe de 1905

 

Robert Graham

 

23 février 2015

 

url de l’article original:

http://robertgraham.wordpress.com/2015/02/23/the-spread-of-anarchism-and-the-1905-russian-revolution/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La diffusion de l’anarchisme

 

Avant la première guerre mondiale, l’anarchisme est devenu un mouvement révolutionnaire international ; les plus grands mouvements anarchistes se trouvèrent dans les pays qui avaient des organisations anarcho-syndicalistes comme l’Espagne, l’Italie, le Portugal, l’Argentine, le Brésil, le Mexique, l’Uruguay ou qui avaient des mouvements syndicalistes vraiment révolutionnaires comme en France. Au tout début du XXème siècles les idées anarchistes furent introduites au Japon et en Chine. Les anarchistes et les syndicalistes formaient l’aile extrême gauche des mouvements socialistes et syndicalistes et ce malgré les efforts constants des marxistes et des socio-démocrates pour les exclure du mouvement socialiste international (1ère Internationale Ouvrière ou Association Internationale du Travail, Associacion Internacionale del Trabajo, AIT).

Les idées anarchistes en ce qui concerne l’action directe, l’organisation sociale autonome, l’antiparlementarisme, l’expropriation (NdT: en liaison au concept et à la pratique de la grève générale qui se doit d’être expropriatrice si elle veut réussir…), la révolution sociale et la grève générale, gagnèrent plus d’attention, particulièrement après la révolution russe de 1905 et la révolution mexicaine de 1910.

La révolution russe de 1905

En Janvier 1905, les troupes tsaristes massacrèrent un grand nombre de manifestants dans la ville de St Petersbourg provoquant une grève générale et la formation du premier “soviet” ou “conseil ouvrier” en Russie (cf. Voline, 1947: 96-101). Suite à la défaite de la Russie dans la guerre contre le Japon en Février 1905, les troubles sociaux se répandirent dans toute la Russie, culminant avec la grève générale d’Octobre 1905. Le Tsar fut contraint de promettre des réformes constitutionnelles, qu’il renia peu de temps après. Quoi qu’il en soit, la grande grève générale d’Octobre 1905 fit grande impression sur les ouvriers et révolutionnaires du monde entier, redonnant une nouvelle poussée aux idées anarchistes, car ce furent les anarchistes qui soutinrent la grève générale la prônant comme arme révolutionnaire depuis le début de la 1ère Internationale. Les marxistes et socio-démocrates avaient quant à eux dénigrés l’idée de grève générale pendant des années la déclarant comme un “non-sens total”.

Kropotkine observa que “ce qui exaspéra le plus la classe dominante dans la grève générale, fut que les ouvriers n’offrirent aucune opportunité à l’armée de leur tirer dessus et ainsi de rétablir ‘l’ordre’ par les massacres.” Une nouvelle arme, plus terrible encore que la bataille de rues, venait d’être testée et prouva fonctionner admirablement. Malgré la preuve par neuf des idées anarchistes démontrée, Malatesta fut prudent et nota les limites de la grève générale. Au lieu de “nous limiter à considérer la grève générale comme étant la panacée contre tous les maux”, avertit alors Malatesta, les anarchistes devaient se préparer à l’insurrection ou à la guerre civile qui suivrait immanquablement la saisie des moyens de production par les ouvriers. Car ce n’est pas suffisant pour les ouvriers d’arrêter la production, mais pour éviter d’être forcés de nouveau au travail par la faim, les ouvriers doivent être auto-suffisants.

Comme le dit si bien l’anarchiste pacifiste Bart de Ligt dans les années 1930: “Les ouvriers ne doivent pas faire la grève en restant chez eux ou en prenant la rue, se séparant ainsi eux-mêmes des moyens de production et se livrant eux-mêmes à la pauvreté, mais au contraire, ils doivent rester sur place et contrôler les moyens de production ‘pour leur propre bénéfice”. Maurice Joyeux (1910-1991) décrivit après les évènements de Mai 1968 en France, une action telle que la grève générale autogestionnaire, par laquelle les ouvriers prennent directement le contrôle des moyens de production. (NdT: Les ouvriers italiens y étaient parvenus en 1920, qui vit la grève générale autogestionaire mettre à genou le capital. Les ouvriers contrôlaient les grandes usines du nord de l’Italie industriel et ce n’est que trahit par les marxistes/léninistes qu’ils échouèrent pour plus de transformations politique et sociale. La grande bourgeoisie italienne qui eut si chaud aux plumes et terrifiées à l’idée même de perdre ses privilèges, appela Mussolini et le mit au pouvoir, le reste… est-en partie- dans les livres d’histoire officielle…)

Aucun groupe révolutionnaire ne peut clâmer le crédit pour la révolution russe de 1905. Comme le nota Kropotkine, la grève générale d’Octobre 1905 “ne fut pas le lot d’une organisation révolutionnaire… Ce fut l’affaire intégrale des travailleurs”. Ce que les anarchistes pourraient faire c’est de désigner la révolution de 1905 comme étant une validation de leurs idées, cela leur permettrait de gagner une audience bien plus large qui serait inspirée par ces évènements.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.