Grand-messe du showbiz (Oscars)… En 1973, une « star » le refusait au nom des nations autochtones…

Et Brando refusa l’oscar (1973)…

 

Mohawk Nation News

 

2 mars 2014

 

url de l’article original:

http://mohawknationnews.com/blog/2014/03/02/brando-rejects-oscar/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Dans les années 1960, un des acteurs phares d’Hollywood était impliqué avec le bourgeonnement de l’American Indian Movement (AIM). Il recherchait constamment la connaissance au sujet de la véritable histoire et des droits. Il invita une activiste Mohawk à cette époque, Kahentinetha Horn, à lui rendre visite dans sa maison de Beverly Hills. Une limousine la conduisit dans cette demeure luxueuse au sommet de la colline, demeure lourdement gardée. Une excellente nourriture fut servie près de la piscine. Il était un honnête homme et elle se sentit confortable en sa présence. Il voulait apprendre tout ce qu’il pouvait au sujet des colonisateurs, de la façon dont ils traitèrent les peuples indigènes de l’Île de la Grande Tortue. Il apprit au sujet de Kanionkehaka aidant à disséminer la Grande Loi de la Paix à chacun sur terre.

Plus tard, la presse leur demanda à tous deux au sujet de leur relation discrète. Elle avait une vingtaine d’années et il en avait une quarantaine. Aucun d’entre deux n’embrassa ni ne parla.

Les guerres indiennes pour le poisson étaient de mise à cette époque dans le Puget Sound (NdT: dans le nord de l’état de Washington sur la côte Ouest). Le gouvernement des Etats-Unis violait les droits de traité sur la pêche de 1855. Les autochtones furent déportés de leurs terres, mais conservèrent ce droit et résistèrent constamment. Marlon Brando, Buffy Sainte Marie (NdT: chanteuse folk très connue) et Dick Gregory (NdT: comédien afro-américain) rejoignirent la résistance. En Mars 1964, Brando fut arrêté par la police avec des membres de la nation Puyallup pour avoir prit deux truites. Ceci fut sa révélation.

En 1973, Brando reçut l’oscar du meileur acteur pour son rôle dans “Le Parrain”. Il le refusa et envoya une jeune femme autochtone délivrer un message en son nom. Plus tard, il en parla dans l’émission télévisée de Dick Cavett et révéla pourquoi il le fit.

 “La communauté du cinéma a été autant responsable que le reste de la dégradation des Indiens en moquant le personnage, le décrivant comme un sauvage, hostile et méchant. C’est déjà assez difficile pour les enfants de grandir dans ce monde. Quand des enfants indiens… voient leur race dépeinte de la façon dont elle l’est dans les films, leurs esprits se blessent de manières qu’on ne peut pas et ne pourra jamais se figurer.”

“Why Brando Rejected the Oscar”.

“Dick Cavett interviews Marlon Brando”.

Une fois de plus les multi-millionnaires du spectacle (des oscars) vont se taper dans le dos. Nous nous demandons bien qui sera le prochain Marlon Brando pour les Indiens !…

Ainsi se lamente Jim Morrison: Ride the snake, ride the snake/To the lake, the ancient lake, baby/The snake is long, seven miles/Ride the snake/…he’s old, and his skin is cold…

“Chevauche le serpent, chevauche le serpent/vers le lac, le lac ancient bébé/le serpent est long, sept miles/chevauche le serpent/… il est vieux et sa peau est froide…”  Jim Morrison. “The End”.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.