Ingérence occidentale au Moyen-Orient… Quand le « Printemps Arabe » de la CIA mène à l’EIIL/EI

L’EIIL: les terroristes mercenaires des Etats-Unis

 

Tony Cartalucci

 

28 Octobre 2014

 

url de l’article original:

http://journal-neo.org/2014/10/28/isis-america-s-terrorist-mercenaries/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

De manière générale, la révision historique prend place longtemps après que les évènements se soient passés et les vainqueurs tentent d’enterrer les vérités humiliantes ou qui ne sont pas bonnes à dire. Aujourd’hui, dans l’ère de l’information, ces vainqueurs en herbe trouvent de plus en plus nécessaire de réviser l’histoire en temps réel au travers d’une stratégie de la diffusion d’une propagande qui se veut répétitive de manière croissante, mais de plus en plus inefficace.

Phase I: La justification du chaos

Ce n’est qu’en 2007 que la politique étrangère des Etats-Unis a recherché à faire la guerre contre l’Iran, la Syrie et le Hezbollah libanais, tout en handicapant les factions pro-iraniennes en Irak que les Etats-Unis occupaient toujours. Echouant dans cette approche directe, les Etats-Unis planifièrent une guerre pas si secrète par procuration qui impliqueraient du financement, du soutien politique et même l’armement de groupes allant de militants des Frères Musulmans à d’autres alignés avec Al Qaïda.

Ceci est peut-être le mieux résumé dans ce rapport prophétique datant de 2007: “The Redirection: Is the Administration’s new policy benefiting our enemies in the war on terrorism?” , écrit par le journaliste lauréat du prix Pulitzer Seymour Hersh et publié dans le New Yorker.

Il y est dit (emphase ajoutée):

Pour diminuer l’Iran, qui est chiite de manière prédominante, le gouvernement Bush a décidé de reconfigurer ses priorités au Moyen-Orient. Au Liban, le gouvernement a coopéré avec l’Arabie Saoudite qui est sunnite dans des opérations clandestines qui ont pour but d’affaiblir le Hezbollah, l’organisation chi’ite soutenue par l’Iran. Les Etats-Unis ont aussi pris part dans des opérations clandestines visant l’Iran et son alliée la Syrie. Un résultat de ces activités a été le développement de groupes extrémistes sunnites qui épousent une vision militante de l’Islam, qui sont hostiles aux Etats-Unis et sympathisant d’Al Qaïda.

Hersh ira même jusqu’à chroniquer les soutiens politiques et financiers américains qui étaient fournis aux Frères Musulmans, même alors sous le président Bush. De ce fait, la supposée “spontanéité” des soulèvements appelés “Printemps Arabe” par les médias occidentaux de 2011, fut complètement fabriquée bien auparavant et ce pas pour tenter de promouvoir des aspirations pacifiques et pro-démocratiques, mais pour servir de couverture à des insurrections soutenues de l’étranger, qui laisseraient des trainées ensanglantées et de destruction le long de la côte nord de l’Afrique et ce jusqu’aux fromtières de l’Iran et de la Russie et même de la Chine.

Phase II: La guerre

Après avoir nié tout rôle and les émeutes du “Printemps Arabe”, les Etats-Unis supportaient bientôt non seulement les manifestants dans les rues, mais aussi des militants armés qui suivaient dans le sillage des manifestations. Ce soutien comprenait une dimension militaire avec des militants libyens bénéficiant d’une couverture aérienne et de la protection des forces spéciales commandos, pour ensuite recevoir des armes et des équipements par parachutage.

Le sénateur John McCain (R-Arizona) allait même voyager dans la capitale terroriste de la Libye, Benghazi et allait offrir en personne, le soutien des Etats-Unis. Il se tint sur les marches du tribunal de Benghazi, là où les manifestations contrôlées par Al Qaïda allaient se dérouler peu de temps après, promettant des armes aux hommes qui plus tard, massacreraient l’amabassadeur américain dans cette ville (NdT: lui même une barbouze éliminée pour qu’il n’y ait plus de témoin officiel du transfert d’armes libyennes et américaines entre la Libye et la Syrie pour les djihadistes…).

Après la destruction du gouvernement libyen avec l’aide de l’intervention de l’OTAN, Benghazi servait ensuite d’épicentre terroriste où armes, argent et combattants étaient organisés pour être transférés dans un pays membre de l’OTAN, la Turquie, pour combattre dans le nord de la Syrie contre le gouvernement Al-Assad (were being staged before being sent to NATO-member Turkey and then to fight in northern Syria.). Parmi ces terroristes se trouvaient des militants expérimentés du Groupe Combattant Islamique Libyen (GCIL), une franchise officielle d’Al Qaïda en Afrique du Nord (NdT: sans oublier qu’Al Qaïda est une création de la CIA/MI6/SIS pakistanais, mis en place à la fin des années 70 en Afghanistan, projet piloté par Zbigniew Brzezinski et Robert Gates, tous deux toujours présents en politique…). Un de leurs leaders, Abdelhakim Belhadj se retrouvera éventuellement en charge de la ville de Tripoli après la chute du gouvernement libyen et aura sa photo prise avec McCain.

De manière prévisible, alors que l’OTAN faisait glisser les ressources et l’attention d’une Libye renversée au renversement de la Syrie, le conflit visant Damas escalada. Ceci ne fut pas couronné de succès. Au lieu de cela, l’occident se retrouva enbarqué dans une guerre par procuration dans laquelle son rôle dans l’armement, l’aide, et le développement d’extrémistes sectaires, devint de plus en plus évident.

Phase III: La “montée” de l’EIIL/EI

Il est clair que la montée en puissance de l’EIIL ou “État Islamique” (Califat), ne s’est par produite du jour au lendemain. Ceci est non seulement le résultat de la stratégie continue des Etats-Unis dans sa guerre par procuration menée contre la Libye et maintenant se déroulant en Syrie, mais ce fut aussi le résultat prémédité et documenté de ce contre quoi le journaliste Seymour Hersh nous avait averti en 2007.

Ceci est une menace que non seulement la syrie comprend très bien, mais aussi ses alliés d’Irak, d’Iran et de Russie, qui comprennent d’autant mieux, qu’ils se mobilisent contre. Les Etats-Unis se sont retrouvés à réviser l’histoire à tenter d’expliquer l’existence de l’EIIL par le fait qu’ils étaient tapis dans l’ombre des militants “modérés” que les US soutenaient massivement. Les Etats-Unis ont essayé de faire croire que l’EIIL s’est construit de lui-même au gré de “dons”, en vendant du pétrole sur le marché noir et en prenant des otages pour les rançons. Si construire une force terroriste internationale était si facile, on pourrait facilemet imaginer que la Syrie, l’Iran et l’Irak pourraient également avoir de vastes armées mercenaires pour faire front à l’EIIL en une après-midi.

La réalité est, pour pouvoir expliquer comment les Etats-Unis et ses partenaires régionaux ont fourni aux “modérés” des milliards de dollars en aide, pour seulement voir l’EIIL se développer et déplacer ces soi-disants “modérés”, nous devons bien comprendre la chose suivante: Il n’y a JAMAIS eu de militants dits “modérés” pour commencer et que les Etats-Unis ont INTENTIONNELLEMENT armé et financé des terroristes, comme Hersh l’avait dit en 2007, afin de créer une armée mercenaire qui “épouse une vision militante de l’Islam” et est sympathisante d’Al Qaïda. (NdT: AQ qui était déjà une mini-armée mercenaire de l’empire, mais plus suffisante, L’EIIL/EI est en fait AQ sous stéroïdes…)

L’EIIL n’a pas “déplacé” les “modérés”, la vérité est que ce que les Etats-Unis ont fait au Moyen-Orient, a déplacé les mensonges que l’occident a commencé à dire au public dès 2011 au pic de ce qu’on a appelé le “Printemps Arabe”.

Il est essentiel que les gens autour du monde continuent de disséminer la vérité plus vite que l’occident ne dissémine le chaos.

Publicités

4 Réponses to “Ingérence occidentale au Moyen-Orient… Quand le « Printemps Arabe » de la CIA mène à l’EIIL/EI”

  1. Excellent article à sa lecture tout devient clair !
    Perso ; J’adhère complètement à la dernière phrase et c’est même ce qui me « tiens » car parfois je me sens impuissante devant tant de mensonges accumulés. Mais, je me dis que si j’ai su enlever le voile de devant mes yeux, moi qui ne suis rien, ni personne, d’autres, toujours plus nombreux, le feront en même tant que moi. Et ce nombre nous rendra important et fort. De cela, je suis à peu près certaine. Nous laissera-t-on le temps d’y arriver ? De cela, je suis moins sûre, mais, qui vivra, verra, non ? Merci encore R71 car vous trouvez toujours l’article fondateur, éclairant à nous traduire et ce en temps réel ! A+

  2. Excellent ! Tout est dit !
    La bonne nouvelle , c’est que cette vérité , connue évidemment des Syriens , Iraniens et Russes , fait aussi son chemin au sein de l’opinion occidentale de moins en moins dupe !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s