Résistance politique: L’art contre la société étatique…

Petit texte à méditer dans le contexte actuel de coercition étatique et de menace grandissante sur le fascisme total à venir des lois liberticides en préparation. L’État est un caïd mafieux qui ne connaît que la force pour s’imposer aux peuples. Il n’est fort que parce que nous acquiesçons à sa tyrannie à géométrie variable. Il devrait être clair maintenant pour le plus grand nombre que toute société étatique ne saurait être démocratique puisqu’elle est politiquement divisée par essence entre une minorité dominante détentrice de la force dite « légitime » pour faire plier la vaste majorité dominée. Il suffit de dire NON ! et la supercherie s’arrête !

La Boétie l’avait déjà dit au XVIème siècle à l’époque de la création des états-nations de monarchie absolue, rien de nouveau, quand apprendra t’on des anciens ?

— Résistance 71 —

 

Art et anarchisme

 

Robert Graham

 

7 Janvier 2015

 

url de l’article original:

https://robertgraham.wordpress.com/2015/01/07/art-and-anarchy/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

L’anarchiste anglaise Charlotte Wilson a argumenté que lorsque “chaque travailleur sera entièrement libre de faire ce que la nature commande, de se jeter corps et âme dans le travail qu’il a vraiment choisi et qu’il le rendra expression spontanée du plus intense de ses désirs et objectifs, alors le travail devient plaisir et il produit un chef-d’œuvre.” Pour les artistes de la société bourgeoise, Jean Grave a observé qu’ils devaient “vendre leurs travaux pour survivre, “une situation qui mène ceux qui ne veulent pas mourir de faim à faire des compromis vers un art plus médiocre et plus vulgaire.” Car pour “vivre leurs rêves et réaliser leurs aspirations, eux aussi doivent travailler” pour la révolution sociale. Et même quand c’est possible, “il est vain pour eux de se retrancher derrière les privilèges des classes dirigeantes, car s’il y a aliénation pour celui qui en est réduit à faire les plus basses besognes pour satisfaire à sa faim, la moralité de ceux qui le condamnent à le faire n’est pas supérieure à la sienne ; si l’obéissance le dégrade, le commandement loin de satisfaire le caractère, l’avilit aussi”.

Oscar Wilde (1854-1900), qui se décrivit lui-même un temps comme anarchiste, était d’accord pour dire avec Grave dans son “Âme de l’Homme sous le socialisme”, qu’avec l’abolition de la propriété privée, tout le monde sera libre de “choisir la sphère d’activité qui est la plus conviviale et qui leur donne du plaisir.” Mais Wilde n’espérait pas voir le jour où le travail manuel et le travail intellectuel se combineraient, car il y a des formes de travaux manuels qui sont si dégradant, qu’ils ne peuvent pas être faits avec dignité ou plaisir: “L’Homme est fait pour quelque chose de bien plus grand que de retourner la terre. Tous les travaux de cette sorte devraient être faits par des machines.”

Wilde approuvait le socialisme anarchiste comme fournisseur de la base du véritable individualisme et de la liberté artistique. Il pensait que la seule forme de gouvernement adéquate pour l’artiste est “aucun gouvernement. L’autorité du dessus est ridicule.” Quelle soit exercée par un gouvernement ou par l’opinion publique. Wilson était d’accord pour dire que l’opinion publique “la règle de la médiocrité universelle… est un danger sérieux pour la liberté individuelle,” mais que dans une société libre “elle ne peut être contrée que par une culture morale plus vaste”. Pour Wilde, cela voulait dire que “l’art ne doit jamais tenter d’être populaire, au contraire, c’est le public qui doit essayer de devenir plus artistique.”

Vers la fin du XIXème siècle en France, la plupart de l’avant-garde artistique s’allia avec l’anarchisme, incluant des peintres comme Camille Pissaro, Paul Signac, Charles Maurin et Maximilien Luce, ainsi que des écrivains comme Paul Adam, Adolphe Retté, Octave Mirbeau et Bernard Lazare. Jean Grave allait inclure leurs œuvres dans ses journaux anarchistes de l’époque comme “La Révolte” et plus tard “Les Temps Nouveaux”. Lorsque les autorités françaises persécutèrent encore les anarchistes pour simplement exprimer leurs idées subversives dans les années 1890, Lazare écrivit dans “La Révolte”: Nous avons eu l’audace de croire que tout n’était pas pour le mieux dans le meilleur des mondes et nous avons déclaré et déclarons encore que la société moderne est détestable, fondée sur le vol, la malhonnêteté, l’hypocrisie et la turpitude”.

Comme on peut le voir, la critique anarchiste de la société existante ne fut jamais limitée à dénoncer l’État, le capitalisme et l’église. Elle s’étendait à la famille patriarcale, à l’exploitation sexuelle et à la soumission des femmes, à la censure, au conformisme, à l’éducation autoritaire et aux formes hiérarchiques et coercitives de l’organisation de la société en général, où que ce soit qu’on puisse les trouver, que ce soit dans les écoles, sur les lieux de travail ou au sein du mouvement révolutionnaire lui-même.

2 Réponses vers “Résistance politique: L’art contre la société étatique…”

  1. “L’Homme est fait pour quelque chose de bien plus grand que de retourner la terre. Tous les travaux de cette sorte devraient être faits par des machines.”

    pas d’accord – retourner la terre – semer – voir pousser c’est quelque chose de très gratifiant et de fascinant –

    il y a évidemment d’autres professions qui sont polluante pour l’individu – mais les donneurs de leçons en profitent – je ne site rien, ni personne

    • oui, nous sommes d’accord… Le problème des intellos est qu’ils ont souvent tendance à dénigrer le travail manuel… Ah la division (factice et pernicieuse) du travail a fait son œuvre !… 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.