Comprendre et abolir l’État: De la démocratie et de la citoyenneté (Howard Zinn)

“Faites la révolution sociale ; faites que tous les besoins deviennent réellement solidaires, que les intérêts matériels et sociaux de chacun deviennent conformes aux devoirs humains de chacun. Pour cela il n’y a qu’une seule solution: Détruisez toutes les institutions de l’inégalité, fondez l’égalité économique et sociale de tous et sur cette base s’élèvera la liberté, la moralité, l’humanité solidaire de tout le monde.”
~ Michel Bakounine ~

“Le pouvoir politique comme coercition (ou comme relation de commandement-obéissance) n’est pas le modèle du pouvoir vrai, mais simplement un cas particulier, une réalisation concrète du pouvoir politique en certaines cultures, telle l’occidentale (pas la seule naturellement). Il n’y a donc aucune raison scientifique de privilégier cette modalité là du pouvoir pour en faire le point de référence et le principe d’explication d’autres modalités différentes…

… La relation politique de pouvoir précède et fonde la relation économique d’exploitation. Avant d’être économique, l’aliénation est politique, le pouvoir est avant le travail, l’économique est une dérive du politique, l’émergence de l’État détermine l’apparition des classes.”
~ Pierre Clastres ~

[]-[]-<>-[]-[]

 

De la démocratie et de la citoyenneté

 

Howard Zinn

 

Discours à l’Institut de France, Athènes, 25 Mai 2009 (extraits)

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Aujourd’hui je désire vous entretenir de la relation entre la démocratie et la citoyenneté. Bien sûr “démocratie” est un mot grec n’est-il pas ? Il y a pas mal de mots grecs dans la langue anglaise et le mot “démocratie” est un des plus importants: “le pouvoir par le peuple”. Aux Etats-Unis, la démocratie est souvent définie par les mots d’Abraham Lincoln, qui disait que la démocratie est le gouvernement du peuple, par et pour le peuple.

[…]

Nous apprenons dans notre éducation américaine qu’Athènes est le berceau de la démocratie. On ne nous dit pas que le mot “démocratie” tel qu’il s’applique à l’Athènes antique n’est pas exactement vrai. Qu’en fait, l’Athènes ancienne n’avait pas de démocratie pour sa population d’esclaves. Il y avait une démocratie pour ses citoyens, mais ceux-ci étaient en fait une minorité de la population. Il y avait pourtant un gouvernement représentatif et des conseils élus du peuple, et des jurys et les gens étaient jugés par de grands juries. Le fait qu’il y avait des esclaves, que les citoyens réels étaient une minorité, ceci n’est pas vraiment enseigné. C’est assez typique de l’éducation: vous apprenez certaines choses, qu’on vous rabâche toujours et encore, mais il y a plein de petites notes de marges qui sont laissées volontairement de côté ou dans l’ombre.

[…]

Et puis il y a le cas de Socrate… Socrate fut mis à mort par procédure démocratique. Il fut jugé par un jury, qui décida qu’il devait être mis à mort, alors bon, c’est ok. Ce sera une mort démocratique, parce qu’il a été jugé coupable par un jury. Ceci est bien souligné et étudié aux Etats-Unis par tous les élèves, spécifiquement des cours de sciences et de philosophie politiques. Ils liront Platon, et ils liront les dialogues et le Criton. Ils apprendront bien que Socrate refusa de s’échapper de prison alors que l’offre lui en avait été faite. Pourquoi refusa t’il ? Parce qu’il pensait qu’il avait une obligation envers l’État, qu’il ne devait pas déroger à cette obligation et donc accepter et aller à sa mort, bien que la sentence ait été rendue concernant le crime sur ce qu’il disait. Ce qui est très intéressant, parce que la liberté d’expression est certainement un des requis de la démocratie et Socrate après tout, n’était pas un activiste, aussi loin que je sache il n’était pas un terroriste. Il ne jetait pas de bombe, il ne faisait que parler beaucoup… Et il ne disait pas les choses qu’il fallait alors il a été condamné à mort, mais c’est ok parce qu’il y a eu jugement. Il ne va pas s’échapper, il ne va pas violer le rendu de son jugement, parce qu’il croit, comme il le dit lui-même, que l’État est comme un père et une mère et que vous devez lui obéir, quelque soit ce qu’il fait. S’il vous envoie à la guerre, à la mort, vous devez obéir parce que c’est l’État.

Ceci est très intéressant parce que lorsque nous avions étudié les textes de Platon, le Criton et son dialogue, personne n’a jamais mis en cause cette proposition, parce que Platon mais aussi Socrate sont considérés comme des dieux de la philosophie aux Etats-Unis. Alors si Platon a dit ceci et Socrate a dit cela (en fait je ne sais pas ce qu’a vraiment dit Socrate, car n’ayant rien écrit, nous n’avons que la parole de Platon à nous en remettre…), il n’y a pas de question à cette proposition que nous devons obéir à l’État. Et quel est donc le résultat de tout cela ?

Et bien qu’aux Etats-Unis et je suis sûr qu’il en va de même dans bien d’autres pays également, il est accepté sans critique et c’est devenu ainsi une partie de l’éducation américaine que d’accepter ce qui est un principe fondamentalement totalitaire et non pas un principe démocratique. C’est un principe totalitaire que de dire que l’individu doit obéir à l’État. Cela a été fait avec la procédure légale, on est au courant aux Etats-Unis.

De fait, la justice peut ietre rendue bien différemment lorsqu’il s’agit de personnes riches ou pauvres, blanches ou noires ou de couleurs, d’hommes ou de femmes, radicales ou conservatrices. La justice fonctionne différemment pour tous ces groupes de personnes, mais c’est la justice, dans les tribunaux, avec des juges, des jurés, des lois et des procédures. Le résultat de ces procédures est regardé comme étant “démocratique”. Donc si vous êtes condamnés à mort, pas de jérémiade car cela a été fait démocratiquement.

[…]

J’ai cité Lincoln auparavant définissant la démocratie comme étant le gouvernement du peuple par et pour le peuple, mais Lincoln lui-même a violé ce principe parce qu’il ne considérait pas les esclaves noirs comme des “personnes”. Ceci est difficile à accepter parce que Lincoln était somme toute un homme de compassion. Il n’aimait pas l’esclavage. Il ne croyait pas en l’esclavage. Mais il croyait en la procédure légale, Il croyait en les arrangements formels du gouvernement et il croyait que vous deviez obéir à ces arrangements et que l’arrangement formel des Etats-Unis était la Constitution et qu’en accord avec la Constitution, le gouvernement des Etats-Unis, le gouvernement national ne pouvait pas interférer avec l’esclavage, même si cela créait une condition si horrible pour plus de 4 millions de personnes. Non, la constitution ne permettait pas à Lincoln de faire quoi que ce soit contre l’esclavage. Ainsi il pensait qu’il ne pouvait pas agir contre l’esclavage, parce qu’il croyait en la procédure légale. Cette notion a été matraquée dans l’esprit de toutes les nations, surtout celles qui essaient d’émuler les Etats-Unis dans ce qu’elles pensent être la démocratie: L’idée que si vous respectez toujours la bonne procédure, alors tout va bien, pas de problème.

Ainsi il y a une grande tromperie se trouvant au cœur des Etats-Unis en ce qui concerne la démocratie et cette tromperie a commencé très tôt. Cela commence avec la révolution américaine, avec la guerre d’indépendance de l’empire britannique. Cela commence avec la déclaration d’indépendance et la constitution. En fait la déclaration d’indépendance qui est adoptée dès le début de la guerre d’indépendance contre l’Angleterre est un remarquable manifeste pour la démocratie, parce qu’il y est dit que le gouvernement n’est pas suprême, que le gouvernement ne doit pas être déifié ; que le gouvernement est établi par le peuple pour remplir certaines fonctions et que ces fonctions visent à établir que tout le monde ait droit également de vivre, d’être libre et de poursuivre le bonheur sur terre et que lorsque le gouvernement échoue ou ne remplit plus ces obligations alors “c’est le droit du peuple d’altérer ou d’abolir le gouvernement”, selon les mots propres de la déclaration.

Çà c’est de la démocratie ! C’est une véritable déclaration pour la démocratie, mais c’est au tout début de la révolution. A la fin de la révolution, lorsque les Etats-Unis ont été victorieux et obtiennent leur indépendance de l’Angleterre, ils adoptent la Constitution.

55 hommes se rassemblèrent à Philadelphie. Je devrais dire 55 hommes blancs et riches. Je suis désolé, j’aimerais dire qu’un rassemblement d’hommes et de femmes riches et pauvres, blancs, noirs et Indiens, d’ouvriers et de commerçants se rassemblèrent pour écrire la constitution, mais cela ne s’est pas passé comme cela. 55 hommes blancs et riches donc. Et pour la constitution, ils reprennent la phrase de la déclaration d’indépendance qui disait “égalité de vie, de liberté et de recherche du bonheur”, pour la remplacer par “égalité de vie, de liberté et de propriété”… Voilà le signal sur ce qu’il est advenu de la démocratie et de ses principes, alors qu’il étaient transférés de la déclaration d’indépendance à la Constitution: La démocratie a été livrée aux propriétaires.

Et nous voyons ceci alors que le gouvernement est établi par la constitution. C’est un gouvernement qui est créé aux fins de protéger les intérêts… Des riches hommes blancs ! Dorénavant, les gouvernements seront mis en place pour protéger les intérêts des actionnaires, des détenteurs de bons du trésor, des spéculateurs terriens et de tous ceux qui désirent maintenant étendre leur influence plus vers l’Ouest (NdT: en territoires Indiens non cédés..). C’est un gouvernement conçu pour être fort, coercitif… Le but étant de créer des gouvernements forts, capables de faire lever l’impôt, de mâter les rebellions d’esclaves et de fermiers escroqués. Maintenant le gouvernement peut protéger les Américains qui veulent avancer en terres indiennes pour voler les terres sur lesquelles les autochtones vivent. Voilà pourquoi un fort gouvernement central fut institué par la Constitution.

[…]

Une femme, leader du mouvement des fermiers à la fin du XIXème siècle avait dit: “Ce que nous avons maintenant est un gouvernement de Wall Street, par et pour Wall Street.” De fait ceci a été la législation en vigueur depuis le temps d’Alexander Hamilton. Ministre des finances sous le président Washington et depuis les toutes premières lois passées par le Congrès jusqu’à aujourd’hui. Ce sont des lois qui favorisent les riches et les puissants. Les lois fiscales, les subsides aux entreprises, ceci a effectivement été l’histoire de la législation d’un gouvernement de, par et pour Wall Street.

[…]

Alors oui, le gouvernement est devenu un instrument des riches et puissants et les lois qui sont passées, les lois fiscales, les lois de tarification, sont des lois en faveur de la richesse entrepreneuriale, des corporations. C’est cela l’histoire de la législation américaine !

Il y a eu deux moment dans l’histoire de la nation où il y a eu des exceptions à l’historique de la législation pour les privilégiés et la raison pour laquelle il y a eu ces exceptions, c’est parce que les citoyens agirent contre, les citoyens se soulevèrent, les citoyens protestèrent.

Note du traducteur: Ici Zinn se lance dans une explication historique sur le pourquoi le gouvernement Roosevelt a passé une série de législations favorisant les classes sociales défavorisées dans les années 1930, sous pression des masses. Le second moment fut le grand mouvement contre la ségrégation raciale qui vit le jour dans le sud des Etats-Unis dans les années 1960 et qui mena à l’abolition de la ségrégation par le mouvemement des droits civiques, mouvement dont Zinn fut un des activistes de la première heure. =  =  =

[…]

Quand je regarde l’histoire des Etats-Unis, ce que je vois est qu’à chaque fois que quelque chose de bien a été accompli, à chaque fois qu’une injustice a été corrigée, cele ne s’est produit pas au gré du processus gouvernemental, cela ne se produit pas en résulat d’élection, ni au travers des votes, ou de le procédure légale. Cela ne s’est seulement produit que lorsque le peuple s’est soulevé. Voilà comment l’esclavage a été aboli. L’esclavage n’a pas été aboli parce que Lincoln  a fait publier la proclamation d’émancipation. L’esclavage a été aboli parce que les esclaves, les anciens esclaves, les esclaves évadés (NdT: dont un grand nombre vivait avec les Indiens qui les avaient acceptés et adoptés dans bien des cas…), et quelques abolitionistes blancs se sont rassemblés et ont formé un mouvement retentissant anti-esclavage. Ce mouvement a enflé d’un petit groupe à un mouvement national dont les membres commirent des actes de désobéissance civile et enfreignirent la loi, violèrent la loi anti-fugitif, qui demandait que le gouvernement rende les esclaves échappés à leurs maîtres. Les gens ont occupé des tribunaux, des postes de police, ils participèrent à faire évader des esclaves et toute une série d’actes variés de désobéissance civile eut lieu. Alors seulement Lincoln commença à agir pour abolir l’esclavage, pour faire passer des amendements à la constitution et ceci s’est vu au travers de l’histoire de ce pays.

Les travailleurs de cette nation n’avaient aucune protection légale, aucun droit constitutionnel. Il n’y a rien dans la constitution qui dit que vous ne pouvez pas travailler 16 heures par jour, rien dans la constitution qui garantit une sécurité sociale. La constitution parle de vie et de liberté. Il n’ y a aucun droit économique dans la constitution, elle ne vous garantit rien de ce qui donne vie et liberté. Ainsi les gens décidèrent de prendre cela en compte parce que les procédures ne leur donnèrent rien. Ainsi à la fin du XIXème siècle se sont-ils organisés et se mirent en grève à travers le pays pour le droit aux huit heures de travail. Ils affrontèrent la police, ils furent battus, tués, arrêtés, emprisonnés, l’armée fut envoyée contre eux, mais ils continuèrent, firent grève et après une série de grandes grèves, la journée de huit heures fut gagnée.

Voilà comment les gens ont gagné le peu de justice qu’ils ont pu avoir. Ceci fut l’histoire des citoyens en action et ceci seul fut le succès dans la rectification de toute injustice.

[…]

Maintenant peut-on le faire ? Est-on capable de changer les choses ? Serons-nous capables de créer un nouveau monde ? Il est important de comprendre quelque chose de fondamental au sujet du pouvoir, du pouvoir des gens qui détiennent le pouvoir, l’armée, les riches, l’élite entrepreneuriale et financière: que le pays soit une dictature ou ou appelé une démocratie, ces gens sont ceux qui détiennent le pouvoir ; mais leur pouvoir est fragile, leur pouvoir ne dépend que de l’obéissance des gens. Quand les gens arrêtent d’obéir, leur pouvoir disparaît. Nous l’avons vu aux Etats-Unis. On ne pouvait pas faire reconnaître les syndicats par General Motors, par Ford. Non ? Alors les ouvriers se mirent en grève, GM, Ford, furent désemparés. Lorsque les ouvriers sont en grève les corporations ne peuvent plus faire grand choses, leur pouvoir a disparu (NdT: C’est pour cela que patronnat et gouvernement sont la main dans la main pour 1) neutraliser les syndicats et en faire des moutons bouffant au ratelier des subsides et 2) couper l’herbe sous le pied des ouvriers sur le plan de la lutte social en délocalisant…)

Il en va de même lorsque les consommateurs boycottent un ou plusieurs produits, ceci s’est passé dans les années 1960 lorsque les ouvriers agricoles californiens organisèrent un boycott du raisin qui ne se vendit plus à travers la nation. Ce fut un succès et les revendications furent acceptées.

De même lorsque les soldats refusent de se battre, les armées ne peuvent plus faire la guerre. Ceci fut un des éléments cruciaux qui mit fin à la longue à la guerre du Vietnam. Le gouvernement ne pouvait plus compter sur l’armée. (NdT: Howard Zinn fut un activiste pacifiste anti-Vietnam de la 1ère heure et fut arrêté à plusieurs reprise, professeur d’université, son dossier au FBI comptait des milliers de pages !!…).

Il est très important de bien comprendre le pouvoir des gens qui paraissent comme çà ne pas avoir de pouvoir… Des gens organisés, déterminés, qui refusent leur obéissance au gouvernement ont soudainement beaucoup de pouvoir. Et vous voyez des choses se produire, des gouvernements tomber, des gouvernements tyranniques disparaître et d’un seul coup vous voyez des dictateurs fuir dans leurs hélicoptères avec des millions de gens dans les rues…

[…]

Il y a des gens qui font des choses héroïques, mais la plupart des gens ne font rien d’héroïques. Les grands mouvements sociaux ne viennent pas d’actes héroïques, ils proviennent de petits succès qui amènent de plus en plus de gens à la lutte, ils viennent de millions de gens qui finissent par faire les petites choses nécessaires et à un certain point de l’histoire, toutes ces petites choses convergent et quelque chose de bien se produit, un grand changement survient.

Encore une dernière petite chose: Si vous vous engagez dans un mouvement, même de la manière la plus modeste qui soit, si vous participez à un vrai mouvement pour la démocratie réelle, que vous gagniez ou perdiez dans le sens immédiat, que vous voyiez la victoire ou pas, votre vie sera meilleure, votre vie sera remplie, votre vie sera plus intéressante.

Merci de votre attention.

=  =  =

Source:

“Howard Zinn Speaks”, Arnove A., Haymarket Books, 2012.

 

 

4 Réponses vers “Comprendre et abolir l’État: De la démocratie et de la citoyenneté (Howard Zinn)”

  1. Un grand merci à Howard Zinn pour ces encouragements et ce « vaccin de rappel « sur ce que devrait ètre la démocratie partout dans le monde.A diffuser sans modération.

  2. Voilà un écrit d’Howard Zinn qui détermine en tous points les actions à mener, les pensées à structurer s’ils l’ont veut seulement changer de paradigme. Ce type nous a laissé les pistes à suivre. Je sauvegarde ce texte et vous remercie R71 : A+

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.