Domination, torture et colonialisme… Une trilogie mortifère vouée à disparaître

« Le but de la torture n’est pas d’obtenir des informations, mais de diffuser la peur. »
~ Eduardo Galeano ~

 

Torture CIA, Inc.

 

Mohawk Nation News

 

10 décembre 2014

 

url de l’article original:
http://mohawknationnews.com/blog/2014/12/10/cia-torture-inc/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Will et Kate représentent la monarchie britannique, qui est le “privilège blanc”. Ils sont arrivés à New York, puis sont allés voir le président Obama à la Maison Blanche, lui ont donné ses ordres et feuille de route, puis ils ont été afficher leur privilège blanc en allant se moquer de la manifestation anti-blanc en l’honneur de Garner (NdT: l’homme qui a été étranglé à mort par un flic de New York, qui n’a pas été inculpé par un grand jury peu après le non-lieu de l’autre flic de Ferguson par un grand jury…) dans les rues de New York et s’en retournèrent.

Les “démocraties” de l’empire britannique: Les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont toujours appliqué une torture avancée. Elles essaient de légaliser le génocide et la torture pour elles seulement.

Israël forme des forces de police pour les tactiques de torture à fin du contrôle optimal des foules. Israël est la tumeur cancéreuse qui pousse sur le côté de la tête de l’empire britannique (NdT: depuis la déclaration de Balfour en 1917). Au début c’était une petit boule de chair, maintenant c’est une pustule purulente qui sera bientôt coupée pour ne laisser qu’une blessure béante.

La loi de l’amirauté des mers met une valeur marchande sur tout ; dans les années 1700, les banquiers inventèrent la loi de l’amirauté pour enrayer les disputes émanant des conflits en haute mer, là où aucune loi terrestre ne s’applique. Cettte loi n’est strictement que pour l’argent, les entreprises et les banques.
Lorsque des gens reçoivent un ordre de comparution devant une cour de justice (de l’amirauté), c’est une invitation à se rendre dans leur lieu d’affaire, c’est tout. Le juge est le capitaine du navire. Lorsque vous entrez par la grille, vous êtes dès lors sur le navire, vous lui avez donné le droit de décider combien d’argent il va vous demander de payer. Ceci est nul est non avenu si vous êtes forcé à cette procédure. Si aucune plaidorie ne l’accompagne, vous ne serez retenu illégalement que pour un laps de temps très court, ceci est une violation des droits de l’Homme.

Le mot banc a une origine latine. Le juge est le “banquier”, dans leur jargon légal, le juge est assis derrière le banc (NdT: souvent un juge dira “maître, veuillez approcher la barre… La “barre” du navire, le timon…), la barre et lit la liste des affaires courantes (NdT: en anglais “court docket”, ou petit dock/quai du tribunal…) où les noms y sont inscrits en majuscules d’imprimerie. Le juge demande: “ˆEtes-vous JASON SMITH ?” Si vous répondez “oui, je le suis”, vous avez donné votre accord pour représenter l’identité entrepreneuriale/d’affaire que le système a créé pour vous.

Le jargon légal est la langue étrangère des sociétés légales qui nous est appliqué le plus illégalement du monde., nous empêchant dès lors de bénéficier d’un procès juste. Tous les avocats (anglo-saxons) prêtent serment au barreau du Temple de la CITY DE LONDRES.

La seule et vraie loi d’Onowaregeh (l’Île de la Grande Tortue, Amérique du Nord pour les Amérindiens) est Kaianere:kowa, la Grande Loi de la Paix. En 1871, les Etats-Unis ont été ramenés sous la loi de l’amirauté tout comme le fut le Canada en 1867.

Lorsqu’un conseil de bande INDIEN (NdT: les conseils mis en place par le pouvoir colonial canadien sous l’Indian Act de 1867 et 1923 et qui ne sont que des entités de gouvernance coloniale, gérée par les Affaires Indiennes. Les conseils de bandes canadiens, ou de tribus aux Etats-Unis, n’ont absolument rien de légal en ce qui concerne la gouvernance traditionnelle native. Ce sont des entités usurpatrices pseudo-légales faites pour décider et entériner la politique coloniale de la société dominante… Les représentants corrompus, élus, ne sont là que pour signer ce qu’on leur demande de signer, comme par exemple la cession de terres…) appelle à une réunion, ils s’assoient derrière une table sur le devant, table qui représente le banc, la barre, contrairement à une réunion Ongwehonwe (traditionnelle) ou tout le monde s’assit en cercle, symbolisant l’égalité de tous. Notre cercle entoure la loi Ongwehonwe. Notre feu est le peuple. Kaianere:kowa, la Grande Paix, va éliminer leur système. La guerre de 500 ans appelée colonialisme est bientôt finie.
Les conseils de bandes ne veulent pas s’assoir en cercle avec leur peuple. Ils veulent que nous mettions une étiquette de prix sur notre Mère (la Terre). C’est immoral et illégal. Chaque plante, animal terrestre, animal ailé, poisson et le monde naturel, nous attend afin de suivre les instructions originelles.

Les lois de l’amirauté sont les chaînes dont les banquiers nous enserrent. L’héritage des Etats-Unis est la brutalité policière, le meurtre, la torture, la guerre et le génocide. Les Etats-Unis sont le grand mensonge. Les gens pensent y être libres. Ils y sont en fait les plus opprimés sur terre.

Lorsque leur machine à fric sera partie, les banquiers seront remis à leur juste place. La torture s’arrêtera.

Nous nous échapperons de ces chaînes de banquiers qui nous entravent. Frank Zappa décrit leur matrix:
“Flies all green and buzzing in his dungeon of despair. Prisoners grumble and piss their clothes and scratch their matted hair. A tiny light from a window hole a hundred yards away is all they ever get to know about the regular light in the day…”

En français: “Les mouches toutes vertes et bourdonnantes volent dans son donjon de désespoir. Les prisonniers se lamentent, pissent dans leur froc et grattent leurs cheveux hirsutes. Une petite lumière émanant d’une minuscule lucarne à quelques 90m de là, est tout ce qu’ils sauront de la lumière régulière du jour…”

Puis il décrit Will et Kate comme ceci: “An evil prince eats a steaming pig in a chamber right near there. He eats the snouts and the trotters first. The loins and the groins are soon dispersed. His carving style is well rehearsed. He stands and shouts all men be cursed”. [4 fois].

En français:Un prince machiavélique mange un cochon fumant dans une chambre non loin de là. Il mange le groin et les pieds en premier. Les entrailles et les organes génitaux sont très vite répandus. Sa façon de découper la bête est très travaillée. Il se redresse et crie que tous les hommes soient maudits.” [4 fois]

Vidéo de Frank Zappa: “The Torture Never Stops” (1978):

http://www.youtube.com/watch?v=AN9ePUrkzEI

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.