Fumisterie des élections européennes… Boycott et création du contre-pouvoir…

L’Europe à l’heure des élections

 

Internationale des Fédérations Anarchistes

 

Madrid, 29 Mars 2014

 

Source: http://www.monde-libertaire.fr/international/17075-leurope-a-lheure-des-elections

 

Les élections européennes se déroulent dans un contexte d’austérité croissante. Chaque jour nous subissons les effets de la crise provoquée par les transformations du capitalisme global.

Les gouvernements, les États et les structures supranationales, telles que la Communauté européenne, contestent les droits et attaquent les conditions de vie qui ont été acquises par des années de luttes, de façon à promouvoir le capitalisme et à s’assurer que les grandes entreprises et les banques ne paient pas le prix de la situation qu’elles ont elle-même créée. Parmi les problèmes auxquels nous sommes confrontés, il y a :

• Le chômage, lié en particulier aux privatisations et aux délocalisations.

• La privatisation des principaux services publics, avec pour conséquence une offre garantie seulement à ceux qui en ont les moyens et une faible qualité de services.

• L’atomisation sociale, dans laquelle tout le monde est forcé d’être responsable, créant la compétition entre individus et la lutte quotidienne pour l’existence.

• Les emplois et autres aspects de la vie qui deviennent de plus en plus précaires ; les droits sont niés quotidiennement.

• La conséquence de ce modèle social est le retour de la famille patriarcale, qui impose aux femmes un rôle subordonné dans la société.

• L’immigration est utilisée comme un réservoir de travailleurs à exploiter et asservir au bénéfice des patrons.

• Des méthodes impitoyables de production qui provoquent de la dévastation à la fois dans nos vies et dans l’environnement.

• Une société fondée sur la dette, dans laquelle les conditions de notre existence sont la propriété des banques.

• La bureaucratisation de la société qui assure la continuité des institutions politiques et des intérêts économiques des riches aux dépens de la classe ouvrière.

C’est dans ce contexte qu’on nous demande de participer à la mascarade qui se désigne elle-même sous le nom de démocratie. Les seuls choix qui nous sont présentés sont ceux qui vont continuer les politiques qui profitent aux grandes entreprises, aux institutions financières et aux politiciens.

L’un des principaux débats porte sur le rôle de l’Union européenne elle-même. Certains se tournent vers elle comme un moyen pour résoudre la crise et maintenir l’unité entre les peuples. D’autres soutiennent que nous devons nous retirer dans nos propres frontières afin de reprendre le contrôle de nos propres économies et de nos institutions politiques. Mais ces solutions ne feront rien de plus que renforcer le pouvoir de ceux qui nous oppriment.

L’Union européenne

L’Union européenne a signifié la mise en place d’une couche de pouvoir supplémentaire au-dessus des populations. Son principal objectif est de servir les besoins des entreprises et des institutions financières ; elle est donc un obstacle à l’émancipation de la classe ouvrière. La majorité des lois auxquelles les gens sont maintenant soumis est issue du Parlement européen plutôt que des États. L’Union européenne n’a pas besoin de respecter les conditions locales et impose à la place sa propre vision de l’Europe sur la base des besoins du capital. La grande majorité des règlements a visé à renforcer le pouvoir du capital sur le peuple. Très peu de politiques ont été destinées à améliorer les conditions sociales des populations européennes. Nous avons vu la manière dont l’Union européenne a présidé à l’attaque contre le peuple grec et auraid des capitaux occidentaux sur les actifs de l’Europe de l’Est. Toute tentative faite par les gens pour résister à l’envahissement de ce super-État a été fermement combattue par les États membres. Par exemple, l’État peut refuser de permettre aux gens de voter pour savoir s’ils veulent ou non rester dans l’Union européenne ou, s’il leur permet de voter, le résultat est que le pays reste dans l’Union européenne. Ce fut le cas en Irlande, en France et aux Pays-Bas. En outre, l’Union européenne a créé la forteresse Europe, fermant ses frontières au reste du monde tout en essayant d’être l’un des nombreux policiers autoproclamés du monde.

Retrait de l’Union européenne ?

Compte tenu de la façon dont les problèmes sont créés pour nous par l’Union européenne, on pourrait penser que la réponse est de se retirer de cette Union. Cependant, l’idée que la classe ouvrière serait mieux en dehors de l’Union européenne, dirigée par son propre État, est une dangereuse illusion. Elle est particulièrement dangereuse en raison du fait qu’il s’agit là de la position des partis d’extrême droite qui ne sont pas particulièrement intéressés à résister au pouvoir de l’État. Au lieu de cela, leur objectif est d’installer un régime encore plus autoritaire avec encore plus de répression.

Tout d’abord, le capitalisme est mondial. Le pouvoir des entreprises et des banques internationales, la principale cause des problèmes auxquels nous sommes confrontés, ne va pas disparaître si un pays se retire de l’Union européenne. Les processus mondiaux qui sont à l’œuvre, le mouvement de la production et de l’argent à travers les frontières, motivé par la recherche de profits, continuera. Les institutions internationales telles que le FMI et la Banque mondiale auront toujours le pouvoir d’imposer l’austérité et des politiques qui sont contre les intérêts des populations locales. Les besoins humains prendront la deuxième place ; il importe peu que le pays soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Union européenne.

Puis, le retrait derrière les frontières nationales, une tendance conduite par l’idéologie xénophobe de l’extrême droite, aurait de graves conséquences pour l’esprit de coopération et de solidarité entre les travailleurs d’Europe. Les gens ordinaires ont une tradition de soutien mutuel, indépendamment de l’origine nationale. Cette tradition serait compromise si les gens mettent ce qui semble être leur intérêt personnel au-dessus de l’entraide. Cela ne conduirait peut-être pas à une guerre réelle, mais cela a déjà produit une mentalité de compétition et de conflit qui ne fera que miner davantage l’efficacité qui vient d’une classe ouvrière européenne unie. Une classe ouvrière divisée profite en premier lieu à ceux qui ont causé les problèmes auxquels nous sommes confrontés, tels que l’austérité et les mesures répressives.

Beaucoup de ceux qui soutiennent le retrait de l’Union européenne semblent penser que nous pouvons revenir à une sorte d’âge d’or de la prospérité. C’est là une autre illusion ; cet âge d’or n’a jamais existé. Ils oublient que leur État n’a jamais été leur ami ; il a toujours été l’instrument permettant d’imposer les intérêts d’une petite minorité sur la majorité. Tous les États fonctionnent en dépossédant le peuple du pouvoir. Il importe peu que l’État se trouve à quelques kilomètres ou à des milliers de kilomètres de distance ; il sera toujours hors de notre contrôle, agissant pour ses propres intérêts.

L’alternative anarchiste

Les anarchistes rejettent les deux options qui se présentent : soutenir l’Union européenne en votant aux élections européennes ou faire campagne pour le retrait. Ceci à cause de notre critique de base de ce que l’État représente. L’Union européenne, comme tous les États petits ou grands, est fondée sur l’abandon du pouvoir à une minorité qui utilise ce pouvoir dans l’intérêt de l’élite patronale et financière. En outre, l’internationalisme que représente l’Union européenne est l’unité de cette élite contre la classe ouvrière européenne. Nous proposons à la fois une méthode alternative d’organisation de la société et un internationalisme alternatif qui s’étend à toute la planète.

Les anarchistes s’opposent à l’approche hiérarchique adoptée par l’État et les partis de gauche. Nous devons promouvoir des formes et des méthodes d’organisation non hiérarchiques. L’organisation future de la société que nous envisageons partira du bas vers le haut avec des groupes qui se fédéreront entre eux et se coordonneront sur le plan international, indépendamment de toute structure étatique actuelle, qu’elle soit nationale ou au niveau européen. Cela comprendra tous les domaines de la vie économique et sociale tels que la production, la distribution et la consommation de biens et la prestation de services tels que la santé et l’éducation. Nous devons prendre le contrôle de notre propre éducation afin qu’elle aide à nous émanciper des idéologies autoritaires telles que la religion, le nationalisme et le culte du chef.

Afin d’atteindre cet objectif de complète transformation politique, économique, sociale et culturelle, nous devons construire et renforcer les réseaux internationaux et de coordination que nous avons déjà. Nous devons prendre des mesures concrètes là où nous vivons et travaillons, mais en contribuant à une stratégie globale. L’élaboration d’une telle stratégie destinée à combattre avec succès les forces mondiales de l’oppression et de l’exploitation n’est pas une tâche facile. Cependant, c’est une nécessité et il y a un certain nombre de mesures que nous pouvons prendre. Ces mesures peuvent être prises par tous ceux qui veulent créer une nouvelle société, quel que soit le pays où ils vivent. Nous sommes tous confrontés à des attaques similaires, aussi pouvons-nous avoir une stratégie commune qui puisse être adaptée aux conditions locales.

• Nous devons nous battre contre les frontières filtrant les hommes mais laissant passer les capitaux. Notre proposition vise à abolir toutes les frontières à l’intérieur des pays et entre les pays qui limitent la libre circulation des personnes.

• Combat uni contre les banques par un refus universel de payer des dettes.

• Désobéissance civile contre toutes les lois répressives qui suppriment nos droits.

• Renforcer et étendre les luttes actuelles contre la précarité croissante des conditions de vie et de travail.

• Résister à toutes les tentatives de nous diviser selon la race, le sexe ou l’âge.

• Coordonner les luttes contre les employeurs communs à travers les frontières.

• Résister à la privatisation des services publics.

• Promouvoir d’autres réseaux de production et de distribution.

• Étendre la solidarité internationale pour ceux qui sont criminalisés en raison des luttes sociales.

La lutte contre l’austérité et les solutions proposées par les politiciens, à la fois pro et anti-Union européenne, ne fonctionneront pas et ne feront qu’empirer les choses. Ils veulent que nous validions leurs actions en mettant un X sur un morceau de papier, leur donnant ainsi le pouvoir d’agir en notre nom. Cependant, nous savons qu’ils ne nous représentent pas et qu’ils continueront de soutenir les riches et les puissantes institutions économiques du capitalisme qui font de nos vies une misère.

La seule façon que nous ayons de résister aux attaques et de commencer à prendre le contrôle de nos vies et de notre société, est de construire des mouvements et réseaux défiant les frontières, que nous contrôlons indépendamment des politiciens et des institutions de l’État.

Publicités

40 Réponses to “Fumisterie des élections européennes… Boycott et création du contre-pouvoir…”

  1. soleil Says:

    pas vraiment d’accord (désolé)

  2. Garfy Says:

    Pas vraiment d’accord sur la sortie de l’Europe (désolée) – ni sur le fait que ce soit l’extrême droite qui la prône –

    faut pas rêver quant à la solidarité –

    • L’Europe est une vaste fumisterie voulue par le gros business et les banquiers, rien à voir avec les peuples, quant à la solidarité, elle fait partie de la NATURE HUMAINE… il suffit de dépoussiérer et la société anarchiste est le parfait plumeau comme l’histoire l’a prouvé déjà à plusieurs reprises.
      Pour le rêve: l’État en est vraiment un… du bidonage cauchemardesque…
      🙂

  3. Que l’on soit d’accord ou pas avec cet article;ça ne change rien au problème:on n’a plus vraiment le choix.

    • éternel apprenti Says:

      Tout à fait d’accord…
      Y’a qu’une chose à faire se préparer du mieux que l’on puisse le faire à l’effondrement et au chaos.
      Survivalisme

  4. Garfy Says:

    http://www.upr.fr/videos/videotheque-upr/les-peres-fondateurs-europeens

    quant à dépoussiérer, c’est à chaque être humain de prendre conscience et d’évoluer – s’il le veut ………. C’est son libre arbitre

  5. JBL1960 Says:

    Si on a toujours le choix.
    N’oubliez pas qui a construit cette Europe ; Walter Hallstein, juriste nazi d’Hitler et le Robert Schuman que la Morano est allée saluer pour lancer sa campagne.
    Oui, l’Europe est une fumisterie et seul le boycott de l’élection peut porter un coup d’arrêt à cette mascarade. Dire NON c’est simple et vous les trouvez tellement sereins. « Faut pas rêver quant à la solidarité » : Ben si, justement, il faut rêver, car sinon, pour ma part, autant suivre le troupeau et ne plus se plaindre de rien… Il y a très souvent des événements déclencheurs et si on ne rêve pas de temps en temps, ne serait-ce qu’à la réalisation de ces rêves. Et bien, pour le coup, on risque pas de les voir se réaliser. J’ai des rêves utopistes, ouais, et alors ? Si le tiers se réalise ; mon rêve sera devenu… Réalité, non ? Merci R71, je me conserve cet article pour mon dossier perso et vous dis A+

    • quand je dis « faut pas rêver » en fait je veux dire « il faut être conscient » – mais c’est vrai qu’il faut rêver et espérer – et je crois aux 20% qui se réveilleront – alors rien ne pourra arrêter l’avancée …… « ils ne savaient pas que c’était impossible , alors ils l’ont fait  » –

      mais il y a un moment où il faut demander à d’autres de relayer ….

      Quant à Morano – je me demande si elle est tellement endoctrinée qu’elle n’a même pas fouiller pour savoir ………

    • « Il n’y a que les combats qu’on ne mène pas qui sont perdus d’avance. »

    • éternel apprenti Says:

      L’optimisme est le moteur même de la Vie je partage cette idée.
      Par contre croire que boycotter les élections changera quoi que se soit dépasse l’utopie… les politiques relayer par les médias mensonge feront leur travail de propagande pour nous donner l’illusion qu’il se préoccupe de l’abstention 🙂 vaste scène théâtral destiner à nous endormir…
      Je dis pas que voter changera quelque chose 🙂 pas du tout même.
      Le système est verrouillé seule une révolte organiser peut changer les choses mais l’Homme est facilement corruptible donc il y aura toujours une oligarchie dominante au détriment de la majorité qui est vouer à subir leur délire idéologique.
      Fini le temps de l’illusion j’ai plus vingt ans 🙂 les 10 ans qui viennent de passer mon bien fait cogiter à titre perso les mecs j’y croit plut.
      Intéresser vous au survivalisme…
      Ça permet de cogiter mais d’avancer de manière concrète au moins et d’acquérir un Max de compétence et d’autonomie. Et puis y’a le domaine associatif pour l’épanouissement personnel, du concret aussi, après le reste sa nous dépasse et on changera pas grand chose faut s’y faire c’est tout, histoire de pas se bouffer le mental…
      je voulais juste partager mon point de vue sans aucune prétention a quoi que se soit si jamais.
      tant qu’il y’a de la Vie y’a de l’espoir 🙂 profitons des gens qui nous sont chers pendant qu’il est encore temps. Paix

  6. JBL1960 Says:

    C’est pas faux pour la Morano… Quoique…J’suis pas sûre qu’elle soit seulement capable de fouiller pour savoir. J’aime beaucoup le « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».

  7. Doctorix Says:

    Pour ceux qui veulent voter, il reste Asselineau, S’il fait ce qu’il dit, c’est la seule chance de désintégrer l’Europe (dans les deux sens du terme)..

    Même si vous ne votez pas, regardez quand même: ça vous fera du bien aux tripes.Quatre heures de conférence, mais c’est très digeste.
    Sur 1500 journalistes convoqués, il n’en a eu que 4 à sa dernière conférence de presse. Presse de merde.

    • Doctorix Says:

      Attention, on pourrait croire que votre commentaire dessert les thèses d’Asselineau.
      Mais il n’en est rien, bien au contraire.
      Devant l’inefficcacité attendue de l’abstention pour ce coup-là, j’avoue que je voterai Asselineau, peut-être même avec conviction.
      L’anarchie n’a pas assez de chance dans l’immédiat.
      Même si elle est séduisante sur le papier.

      • Asselineau est un pion du système qui pliera sous le finance comme tous, parce que l’oligarchie tient à cela. Il est peut-être plus digeste que le reste de la fange politique, mais un politicien est un politicien. Confiance zéro…
        La société anarchiste: non pyramidale, non coercitive, fondée sur l’association libre des communes libres est la seule solution viable pour l’humanité.
        Tout ce qui touche de près ou de loin à une forme étatique, pyramidale, est oligarchique et dictatoriale par essence. La « démocratie représentative » dont le « république » est un exemple pathétique, est un asservissement au consensus du statu quo oligarchique.
        Boycott de toute cette fumisterie, reprise du pouvoir par le contre-pouvoir local et la confédération des communes libres. Tout le reste n’est que pisser dans un violon.
        L’utopie, la vraie utopie, est de croire encore au XXIème siècle qu’on peut « réformer » le système de l’intérieur. Celui-ci est bien au-delà de toute rédemption depuis bien longtemps et n’en finit pas d’agoniser. Pourquoi ne meurt-il pas ? Parce qu’il y a encore des utopisres qui croient au « changement », à la « réforme », que « changer Bozo pour mettre Kiri » changera quoi que ce soit. çà change de clowns… pas de cirque !
        « anarchisme » n’est qu’un mot… C’est le concept qui prime.
        Les Iroquois, les Sioux, les Apaches, les Yaquis du Mexique sont traditionnellement des « anarchistes » et pourtant, ils n’ont jamais employé ce mot, ils ne savent pas ce que c’est pour la plupart, mais leur société traditionnelle l’est dans la forme et la pratique… Là est l’universalité du concept au delà des cultures et des idées…
        Bien sûr que l’humain est « prêt » à embrasser les communes libres confédérées, cela a déjà été fait, c’est en fait dans la « nature humaine ». L’état, lui, ne l’est pas. Il est forcé, imposé comme garde-chiourme par les profiteurs de la division politique des sociétés, les parasites historiques.

    • « s’il fait ce qu’il dit »… que font les politiciens ? sans aucune exception ?
      le blablabla de campagne électorale devient quoi une fois élu ?
      Ce sont tous des rats dans le fromage, la soupe est bonne et y a du rab’ !!
      Confiance zéro !
      BOYCOTT de la fumisterie électorale, à plus forte raison les élections « européennes » pour une entité corporatrice dont TOUTES LES DECISIONS sont prises par des commissaires (politiques) non élus (ben tiens), nommé par les banquiers et les gros businesses et qui font valider ce qu’on leur a dicté par une clique de parasites et d’inutiles siégeant au « parlement européen », mis en place pour maintenir l’ ILLUSION de la « démocratie », mais plus pour longtemps, car bientôt ils passeront outre l’illusion pour entériner la dictature à ciel ouvert.

      • Doctorix Says:

        De Gaulle avait le même discours, et faisait ce qu’il disait.
        Si nous avions élu Asselineau au lieu du nouveau pitre, je suis convaincu que nous ne dépendrions plus de Bruxelles ni du « machin ».
        Je crois que si ce traité transatlantique est signé, la révolte aura lieu dans tous les cas, et nous sortirons enfin de l’Europe.
        C’est la goutte qui fera déborder le vase.

        • Garfy Says:

          oui mais Asselineau n’a pas obtenu les signatures des maires de France, par contre « cheminade » les a obtenues ……….. et Le Pen également

  8. Soleil Says:

    R71, OK pour la société non pyramidale, non hiérarchique, etc… mais l’homme est l’homme, ce n’est pas un bonobo, donc, en pratique, comment fera-t-on pour calmer les appétits de puissance, de pouvoir, de domination qui s’expriment chez les individus et dans les groupes à tous les niveaux (couple, fratrie, famille, copropriété, immeuble, classe, bande d’amis, magasin, service, entreprise, assocation, etc…, etc…, etc…) ? Les théoriciens de l’anarchisme (et les peuples premiers) ont certainement des réponses basées sur autre chose que la terreur et la coercition, hein (rassure-moi) ? Parce qu’il suffit de regarder autour de soi pour voir que tout le monde n’a pas la même manière d’appréhender sa relation à l’autre… (doux euphémisme 🙂 ) Bises à tou(te)s

  9. JBL1960 Says:

    C’est pas faux Soleil, mais dans la construction de la « pensée » de R71 (de ce que j’ai compris, donc c’est mon avis) ce changement passe par notre propre changement d’attitude. Quand je dis, par exemple que je suis une éveillée, aujourd’hui, c’est parce que j’ai totalement changé d’attitude par rapport à plein de choses. Et c’est pourquoi je pense qu’un changement de paradigme est possible. Car aujourd’hui beaucoup ont conservé l’attitude dans un schéma millénaire. Mais quand tu déchires le voile qui te bouchais la vue, quand tu secoues tes épaules ; bref quand tu ôtes tes chaînes ; Ben tout change, très vite. Il est là le pari que nous faisons. Il faut changer de braquet ; C’est si simple et si terrifiant pour eux. Et perso, je ne vois pas d’autre solution que le boycott des élections à venir et dire NON, sans haine, sans violence et sans arme. « Soyez
    résolus de ne servir plus et vous serez libres. » Comme disait Etienne de la Boétie… Merci R71 et A+

    • Soleil Says:

      OK JBL admettons, pour le moment on vote de toutes façons de moins en moins, je connais plein de gens qui ne voteront même plus front de gauche, ils ne croient plus qu’on pourra faire quelque chose pour eux et ils pensent que c’est impossible que les gens ne recherchent que le pouvoir pour eux-mêmes, etc… Donc à part une prise du pouvoir non démocratique par un groupe qui ensuite IMPOSERAIT à tous d’expérimenter l’anarchisme, je ne cois pas comment on pourrait faire pour en arriver là… Les dominateurs existent à tous les étages, qui va les rééduquer ou les maîtriser ?

  10. Erreur de la nature Says:

    Bonjour, pas d’accord non plus. Comme dis plus haut, l’abstention ne servira a rien, si ce n’est réjouir/faire jouir les européistes.

    L’abstention de la masse de mouton qui sévira a ces élections est une chance pour nous de faire connaitre un petit parti (l’UPR en occurrence) le temps de nous sortir un peu du caca.

    Aussi, il faut je pense arrêter de blâmer l’UE quant au chômage et cesser de voir cela comme un mal. Nous sommes enfin libéré (presque) du travail rémunéré. Ce chomage de masse n’est finalement que la conséquence inévitable de l’industrialisation puis de sa robotisation. On peut en revanche les blâmer de ne pas mettre en oeuvre de solutions (la solution?) telle que le revenu de vie.

    La non mise en place de ce dernier confirme pour moi la politique européenne : eugénisme. Les masses inutiles : poubelle.

    Quand a votre utopie, croyez vous vraiment que nous sommes prêt pour une société anarchiste? Je ne dis pas que ça ne marche pas, mais pas l’échelle d’un pays entier ça c’est sur, qui plus est occidental a mort.

    Si vous voulez de l’anarchisme, sortez du système : fondez ou rejoignez une communauté existante, vivez de votre culture, en paix.

    A ce propos je vous conseille les livre et film éponyme « Les sentiers de l’Utopie ». Pour ma part, aussi belle soit elle, cette solution n’en est pas une. J’aurai je crois l’impression d’abandonner, de lâcher l’affaire.

    • C’est ce que vous proposez qui est une parfaite « utopie », la société étatique pyramidale, hiérarchique et coercitive (tous les états sont coercitifs, ce n’est qu’une question de degré et ce sont les oligarques qui ont la main sur le thermostat de la tyrannie…).
      Une société anarchiste fonctionnerait parfaitement bien, toutes les expériences historiques le prouvent, bien sûr il y a des ajustements à faire et bien des problèmes se solutionnent dans la pratique surtout une fois la société redevenue égalitaire (clef de l’affaire), sans possibilité de spéculation ni de parasitisme.
      Votre argument concernant la « retraite » anarchiste dans un coin est un non-argument et vous le savez très bien. C’est par l’isolation et la coalition des républiques et des fascismes (rouge et brun) que les expériences anarchistes historiques ont été annihilées dans un bain de sang.
      Quant à votre « masse des moutons » abstentionnistes.. vous êtes avec cet argument le roi de la pirouette, car de fait la masse des moutons est et a toujours été celle des « votards » pour qui voter est un acte d’abdication de leur souveraineté. Tout parti politique cherchant a « faire élire » ses délégués est complice du consens du statu quo oligarchique… TOUS les partis sans AUCUNE exception, où les clowns présentés ne sont qu’autant de rats supplémentaires dans le fromage.
      La soi-disante « démocratie représentative » est une dictature de la majorité et de la délégation du pouvoir à des bandits de grand chemin sans foi ni loi, dont la seule mission est de maintenir le statu quo politique et l’enrichissement de leurs commanditaires oligarques dans un système construit pour maintenir les privilèges du petit nombre, entretenir l’illusion d’une minorité servante et exploiter la très vaste majorité.
      Croire le contraire est UTOPISTE, pire… c’est être complice de l’escroquerie et des crimes commis au nom du peuple par des psychopathes hors de contrôle.
      Boycott de cette fumisterie et des institutions et élaboration du contre-pouvoir autogestionnaire sont deux des racines d’une société enfin libérée.
      Documentaire ?
      Regardez celui-ci:


      • Erreur de la nature Says:

        Je vais regarder ça merci.

        Quand je disais que l’anarchie était illusoire aujourd’hui, c’était par rapport au fait que nous avons oublié ce qu’était l’entraide, la solidarité. Les gens aujourd’hui n’osent même pas adresser un bonjour aux sdf, ni même un regard. Mais ce n’est qu’un exemple, plutôt révélateur pour moi.

        Mon argument sur la retraite anarchiste n’en était pas un, juste un fait. J’ai d’ailleurs peur pour l’avenir de ces communautés dans les prochaines années.

        Aussi qu’on se comprenne bien, je vous rejoint totalement sur notre soi disant démocratie. Simplement et c’est peut être une erreur, je vois comme une nécessité la sortie de l’UE avant de pouvoir entreprendre quoi que soit. A partir de là, deux choix : s’abstenir ou voter et avoir une chance de lancer le débat (qui sera biaisé je le sais). Une abstention record confortera certainement les gens dans leur idée que l’UE ne fonctionne pas, mais sans débat ils garderont la peur qui leur a été inculqué : en sortir serait suicidaire. Quant à asselineau (upr), seul l’avenir nous dira si ce n’était qu’un énième clown. En attendant, il a le mérite « d’éduquer » les gens par ses conférence quant a l’Europe au service de l’oligarchie.

        Pour tout vous dire j’ai peu d’espoir en l’upr moi aussi, et me dit que de toute façon la sortie de l’UE ne serait qu’un coup de pouce. Car le jour ou les gens comprendront que c’est eux qui ont le pouvoir, eux qui financent l’oligarchie (en grande partie du moins), alors le petit manège finira. Je crois donc aussi que le changement viendra d’en bas, mais pour cela c’est une remise en question générale qui s’impose, sur notre mode de consommation notamment. Et aussi optimiste que j’essaie de l’être, je ne crois pas que je verrai ce changement de mon vivant.

        • Garfy Says:

          pas de soucis le monde est bon :

          http://peta.vg/1d13

        • Merci de ces précisions, en fait, nos avis ne sont pas si divergents que cela. La différence réside dans le fait que nous avons « lâché prise », nous considérons depuis longtemps qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais. a partir de là, la réflexion alternative ne peut que s’enchaîner.
          Voter, à quelque niveau que ce soit, c’est cautionner le consensus du statu quo oligarchique et si l’upr semble avoir un discours positif, elle n’est qu’une énième représentation du leurre aristocratique républicain, même si nous sommes persuadés que bien des personnes y gravitant soient « sincères »… La (les solutions) sont hors du moule, c’est une certitude historique et oui, il est parfois difficile de s’y résoudre… pour certains c’est impossible.
          Merci de l’échange.

  11. Garfy Says:

    il faut parer au plus pressé :

    http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/05/05/scoop-le-retournement-economique-arrive/#respondhoto/1

    Réponse
    brunoarf dit :
    5 mai 2014 à 11:52
    Combien de milliards d’euros l’Union Européenne coûte-t-elle à la France ?
    Pendant l’année 2012, la France a donné 19,8 milliards d’euros à l’Union Européenne, mais la France a reçu seulement 12,9 milliards d’euros de l’Union Européenne.
    En clair : pendant l’année 2012, l’Union Européenne a coûté 6,9 milliards d’euros à la France.
    (Rappel : la dette publique de la France est de 1925,292 milliards d’euros.)

    Pour le Royaume-Uni : pendant l’année 2012, l’Union Européenne a coûté 6,6 milliards d’euros au Royaume-Uni. Rappel : la dette publique du Royaume-Uni est de 1460 milliards de livres sterling.

    Pour l’Allemagne : pendant l’année 2012, l’Union Européenne a coûté 10,6 milliards d’euros à l’Allemagne. Rappel : la dette publique de l’Allemagne est de 2147 milliards d’euros.

    Pour l’Italie : pendant l’année 2012, l’Union Européenne a coûté 4,1 milliards d’euros à l’Italie. Rappel : la dette publique de l’Italie est de 2069 milliards d’euros, soit 132,6 % du PIB.

    L’Union Européenne, c’est des pays surendettés qui se surendettent encore plus pour prêter de l’argent à des pays en faillite qui ne les rembourseront jamais.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    • Oui, certes, mais ce n’est pas comme çà qu’il faut le voir, il faut le voir ainsi: L’UE est la rente GARANTIE des banksters, plus il y a de pays, plus il y a de contribuables dont les impôts vont DIRECTEMENT dans les poches des banquiers pour simplement payer les INTERETS d’une dette impayable (et odieuse…). L’argent n’existe pas, c’est une illusion comptable, des zéros sur des écrans d’ordinateurs. Cette affaire monétaire et de dette est un enfumage total. L’argent de toutes ces « dettes » n’existe tout simplement pas. Il est créé de l’air du temps et les banksters chargent des intérêts qui leur sont directement payés.
      C’est la PLUS BELLE ESCROQUERIE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ !! (après la religion, mais les deux sont liées..), sous le plus grand chapiteau du monde…

  12. soleil Says:

    Ok R71 je suis très intéressé par cette approche alternative, hors du cadre. C’est justement pour cela que je suis aussi attaché à comprendre comment en pratique on va s’y prendre pour faire advenir cette société sans chef, au sein d’une population occidentalisée à mort comme souligné plus haut par « Erreur de la nature », rendue passive, attentiste, consumériste, dépendante, superficielle, négative, frileuse, égotiste, pusillanime et désinformée par les merdias… Franchement ça m’interroge comme on dit…

    • Tout ce qui citée comme « défauts » est bien sûr juste, mais induit par processus « pavlovien ».
      Le système en place, la coercition et la propagande culturo-politico-socio-économique sont en place depuis bien longtemps et cela laisse immanquablement des traces. Personne ne dit que ce sera facile. en fait, vivre en société librement associée, égalitaire, non coercitive ne sera pas le plus difficile. Le plus difficile sera de « débrancher » suffisamment de personnes de la Matrix…
      Une étude a montré que 10% d’une population convaincue, motivée et déterminée à ne pas faire machine arrière, est suffisant pour faire basculer dans le temps la majorité silencieuse qui invariablement suit. Nous avons traduit la présentation de cet article (ici) que l’on peut qualifier de « solution à 10% ».
      En ce qui concerne une société égalitaire, libertaire, il y a de nombreux ouvrages, mais avant toute chose, pour se convaincre que tout cela est de fait possible, il faut commencer par changer d’attitude vis à vis de ce qu’on appelle généralement la « nature humaine ». Le paradigme politique actuel (société étatique oligarchique de modèle patriarcal hiérarchisé et coercitif) fonctionne cahin-cahat parce que les oligarques dans le temps ont réussi à convaincre, à hypnotiser devrait-on dire, les foules à penser que l’Homme est un « incapable, un idiot ne pouvant penser par lui-même, dépendant d’une « élite éclairée » le guidant sur le chemin d’un « bonheur » aujourd’hui assimilé à l7accumulation de richesses et de biens matériels futiles » (entr’autre…). Ceci a été possible grâce à l’enfumage par une pseudo-science qui a commencé avec le cureton Malthus et qui s’est continué avec le détournement et la mauvaise interprétation (à dessein) des recherches de Charles Darwin, menant à cette fumisterie sociobiologique qu’est le « darwinisme-social ». Qui n’a pas entendu ces phrases: « l’homme est un loup pour l’homme », « la loi du plus fort », « la survie du plus apte » etc, etc… toutes ces fadaises, pondues (sur commande ?.. possible) par les Thomas Huxley, Herbert Spencer et autre socio-biologistes à la botte de l’oligarchie, ont fini par passer dans le langage « commun », sont devenus les poncifs du genre…
      l’antidote de toute cela est le géographe anarchiste, père de la (véritable) socio-biologie: Pierre Kropotkine (dont nous avons publié bon nombre de choses sur ce blog, cliquez sur le lien « Pierre Kropotkine« )
      et surtout nous recommandons avant toute chose la lecture de deux de ses ouvrages phares et références mondiales en la matière:
      « L’entr’aide Mutuelle, facteur de l’évolution » et
      « La Conquête du Pain »
      (les liens ci-dessus mènent vers les livres en français… GRATUITS)
      Puis l’incontournable:
      « Qu’est-ce que la propriété ? » de Pierre Joseph Proudhon
      et son excellent:
      « Du principe fédératif »
      qui aborde les possibilités d’une société autogérée et organisée par associations libres volontaires (con)fédération. Ces 4 ouvrages sont à notre sens essentiels pour mieux comprendre la « nature humaine » et la société hors des dogmes établis et des autoroutes à poncifs où nous cantonne bien évidemment le système en place, qui ne survit que parce qu’il maintient le consensus du statu quo oligarchique.

      Bref, pour en savoir plus sur tout cela, il n’y a pas de substitut au développement de sa connaissance et bien sûr à la mise en pratique…
      Nous espérons tout ceci pouvoir t’aider (ainsi que tout lecteur intéressé). Il faut bien comprendre que la vision anarchiste de la société, c’est à dire celle d’une société libérée de toute hiérarchie et coercition n’est pas nouvelle, les expériences ont eu lieu. Une des plus durables existe toujours aujourd’hui au Chiapas (Mexique) avec le mouvement autogestionnaire zapatiste depuis 1994 et que traditionnellement, les sociétés amérindiennes et certains sociétés traditionnelles africaines matriarcales, fonctionnent de manière « anarchiste/libertaire » depuis des millénaires, même si le terme n’est jamais employé.
      Les mots ne veulent rien dire, les principes et les actions sont universels…
      Merci de ton intérêt
      fraternellement.

  13. soleil Says:

    Je lirai tout cela, merci. Quand on voit la puissance (en termes de symbolique, mais aussi de pouvoir réel) du modèle hiérarchique, je me dis que les garde-fous à mettre en place doivent être vraiment bien pensés et mis en oeuvre pour permettre à une société égalitaire de survivre. Je ne pense pas qu’on puisse dire « l’Homme est bon » ou « l’Homme est mauvais », mais j’ai l’impression que certaines sociétés humaines comportent une part de « il-m’en-faut-toujours-plus-même-si-c’est-au-détriment-des-autres » non négligeable et que ça rend les choses plus dures et je me demande si c’est entièrement culturel et ça ne pourrait pas être en partie d’origine biologique…

    • Servus.
      Proudhon en Europe… et toutes les sociétés des Indiens des Amériques, ont isolé et pour les Indiens, agit, sur la source de l’inégalité: la propriété, et de là l’accumulation possible de richesses, l’exploitation et le parasitisme, tout part de là.
      Les recherches de Pierre Clastres, l’anthropologue politique français (CNRS), que nous avons extensivement divulgué sur ce blog (nous ne publions RIEN par hasard…), sont révélatrices à ce sujet…
      Nous sommes tout à fait d’accord avec toi: L’Homme en tant que partie intégrante de la Nature est amoral. Il n’est ni « bon », ni « mauvais ». c’est l’environnement politico-social qui déterminera cheminement et résultats. ceci dit, il n’y a pas, semble t’il, de « génétique » de la veulerie et de l’égo/ethnocentrisme, il n’y a que des circonstances politico-sociales. Nous insistons sur le « politico-social » parce que les marxistes par exemples diront que tout est « économiquement déterminé », que tout dams l’Histoire humaine est « lutte des classes »… C’est une théorie non prouvée… Clastres, Sahlins, Jaulin, grands anthropologues tendent eux à prouver que tout est « politique » avant tout, que la division de la société est politique avant que d’être « économique »… Leurs travaux de terrain le prouvent. Il est fascinant de les lire…
      Attention ! Quand on met le doigt dans cette voie… C’est un engrenage de réflexion certes salutaire, mais aussi qui ne permet plus de « retourner en arrière ».. C’est toute l’allégorie de l' »histoire des pilules » dans le film « Matrix »… 😉

      Bonne lecture et si tu as des questions… n’hésite pas !

  14. n’importe quoi, revoyez votre copie, la souveraineté nationale n’a rien de xénophobe, c est exactement le contraire

Répondre à Soleil Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.