Archive pour décembre, 2013

Guerres impérialistes: Éclairage sur l’imbroglio du sud-Soudan…

Posted in actualité, guerre iran, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme with tags , , , , , , , on 27 décembre 2013 by Résistance 71

Le sud-Soudan embrasé, quels liens avec l’Iran et le Hezbollah ?

 

Al Manar

 

26 décembre 2013

 

url de l’article:

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=147300&cid=76&fromval=1&frid=76&seccatid=31&s1=1

 

Le schéma est le même: une rébellion depuis quelques temps reconvertie à la politique…et alliée du pouvoir se met à renouer avec ses anciennes habitudes, à prendre des armes et à tenter de renverser le gouvernement pour des raisons électorales ou autre.

Du jour au lendemain ses combattants débarquent dans les villes stratégiques (Mali , Centrafrique , Yémen, Somalie, …) qui pourraient même être des ports pétroliers , en semant sur leur chemin mort et terreur.

Des milliers de déplacés, des villages détruits et une  » conscience internationale soudainement réveillée »!!  Le scénario prévoit presque toujours des  » attaques anonymes » contre les représentations diplomatiques occidentales, ce qui a pour l’effet immédiat la fermeture des ambassades et l’ordre d’évacuation des ressortissants étrangers.

Ce sont en général les Etats Unis, éternelle victime des terroristes, qui sont pris pour cible et qui , évidemment par souci pour leurs propres citoyens ( l’ambassadeur US à Benghazi?!!!) et pour le bien des peuples , décident d’un déploiement de GI’s à bord des avions militaires US dans le pays en question , ou ce qui  revient au même , d’un déploiement de leurs supplétifs onusiens dits casques bleues. Après tout, l’Onu n’est là que pour rendre service au « Big Brother » quand il y a quelque chose qui ne va pas dans ses grands dessins impérialistes qui sont ceux des USA !

Seulement le cas du Soudan du Sud est un peu bizarroïde! Ce n’est ni le Mali avec son ex président récalcitrant qui a osé éconduire en 2012 l’émir Hamad Al Thani quand il lui a demandé d’ouvrir ses frontières aux terroristes takfiris.

Ce n’est pas non plus la Centrafrique que Hollande, le Yankiste, compte, via sa guerre illégitime arracher aux mains des Chinois pour faire plaisir à Washington.

Le Sud Soudan est  » avec nous » pas  » contre nous », comme le disait en son temps George Bush . Voici un Etat né en 2011 après le démembrement du Soudan qui fut le plus grand pays musulman de l’Afrique.

Un Soudan dont le Président , anti israélien et par moment anti américain, a osé défier les projets pétroliers de l’Empire et se lier d’amitié avec l’Iran!  Le sud du Soudan disposait d’ailleurs des principaux gisements pétroliers du pays et sa scission n’a fait que des heureux dans les rangs des firmes pétrolières occidentales ! De surcroit, le petit Etat animiste avec ses 8.26 millions d’âme  tient  avec Israël  des liens viscéraux .

Ce sont des liens de fils à père, trop solides, trop substantiels au point que le boucher  Libermann vient de proposer  d' »envoyer des troupes militaires à Jouba pour défendre Salva Kiir » , des troupes qui iront sans doute grossir les rangs de 150 Gi’s et de 6000 casque bleues déjà sur place ou en voie de débarquement.

Pourquoi alors cette guerre sud soudanaise qui n’entre pas dans le cadre d’habituelles aventures africo- moyen orientale de l’oncle Sam ? et bien il faut se tourner le regard vers le nord , et penser à cet inoxydable personnage qu’est El Bachir et qui en dépit des manifs universitaires du début de 2013, de l’affaire ancienne du Darfour ( et le prétexte qu’elle fut pour une intervention occidentale humanitariste!) et des tensions pétrolières avec le sud , est toujours là !!

El Bachir gêne et il est dur à évincer . Debkafile nous dit le pourquoi : voici une information qui comme toutes les infos de Debka n’est certes pas à prendre au premier degré vue ses inexactitudes mais qui aide toutefois à comprendre les projets que l’axe US/Israël a en tête pour l’avenir des diverses parties du monde !

== « Une base logistique destinée à acheminer des tanks, des systèmes lance-missiles, de l’artillerie autopropulsée et d’autres armements lourds, destinés à la Syrie et au Hezbollah, est secrètement en construction, dans une section de Port-Soudan, qu’Omar al Béchir a loué à Téhéran…….Servant de protection contre toute frappe israélienne, la nouvelle installation iranienne jouxte directement les installations d’exportation de pétrole de Port-Soudan, par lesquelles le Sud-Soudan, l’allié d’Israël, exporte son pétrole, l’unique source de revenus de la nouvelle République, qui couvre aussi ses achats d‘armes israéliennes…

D’autre part, les sources des renseignements occidentaux, qui surveillent ces travaux, sont certains que la nouvelle installation iranienne est un port militaire dans tous les sens du terme. Elle est très similaire à la base navale russe construite dans le port syrien de Tartous, excepté qu’elle est deux fois plus vaste et en capacité d’accueillir les plus gros navires de guerre de l’Iran, autant que des sous-marins.

Téhéran tire parti des liens très forts, sur le plan militaire et en matière de renseignements, qu’il a développés avec le dictateur soudanais al Béchir, pour écouler ses armes par cette route de contrebande à ses alliés assiégés et étroitement surveillés……Cette section iranienne du port est séparée par une barrière de sécurité, dotée de miradors et acquerra bientôt des systèmes de défense anti-aérienne. …Cette nouvelle installation permettra à l’Iran de transférer des cargaisons plus massives et des armes plus lourdes que le couloir aérien utilisé jusqu’à présent, pour acheminer de l’équipement militaire à l’armée syrienne et au Hezbollah.

Cela permettra de convoyer par mer des pièces d’armement vers leur destination, depuis la Mer Rouge, par le Canal de Suez et la Méditerranée, pour répondre aux besoins urgents qui surviennent, dans le cadre de la guerre civile en Syrie ou de conflits potentiels avec Israël.

Ni les Etats-Unis, l’Egypte ni Israël n’ont, jusqu’à présent, interféré pour barrer la route des cargos d’armes iraniens naviguant sur le Canal de Suez, en chemin vers la Syrie et le Hezbollah libanais. Les forces aériennes israéliennes ont, par le passé, détruit quatre convois d’armes ou des cibles dans la zone de Port Soudan ». = =

debka.com

Mis à part le niveau de la véracité de cette information qui d’ailleurs n’a rien d’une révélation dans la mesure où l’Iran est lié par des accords défensifs à la Syrie et que le Soudan est un partenaire politique et économique pour Téhéran, plusieurs remarques s’imposent : Israël/USA ont peur d’un Tartous à l’iranienne à Port Said, Israël et USA ont peur que des armes stratégiques arrivent aux mains du Hezbollah et de la Syrie via le Soudan.

Les sionistes ont déjà bombardé le Soudan pour apaiser leurs craintes mais vu le conflit au Sud Soudan, ces craintes n’ont pas été apaisées. Le conflit du Sud Soudan pourrait déborder donc vers le nord dans les semaines à venir avec en perspective d’un changement du régime béchiriste car il faut à tout prix couper toute voie de transit d’armes au régime syrien alors que des milliers de terroristes takfiris, engraissés par Riyad sont en route pour la Syrie….affaire à suivre ….

Média et propagande: Pour en savoir plus sur ce qu’il se passe en Thaïlande…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 27 décembre 2013 by Résistance 71

La BBC se range ouvertement aux côtés du régime thaïlandais et fait un portrait des manifestants comme étant violents et anti-démocratiques

 

Tony Cartalucci

 

26 Décembre 2013

 

url de l’article original:

http://landdestroyer.blogspot.fr/2013/12/bbc-openly-sides-with-regime-portrays.html#more

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

La Thaïlande est en ce moment même dirigée par Thaksin Shinawatra. Thaksin n’était pourtant pas sur les bulletins de vote durant les dernières élections générales, il n’était même pas dans le pays, mais comme l’a rapporté le New York Times dans son article, « In Thailand, Power Comes With Help From Skype, » il est toujours aux manettes:

Cette dernière année et demie, de l’admission même de son parti politique, les décisions politiques les plus importants de ce pays de 65 millions d’habitants, ont été prises depuis l’étranger, par un ancien premier ministre en auto-exil depuis 2008 afin d’échapper à la justice de son pays pour accusations et condamnation de corruption.

Le fugitif le plus céèbre du pays, Thaksin Shinawatra, parcourt le monde à bord de son jet privé, parlant avec des ministres sur ses plus de douze téléphones portables, textant sur les médias sociaux variés et lisant des documents gouvernementaux qui lui sont envoyés via email par de hauts-fonctionnaires, disent les pontes du parti.

Ceci pourrait être décrit comme “gouverner par skype” ou le gouvernement par la messagerie instantannée, une façon pour Thaksin d’aider à diriger le pays sans avoir à faire face au mandat d’arrêt lancé contre lui dans un cas que beaucoup considère comme politiquement motivé.

Thaksin est tellement arrogant, qu’il fît utiliser comme slogan de la dernière campagne électorale: “Thaksin pense, Puea Thai fait”. Son inepte sœur Yingluck Shinawatra, qui n’a jamais tenu de fonction publique dans sa vie est soudainement devenue “premier ministre de Thaïlande”, place les Thaksin dans une embarrassante démonstration de népotisme du tiers monde.

Mais le régime actuel thaïlandais abrite d’autres caractéristiques bien plus noires que cette corruption cartoonesque de république bananière. Thaksin Shinawatra, alors qu’il était en fonction de 2001 à 2006, conduisit une “guerre contre la drogue” brutale. Ce fut en fait une campagne de 90 jours d’exécutions extra-judiciaires dans les rues qui tua plus de 3000 innocents, dont plus de la moitié furent révélés n’avoir rien à faire avec le trafic de drogue et dont aucun ne fut à aucun moment arrêté, mis en examen ou mis devant un tribunal.

Malgré la brutalité de ce qui fut dans toute sa mesure un crime contre l’humanité, la “guerre” fut très populaire au sein de ses supporteurs (voir l’article de the Economist’s: Thailand’s Drug Wars – Back on the Offensive), qui n’ont apparemment aucun concept ou préoccupation pour les droits de l’Homme, les procès et la présomption d’innocence tant que non prouvé coupable, les mêmes supporteurs du reste, qui votent pour le réélire au pouvoir encore et toujours.

Un criminel de l’espèce de Thaksin ne serait pas un homme libre s’il avait commis ses crimes en occident (NdT: cela reste néanmoins encore à voir de nos jours…) ou dans un pays qui serait en conflit avec l’occident. Il se serait retrouvé comme membre mineur de “l’axe du mal” et certainement qu’aucun gouvernement qu’il mènerait directement ou indirectement ne serait considéré comme “légitime” ou “démocratiquement élu” et ce sans compter du soutien populaire qu’il serait censé avoir. Ses suiveurs politiques et fidèles seraient appelés et étiquetés comme des “fanatiques”.

Un criminel condamné qui mène un parti politique par procuration en occident serait chose impensable (NdT: plus pour longtemps…) et de la même manière cela est pensé comme étant inacceptable en Thaïlande également. Voilà ce qui a amené des millions de personnes dans les rues pour protester contre le cœur de cette crise politique sans fin qui se déroule de nos jours en Thaïlande. Il n’y a aucun effort pour arrêter les élections en Thaïlande, simple effort de stopper les élections factices de ce régime, élections qui vont être tenues contre les vœux de la commission électorale de la nation, et avec tous les partis d’opposition les boycottant.

Et aussi sérieux et importants que soit tout ceci pour ceux qui essaient de compendre la Thaïlande de l’extérieur et sa crise politique actuelle, aucun de ces faits ne furent rapportés par la BBC dans ses derniers reportages et comptes-rendus.

Titré, « Thailand protests: Yingluck government rejects election delay, » l’article annonce: Que le gouvernement thaïlandais a rejeté aujourd’hui les appels a reporter les élections de Février et ce durant de violentes manifestations qui ont vu la mort d’un policier, tué par balle. La Commission Nationale Electorale avait demandé un report par souci de sécurité pour les candidats en campagne, mais le gouvernement a dit que l’assemblée nationale avait déjà été dissoute et qu’il n’y avait aucune raison d’attendre pour de nouvelles législatives. Le peuple veut que le gouvernement démissionne et qu’il soit remplacé par un “conseil populaire” non élu.

L’article a été spécifiquement écrit pour rendre responsable les manifestants de la mort du policier alors qu’il avait déjà été rapporté par l’agence Reuters que celui-ci avait été tué par des tireurs non identifiés depuis les toits. L’article déclare également que les manifestants veulent que le gouvernement soit remplacé par un “conseil populaire” non élu, ce qui induit volontairement en erreur. Les manifestants quotidiennement, en langues thaïe et anglaise réitèrent qu’ils n’ont aucune intention de stopper le processus démocratique, ni les élections.

Le but est de virer Thaksin Shinawatra et sa clique de dangereux criminels, et leur influence corrosive sur le pays, avant que de véritables élections libres et régulières puissent être tenues. Le conseil n’est aucunement différent des corps non élus qui ont pris le pouvoir au cours des nombreuses “révolutions colorées” soutenues et fomentées par l’occident à travers le monde, ainsi que l’ autorité provisoire d’irak d’obédience impérialiste, qui a dirigée la nation moyen-orientale décimée peu de temps après que l’occident l’eut envahi et occupé. La différence bien sûr étant que ce conseil ne travaillerait pas pour Wall Street, alors que les autres le firent.

Mais l’article continue avec l’”analyse” du journaliste de la BBC Jonathan Head – already exposed as a peddler of falsehoods – qui déclare: Dans la plupart des autres pays, une attaque sur un site d´élection par des manifestants armés de frondes et de bombes artisanales résultant dans la mort d’un policier par balle, aurait déclenché une réponse robuste des autorités. Un état d’urgence peut-être, ou le déploiement de l’armée comme cela s’est produit à Bangkok en 2010.

Ceci ne se passe pas en Thaïlande, que des manifestants soient laissés libres de bloquer les routes, d’occuper des ministères et de lancer des assauts sur un stade où des partis politiques essayaient de préparer des élections démocratiques, en dit long sur l’état polarisé de la thaïlande en ce moment.

Une fois de plus, le policier a été tué par des tireurs non identifiés qui étaient localisés sur un toit voisin de la manifestation (NdT: les tirs ne sont pas venus de la foule, personne ne sait de quel bord sont ces tireurs, une enquête est en cours…) et non pas des manifestants clashant avec la police en dessous. Head invoque encore les violences de 2010, dans lesquelles Thaksin Shinawatra fit déployer quelques 300 mercenaires professionnels lourdement armés dans une tentative violente de ressaisir le pouvoir. Ces mercenaires (d’après l’ONG Human Rights Watch) ont attaqué les troupes anti-émeute avec des AK-47, M16 et des lance-grenades M79, tuant 7 soldats incluant un officier du commandement (un colonel), ce qui déclencha des semaines de combats de rue et provoquèrent la mort de 92 personnes. Cette violence à la fois dans son contexte et son échelle n’est en rien comparable avec ce qu’il s’est produit aujourd’hui, mais Jonathan Head espère que les lecteurs ne sont pas au courant des détails ainsi que d’autres faits alors qu’il nous vend un narratif des faits malhonnête.

Head aime utiliser l’expression “élection démocratique”, parce que cela suffit à qualifier dans l’esprit de beaucoup tout processus électoral comme étant “légitime”. Bien sûr, en réalité, beaucoup des pires autocraties du monde, passées et présentes, ont utilisé les élections comme moyen de se prêter à elles-mêmes une légitimité usurpée et non-existente. Quelques exemples viennent à l’esprit: l’Irak de Saddam Hussein, la Corée du Nord et la despotique autocratie d’Arabie Saoudite où la moitié du pays est privée du d roit de vote, mais qui est  toujours défendue par la BBC comme étant une “réformatrice précautionneuse”.

Tout comme dans l’Irak de Saddam Hussein, la Corée du Nord de Kim Jong Un ou l’Arabie Saoudite, les élections thaïlandaise ne mettront en scène qu’un seul parti avec une famille le dominant: Les Shinawatra. Voter est obligatoire et dans de nombreuses régions de la Thaïlande rurale où Thaksin a particulièrement retranché sa machine politique, la dissidence fait souvent face à l’intimidation, la violence et la mort occasionnelle. Les élections en Thaïlande avec les Shinawatra impliqués sont tout ce qu’on veut sauf démocratiques et le processus n’est fait que pour tirer avantage d’une minorité qui trouve que les exécutions extra-judiciaires d’innocents est acceptable, le népotisme préférable et la voix de l’opposition intolérable, ils s’alouent la même crédibilité politique qu’un Saddam Hussein, un Kim Jong Un ou une maison des Saoud, lorsqu’ils organisent leur escroquerie d’élections.

Jonathan Head de la BBC a déjà sans aucun doute démontré son aversion de la vérité et il le fait encore dans sa dernière bafouille commise. Mais ceci va au-delà de “Head le propagandiste”, c’est une manipulation systématique de la vérité par les médias occidentaux en général, parce qu’en plus d’être un assassin en série et un criminel condamné, Thaksin Shinawatra est aussi très bien connecté avec Washington et Wall Street:

  • A la fin des années 1990. Thaksin était un conseiller pour la firme privée d’équité du Carlyle Group. Il permit alors à ses contacts étrangers qu’une fois en place comme premier ministre, il demeurerait un entremetteur entre le fond d’équité américain et le monde des affaires thaïlandais.
  • En 2001 il privatisa les ressources et infrastructures de la Thaïlande incluant le compagnie pétrolière nationale PTT à la grande satisfaction de Wall Street.
  • En 2003, il envoya des troupes thaïlandaises pour l’invasion américaine de l’Irak et ce malgré de larges protestations venant à la fois de l’armée thaïlandaise et de l’opinion publique. Thaksin permit également à la CIA d’utiliser le territoire de la  Thaïlande pour son horrible programme de rendition/kidnapping et sous-traitance de la torture.
  • Aussi en 2004, Thaksin tenta de forcer un accord de libre-échange entre les Etats-Unis et la Thaïlande, le FTA, sans aucun accord parlementaire, soutenu par le conseil des affaires commerciales US-ASEAN, qui juste avant les élections de 2011 qui virent la sœur de Thaksin Yinglulk Shinawatra arriver au pouvoir, accueillit les leaders du Front Uni contre la Dictature des “chemises rouges” de Thaksin à Washington DC.
  • Depuis 2006 et le coup d’état qui a renversé le régime Thaksin, celui-ci a été représenté par des élites corporatives et financières américaines au travers du lobbying d’entreprises telles que Kenneth Adelman de Edelman PR (Freedom House, International Crisis Group (Soros), PNAC (Project for a New American Century)), James Baker de Baker Botts (CFR et Carlyle Group, NdT: où pantoufle aussi le frère de Sarkozy)), Robert Blackwill (CFR), Kobre & Kim, Vell Pottinger et actuellement Robert Amsterdam d’Amsterdam & Partners (Chatham House).
  • Cette année, le parti poloitique de Thaksin, Puea Thai, a amendé l’article 190 de la constitution thaïlandaise. Ceci enlève les obstacles qui l’empêchaient de prendre des mesures destructives, et hautement impopulaires de l’accord du FTA de 2004 et d’autres traités qui dimininueront sinon détruiront la souveraineté de la nation thaïlandaise au profit de Thaksin et de ses sponsors occidentaux.

Jonathan Head de la BBC n’est pas stupide, il fait simplement ce que la BBC fait de mieux: prendre le fric et les directives de la part des élites friquées de Wall Street et de la City de Londres et de pirouetter les faits pour un narratif qui leur convient au mieux. Thaksin Shinawatra et sa sœur Yingluk, les “démocrates populaires” de Thaïlande, reflètent au mieux la relation intime et l’immense invstissement que l’occident a placé dans la famille Shinawatra, même si cela ne reflète en rien la réalité.

 

 

Colonialisme et révocation des bulle papales Romanus Pontifex et Inter Caetera: Pape François 1er, gardien du dogme sous la soutane du faux-semblant…

Posted in actualité, altermondialisme, démocratie participative, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, militantisme alternatif, pédagogie libération, philosophie, police politique et totalitarisme, politique et lobbyisme, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 26 décembre 2013 by Résistance 71

« Le clergé vit au détriment
Du peuple qu’il vole et qu’il gruge;
Et que finalement,
Il juge. »
~ Georges Brassens ~

Voici un article d’un journaliste iroquois, Mohawk, que nous avons traduit et qui résume parfaitement notre point de vue, exposé sur ce blog. C’est toujours mieux de le voir du côté des intéressés et des opprimés.

Nous répondrons à la question du titre: Le nouveau pape est une baudruche, en fait un leurre. Un « Obama » de l’église romaine, un poseur, chargé à la fois d’un côté de donner un « espoir » aux masses, et de l’autre, en tant que jésuite et donc garde-chiourme en chef du dogme, de renforcer la doctrine et verrouiller le système qui est sous attaque de partout.

Les nations autochtones des Amériques posent les bonnes questions et ont le potentiel de faire chuter cette ignominie cléricale responsable de génocides, de mise en esclavage, de pillage, de vols, de viols, de tortures et de crimes de sang ignobles dans le monde au cours de plus de 5 siècles d’histoire sanglante, entretenant le dogme du mensonge et de la fourberie à l’état pur.

Voir: doctrine de a découverte et l’importance de la lutte de l’occident contre son colonialisme

— Résistance 71 —

 

Le pape François 1er baudruche ou rédempteur ?

 

John Kane (journaliste et animateur radio Mohawk)

 

23 décembre 2013

 

url de l’article:

http://tworowtimes.com/opinions/columns/lets-talk-native/pope-francis-gimmick-game-changer/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Nous entendons beaucoup de choses au sujet de ce nouveau pape et de son soutien radical aux pauvres, mais la vérité est qu’il demeure des failles béantes dans sa prise de position et ce tant que les bulles papales responsables de la doctrine chrétienne de la “découverte” ne soient convenablement adressées. Seule une répudiation totale des bulles papales de Nicolas V (1455 Romanus Pontifex) et d’Alexandre VI  (1493 Inter Caetera) pourrait vraiment faire tenir les déclarations péremptoires du pape François pour sérieuses au lieu de mots totalement creux pour les peuples autochtones des Amériques.

Le pape François 1er va peut-être gagner le prix nobel de la paix pour faire la paire avec sa nomination comme “homme de l’année 2013” par le magazine Time, mais soyons honnêtes, ces honneurs ont bien moins à faire avec un vrai changement qu’avec de la pure propagande. Et pourtant, le pape a toujours l’opportunité de suivre le Conseil Mondial des Eglises et de produire une déclaration des plus fortes à ce sujet.

Ce n’est pas suffisant pour l’église catholique que de juste suggérer, comme elle l’a fait, que les bulles du XVème siècle ne sont plus la doctrine de l’église aujourd’hui. Le Vatican a commencé cette ignominie et il est du devoir du pape de faire une déclaration définitive rejetant une bonne foi cette doctrine raciste qui continue d’être la cause de tant de cette pauvreté dont il est si prompt à parler.

Bien sûr, de grosses déclarations des églises ou du Vatican seuls ne vont pas défaire le mal occasionné. Les Nations-Unies ont fait leur déclaration s’arrêtant juste à la limite d’une condamnation de la doctrine de l’église dans sa Déclaration des Droits des Peuples Indigènes (UNDRIP), mais l’intention y était clairement énoncée, La troisième affirmation de l’UNDRIP stipule:

Que toutes les doctrines, politiques et pratiques fondées ou se faisant les avocates de la supériorité de peuples ou d’individus sur la base d’une origine nationale, raciale, religieuse, ethnique ou de différences culturelles, sont racistes, scientifiquement fausses, légalement invalides, moralement condamnables et socialement injustes.”

Mais alors que les Etats-Unis rejettent l’opinion mondiale ou la loi internationale confrontant leurs lois “moralement condamnables et socialement injustes”, il semblerait qu’ils n’aient eu aucun problème à codifier dans leur loi la doctrine de l’église qui est clairement en conflit avec la prétention des Etats-Unis à séparer l’église et l’état.

Les Etats-Unis et le Canada se sont acculés eux-mêmes dans un coin sur ce sujet. Alors que ces deux pays essaient de se promouvoir eux-mêmes comme l’autorité morale du monde, alors même que l’équilibre de domination du monde leur échappe et qu’ils continuent à activement détruire la terre, l’eau et l’air dans leur poursuite effrenée des dollars, leur laide histoire et systèmes judiciaires fondés sur le dogme raciste de l’église ne peuvent pas ou plus être ignorés.

Le “château de cartes” que représente leur loi fédérale sur les Indiens ne peut pas survivre à toute observation légitime et leurs politiques oppressives incluant les raids, l’abus physique, les tribunaux kangourous et la criminalisation générale de tout ce qui est autochtone, deviennent de plus en plus difficiles pour eux à justifier comme n’étant ni plus ni moins qu’une forme plus “douce” de génocide. Dans le même temps, nos peuples continuent de défendre la terre et le future de tous nos enfants tandis que les Etats-Unis et le Canada continuent de perdre leur crédibilité devant quiconque n’est pas dans leur poche (par corruption…)

Je ne suis pas de ceux qui clâment aux réparations pour toutes les injustices passées ou pour une seconde chance sur les 500 ans écoulés. Ceci serait un grand rêve et aucune des deux propositions n’est réaliste. En fait, certains de nos propres peuples seraient victimes d’un renversement du château de cartes sur lequel les Etats-Unis et le Canada sont construits. Je pense que notre levier sur leurs faiblesses doit être utilisé pour pousser à des négociations honnêtes et efficaces afin de résoudre les conflits émergeant de la nature oppressive de ces deux bêtes. (NdT: Kane ici, sans aucune doute, fait allusion au traité déjà existant mais bafoué depuis plus de 400 ans: le Wampum Deux Rangées…)

Il y a beaucoup de travail que nous devons faire pour retourner à nos voies de résolution des problèmes. Rejeter les diktats et interférences de la “loi sur les Indiens” et du Bureau des Affaires Indiennes est un bon début (NdT: La bonne vieille désobéissance civile…). Nous devons aussi repousser l’impôt et tout contrôle de notre propre développement économique (NdT: Boycott de l’impôt et des institutions comme nous le préconisons pour la société occidentale…) et bien sûr l’obtention d’un siège à la table des négociations concernant tous les problèmes environnementaux est impératif. (NdT: C’est par le levier écologique que nous les occidentaux, devons principalement adhérer et soutenir les causes autochtones). L’accès sans restrictions aux ressources de nos territoires et les pratiques qui continuent à placer le futur de nos enfants en danger doit prendre fin et toute discussion pour aller de l’avant à ce niveau doit impérativement nous inclure.

Aussi raisonnable que cela puisse paraître au peuple autochtone, les Etats-Unis et le Canada sont loin, très loin d’être raisonnables sur ces sujets. Seule une répudiation de la doctrine chrétienne de la “découverte” et des décisions et opinions (biaisées) de la cour suprême des Etats-Unis commençant avec l’affaire Johnson contre McIntosh en 1823, peut gifler le bon sens à des pays qui ont permis une doctrine ecclésiastique “raciste, scientifiquement fausse et légalement invalide” de devenir le fondement des lois foncières de ces pays. Ceci est littéralement leur seule base légale et juridique pour atténuer et éradiquer la souveraineté autochtone.

Alors fais un effort “l’homme de l’année” et prends de grandes mesures pour vraiment prendre soin de la pauvreté. Après tout, c’est le Vatican et les autres entreprises des nations chrétiennes qui sont assis sur des richesses et ressources qui ont été tirées et continuent d’être tirées des terres des peuples autochtones et c’est cette accumulation et consolidation de cette richesse qui sont responsables de la pauvreté. Ce sont les bulles papales de papes du passé qui ont tracées la route de cette subjugation illégale qui continue aujourd’hui même.

Balaie le pas de ta porte pape François, et nous prendrons en charge la suite des évènements.

Média, propagande et surveillance de masse: Le message télédiffusé d’Edward Snowden (Channel 4)

Posted in actualité, altermondialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, ingérence et etats-unis, média et propagande, militantisme alternatif, neoliberalisme et fascisme, police politique et totalitarisme, politique et social, résistance politique, science et nouvel ordre mondial, sciences et technologies, technologie et totalitarisme, terrorisme d'état, Union Europeenne et nouvel ordre mondial with tags , , , , , , , , , , , , , , on 26 décembre 2013 by Résistance 71

Edward Snowden délivre une annonce de Noël au sujet de l’espionnage du gouvernement: “Traqués où que vous alliez !”

 

RT

 

24 Décembre 2013

 

url de l’article original:

http://rt.com/news/snowden-christmas-alternative-tv-745/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden a délivré son “message de Noël alternatif” sur une chaîne de télévision britannique (NdT: Channel 4 qui depuis 1993 offre une “message de Noël alternatif” à celui de la reine…). Le lanceur d’alerte a appelé pour la fin de l’espionnage de masse entrepris par les gouvernements, expliquant qu’un enfant né aujourd’hui n’aura plus “aucune conception de ce qu’est la vie privée”. (NdT: Ce qui est le but ultime de l’oligarchie en place bien entendu)

Le message de Snowden a été diffusé sur la chaîne britannique Channel 4 et se présente comme un message de Noël alternatif à celui de la reine d’Angleterre et son discours traditionnell de Noël, qui est diffusé par les autres chaînes de télévision du pays.

Filmé en Russie, le message est la première apparition télévisée du lanceur d’alerte depuis son arrivée dans le pays où il a reçu l’asile politique temporaire au mois d’août dernier.

Le message commence avec Snowden appelant à toute famille, les mettant en garde de l’étendue de la surveillance gouvernementale qui a pris une telle proportion qu’un “enfant né aujourd’hui grandira sans aucune conception de ce qu’est la vie privée et tout ce qui y est rattachée.”

En tant qu’ancien employé de la CIA et contractant de la NSA et en tant que personne derrière la plus grosse fuite de documents secrets de l’histoire des Etats-Unis, Snowden donne son sentiment du modèle étatique orwellien classique comme “n’étant rien comparé aux méthodes de surveillance actuelles.”

Les types de collectes d’information du livre, les micros, et les caméras vidéos, les télés qui nous regardent, ne sont rien comparé à ce qu’il est possible de faire aujourd’hui. Nous avons des émetteurs dans nos poches, qui sont capables de nous tracer où que nous allions. Pensez à ce que cela représente pour la vie privée d’un citoyen lambda,” dit l’ancien contractant de la NSA.

Il ajoute: “Un enfant né aujourd’hui n’aura plus de conception de a vie privée en grandissant. Ils ne sauront jamais ce que veut dire d’avoir un moment privé à soi, une pensée non-enregistrée, non-analysée.”

Ceci est un problème parce que la vie privée est très importante, la vie privée est ce qui nous permet de déterminer qui nous sommes et qui nous désirons être.” Ajoute Snowden.

Le lanceur d’alerte américain pointe également sur l’importance du débat déclanché par ses révélations. Snowden a divulgué des docuements top-secrets de la NSA, des documents sur la surveillance à très grande échelle des citoyens américains, britanniques et par d’autres gouvernements de leurs communications téléphoniques, internet. Ces révélations ont rendu le monde furieux, incluant bon nombre d’officiels gouvernementaux, comme le président brésilien Dilma Rousseff, qui fut espionné par l’agence du gouvernement américain.

La converstaion se déroulant aujourd’hui va déterminer le niveau de confiance que nous pouvons placer à la fois dans la technologie qui nous entoure et dans les gouvernements qui la régule. Ensemble nous pouvons trouver un meilleur équilibre, mettre fin à la surveillance de masse et rappeler au gouvernement que s’il veut vraiment savoir ce que nous pensons, nous demander est bien moins coûteux que d’espionner”, a dit Snowden.

Le message de Snowden à son audience britannique vient au milieu d’un débat de la nation au sujet du renforcement de la surveillance domestique ainsi qu’au niveau international.

Les dernières révélations des activités du renseignement de la NSA et des son alliée britannique de la General Communication HeadQuarters (GCHQ), ont suggéré vendredi dernier que les Etats-Unis et la GB espionnent aussi bien leurs ennemis que leurs amis, écoutant et enregistrant les communications d’officiels de gouvernements de l’UE, de l’ONU et d’Israël.

Snowden a dit dans une interview récente avec le Washington Post qu’il “a déjà gagné sa bataille”, car le public a déjà commencé à se dresser contre la surveillance du gouvernement. “Pour moi, en termes de satisfaction personnelle, c’est déjà mission accomplie”, a dit Snowden.

Le message de Noêl alternatif de Channel 4 au message royal a été diffusé depuis 1993, donnant la parole à des personnalités diverses, dont beaucoup sont vues comme étant controversives. Brigitte Bardot délivra un message en 1995, Marge et Lisa Simpson en 2004 et l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad en 2008.

Colonialisme et propagande: Un autre mythe historique tombe… Les sacrifices des civilisations pré-colombiennes

Posted in actualité, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, sciences et technologies, terrorisme d'état with tags , , , , , , on 26 décembre 2013 by Résistance 71

Les mythes anthropologiques, historiques et politico-sociaux tombent les uns après les autres. La véritable question est la suivante: Quel secteur de la connaissance humaine n’a t’il pas été touché, corrompu, perverti, par l’idéologie élitiste dominante ? La réponse semble de plus en plus claire: aucun ! Il est donc de plus en plus impératif de faire tomber les dogmes un à un et de tirer la vérité de sous les gravas idéologiques qui l’ont enterrés à dessein depuis bien longtemps. Cet article ci-dessous est un coin de plus enfoncé dans l’idéologie dominante de justification de l’oppression européenne (occidentale) sur le reste du monde sous couvert des motifs les plus racistes et suprémacistes. L’histoire, l’anthropologie, la sociologie et bien d’autres sciences sont victimes depuis des décennies d’un véritable terrorisme intellectuel, qu’il faut abattre.

Détruisons la pyramide du pouvoir fictif pierre par pierre…

— Résistance 71 —

 

Ce fascinant monde précolombien encore si mal jugé

 

Francis Devigne

 

22 Décembre 2013

 

url de l’article:

http://mobile.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/il-n-y-eut-point-de-sacrifices-145372

http://www.alterinfo.net/Il-n-y-eut-point-de-sacrifices-humains-en-Amerique_a98006.html

 

La TV française a diffusé il y a peu un documentaire du réalisateur Novoa intitulé Le mystère de la momie tatouée ayant en principe pour sujet « La dame de Cao », une momie extraite de la huaca (monument-cimetière) située au lieu-dit Cao, près du Pacifique, à 55 km au nord de Trujillo.

Si dans ce document les trop courtes interventions de l’archéologue péruvien responsable du site et ami de longue date Régulo Franco saupoudrent un peu de sérieux, il est regrettable que le sujet ait été une fois de plus exploité à des fins commerciales. La moitié de ce petit film est en effet dédiée à des scènes macabres de tueries sauvages entrecoupées de danses grotesques par des acteurs indianisés qui laissent entendre qu’elles constituaient l’essentiel des rites de la culture mochica qui fleurit entre le premier et le neuvième siècle de notre ère! Comme la violence et le meurtre se vendent très bien surtout de nos jours, on pourrait penser que la recherche de l’audimat dont les TV sont si friandes fut le moteur du choix de cette mise en scène par ce réalisateur. Mais il y a plus insidieux.

Les représentations en apparence guerrières mais avec des costumes d’apparat peintes sur les céramiques mochicas des 4èmes et 5èmes périodes, sont hélas toujours interprétées au premier degré par nos spécialistes européens et consorts, c’est-à-dire systématiquement violentes. Or elles sont en réalité essentiellement rituelles et pédagogiques! C’est le cas par exemple du motif de la « corde au cou » apparaissant sur des hommes ayant le sexe à l’air et les mains liées dans le dos. Ce symbole est interprété à la gréco-romaine comme étant l’expression d’un proche sacrifice humain évidemment « commandité par les dieux ». L’imagination débordante de ces auteurs en mal de sacrifices fait aussi de ces personnages « des guerriers ennemis vaincus, déchus et prisonniers ». Mais selon la tradition rapportée par les Hamauttas qui sont les sages pratiquant l’astronomie, l’architecture et la guérison par les plantes, cette représentation symbolique indique le désir de rédemption de ces « prisonniers à sacrifier » qui s’étaient laissés aller à la recherche de la jouissance et étaient devenus esclaves de leurs sens. Ils se soumettent volontairement à cette cérémonie d’expiation et de désenvoutement. C’est un peu la recherche d’une « remise de peine » solennelle par un acte volontaire de « changement de peau » comme ceux mentionnés plus de 80 fois dans les Vedas. L’homme représenté la corde au cou fait en effet le sacrifice volontaire de son égo…afin d’atteindre un niveau de conscience supérieur. Les autochtones de « La Terre en Fleurs » (Abya Yala en langue cuna) ou « Immensité » (Itzachilan en langue nauatl) aspiraient comme nous tous à une évolution spirituelle, à la Connaissance par l’expérience cosmique (ou nirvana ou état de samadhi).

Sur le continent américain dont le pauvre nom colonial vient du prénom Amerigo de l’explorateur Amerigo Vespucci, le sacrifice humain fut ourdi par les européens de l’époque pour des raisons de sécurité et de jouissance ; ceux-ci passèrent leur temps à renifler l’or, à violer les femmes autochtones, à commettre les pires exactions de notre histoire. Mais un tel sacrifice n’a jamais été pratiqué par les Ayars et les Yarovilcas qui au contraire étaient si en avance sur leurs contemporains qu’ils furent totalement incompris. L’accusation gratuite de sacrifice humain est donc le principal mensonge de conquérants barbares désireux d’échapper à la justice royale, afin de pouvoir jouir, soit sur place, soit en Europe, des richesses accumulées dans le sang ou par la torture et des terres volées. Ce mensonge grossier fut propagé par les chroniqueurs espagnols puis facilement repris par les voyageurs et explorateurs des siècles suivants. Au XXI ème siècle et malgré l’existence de la critique historique, il est toujours plébiscité par la plupart des auteurs et des professionnels. Même la communauté scientifique est passive ; l’Amérique et ses civilisations? C’est si loin et ce n’est pas le monde méditerranéen!

Pour se convaincre et finir par réparer une telle erreur historique aussi injuste qu’infamante, il est recommandé de lire Mexikayotl, Esencia del mexicano, de Rodolfo et Maria del Carmen Nieva Lopez, de continuer avec La Doctrine du Sacrifice Humain d’Ananda Coomaraswami, de poursuivre avec Dans la Beauté je marcherai, paroles indiennes de sagesse et de paix d’Helen Hexley, de lire aussi le Legado de los Amautas de William Burns Glynn, le Testimonio de una alta cultura, descubrimiento del más grande libro de geometria del mundo de Maria Scholten de d’Ebneth, d’étudier Origen y Fundación de los Imperios incas en el Perú y en el Brasil, de Juan Loza Bonifaz; et les plus sceptiques devraient orienter leurs lectures vers Genesis del Mundo Andino et Ayni (Réciprocité Solidaire) de Carlos Milla Villena, le seul architecte-astronome parlant quetchua et aymara que je connaisse, guide spirituel des autochtones, amoureux du monde précolombien qu’il a étudié sur le terrain, ayant donc une formation et des qualités essentielles pour comprendre et expliquer en profondeur la splendide civilisation américaine. Ces livres se commandent et/ou se trouvent dans les librairies de Lima… (Je me charge également d’apporter les preuves de ce que j’avance dans un autre article).

Peut-être qu’alors les gens s’apercevraient de la profonde philosophie, de l’incroyable connaissance en tout, en particulier en astronomie, en géométrie, en géodésie, en architecture, en médecine, de la sagesse insondable, de la noblesse de cœur, de la remarquable attitude sociale de solidarité générale et réciproque, de la cosmogonie sans dieu. En résumé, de la grandeur d’âme d’amérindiens aux qualités humaines incompatibles avec cette farce de sacrifices humains montée de toute pièce, une machiavélique tromperie ourdie à des fins infamantes pour rendre acceptables auprès du roi d’Espagne le génocide et l’ethnocide de 70 à 90 millions d’individus en trois siècles de colonisation. Cela représente en volume, 12 à 15 fois le génocide des juifs sous Hitler! Mais le plus grand génocide de l’histoire reste une immense blessure aux conséquences multiples sur la vie d’autochtones encore marginalisés et brimés par les pouvoirs. Il est passé sous silence par des états qui ont commis des exactions semblables et qui ont donc une tendance compréhensible à raser les murs.

 

Professeur Francis Devigne, auteur de Pérou Solidaire, Chamanique, Cosmique, Symbolique paru en 2013

 

Conte approprié pour la supercherie de Noël…

Posted in actualité, altermondialisme, philosophie, politique et social, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , on 25 décembre 2013 by Résistance 71

Le prêtre et le diable

 

Fédor Dostoïevski (1849)

 

Cette histoire fut à l’origine écrite par Dostoïevki sur les murs de la cellule qu’il occupait dans une prison sibérienne…

“Bonjour petit curé grassouillet!” dit le diable au prêtre. “Qu’est-ce qui t’as fait mentir à tous ces pauvres gens volontairement induits en erreur ? Quelles tortures de l’enfer as-tu dépeint ? Ne sais-tu pas qu’ils sont déjà en train de souffrir des tortures de l’enfer dans leurs vies terrestres ? Ne sais-tu donc pas que toi, l’église et les autorités de l’État, êtes mes représentants sur terre ? C’est vous qui les faites souffrir des maux de l’enfer avec lesquels vous les accablez. Ne le sais-tu pas ? Et bien, viens donc avec moi !”

Le diable attrappa alors le curé par le col de la soutane, le leva très haut dans les airs et l’emmena dans une usine, un haut-fourneau. Il y vît les ouvriers courir en tous sens et se hâter, trimant dans la chaleur infernale. Bientôt, l’air brûlant et épais fut bien trop à supporter pour le prêtre. Les larmes aux yeux, il supplia le diable: “Laisses moi partir, laisses-moi quitter cet enfer !”

“Oh mon bon ami, je dois encore te montrer d’autres endroits”, lui dit le diable et le traîna vers une ferme. Là il vît des ouvriers agricoles battre le grain. La poussière et la chaleur étaient insupportables. Le contre-maître tient un knout en main (NdT: sorte de fouet court russe qui servait à frapper les serfs) et frappe sans pitié quiconque s’effondre au sol succombant au trimage ou à la faim.

Puis le prêtre est emmené dans les huttes où ces mêmes travailleurs vivent avec leurs familles, des trous insalubres, froids, enfumés et puants. Le diable sourit. Il fait dûment remarquer à quel point la pauvreté et la dureté de la vie sont bien chez elles ici.

Et, n’est-ce pas suffisant ?” demande t’il. Et il semble à cet instant que le diable semble même prendre les hommes en pitié. Le pieux serviteur de dieu peut tout juste le supporter. Les mains levées au ciel il supplie: “Laisses-moi partir d’ici. Oui, oui ! C’est juste ! Ceci est l’enfer sur terre !”

“Tu le constates par toi-même et tu leur promet toujours un autre enfer. Tu les tourmentes, tu les tortures à mort mentalement alors qu’ils sont déjà pratiquement mort physiquement ! Allez viens ! Je vais te montrer encore un enfer, un de plus, le pire…”

Il l’emmena alors dans une prison et lui montra un de ces donjons, avec son air pestilentiel et ces formes humaines, volées de toute leur santé et énergie, allongées au sol, couvertes de vermine qui dévore leurs pauvres corps nus et émaciés.

“Enlèves tes habits doux comme la soie” dit alors le diable au prêtre, “mets à tes cheveilles ces lourdes chaînes comme ceux que portent ces infortunés, allonges-toi sur le sol froid, sale et humide et ensuite parles leur de l’enfer qui les attend encore !”

“Non, non” répondit le prêtre, “je ne peux pas penser à quelque chose de plus terrible que cela. Je t’en conjure, laisses-moi partir d’ici !”

“Oui, ceci est l’enfer. Il ne peut pas y en avoir de pire que celui-ci. Le savais-tu ? Savais-tu que ces hommes et ces femmes que tu terrorises avec l’image de l’enfer dans l’après-vie… Savais-tu qu’ils sont en enfer ici en ce moment avant même qu’ils ne meurent ?”

=  =  =

En regardant la société actuelle, on peut légitimement se demander s’il y a une vie avant la mort…” (Coluche)

Fadaises religieuses (et commerciales) de fin d’année: Parlons un peu de l’inquisition moderne… Eglise catholique et torture d’enfants au Canada…

Posted in actualité, guerres hégémoniques, militantisme alternatif, pédagogie libération, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , on 24 décembre 2013 by Résistance 71

Oui, alors que les imbécilités de fêtes de fin d’année vont déverser leur lot annuel de bondieuseries et d’hypocrisies en tout genre, penchons-nous un peu (voire beaucoup même) sur les nombreux crimes toujours impunis perpétrés par la fange étatico-religieuse depuis des siècles.

Cet article que nous avons traduit, relate des faits d’abus, de violence, de viols et de tortures, commis sur des enfants autochtones dans un pensionnat canadien d’Ontario sous gérance de l’Église catholique. Comme nous l’avons vu dans notre présentation et traduction partielle du livre de Kevin Annett sur le génocide perpétré au Canada par le truchement des « écoles résidentielles pour indiens » entre 1850 et 1996, les crimes commis ne sont pas les faits de « brebis galeuses » d’un système comme on tend toujours à essayer de le faire croire (la belle affaire !…). Ceci, comme le programme eugéniste d’élimination systématique nazi, fut le résultat d’un programme pensé, et mis en application par l’état canadien (un programme similaire existait aux Etats-Unis et en Australie et dans bien des colonies…) et dont la gérance fut confiée en ce qui concerne la Canada, essentiellement aux églises catholique, méthodiste, anglicane et unifiée. Le cas présenté ci-dessous implique l’église catholique, mais il est prouvé que les autres églises se sont rendues tout aussi coupables de crimes contre l’humanité en participant à un génocide planifié des enfants autochtones du Canada dont au moins 50 000 (chiffe très conservateur) perdirent la vie dans les pensionnats/camps de rééducation mandatés par l’état. 

En cette période de fin d’année, si propice aux « bondieuseries » ineptes et à la résurgence d’une ferveur religieuse chrétienne, il serait très bon de connaître et reconnaître les crimes de l’église et pour ceux qui écouteraient encore le « message » du cureton en chef appelé « pape », qu’ils se rappellent que si l’ancien appartenait à la Hitler Jugend, le nouveau fut un des piliers de la répression militaire en Argentine lors de la « sale guerre » en apportant son soutien inconditionnel de jésuite en chef à la junte militaire fasciste qui sévissait alors, arrêtait, torturait et faisait disparaître tant et tant de citoyens argentins…

Il est vraiment plus que temps d7appeler un chat un chat et d’exposer ces crimes impunis.

Voir notre dossier complet sur la question du génocide passé et présent au Canada.

— Résistance 71 —

 

Justice refusée aux enfants autochtones torturés au pensionnat de Sainte Anne (Ontario, Canada)

 

Jennifer Mt Pleasant

 

20 décembre 2013

 

url de l’article original:

http://tworowtimes.com/news/national/justice-denied-children-tortured-st-annes-residential-school/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Entre 1936 et 1984, le pensionnat scolaire de Sainte Anne près de James Bay en Ontario (Canada) était sous l’autorité de l’église catholique. Depuis des décennies, les victimes de Sainte Anne ont narré leurs histoires tragiques. Un des fils conducteurs qui semble être imbriqué dans chaque histoire est celui de l’abus (sexuel) et de la torture.

Un des surviants et ancien chef de la première nation de Fort Albany, Edmund Matatawabin, avait 7 ans lorsqu’il fut violemment attaché sur une chaise électrique bricolée au pensionnat de Sainte Anne.

Metatawabin se rappelle de la procédure de la chaise électrique. Les garçons étaient amenés dans une pièce et alignés selon leur âge. “Les plus petits d’abord”, se rappelle t’il. “J’étais aux alentours du numéro 7 ou 8”. Metatawabin a expliqué qu’un par un, les enfants étaient forcés de s’assoir sur un siège en bois avec les bras sanglés sur le fauteuil métallique. Un membre du personnel de l’école se tenait près d’une boîte en bois avec une manivelle, prêt à envoyer la charge électrique dans la chaise et la pauvre âme qui y était attachée.

Il se rappelle de manière très vivide, bien qu’il fût très jeune à l’époque, que les jambes des enfants, qui pendaient du siège, étaient projettées en tous sens lorsque la charge électrique passait dans la chaise. Les missionnaires se tenaient tout à côté et riaient. Il a dit qu’après que tous les garçons aient été choqués, la  chaise électrique était ensuite emmenée dans le quartier de filles où la même procédure était répétée.

Metatawabin a expliqué que bien que cette méthode de torture fut le plus souvent utilisée à des fins punitives, il nota également qu’en fait tout était punissable. Il se rappelle des enfants passés à la chaise pour avoir ri trop bruyamment, pour avoir souri ou pour avoir marché trop lentement. Le chaise électrique était aussi utilisée pour le divertissement du personnel et des dignitaires en visite.

Finalement, vers le milieu des années 1990, après beaucoup de pression des victimes et de leurs supporteurs, la police provinciale de l’Ontario (OPP) se livra à une grosse enquête sur Sainte Anne. Ceci pris 5 ans et fut une des plus grosses enquêtes de police sur les abus sexuels (viols) de l’histoire de la province.

Une fois l’enquête terminée, le gouvernement scella les résultats. Les survivants de Sainte Anne ont lutté des années pour voir les résultats de l’enquête de l’OPP diffusés par le département des affaires aborigènes (DAA). Quoi qu’il en soit, alors , même que les survivants et le public ne furent pas autorisés à voir les résultats, l’OPP arrêta cinq anciens employés de l’école, qui furent tous éventuellement condamnés.

Lorsque les survivants demandèrent des compensations par le comité de la vérité et de la réconcilaition, ils demandèrent au DAA les archives de l’OPP. Non seulement on ne leur donna aucun accès aux rapports de police mais le DAA leur dit qu’il n’avait aucun de ces documents, ce qui fut prouvé être un mensonge. Mardi dernier, le gouvernement a fait une demande devant la cour supérieure de l’Ontario et a argumenté que la province aurait dû révélé les documents alors même qu’en 2008, le gouvernement fédéral a été ordonné de diffuser tous les documents au Comité pour la Vérité et la Réconcilation, aux victies et à leurs familles. Depuis lors, le gouvernemnt a fait tout ce qu’il pouvait pour ralentir et bloquer ce processus. Le problème de l’interdiction de publication et de l’ordre de mise sous scellé a pris la vaste majorité du mardi. Le juge Paul Perell a entendu les arguments des deux parties, incluant les avocats des survivants du pensionnat de Sainte Anne et le juge Perell du comité vérité et réconciliation trancha sur l’interdiction de publication en fin de journée: “Aucun nom de personnes impliquées dans l’évaluation indépendante ne peut être divulgué sous quelque forme que ce soit, pas même sur internet, sauf autorisation exprimée des intéressés. Le juge Perell a dit qu’il ne présidera pas sur la procédure du litige sur l’ordre de scellé avant l’année prochaine.

Ce que nous savons des documents divulgués jusqu’ici est que les enfants autochtones ont été soumis à des expériences médicales. Plus spécifiquement, les enfants furent privés de nourriture riche en nutrients afin d’étudier la carence en vitamine. Certains prédisent qu’avec la divulgation de plus de documents, des horreurs bien pires seront révélées incluant les tactiques de torture comme la chaise électrique qui fut utilisée au pensionnat de Sainte Anne.

D’après un rapport récent du gouvernement, le DAA a dépensé plus d’argent en procédure de litigation que tout autre département gouvernemental. Rien qu’en 2012, la facture du département des affaires aborigènes en frais de justice était de 106 millions de dollars.

Les survivants essaient d’obtenir des compensations au travers de l’IAP qui est un processus hors tribunal pour la résolution des demandes de compensation pour abus sexuels, violence sérieuse et conséquences psychologiques à long terme. D’autres survivants ont rejoint le mouvement en se constituant parties civiles.

De quelque manière que ce soit et afin de soutenir leur cas, les survivants ont besoin des documents de l’enquête de l’OPP, documents auxquels ils sont incapables d’avoir accès pour le moment. L’enquête a résulté en plus de 7000 pages et documents, incluant les déclarations écrites de plus de 1000 témoins.

Les survivants de programme de l’école résidentielle pour indigène du Canada, qui cherchent à obtenir des compensation et la réconciliation, doivent montrer des documents pour justifier et valider leur demande. Metatawabin a dit que les survivants deviennent de plus en plus frustrés des tactiques d’étouffement de la procédure employées à la fois par les gouvernements provincial et fédéral et que le temps vient à manquer pour les anciens qui veulent que la vérité soit faite sur tout cela et recherchent justice et réconciliation.

 

Intervention française coloniale en Centrafrique: Un trouffion français arbore un écusson portant une devise nazie sur son uniforme…

Posted in actualité, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, N.O.M, neoliberalisme et fascisme, politique et social, politique française, presse et média, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , on 23 décembre 2013 by Résistance 71

Le vrai visage du colonialisme quel qu’il soit… 

~ Résistance 71 ~

 

Un soldat français arbore une devise nazie sur son uniforme en Centrafrique

 

Opex 360

 

21 décembre 2013

 

url de l’article:

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-13670.html

 

Peu au fait de l’histoire militaire française (les hussards de la mort de Kellermann lors de la Révolution ou encore l’insigne peint sur l’avion de Nungesser lors de la Grande Guerre), le quotidien Libération s’en était indigné.

“L’image devient d’un coup violente, le message que l’homme véhicule est très clair : je suis venu apporter la mort”, avait-il  écrit, en janvier dernier, au sujet du légionnaire photographié au Mali avec un foulard à tête de mort.

Serval a eu sa polémique. Sangaris en a une également. Sauf que cette fois, l’affaire de ce militaire français photographié arborant un insigne d’épaule sur lequel est écrit “Meine Ehre heißt Treue” (“Mon honneur s’appelle fidélité”), c’est à dire la devise des waffen SS, sur un fond tricolore, est d’une toute autre nature.

Qui plus est, ce cliché a été diffusé sur la page Facebook de l’Etat-major des armées (EMA), avant d’en être retirée… après avoir été repérée par BFM TV. Honnêtement, il fallait avoir l’oeil affûté pour remarquer cette devise nazie sur le patch en question… lequel ne pouvait qu’attirer l’attention étant donné qu’il n’est nullement règlementaire.

“C’est une affaire qui est entre les mains du commandement sur le terrain, aucune sanction n’a encore été prise”, a commenté le colonel Gilles Jaron, le porte-parole de l’EMA, interrogé par la chaîne d’informations. “Ce qui est dramatique, c’est que ça ternisse l’image d’une institution qui condamne cela. C’est absolument inadmissible au moment où les hommes sont engagés dans une situation extrêmement difficile”, a-t-il ajouté.

Joint par le Huffington Post, le colonel Jaron a précisé que “la photo a été postée le 19 décembre sur Facebook. Il est apparu ensuite que le soldat arborait un insigne d’épaule qui n’appartient pas à l’uniforme de l’armée française et véhiculant une idéologie que nous condamnons sans équivoque”. Et d’ajouter : “Dès que ce soldat aura été identifié, il sera immédiatement suspendu”.

Intervention française en Centrafrique (et au Mali)… Colonialisme 2.0

Posted in actualité, altermondialisme, France et colonialisme, guerres hégémoniques, guerres imperialistes, militantisme alternatif, néo-libéralisme et paupérisation, neoliberalisme et fascisme, politique et lobbyisme, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 23 décembre 2013 by Résistance 71

Paix et sécurité en Afrique: La France fait partie des problèmes… pas des solutions

 

Survie

 

6 décembre 2013

 

url de l’article:

http://survie.org/francafrique/article/paix-et-securite-en-afrique-la-4581

 

Paris, le 5 Décembre 2013 – Réunis à l’occasion d’une conférence, les associations Survie et Sortir du Colonialisme, et des militants malien et tchadien ont dénoncé l’organisation par la France du Sommet de l’Élysée sur la paix et la sécurité en Afrique à Paris les 6-7 décembre, au moment même du déclenchement d’une opération militaire en Centrafrique.

Il s’agit du premier Sommet France-Afrique organisé sous la présidence de François Hollande, qui a convoqué lui-même ce sommet, choisi son thème et décidé de l’organiser à Paris, dans un lieu aussi symbolique que l’Elysée. Difficile de voir les signes d’une quelconque rupture dans la politique africaine de la France, alors que dans la tradition des Sommets France-Afrique, la plupart des dictateurs africains du « pré-carré » francophone seront présents, y compris les plus infréquentables : le tchadien Idriss Déby (au pouvoir depuis 1990), Paul Biya (Cameroun, depuis 1982), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville, depuis 1979) ou encore Blaise Compaoré (Burkina Faso, depuis 1987).

A l’occasion de cette conférence de presse, Fabrice Tarrit, président de Survie a déclaré :

« En 1998, lors d’un précédent sommet France-Afrique sur la sécurité, la France avait annoncé vouloir changer de pratiques en matière de coopération militaire. 15 ans plus tard, son armée est toujours bien positionnée en Afrique et la plupart des dictateurs de l’époque sont toujours en place. La France poursuit ses interventions militaires sans avoir dressé aucun bilan de ces opérations ni de leur impact réel sur la paix et la démocratie dans les pays concernés. Ce bilan serait, il est vrai, accablant »

Le porte-parole de Sortir du Colonialisme, Patrick Farbiaz, a rappelé que ce sommet intervient pendant la négociation d’une loi de programmation militaire qui, dans le prolongement du Livre Blanc sur la Défense, prévoit le renforcement de la capacité d’intervention des forces françaises sur le continent. « On assiste à une relégitimation de l’ingérence militaire française qui s’appuie sur une propagande autour d’opérations prétendument menées au nom des droits de l’Homme, mais qui servent en vérité les intérêts français », a-t-il ajouté.

Interrogé sur le positionnement en première ligne de la France dans le conflit en Centrafrique, le Président de Survie a rappelé que la France avait une responsabilité historique dans l’état de déliquescence de la Centrafrique. « Elle a installé ou destitué tous les chefs d’Etat que ce pays a compté. Elle a accueilli le dictateur Bozizé à l’Elysée en 2007 puis envoyé des troupes combattre à ses côtés à Birao en 2007 et 2008, au prix de nombreuses exactions. En 2010, malgré la déshérence de ce pays, de ses institutions et de son armée, elle a adopté un partenariat de Défense avec la Centrafrique. On ne peut pas prétendre être la solution quand on fait à ce point partie du problème. » Le représentant de Survie a également pointé les zones d’ombre entourant le « mandat » onusien de la France en Centrafrique. «  Il est regrettable de voir la France écrire elle-même une résolution à l‘ONU l’autorisant à intervenir militairement sous son propre uniforme et son propre commandement et déployer des troupes, sans attendre le vote de cette résolution, en utilisant des pays voisins comme le Cameroun comme base arrière. Les troupes africaines que la France est censée appuyer dans le cadre de la MISCA ont par ailleurs toutes en commun d’être issues d’une autre dictature du pré-carré (Congo-B ; Tchad, Gabon, Cameroun). »

Le positionnement du Tchad d’Idriss Déby dans le conflit en Centrafrique a été souligné par le bloggeur tchadien Makaila Nguebla. « Il a amené au pouvoir en 2003 le président François Bozizé et l’a destitué en 2013 en montant la rébellion de la Séléka. Des soldats tchadiens participent la force africaine en Centrafrique. Une mascarade que Hollande est en train de cautionner »,

Le cas du Mali illustre également cette nécessité d’aborder avec la plus grande méfiance les interventions militaires de la France. Selon le Pr Issa N’Diaye du Forum Civique Mali,

« l’intervention militaire au Mali, initialement applaudie par la majorité des maliens, est de plus en plus remise en cause. Le rôle de la France et de la communauté internationale qui soustraient la ville de Kidal au territoire malien et imposent au Mali le MNLA comme interlocuteur unique dans les négociations sur le Nord Mali au détriment d’un processus incluant l’ensemble des communautés de la région, ainsi que le maintien d’une situation d’insécurité, sont en train de faire changer d’avis la population malienne. »

Par ailleurs, pour Issa N’Diaye «  Le processus électoral imposé par la France sans consultation des Maliens eux-mêmes est à ce jour est loin d’avoir apporté des solutions satisfaisantes en matière de renouvellement de la classe politique. »

Les associations ont également relevé les enjeux géostratégiques et économiques du Sommet France-Afrique, qui a été précédé par un événement organisé à Bercy par le Ministère des Finances et le MEDEF, ayant rassemblé 600 chefs d’entreprise. Des responsables politiques français y ont clairement exprimé le souhait de voir la France conquérir de nouveaux marchés en Afrique.

Malgré les promesses de changement, ce sommet, qui met en première ligne l’Elysée, l’Etat-Major et les entreprises, consolide ainsi clairement les piliers politique, militaire et économique de la Françafrique.

Chansons engagées pour un 2014 enragé… 3ème partie

Posted in actualité, militantisme alternatif, pédagogie libération, politique et social, politique française, résistance politique, terrorisme d'état with tags , , , , , , , , on 22 décembre 2013 by Résistance 71

Pour la fin d’année (nous refusons de dire « fêtes », car ce monde n’est certainement pas en fête, où alors une infime portion… certainement toujours les mêmes…) nous proposons à nos lecteurs une série de textes / chansons engagés de la francophonie, textes qui donneront un élan de courage pour la lutte de 2014.

Nous continuons aujourd’hui avec une seconde chanson d’anthologie de la chanson française à notre sens… Tout y est !

— Résistance 71 —

 

Mourir pour des Idées

 

Georges Brassens (1972)

 

Vidéo:

http://www.youtube.com/watch?v=H1WPpUXARGg

 

Mourir pour des idées, l’idée est excellente

Moi j’ai failli mourir de ne l’avoir pas eu

Car tous ceux qui l’avaient, multitude accablante

En hurlant à  la mort me sont tombés dessus

Ils ont su me convaincre et ma muse insolente

Abjurant ses erreurs, se rallie à  leur foi

Avec un soupçon de réserve toutefois

Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente,

D’accord, mais de mort lente

 

Jugeant qu’il n’y a pas péril en la demeure

Allons vers l’autre monde en flânant en chemin

Car, à  forcer l’allure, il arrive qu’on meure

Pour des idées n’ayant plus cours le lendemain

Or, s’il est une chose amère, désolante

En rendant l’âme à  Dieu c’est bien de constater

Qu’on a fait fausse route, qu’on s’est trompé d’idée

Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente

D’accord, mais de mort lente

 

Les saint jean bouche d’or qui prêchent le martyre

Le plus souvent, d’ailleurs, s’attardent ici-bas

Mourir pour des idées, c’est le cas de le dire

C’est leur raison de vivre, ils ne s’en privent pas

Dans presque tous les camps on en voit qui supplantent

Bientôt Mathusalem dans la longévité

J’en conclus qu’ils doivent se dire, en aparté

« Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente

D’accord, mais de mort lente »

 

Des idées réclamant le fameux sacrifice

Les sectes de tout poil en offrent des séquelles

Et la question se pose aux victimes novices

Mourir pour des idées, c’est bien beau mais lesquelles ?

Et comme toutes sont entre elles ressemblantes

Quand il les voit venir, avec leur gros drapeau

Le sage, en hésitant, tourne autour du tombeau

Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente

D’accord, mais de mort lente

 

Encor s’il suffisait de quelques hécatombes

Pour qu’enfin tout changeât, qu’enfin tout s’arrangeât

Depuis tant de « grands soirs » que tant de têtes tombent

Au paradis sur terre on y serait déjà

Mais l’âge d’or sans cesse est remis aux calendes

Les dieux ont toujours soif, n’en ont jamais assez

Et c’est la mort, la mort toujours recommencée

Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente

D’accord, mais de mort lente

 

O vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres

Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas

Mais de grâce, morbleu! laissez vivre les autres!

La vie est à  peu près leur seul luxe ici bas

Car, enfin, la Camarde est assez vigilante

Elle n’a pas besoin qu’on lui tienne la faux

Plus de danse macabre autour des échafauds!

Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente

D’accord, mais de mort lente