Année 13 du coup d’état militaire du 11 Septembre 2001…

Treize ans après le 11 Septembre, l’aveuglement persiste

 

Thierry Meyssan

 

11 Septembre 2014

 

url de l’article original:

http://www.voltairenet.org/article185303.html

 

Thierry Meyssan fut le premier à démontrer l’impossibilité de la version officielle des attentats du 11-September et à en conclure à une modification profonde de la nature et de la politique du régime états-unien. Alors que la plupart de ses lecteurs continuent à se passionner pour cette journée, il a poursuivi son chemin et s’est engagé contre l’impérialisme au Liban, en Libye, et aujourd’hui en Syrie. Il revient ici sur cette folle journée.

Les évènements du 11-Septembre restent gravés dans la mémoire collective sous la forme planifiée par les médias : des attentats gigantesques ont frappé New York et Washington. Mais l’enjeu de pouvoir qui a profondément changé le monde ce jour-là est toujours occulté.

Vers 10 h le matin, alors que les attentats contre le World Trade Center et le Pentagone avaient déjà eu lieu, le conseiller anti-terroriste de la Maison-Blanche, Richard Clarke, a enclenché le programme de « continuité du gouvernement ». Ce programme vise à remplacer l’Exécutif et le Législatif en cas de destruction lors d’une guerre nucléaire. Il n’avait aucune raison d’être mis en œuvre ce jour-là. Dès lors, le président George W. Bush a été démis de ses fonctions au profit d’un gouvernement militaire.

Durant toute cette journée, les membres du Congrès et leurs équipes ont été pris en charge par le Pouvoir militaire et placés aux arrêts dans deux bunkers sécurisés, situés à proximité de Washington, Greenbrier complex (Virginie occidentale) et Mount Weather (Virginie).

Le pouvoir n’a été rendu par les militaires aux civils qu’en fin de journée et le président Bush a pu s’adresser à ses concitoyens à la télévision vers 20 h.

Durant cette journée, l’ex-président George W. Bush a erré dans le pays. Sur les deux bases militaires dans lesquelles il s’est rendu, il a exigé de traverser le tarmac dans un blindé, craignant d’être tué par un de ses soldats. Le président Vladimir Poutine, qui a cherché toute la journée à le joindre par téléphone pour éviter un malentendu et une accusation lancée contre la Russie, n’y est pas parvenu.

Vers 16 h, le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, intervint à la télévision pour dire aux États-Uniens que les Israéliens connaissaient depuis longtemps les affres du terrorisme et partageaient leur douleur. Au passage, il a annoncé que les attentats étaient finis, ce qu’il ne pouvait savoir qu’en y étant mêlé.

Nous pouvons discuter indéfiniment des incohérences de la version officielle de ces attentats, mais il n’y a pas de place à la discussion sur ce fait : le programme de continuité du gouvernement a été activé sans raison. Dans tout pays, la destitution du président et l’arrestation des parlementaires par l’armée a un nom : c’est un coup d’État militaire.

 

On objectera que le président Bush a recouvré ses fonctions en fin de journée. C’est précisément ce que conseillait le néo-conservateur israélo-états-unien Edward Luttwak dans son Manuel du coup d’État. Selon lui, un bon coup d’État est celui dont personne n’a conscience car il maintient au pouvoir ceux qui l’exercent, mais il leur impose une nouvelle politique.

Durant cette journée, le principe de l’état d’urgence permanent aux États-unis a été validé. Il s’est bientôt traduit en actes avec l’USA Patriot Act. Et le principe des guerres impérialistes a également été validé. Il a été acté par le président Bush quelques jours plus tard à camp David : les États-unis devaient attaquer l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et la Syrie via le Liban, le Soudan et la Somalie, et enfin l’Iran.

À ce jour, seule la moitié de ce programme a été réalisée. Le président Obama a annoncé hier soir qu’il le poursuivrait en Syrie.

La plupart des alliés des États-unis ont refusé l’évidence, il y a treize ans, est se sont privés ainsi de prévoir la politique de Washington. Si l’on ne peut juger de la vérité qu’avec le temps, ces treize années ont pu trancher : tout ce que j’annonçais —et que mes contradicteurs qualifiaient d’« anti-américanisme »— a eu lieu. Et, par exemple, ils sont restés stupéfaits lorsque l’Otan s’est appuyé sur Al-Qaïda pour renverser la Jamahariya arabe libyenne.

Je suis fier d’avoir alerté le monde sur ce coup d’État et sur les guerres qui devaient le suivre, mais désolé de voir que l’opinion publique occidentale s’est perdue dans une discussion sur l’impossibilité matérielle de la version officielle. J’observe cependant que certains éléments de cette journée sont toujours occultés, tel l’incendie qui ravagea les bureaux de l’Eisenhower Building, l’annexe de la Maison-Blanche, ou encore le missile enregistré par la télévision new-yorkaise tiré devant le World Trade Center.

La guerre continue à détruire le monde musulman, tandis que les Occidentaux, décidément aveugles, poursuivent leurs débats sur l’effondrement des tours.

Publicités

8 Réponses to “Année 13 du coup d’état militaire du 11 Septembre 2001…”

  1. Hier soir, suite du story-telling avec Vol 93 sur la chaîne 14.
    Toutes les invraisemblances reconnues, comme ces impossibles coups de fil, nous ont été assénées: et ma concierge est convaincue que tout s’est passé comme ça, puisqu’on le dit dans le poste.
    Quand même, il y est susurré que ces braves militaires n’étaient pas là où on aurait pu les attendre.
    Négligence, incompétence, point-barre.
    Un complot? Mais vous n’y pensez pas?
    Comment des américains auraient-ils pu programmer la mort de 3000 de leurs concitoyens?

    • L’essentiel aujourd’hui est de sensibiliser les gens qui nous entourent sur la foutaise ambiante et faire comprendre qu’il N’Y A PAS DE SOLUTIONS AU SEIN DU SYSTEME et qu’il faut en sortir par les associations volontaires et la gestion de nos vies hors de la supercherie étatique de laquelle il doit être clair pour bien des gens maintenant, qu’il n’y a absolument plus rien à attendre… Si le 11 Septembre est un évènement clef à comprendre, il n’est qu’un symptôme de ce que nous laissons faire.
      Il suffit de dire non, stop ! on va jouer avec nos règles maintenant !
      C’est assez simple en fait, ce qui est compliqué est de s’unir et de dire stop à la division perpétuelle qui nous est imposée à dessein pour mieux nous contrôler.
      Petit à petit, çà bouge, quand le peuple pète un plomb (ce qui arrive c’est inévitable..), il serait bien qu’il bouge dans le bon sens et qu’on pédale tous dans la même direction ! 😉

  2. La seule chose de vraie dans les journaux, c’est la date…
    COLUCHE

    Le 11-Septembre expliqué en 5 minutes (11 septembre 2001)

  3. Le site de Thierry Meyssan : Réseau Voltaire est vraiment très intéressant. C’est construit, informatif, remarquablement écrit. Et puis, ce type a des cojones… Régulièrement, je lis des critiques moqueuses sur lui, mais il a raison depuis le début et ça, on peut retourner le problème dans tous les sens, mais les faits sont là.
    Il peut être fier de son travail, j’espère juste qu’il nous faudra pas 13 ans de plus pour nous sortir les doigts du cul et dire NON ! Merci à vous R71 de relayer ce genre d’article régulièrement.
    Fraternellement, JBL1960

    • « dans un monde de perpétuel mensonge, dire la vérité est un acte révolutionnaire » disait le visionnaire George Orwell.
      Cela est aussi devenu un acte de salubrité et de sanité publique !

  4. Salut R71
    Sur meyssan j’ai appris ça depuis peu:

    Extrait de « la mafia pédomane » du centre de recherche sur l’ordre mondial. CROM

    LA SUBVERSION POLITIQUE

    Mais ce SitBon n’est pas seulement l’empereur français du porno business. Il est aussi éditeur engagé, propriétaire des éditions Lézard,Dagorno. l’Esprit frappeur et Mister fantasy, qui sont toutes marquées par un fort penchant pour l’extrême-gauche. Comme tel,il est le principal animateur et bailleur de fonds d’un redoutable réseau politique en France. Sitbon consacre en effet une partie de l’argent du sexe à financer des entreprises de subversion auxquelles participent des journalistes, des politiciens, mais aussi des magistrats et des policiers. Pendant des années, il a assuré le financement d’un mensuel trotskiste, » Maintenant ».

    dont le rédacteur en chef était Thierry Meyssan, militant homosexuel d’extrême gauche plus connu aujourd’hui comme l’auteur de l’incroyable imposture concernant les manipulations autour du 11 septembre 2001. Meyssan est un ancien élève des jésuites de tivoli à Bordeaux. Devenu membre du Renouveau charismatique , il fut montré en extase à la une de la vie.Quelques temps plus tard,quittant femme et enfants pour un danseur,
    Il faisait son coming-out et fondait le réseau ornicar, regroupant associations homosexuelles et militant pour la dépénalisation de la pédomanie.

    Meyssan fonda par la suite le fameux Réseau Voltaire avec l’argent de Sitbon. La première action de ce réseau fut une mobilisation pour l’abrogation de l’article L. 227-24 du nouveau Code pénal (dit amendement Jolibois) qui mettait en danger la survie financière du porno-business en condamnant le fait de fabriquer, de transporter, de diffuser, par quelque moyen que ce soit un message a caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine.
    lorsque ce message est susceptible d’être vu ou perçu par un minent».

    Avec le soutien du lobby trotskiste dans les milieux de la presse, de l’édition, du théâtre et du cinéma, le Réseau Voltaire parvint à vider l’article 227-24 de sa substance. On reconnaît dans cette opération, Ia tactique Sitbon:

    financer avec l’argent du sexe des associations qui constituées en lobby, feront pression sur les politiques pour abattre les ultimes barrières en matière de perversion publique et permettre ainsi de ramasser plus d’argent en accroissant le nombre de clients potentiels.

    Et info ici aussi:

    http://www.oocities.org/catholique_et_royaliste2002/arch2/sitbon.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s