Résistance politique: Amérindiens contre le vote dans le système colonial…

ou l’abstention politique comme arme contre le pouvoir colonial. Il n’y a aucun sens pour les nations indigènes de voter dans les élections des gouvernements provinciaux (états) ou fédéraux. Voter dans une élection coloniale c’est abdiquer officiellement sa souveraineté. a lire en seconde partie de l’article, la discussion fictive inventée à ce sujet par un journaliste Mohawk, entre la premier ministre d’un Québec indépendant et un groupe de Mohawks ayant voté dans des élections coloniales. Ce serait très proche de cela dans la réalité…

— Résistance 71 —

 

Le conseil Mohawk de Kahnawake (CMK) réitère sa position au sujet des élections au Québec

 

Austin Lazare

 

2 Avril 2014

 

url de l’article original:

http://kahnawakenews.com/mck-reiterates-position-on-quebec-election-p2198-1.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le Conseil Mohawk de Kahnawake (NdT: prononcez Ga-na-wa-gué, territoire de la nation Mohawk au sud-ouest et jouxtant Montréal sur la rive droite du St Laurent) CMK, a répété sa position sur le vote de Kahnawa’kehro:non (NdT: communauté Mohawk de Kahnawake) dans les élections provinciales (Québec) et fédérales.

“Kahnawake a toujours tenu la position de se réfréner de participer dans des élections hors territoire (provinciales ou fédérales), quoi qu’il en soit, dès lors que cette élection à venir semble avoir éliciter de vives émotions parmi quelques uns de nos membres, nous pensons qu’il serait bon de rappeler Kahnawa’kehro:non de la logique de notre position” a dit le Grand Chef Mike Delisle Jr.

Le CMK a dit qu’un grand taux de participation de la communauté Kahnawa’kehro:non dans des systèmes de l’extérieur pourrait être interprêté par certains comme l’indication de la volonté de la communauté d’accepter des processus politiques de l’extérieur que la communauté a rejeté depuis bien longtemps et que ceci pourrait avoir un effet détrimental sur notre identité et potentiellement mettre en danger nos droits collectifs.

Le CMK a aussi dit que notre participation n’aura pas grand impact sur le résultat, car Kahnawa’kehro:non ne représente qu’un si petit pourcentage des électeurs éligibles, de plus le Wampum Deux Rangées dirige notre peuple afin “qu’il demeure dans son canöe” tandis que les gouvernements de l’extérieur demeurent dans les leurs. Nous voyageons peut-être sur la même rivière, mais chacun n’interfère pas dans les affaires des autres, a expliqué le CMK.

Le CMK a dit que Kahnawake doit gérer les gouvernements provincial et fédéral canadien quotidiennement. Bien que certains gouvernements soient plus difficiles d’approche que d’autres, le CMK n’a pas d’autre choix que d’interagir avec eux. Il n’y a aucun but et aucun incentif à choisir un camp. Indépendemment de qui sera élu, ce n’est pas notre gouvernement, a dit le CMK. “Les gens sont libres et nous ne pouvons pas les empêcher d’aller voter dans ce système s’ils décident de le faire”, a dit Delisle ; “mais bon nombre de gens désirent savoir que le CMK maintient sa position de ne pas voter et nous avons fait la liste de quelques unes des raisons du pourquoi. Cette élection à venir cause du soucis à un certain nombre de personnes”, a conclu Delisle. “Notre travail est de faire en sorte que nous ayons la bonne connaissance et les bons outils pour engager les gouvernements correctement et ce pour le bien de la communauté. Notre force est Kahnawake en soi.”

= = =

Nous avons traduit ci-dessous un extrait de l’article:

“Ce que dirait les Mohawks au premier ministre” du journaliste Mohawk Kenneth Deer publié sur ICTMN le 3 Avril 2014 à propos des élections à venir au Québec.

La fin de l’article que nous avons traduit ici, implique une entrevue FICTIVE entre la premier ministre du Québec (Pauline Marois) et une délégation Mohawk la visitant. L’auteur illustre la discussion qui s’en suivrait entre la PM et des Mohawks ayant voté dans des élections québecoises ayant à terme rendu le Québec indépendant.

[…]

C’est cette image de souveraineté et d’indépendance Mohawk qui préoccupe le Québec. C’est pourquoi, si les Mohawks décident de s’impliquer dans le processus électoral, cela endommage l’image d’indépendance et de souveraineté. Quand des Mohawks votent dans des élections québecoises, ils votent pour un membre d’un parti politique qui va les représenter à l’assemblée nationale du Québec ; pas un Mohawk comme eux. Cette personne élue assume un mandat des Mohawks pour les représenter ce qui endommage les représentants que les Mohawks appointent dans leurs propres processus politiques.

Une discussion théorique entre la premier ministre Pauline Marois et quelques électeurs Mohawks.

Époque: dans le futur, endroit: le bureau du PM dans un Québec indépendant.

La PM Marois est assise à une table. En face d’elle se tiennent quelques Mohawks qui viennent plaider leur cas dans un Québec indépendant. Apparemment, les Mohawks ne sont pas contents.

La PM parle en premier et leur souhiare la bienvenue dans son bureau. “Bienvenue mes amis (NdT: en français dans le texte original !). Je suis très heureuse de vous rencontrer. Je suis toujours ouverte quant à rencontrer nos Nations Premières quand je le peux, Que puis-je faire pour vous ?”

Les Mohawks (M) la salue cordialement. “Nous vous sommes reconnaissant que vous ayez trouver un peu de temps dans votre agenda chargé pour pouvoir nous rencontrer. Nous sommes à vrai dire très déçus que dans un Québec indépendant, nous ne soyons pas traités comme une nation séparée. Notre histoire ici sur ce continent est bien plus longue que la votre et pourtant, vous ignorez cette histoire, déclarez votre indépendance et ne reconnaissez pas notre souveraineté. Nous avons juste autant de droit à l’indépendance que vous.”

PM: “Oui, je reconnais votre longue histoire, votre langue et votre culture, mais tout ceci est du passé. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde moderne où le passé n’a plus cours. Votre histoire et notre histoire sont liées et ne peuvent pas être séparées.”

M: “Permettez-nous de ne pas être d’accord. Nous avons vécu ici depuis des siècles. Nous sommes une nation de peuples qui possédons notre propre constitution qui s’appelle la Grande Loi de la Paix et qui prédate de loin le premier contact avec les Européens. Cette loi établit nos chefs, nos mères de clans, notre système de clan, les devoirs de chacun de nos hommes et de nos femmes et notre cycle spirituel. Avec cette constitution, nous avons rassemblé et uni cinq nations originelles: les Mohawks, Oneidas, Onondagas, Cayugas et Senecas. Puis plus tard nous avont intégré les Tuscaroras. Cette puissante fédération de nations a traité avec les Français, vos prédécesseurs, nous sommes les descendants de ces Mohawks. Nous n’avons jamais abandonné notre souveraineté ni nos terres de toutes ces années. Nous avons un droit à l’indépendence de la même manière que vous.”

PM: “Je vois. C’est très impressionnant. Ainsi vous êtes les chefs et les mères de clans sous votre constitution ?”

MV: “Hum, non, pas exactement. Nous étudions cela dans nos écoles et nos anciens nous l’apprennent. Il y a des gens dans nos communautés qui suivent cette constitution, mais pas nous. Mais nous sommes le même peuple. Nous suivons le traité Wampum Deux Rangées qui dit que nous sommes deux nations séparées vivant côte à côte sans interférer l’une avec l’autre. Nous croyons beaucoup en cela.”

PM: “Oui, J’ai entendu parlé de ce Wampum Deux Rangées. Vos gens traditionnels sont venus à notre assemblée nationale au début des années 1980 et nous ont fait une splendide présentation. Nous avons un de ces wampums quelque part ici. Je comprends que c’est pour cela que vous ne votez pas dans nos élections.”

MV: “Et bien, c’était le cas. Mais ceux d’entre nous qui sont venus ici, qui sont venus vous voir et le peuple que nous représentons, avons voté dans la dernière élection et le referendum (sur l’indépendance du Québec).”

PM: “Alors vous avez rejoint la grande démocratie du Québec. Je vous accueuille les bras ouverts et chaleureusement. J’espère que vous avez voté pour le PQ (Parti du Québec).”

MV: “Pas exactement. Nous avons voté libéral et contre la séparation dans le referendum.”

PM: “Hummm, je vais devoir inscrire cela dans mon petit livre noir. Vous savez, si vous voulez mon aide, vous devriez voter un peu plus intelligemment. Mais maintenant que vous avez rejoint la démocratie, je peux enlever le Wampum Deux Rangées de l’assemblée nationale et le faire mettre dans un musée. Il est certainement maintenant bien dans le passé et n’est plus un document vivant. Moi, je ne vote pas dans vos élections mais maintenant que vous avez voté dans les miennes, vous avez violé votre propre Wampum. Vous ne pouvez plus affirmer que vous êtes dans une relation de nation à nation.”

MV: “Mais pas tout le monde a voté dans ces élections. Il y a des gens chez nous qui ne votent pas et qui continuent à suivre notre constitution et honorent le traité du Wampum à deux rangées et son concept.”

PM: Enlevant sa couronne et la plaçant devant elle sur la table, elle dit: “Parlons d’homme à homme, métaphoriquement bien sûr. Oui, ces minables rascals chez vous continuent de vivre selon vos traditions. Ils sont têtus et ont de la suite dans les idées, cela a pris très longtemps pour avoir des gens comme vous traverser et venir rejoindre la démocratie et bien vous et moi, nous allons devoir nous occuper de cela. Je vais vous reconnaître officiellement comme les leaders des Mohawks et vous faire alouer des financements supplémentaires, je vais vous autoriser à parler votre langue, aussi loin que votre communauté devienne francophone dans disons 20 ans, mais on ne parle plus de souveraineté et plus de wampum deux rangées. Vous avez abandonné tout cela. Nous aurons notre propre wampum deux rangées… entre le Québec et le Canada. Un bateau avec la feuille d’érable et l’autre bateau avec la fleur de lys.”

MV: “Ce n’est pas pourquoi nous sommes venus.”

PM: “Qu’attendiez-vous lorsque vous avez décidé d’interférer avec notre processus politique ? Que vous pouviez voter contre nous et toujours demander une relation de nation à nation ? Vous rêvez. Bienvenus dans la politique du Québec. Vous êtes maintenant parmi les millions d’électeurs et je vous remercie pour votre participation à nos élections.”

MV: “Hum, de rien… je pense…”

 

Source: http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2014/04/03/what-mohawks-might-say-pm

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.