Résistance au colonialisme: Solution à l’imposture du Canada…

Véritable referendum

 

Mohawk Nations News

 

19 mars 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/03/19/real-referendum/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Kaianerekowa (NdT: La Grande Loi de la Paix ou constitution de la confédération iroquoise datant du XIVème siècle)) est très clair sur les droits du peuple. Les “gardiens de la porte orientale” de l’Île de la Grande Tortue, les Mohawks, ont un devoir de garder l’entrée de notre territoire dans sa partie Est. Le 25 juin 1701, date du traité de Montréal, nous avons autorisé les visiteurs européens à vivre ici s’ils adhéraient aux lois de cette terre. Ils ont manqué de respect aux us et coutumes de cette terre, les rendant ainsi “occupants illégaux” qu’il nous faut traiter comme tels. “Si vous vous écartez de votre voie, vous devez vous efforcer de retourner sur votre rangée du Guswentha (NdT: Wampum Deux Rangées). Québecois, vous ne pouvez pas vivre en eaux incertaines entre les deux vaisseaux. Nous vous offrons notre main tendue pour vous éviter de vous noyer.” Cela a été brisé répétitivement.

Guswentha a été officiellement brisé par la loi coloniale sur l’avancement des Indiens (Indian Advancement Act), qui fut déclarée le 25 Octobre 1924. Nous avons alors été placés dans des camps de prisonniers de guerre, appelés maintenant “réserves indiennes”. Ce qui resta de notre territoire et de nos possessions fut exproprié par des bandits de grand chemin.

En tant que gardiens et concierges de cette terre, nous donnons à chaque Québecois une chance de regagner leur liberté. Onowarageh (L’Île de la Grande Tortue/Amérique du Nord) est une terre gérée par des lois. Les colons ont transformé notre paradis en une terre de criminalité vorace et de profit de la guerre. Le Canada se félicite d’un contrat de multi-millions de dollars avec l’Arabie Saoudite pour convertir nos ressources en des matériaux pour la guerre. Ceci est en violation de Guswentha et de Kaianerekowa et est illégal !

Toutes les communautés de colons peuvent suivre les racines du pin blanc et les remonter jusqu’à nous (NdT: Le pin blanc est l’arbre de la paix sous lequel les 5 (6) nations iroquoises ont enterré les armes de guerre). Nous vous aiderons à avoir un referendum qui vous aidera à briser vos chaînes, celles qui vous retiennent à l’entreprise/corporation Canada et son appareil d’état policier. Si vous décidez de rester ici, vous devrez suivre les lois de la terre. Si vous désirez suivre les lois de la mer ou loi de l’amirauté (NdT: Le Canada est régit sous le coup de la loi de l’amirauté britannique et est considéré comme un vaisseau abandonné en mer et arraisonné puis saisi), alors vous devrez payer votre droit de passage aux banquiers qui ont créé cette loi, monter à bord de leur navire et retourner en mer.

La structure entrepreneuriale illégale du Canada a été mise à jour à la face du monde pour ce qu’elle est: illégale ! La grille de contrôle oligarchique part en vrille, ses membres se sauvent et essaient de prendre au passage tout ce qu’ils peuvent. Leur PDG, Stephen Harper essaie d’amener la guerre sur notre territoire en menaçant la Russie.

La Russie est l’ennemi des banquiers. Elle nous ont montré comment utiliser la loi internationale pour nous séparer légalement de vos oppresseurs, les banquiers. Les Injuns entrepreneuriaux (NdT: ou “corporate Injuns”, les Indiens vendus au système, corrompus et arrangeant le pillage par le biais des “conseils de bandes/tribus”, qui ne sont que des impositions fictives du gouvernement colonial et n’ont aucune autorité traditionnelle. Les “chefs” élus ne sont pas des chefs traditionnels, ils/elles ne sont que des représentants de l’état colonial, trahissant dans les grandes lignes leurs peuples et vendant les territoires parcelles par parcelles…)

Le referendum devra inclure:

1-  Nous voulons suivre les racines du pin blanc de la loi de cette terre ou

2-  Nous voulons continuer à suivre la loi de l’amirauté et quitter l’endroit sur le bateau des banquiers.

Notre système est le seul accord légal qui nous lie sur l’Île de la Grande Tortue. Une fois que vous avez déclaré votre liberté à vos oppresseurs, nous, les Mohawks, protègerons les Québecois qui cherchent la protection sous l’arbre de la paix. Au Québec, le choix revient à vivre dans la peur de l’inconnu ou vivre en paix avec les Mohawks.

Comme le note Tammy Wynette: “I spell out all the hurtin’ words and turn my head when I speak, cause I can’t spell away this hurt that’s drippin’ down my cheek. Our D-I-V-O-R-C-E becomes final today”.

“D-I-V-O-R-C-E”.

Mohawks block Montreal-Toronto rail line.

5 Réponses vers “Résistance au colonialisme: Solution à l’imposture du Canada…”

  1. JBL1960 Says:

    Excellent, vraiment… Je médite et je reviendrai étoffer mon commentaire sur cet article. Merci R71 sincèrement et A+

  2. Les Amérindiens ont bien remarqué que la Russie était l’ennemi de la pourriture mondiale(ex oligarchie banquière et politicarde);ils sont plus clairvoyants que la majorité des pauvres occidentaux,peureux , manipulables et votards impénitents.Il faudra bien qu’on ouvre les yeux,car actuellement,la Russie(avec ses alliés),est le seul rempart au fléau oligarchico-totalitaire.

  3. […] respect du traité originel entre natifs et immigrants européens: le traité Wampum Deux Rangées (Guswentha en langue iroquoise). Cette voie du milieu rassemble le plus du suiveurs indigènes et est sans […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.