Grand-Messe capitaliste du foot… L’entreprise du sport de gré ou de force…

Le petit peuple n’en voulait pas, la grand-messe a lieu quand même. Tandis que la seleçaõ bat péniblement son adversaire, des manifestations anti-FIFA et anti-système sont violemment réprimées par la police mercenaire corporatiste à quelques encablures des stades…

Le fascisme du sport corporatiste est une fois de plus en marche… Boycott de toute cette fumisterie !

— Résistance 71 —

 

Répression et criminalisation des protestations contre la Fifa : lettre ouverte de camarades brésiliens

 

Le Monde Libertaire

 

12 Juin 2014

 

url de l’article:

http://www.monde-libertaire.fr/international/17171-repression-et-criminalisation-des-protestations-contre-la-fifa-lettre-ouverte-de-camarades-bresiliens

 

Salutations aux personnes de l’étranger, désolé de vous interrompre, mais étant donné les circonstances, nous pensons qu’il est nécessaire que vous compreniez le contexte réel de la Coupe du monde de football à laquelle vous allez assister. Nous voulons juste vous apporter des informations que le gouvernement brésilien et sa compagnie de tourisme ne vous donneront probablement pas.

La Coupe du monde confiée à notre pays par la Fifa constitue une dépense, au moment où cette lettre est écrite, de 25,6 milliards de reais, qui équivaut à 11,5 milliards de dollars. De ce montant, plus de 83 % provenaient de deniers publics – l’argent des impôts du peuple lui-même. Le salaire minimum au Brésil est de 724 reais par mois (325 dollars), les billets pour les jeux peuvent monter à près d’un millier de dollars. Le travailleur brésilien paie pour un événement auquel il ne peut lui-même pas assister. Selon une enquête récente, 75,8 % des Brésiliens sont opposés aux investissements effectués pour cette Coupe du monde.

Notre pays a encore 3,7 millions d’enfants et adolescents non scolarisés et un taux d’analphabétisme de 10 %, selon l’Unesco. Comme si les déficiences de l’éducation n’étaient pas suffisantes, le gouvernement a instauré des vacances scolaires pendant la Coupe du monde. Nous vivons dans un pays où plus de 242 000 familles n’ont pas d’électricité, sans parler de la santé publique qui est encore loin d’être acceptable, tandis que l’idole du football, le « phénomène » Ronaldinho, déclare publiquement qu’« avec des hôpitaux on ne fait pas la Coupe du monde ».

Aujourd’hui, nous vivons une conjoncture économique extrêmement difficile, nous avons l’un taux d’imposition les plus élevés dans le monde, mais près de 50 % de notre PIB est utilisé pour payer une dette publique absurde, alors que les gens meurent de faim, et près de la moitié de la richesse que nous produisons va directement dans les poches de quelques banquiers, sans parler de ce que nous perdons à cause de la corruption et de la mauvaise administration des fonds publics.

Les dépenses excessives concernant la Coupe du monde ne sont que le sommet de cet iceberg ; au nom de cette Coupe, de nombreux droits civils ont été violés, ce qui n’est pas inhabituel dans un pays où nous avons une police fortement militarisée qui a déjà fait l’objet de nombreuses critiques d’institutions internationales telles que Amnisty International et l’ONU elle-même, qui a même fait une recommandation pour dissoudre la PM (police militaire brésilienne).

Les communautés proches des stades subiront une police ostensible et féroce, y compris avec la présence de l’armée, non pour assurer la sécurité du peuple, mais pour assurer la sécurité de vous, les touristes, comme c’est déjà le cas du Complexo da Maré, qui est déjà occupé par l’armée, la marine et la police militaire, en tout plus de 2 500 hommes. Le droit au logement n’a pas échappé au regard du gouvernement et de la Fifa : des milliers de familles ont déjà été déplacées en raison de l’événement, y compris les familles autochtones de Aldeia Maracanã, qui malgré leur résistance, ont été déplacées violemment.

Ce n’est pas une nouveauté pour nous non plus, dans le régime « démocratique » dans lequel nous vivons, de voir l’intervention militaire dans le chantier de construction d’une centrale en plein cœur de l’Amazonie (Belo Monte) pour empêcher les protestations des peuples indigènes et des communautés locales affectées par la construction du barrage. En outre, pour construire les stades à temps pour la Coupe du monde, plus d’une douzaine de travailleurs sont morts dans les chantiers de construction. En plus de tous ces problèmes, la prostitution des enfants dans le pays est toujours une réalité qui affecte environ 500 000 enfants selon le Forum national pour la prévention et l’élimination du travail des enfants. Ce scénario est potentiellement aggravé par la tenue de la Coupe.

Beaucoup d’entre nous sont indignés et descendent dans la rue pour protester, mais le gouvernement, bien soutenu par les médias, essaye de noyer tout cela en criminalisant les manifestations et en les réprimant durement avec son appareil militaire. Des ONG et organisations internationales ont dénoncé plusieurs violations des droits de l’homme.

L’État et ses administrations partisanes ne réagissent pas et ne répondent jamais aux besoins du peuple en matière de santé, d’éducation, de logement, d’emploi que nous avons conquis grâce à notre unité et nos luttes. Recevez cette lettre comme une demande de soutien, partagez cette information avec autant de personnes que possible, aidez-nous à montrer au monde une réalité que le gouvernement, la Fifa et les sponsors de la Coupe du monde essaient de cacher à tout prix.

Fenikso Nigra, Boletim Operário, Liga Sindical Operária Camponesa, Danças das Idéias, Caos em Fluxo, Barricada libertária

Traduit par les Relations internationales de la FA

= = =

Editorial du Monde Libertaire 1744 12-19 Juin 2014

Au Chiapas, l’État assassine toujours les zapatistes. À Barcelone, il expulse et détruit à la pelleteuse un centre social autogéré créé il y a dix-sept ans. Au Brésil, il s’efforce d’écraser dans la violence les manifestations populaires qui osent défier la Fifa et la marche de l’économie sportive. En Thaïlande, ses bottes battent le pavé des rues au rythme de la musique militaire. En Chine, il oppose des rangées de flics à ceux qui voudraient commémorer le massacre de Tian’anmen. En Ukraine, il se dispute avec son homologue russe la domination du prolétariat. Machine de guerre contre l’émancipation des peuples, solide béquille de l’économie capitaliste, irréductible défenseur des intérêts des bourgeoisies, l’État n’en finit plus de mater les contestations que le capital ne parvient pas à digérer, et ce quelles que soient les formes qu’elles adoptent. Il n’y a rien à attendre de lui, si ce n’est son abolition, laquelle ne saurait advenir sans la construction d’un mouvement social autonome, à la fois en dehors et contre les partis politiques. Depuis des décennies, le prolétariat n’a que trop remis son sort dans les mains de l’État, et s’il a parfois ainsi obtenu des révolutions politiques, le retour de bâton n’a jamais tardé et l’émancipation sociale n’est jamais venue.

Tirons donc les leçons de l’histoire, et cessons de mettre notre confiance dans d’autres que nous-mêmes.  

Publicités

5 Réponses to “Grand-Messe capitaliste du foot… L’entreprise du sport de gré ou de force…”

  1. Adiès Says:

    Les banques et leur montée en puissance à l’après 1789 sont les responsables de la dualité diabolique : rentabilité et compétition, avec leur catalyseur les jeux olympiques bidouillés à la sauce société industrielle par un certain Pierre de Coubertin (fortement influencé par la culture anglo-saxonne, donc par le coffre fort du monde : la City de Londres).

    • Très juste, de plus le « sport »/spectacle futile est utile pour endormir les gens.
      Pendant cette fumisterie de CM de foot ou les JO, on peut faire ce qu’on veut. Suffit de voir Sotchi… L’affaire ukrainienne, le coup s’est déroulé durant les JO, 2 raisons à cela:
      1- Poutine était muselé pour quelques semaines avec « ses jeux »
      2- Les gens se pâment devant la téloche et se foutent de tout… c’est encore pire avec le foot…

  2. On peut constater qu’il y a encore beaucoup d’inconscients qui bavent devant les »zeros » du sport « professionnel »et donc des parasites(nombreux)qui gravitent autour des « évènements mondiaux »concernant ce dernier.J’ai fait du sport(foot-ball)pendant 28 ans(de 10 à 38 ans)sans prendre 1 centime(de franc),et je pense que le sport « professionnel »ne devrait pas exister,pas plus d’ailleurs que la politique « professionnelle »;qui est mère de tous les abus(impunis)aux quels on peut assister,depuis plusieurs décennies.Si ce n’est pas pour vous,faites le pour vos descendants,mais réveillez vous bordel de dieu.

  3. […] et criminalisation des protestations contre la Fifa : lettre ouverte de camarades brésilienshttps://resistance71.wordpress.com/2014/06/13/grand-messe-capitaliste-du-foot-lentreprise-du-sport-de…– Une vague de protestations contre le Mondial dans des grandes villes du […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s