Referendum en Crimée: Le pays du goulag levant (ex-USA) fait son effarouchée et oublie son lourd passé…

Crimée: Obama souviens-toi du Panama !

 

Georges Stanéchy

 

17 mars 2014

 

url de l’article:

http://stanechy.over-blog.com/2014/03/crimee-obama-souviens-toi-de-panama.html

 

« Nous sommes humains dans la mesure où ce qui se passe aux antipodes nous concerne. »
Augustin Berque  (1)

Impressionnant !

Ce sont 82,3 % des inscrits qui ont voté, dont 99,4 % se sont prononcés pour le rattachement à la mère-patrie !…

Non, il ne s’agit pas du référendum en Crimée sur son rattachement à la Russie.

Mais, de celui organisé par la France le 8 février 1976 pour officialiser la sécession de Mayotte, arrachée à l’Union des Comores qui en réclame toujours l’appartenance. A plus de 7000 km des frontières de la France, dans la partie nord du canal du Mozambique, bras de mer entre la grande île de Madagascar et l’Etat du Mozambique sur le continent Africain. Aux enjeux énergétiques et stratégiques majeurs… (2)

Nos ancêtres les Gaulois…

Pour enfoncer le clou la France a organisé un autre référendum, le 29 mars 2009. Transformant cette lointaine possession coloniale, acquise le 25 avril 1841, en « département d’outre-mer et région d’outre-mer » avec un vote favorable de 95,6 %. Statut officialisé, dans nos institutions, le 31 mars 2011.

Ce méticuleux travail cosmétique aboutissant au statut européen de « région ultrapériphérique« , permettant ainsi l’intégration de Mayotte dans l’Union Européenne, le : 
1er janvier 2014 !…

Tout chaud ! Sortant à peine du four de nos « cuistots-néocoloniaux »…

Notre longue histoire coloniale a forgé, par cooptations successives, une nomenklatura habituée à tailler, organiser, délimiter, territoires et terrains de chasse à sa convenance. Pour son rapide enrichissement personnel et familial, évidemment. Et, accessoirement, celui de ses seconds couteaux et domesticité.

Se répartissant ou se disputant, depuis des siècles, avec d’autres complices-prédateurs ces prises de piratage, parmi les plus actifs : Espagne, Portugal, Royaume-Uni, Pays-Bas. Ultérieurement, Etats-Unis et Japon (3)…

Dans l’histoire contemporaine occidentale, « l’opération de sécession » représentant un des outils les plus employés. La plupart du temps, bien sûr, sans consulter les populations concernées… Une des plus importantes opérations de sécession « architecturée » par la France a été, par exemple, celle du Liban arraché à la Syrie. (4) Pensant s’y installer à demeure. Mais, les évènements en décidèrent autrement.

Sans vouloir dresser une typologie des différentes approches de main mise sur « La Richesse des Nations », notons l’originalité de la méthode britannique. Très « Business Minded », anticipant les enjeux énergétiques entre puissances, les anglais démembraient des Nations en fonction de la superficie des nappes de pétrole et de gaz. D’où cette poussière d’émirats au Moyen-Orient, jusqu’en Indonésie où ils ont créé le sultanat de Brunei pour lui enlever les champs pétrolifères ainsi qu’à la Malaisie…

Pratiques de spoliation coordonnées, régulées, de nos jours, mais tout aussi implacablement, par l’Union Européenne pour ce qui relève de l’ancien domaine colonial des Etats membres. Sous emballage se voulant, à présent, indiscutablement scientifique et valorisant : « Accords de libre échange ». (5)

Qui ne sont, en fait, que la modernisation du pillage par des Etats « forts » à l’encontre d’Etats « faibles ». Forcés d’abandonner leur souveraineté économique et financière. Comme au temps des « politiques de la canonnière », démantelant leurs droits de douane, tuant leurs industries, bradant leurs ressources naturelles et agricoles. En conséquence, renonçant à leur développement.

S’emparer des marchés et biens publics, après privatisations ou coups d’Etat suivant le niveau de bonne volonté des pouvoirs locaux. Telles sont les nouvelles approches coloniales…

Il est donc particulièrement amusant d’observer la réaction des occidentaux, s’insurgeant la main sur le cœur, l’indignation à la boutonnière, devant le résultat du référendum en Crimée : « contraire au droit international ». D’après eux, et leur exercice du droit international « à géométrie variable ».

Avec une rage, surprenante chez les uns et les autres. Tout particulièrement, celle de notre suzerain : les Etats-Unis…

Du Panama au Kosovo, du Soudan à la Libye…

« Washington « rejette » le référendum », nous est-il martelé dans nos médias de la propagande ! (6) Les plus bellicistes s’énervent même ! Souhaitant, fous furieux, en découdre avec la Russie.

Notamment,  les Laurel et Hardy de la politique étrangère américaine : Robert Menendez, sénateur « démocrate » du New Jersey et président de la commission des affaires étrangères du Sénat, flanqué de son compère Bob Corker, sénateur « républicain » du Tennessee, membre de cette commission. (7)

Pourquoi pas ?… Libre à eux d’exprimer leur déplaisir… La Terre n’en continue pas moins de tourner…

Aboiements et vociférations, d’autant plus surprenants que les Etats-Unis sont des adeptes fidèles des sécessions. Sauf chez eux !

Infatigables et déterminés, concepteurs, promoteurs, planificateurs, artisans, des plus retentissants démembrements de ces dernières années. Dans le mépris du droit international. Généralement, si le pays visé n’a pas été pulvérisé préalablement sous les bombes et dans le chaos, sans référendum : Yougoslavie, Soudan, Irak, Libye, Syrie…

La liste est interminable. Dans leurs projets les plus obsessionnels, nous le savons tous, figurent ceux de l’Iran et de la Russie. Et, inévitablement : de la Chine…

Pour ma part, une des opérations de sécession, véritable cas d’école, parfaitement organisée et mise en œuvre par les Etats-Unis est celle du Panama. A plus de 3500 km de leurs frontières. Au début du XX° siècle. Obama aurait-il oublié ses livres d’histoire ?…

Bref rappel.
.
Sous l’impulsion de Simon Bolivar, suite à des batailles acharnées et des répressions féroces, les colonies espagnoles d’Amérique du sud obtiennent leur indépendance de la métropole en 1821. Le Panama, avec une partie du Nicaragua, constituait une province de l’Etat dénommé alors « Grande Colombie ». Comprenant aussi l’Equateur et le Venezuela, avant leur séparation ultérieure.

Etat instable qui connut plusieurs guerres civiles, dont celle des « Mille Jours » (1899-1902) évoquée dans le chef-d’œuvre de l’écrivain Colombien Gabriel Garcia Márquez, « Cent ans de solitude ». Profitant de son épuisement économique et de son endettement, les Etats-Unis imposent, en 1903, au gouvernement Colombien le traité Hay-Herran.

L’objectif principal des américains étant d’obtenir la concession des travaux du percement du Canal de liaison Atlantique-Pacifique à travers l’isthme de Panama. Et, son exploitation ultérieure. Travaux qui avaient été commencés, puis abandonnés, par les Français, suite à un énorme scandale financier, mettant à jour la profonde corruption du monde politique et des médias. Rien de nouveau…

Coup d’éclat ! Considérant ce traité comme une violation de sa souveraineté et une spoliation économique, le Congrès Colombien en rejette les clauses le 12 août 1903. Les Etats-Unis enclenchent immédiatement l’opération de sécession, en soutenant un mouvement « autonomiste ». Secrètement financé de longue date. Lancement de l’opération prévu pour le mois de novembre 1903.

Impeccable planification.

Arrestation de tous les représentants des autorités officielles sur place, hostiles à ce coup d’Etat. Les chemins de fer du Panama sont bloqués. Le câble sous-marin de télécommunications est saboté. Un puissant bâtiment de la marine américaine, le Nashville, assure le blocus de tous les accès maritimes, sous prétexte d’assurer la « neutralité des chemins de fer »… Bloquant, ainsi, toute information et réaction du gouvernement central.

Cascade d’enchaînements parfaitement huilés. Un véritable « sprint »…

La République du Panama est proclamée le 4 novembre 1903. Le gouvernement central, à Bogota, ne l’apprendra que le 6 novembre. Les Etats-Unis reconnaissent la nouvelle république, le 13 novembre 1903. La France, la reconnaît le lendemain… Puis, le reste du clan…

Evidemment, Time is Money, le 18 novembre suivant les Etats-Unis représentés par le secrétaire d’État John Hay, signent avec la jeune République plus que complaisante, représentée par Philippe Bunau-Varilla, le traité de « concession-spoliation » du projet de canal transocéanique…

Vite fait, bien fait.

Il faudra attendre 1977 pour que le Panama puisse récupérer sa souveraineté, au moins, sur la zone entourant le canal. A défaut du canal lui-même. Grâce à la ténacité du chef de l’Etat de l’époque, Omar Torrijos.

Grand ami de Gabriel Garcia Márquez, magnifique personnalité, hors du commun,  préfigurant Chavez par sa sollicitude à l’égard du « petit peuple », au sens affectueux du terme, des paysans. Dont il était issu. Lançant de multiples projets sociaux. Ecoles, dispensaires, en priorité. Politique doublée d’une constante chasse à la corruption. Il travaillait, avec les Japonais, sur un projet du doublement du canal.

Pour cela, diabolisé dans les plus invraisemblables mensonges.

« Intègre » ! Le « social », la « souveraineté » sur le canal, le « doublement » du canal… Puis, quoi encore ?..

Il les a tellement excédés qu’ils lui ont fait exploser son avion.

Le 31 juillet 1981.

Vous dites : « contraire au droit international » ?…

(1)  Augustin Berque, Ecoumène – Introduction à l’étude des milieux humains, éditions Belin, 2009, p. 14.

(2)  Raphaël de Benito, Le Canal du Mozambique – Un enjeu stratégique pour la France, 13 juin 2012,
http://survie.org/billets-d-afrique/2012/214-juin-2012/article/le-canal-du-mozambique-un-enjeu
(3)  Georges Stanechy, Tibet : Excuses d’un Français au Peuple Chinois, 11 avril 2008,
http://stanechy.over-blog.com/article-18658527.html

(4)  Georges Stanechy, Syrie : La France Asservie, 22 juillet 2011,
http://stanechy.over-blog.com/article-syrie-la-france-asservie-80003070.html

(5)  Marie Bazin, Afrique Caraïbes Pacifique – L’Union Européenne poursuit son offensive, 1er août 2012,
http://survie.org/billets-d-afrique/2012/214-juin-2012/article/afrique-caraibes-pacifique-l-union

(6)  Crimée : Washington « rejette » le référendum, Le Point, 16 mars 2014,

http://www.lepoint.fr/monde/crimee-washington-rejette-le-referendum-16-03-2014-1801721_24.php

(7)  We need to stand up to Russia, Press TV, 16 mars 2014,
http://www.presstv.ir/detail/2014/03/16/354940/us-must-stand-up-to-russia-senators/

4 Réponses vers “Referendum en Crimée: Le pays du goulag levant (ex-USA) fait son effarouchée et oublie son lourd passé…”

  1. JBL1960 Says:

    Merci pour ce rappel de l’histoire…
    Y sont vraiment dingues ces zélites mondiales et les marionnettes en chef : Oblabla, Hollandouille, Cameron, Merkel, et l’autre Fabius qui nous fait honte à chaque fois qu’il ouvre sa bouche… Combien de temps encore ça va nous prendre pour les faire tomber ? Pétard que c’est long… A+

    • Je dirai même plus! « Y sont vraiment dingues ces zélites mondiales et les marionnettes en chef : Oblabla, Hollandouille »…Cameleon, Merkantile, et l’autre Fabilous…

    • On y arrive, on y arrive, gentiment… pas seulement eux qui ne sont que des fifrelins, mais leurs maîtres et la pyramide avec…

  2. Xiao Zheng He Ouallonsnous ? Says:

    Plus « simplement » souvenons nous que l’Ukraine et la Crimée étaient dans l’Empire russe depuis Catherine II, la Grande, fin du XVII siècle. Plus pertinemment historiquement, l’Ukraine fut sous la désignation de Royaume de Kiev, le berceau du futur Empire Russe ! C’était à la fin de l’Empire Romain d’Occident, cinquième, sixième siècle/

    Ces « pauvres » technocrates incultes de l’UE et des USA sont comme à leurs habitudes et pratiques dans le déni de la réalité historique pour des motifs uniquement colonialistes !

    Il est encore temps que la communauté des nations du monde les isolent par un « cordon sanitaire », jusqu’à ce que les peuples anglo-yankees aient retrouvés la maîtrise de leur destinée en se débarrassant de l’oligarchie néo-libérale, néo-colonialiste qui les oppriment depuis la proclamation de la doctrine chrétienne de la découverte au 16 éme siècle, la conséquence en étant l’impérialisme capitaliste menaçant les populations de notre planète !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.