Résistance politique: Aux sources religieuses du colonialisme occidental (Steven Newcomb)

… et pourquoi il est extrêmement important de bien comprendre ces origines toujours vivaces puisqu’imbriquées dans la « loi » des états colons et leur politique de contrôle fondamentalement raciste, si on veut véritablement mettre fin aux crimes et au pillage de l’empire.

L’avenir de l’humanité passe par la solidarité des populations occidentales émancipées de l’idéologie colonialiste, se tenant main dans la main avec les peuples colonisés et opprimés par l’Europe depuis le XVème siècle.

Nous sommes tous des colonisés !

— Résistance 71 —

 

La base religieuse de l’ancien testament comme base de la loi fédérale des Etats-Unis sur les Indiens et leur politique

 

Steven Newcomb

 

22 janvier 2015

 

url de l’article original:

http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2015/01/22/old-testament-religious-basis-us-federal-indian-law-and-policy

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

“Et nous Américains sommes particuliers, un peuple choisi, l’Israël de notre temps ; nous portons l’arche des libertés du monde”—Herman Melville.

“Je pense que personne ne peut lire l’histoire de notre pays sans réaliser que le Bon Livre et l’esprit du sauveur ont été nos guides de génie depuis le début. La commission donnée à Christophe Colomb par Ferdinand et Isabelle d’Espagne a été conçue comme une mission chrétienne »—Chief Justice Earl Warren, de la cour suprême des Etats-Unis.

Le système de la loi fédérale et politique indiennes des Etats-Unis est lié de manière remarquable à la vision du monde politico-religieuse judéo-chrétienne, qui est parfaitement exprimée par la théorie du peuple choisi et de la terre promise. Comme l’a très bien dit Walter Russell Mead dans son article de 2008 “The Deep Roots of American Zionism” publié dans la revue “Foreign Affairs” (NdT: revue officielle du CFR): “Les Américains ont trouvé l’idée qu’ils étaient l’Israël de dieu si attractive, partiellement parce que cela les aidait à justifier leur déplacement des autochtones américains.” Maintenant dans son essai devenu classique “Civil Religion in America,” Robert N. Bellah a déclaré: “Le thème de l’israël américain a été utilisé, presque depuis le début, comme justification du traitement honteux et indigne réservé aux Indiens et qui est si caractéristique de notre histoire.

Ce que d’autres érudits de la loi fédérale sur les Indiens ont laissé de côté dans leurs discussions de la doctrine de la découverte, ou doctrine chrétienne de la découverte, est le fait que la vision judéo-chrétienne du monde, que l’on peut plus particulièrement faire remonter à l’histoire biblique de la Génèse, celle du peuple choisi et de la terre promise, sert de toile de fond religieuse et de fondement conceptuel à la loi et politique fédérale sur les Indiens. C’est sur la base de cette source biblique d’idées que les Etats-Unis clâment être le “souverain” de la terre avec “ascendance” (un droit de domination) sur les nations indiennes originellement et toujours libres de plein droit. Cette vision du monde du Vieux Testament est l’arrière-plan de l’affirmation des Etats-Unis que le gouvernement fédéral possède un “pouvoir pléniaire” “indiscutable et irrévocable” sur les nations indiennes et un “pouvoir de domination “ (domination ultime) sur les territoires qui est au-dessus de celui des nations indiennes.

C’est à cause de cette base religieuse, de fait de l’Ancien Testament, fondement de la loi fédérale indienne, qu’il fut nécessaire pour les Etats-Unis de faire passer la loi American Indian Religious Freedom Act en 1978, malgré le fait que la liberté de culte pour quiconque d’autre était déjà inscrit dans le premier amendement de la Bill of Rights des Etats-Unis. Le fondement biblique de la loi fédérale indienne est la raison pour laquelle les territoires et les endroits sacrés de nos nations originelles n’ont jamais été protégés de l’exploitation, de la profanation et de la destruction. Comme l’écrit l’historien Edward McNall dans son livre The American Idea of Mission (1957), “Il n’y a pas de vérité plus évidente dans l’histoire américaine du fait que cette nation (USA) est un peuple de l’Ancien Testament (bible).

La base fondamentale de l’ancien testament des Etats-Unis est l’aspect le moins notable de l’histoire de la loi fédérale indienne ; cela n’a pas été rendu explicite à cause de la tendance des érudits sur la loi fédérale indienne d’écrire à son sujet de manière séculière et en termes non-religieux. Ils n’ont pas reconnu à quel point les idées véhiculées par la loi fédérale indienne sont liées à un tel point qu’Edward Burns continua: “L’idée la plus commune dérivant des sources de l’ancien testament fut la notion que l’Américain fut divinement nommé pourb remplir une grande mission dans l’histoire de la planète. De l’avis de quelques leaders coloniaux, les grands évènements du passé ont été planifiés par dieu afin de préparer la voie du triomphe américain.” (p.11)

Dans son livre America’s Prophet (2009), Bruce Feiler dit qu’une lettre de George Washington est accrochée dans l’entrée de sa synagogue d’enfance. La lettre lit: “Puisse la même merveilleuse déité, qui a, il y a longtemps, délivré les Hébreus de leurs oppresseurs égyptiens et qui les a implanté sur la terre promise et dont les agencements providentiels ont été rendus récemment remarquables dans l’établissement des Etats-Unis comme nation indépendante, continuer à les (Etats-Unis) irriguer des rosées du paradis.” (p.4)

Des témoignages nous ont appris que Thomas Jefferson était un “déiste”. Ce que ces témoignages ne nous ont pas dit est l’identité biblique de la “déité” qui a servi de focalisation à l’orientation “déiste” de Jefferson. Comme le note Robert Bellah dans son “Civil Religion in America,” “Ce qui était implicite dans les paroles de Washington… devient explicite dans le second discours d’investiture de Jefferson lorqu’il déclara: ‘J’aurai aussi besoin de la faveur de cet Être entre les mains duquel nous reposons, qui mena nos pères, comme au temps du vieil Israël, de leur terre native et les implanta dans un pays innondé avec toutes les nécessités et confort de la vie.” La conclusion ? “L’Europe est l’Egypte, l’Amérique la terre promise.” écrit Bellah. Jefferson, Adams et Franklin voulaient que l’imagerie de l’ancien testament associée avec le peuple élu et la terre promise soit décrite sur le sceau officiel des Etats-Unis. Jefferson proposa que l’image du sceau devrait être les Israélites traversant le désert, guidés par un nuage le jour et un pilier de feu la nuit, dessinant ainsi une analogie entre les Etats-Unis et le peuple élu de l’ancien testament. Ceci place donc nos nations autochtones comme étant les “Canaanites” sur la soi-disante “terre promise” que serait les Etats-Unis.

John Marshall était un contemporain de Washington, Jefferson et Adams. Lorsque Marshall, en tant que juge de la cour suprême des Etats-Unis a écrit le rendu du verdict unanime de la Cour Suprême dans l’affaire Johnson contre McIntosh, il déclara que la Cour appliquerait à l’affaire “ces principes de justice abstaite que le créateur de toutes choses a imprimé dans l’esprit de sa créature humaine.” La vision du monde judéo-chrétienne partagée par Washington, Jefferson, Adams et Marshall, parmi bien d’autres personnes, est le contexte d’arrière-plan religieux pour l’utilisation par la Cour Suprême des Etats-Unis du terme de “créateur” dans sa décision de l’affaire Johnson contre M’Intosh.

Les principes de justice abstraite s’appliquaient aux “nations civilisées”, aux nations, qu’Henry Wheaton appelait en 1836 dans ses Elements of International Law, les “États de la chrétienté”, reconnaissant que ces nations de la chrétienté possédaient une “indépendance parfaite” et donc par voie de conséquence, la pleine “souveraineté”. Ce que la Cour Suprême des Etats-Unis a appelé “les natifs, qui étaient des païens”, dans son rendu de l’affaire Johnson contre M’Intosh, analogues aux “Canaanites” dans le narratif du peuple élu / terre promise, n’étaient donc pas “permis de posséder” les prérogatives appartenant “aux nations absolues, souveraines et indépendantes”, “en relation avec les chrétiens”, comme le dit le juge de la Cour Suprême Joseph Story dans ses Commentaries on the Constitution of the United States en 1833.

En février 2015 prochain, nous atteindrons la marque des 60 ans depuis la décision de la Cour Suprême des Etats-Unis sous l’autorité du juge Earl Warren, dans l’affaire Tee-Hit-Ton v. United States en 1955 ; décision fondée sur les antécédents cachés du narratif biblique de l’ancien testament sur “le peuple élu et la terre promise”. Dans un autre article, j’expliquerai comment le narratif religieux judéo-chrétien de l’ancien testament nous informe sur la décision prise, chose que l’on peut remonter à Johnson contre M’Intosh (1823) ainsi qu’aux bulles papales et édits royaux du XVème siècle.

Publicités

Une Réponse to “Résistance politique: Aux sources religieuses du colonialisme occidental (Steven Newcomb)”

  1. Très instructif (au-delà de l’horreur que nous inspire ce rappel historique) en tous cas c’est éclairant…
    G. Washington, auquel Oblabla ce réfère souvent, quoique son préféré fut T. Jefferson, était un esclavagiste, au moment de sa mort, il possédait 307 noirs qui furent affranchis donc. Je rappelle que le meurtre d’un noir était légal à cette époque. Que les pères fondateurs ont créé le système d’élections des grands électeurs sur le principe que, 1 noir comptant pour 3/5ème d’1 blanc = Plus le propriétaire possédait de noirs et plus il était puissant et avait de poids politique ! Les idées peuvent tuer, non ? Perso, je n’oublierai jamais le précepte des premiers zuniens : « Tout homme qui n’est pas blanc, est un être INFÉRIEUR ». Et je n’oublie pas, non plus, que Jules Ferry, auquel Hollandouille aime se référer, a dit, devant l’AN en 1885 « Les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures »… Voilà, voilà, voilà !
    Et je rappelle aussi que sur 400 traités Zuniens ; Aucun n’aura été respecté, jamais, aucun… Remarquez que dans la 1ère constitution il est spécifié que les indiens n’existaient pas alors…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.