Média et propagande: l’agonie de la pressetituée ne fait que commencer…

Libération un journal à l’agonie

 

La Voix de la Russie

 

29 Novembre 2013

 

url de l’article original:

http://french.ruvr.ru/2013_11_29/Liberation-un-journal-a-lagonie-1434/

 

Les actionnaires Édouard de Rothschild, Bruno Ledoux et le groupe italien Ersel ne voudraient plus payer mais soutiendraient la direction de Libération. Pour les journalistes de Libération, en ces temps de crise, menacés d’être licenciés ou d’être mis à la retraite pour les plus anciens ou pour ceux qui restent menacés de perdre 10 % sur leur salaire à un mois de noël, le Père Noël ne passera pas. Il faut faire des économies, a déclaré Nicolas Demorand. L’ancien fleuron de la presse française agonise comme France Soir. Pour le romancier, essayiste, journaliste et blogueur Thierry de Cabarrus, Libération est un Titanic de la presse et Nicolas Demorand en porterait la responsabilité. Libération n’intéresse plus les lecteurs.L’échec de Libération montre l’échec de cette élite journalistique qui, à l’image de Nicolas Demorand, gravite encore dans les rédactions françaises et qui brasse du vent.

Le 25 novembre, Libération annonce un plan d’économies. Le mardi 26 novembre, 90% des salariés ne veulent plus de Nicolas Demorand et de Philippe Nicolas dans une motion de défiance. Le mercredi 27 novembre, Nicolas Demorand a déclaré qu’il n’allait pas démissionner, laissant toute une rédaction dans le déni. L’avis des journalistes de Libérationne comptant pas, ilssont infantilisés par le fait du prince, ce qui ne va pas rétablir l’image du titre. Scène terrible qui se joue dans un titre de presse qui se targue de défendre la liberté des opprimés.

Une fabrique. A la manière dont Nicolas Demorand a parlé à ses collègues, cela rappelle le patron du 19e siècle décrit sous la plume d’Émile Zola. Le Libération libre, téméraire, pugnace, amoureux de liberté, si proche du peuple et si familial, a bien perdu de sa grandeur. Le journaliste qui doit faire trembler les puissants et celui qui tremble dans cette France. Le journaliste, mal payé, est devenu comme l’ouvrier de chez Doux ou de chez Continental. Il courbe l’échine devant l’ordinateur, ayant peur d’être licencié. Les lecteurs, surtout ceux touchés par la précarité, les emplois mal payés, ne sont pas dupes. Confrontés à la dure réalité quotidienne, les lecteurs ne s’y retrouvent pas dans les lignes de celui qui porte le joli nom de Libération. N’apportant pas une information libératrice, les lecteurs ont quitté depuis longtemps le navire, préférant acheter une baguette à 1 euro ou un café au zinc. L’arrivée de Nicolas Demorand dépeint dans le film documentaire Les Nouveaux chiens de garde comme un journaliste interchangeable au service du pouvoir financier aurait donc porté le coup de grâce au titre qui s’est trouvé prisonnier d’une élite vivant dans sa tour d’ivoire. « Les ventes au numéro s’effondrent inexorablement et le quotidien disparaît peu à peu des kiosques : -32% pour janvier à mai par rapport à la même période de l’année précédente, et pire, -41% pour le seul mois de mai», notait Thierry de Cabarrus en juillet 2013.

La faute à la presse. Le style Nicolas Demorand ne fait pas rire les lecteurs et ne les fait pas rêver. Personne ne trouve une âme de gladiateur chez cet homme qui manie le sourire comme une baguette cinglante. Dans cette crise, les lecteurs cherchent une âme, un caractère qui puisse relayer leurs espoirs au quotidien et se sentir épauler face aux aléas de la vie. Si c’est pour retrouver ou écouter sur les ondes la voix d’un petit chef, ça ne peut pas donner l’envie de lire ou d’écouter. Avec la crise, les lecteurs veulent des tripes d’humain et recherchent la petite main qui aide à supporter la vie au quotidien et non pas la main ou la voix qui fouettent encore et qui donnent des leçons. Les gens veulent du vrai, de vrais hommes, du charisme, de l’authentique. Ils veulent sentir le sang pulser sous les mots. Un titre de presse qui porte le mot Libération et qui ne les libère pas au quotidien ne peut que couler. L’émission Inter Activ dans laquelle Nicolas Demorand était l’animateur avait révélé des manquements graves à la déontologie journalistique. Se sentant brusqués, coupés, même censurés, de nombreux auditeurs s’étaient plaint du comportement de l’animateur. « Ce qui est clair, c’est que Nicolas Demorand n’est pas l’homme de la situation », dit Hervé Marchon, syndicaliste SNJ.

11 Réponses to “Média et propagande: l’agonie de la pressetituée ne fait que commencer…”

  1. Oui, c’est très juste cet article. Mais en même temps, vous pensez vraiment que Libération, d’un seul coup va changer de cap est devenir un journal indépendant… Ben non. Alors s’il coule… Z’on qu’à pas faire de la presse de caniveau et pis c’est tout.

  2. A quand la fin du Monde ?
    Qui parmi ceux qui ce sont réjouit à la naissance de Libération peut encore avoir envie de le lire aujourd’hui ? Et je ne vois pas ce qui ayant perdu ces lecteurs des débuts pourrait lui donner un nouveau public…
    Ceci dit, mes dernières pérégrinations honduriennes ne me rendent pas très optimiste quand à la capacité de résistance de l’opinion publique aux manipulations médiatiques.
    Tous les éléments sont là,confirmés par des milliers de témoins après avoir été anticipé par des dizaines d’analystes qui démontrent la plus grande fraude électorale jamais organisée, utilisant une panoplie de méthodes convergentes, et cela passe comme une lettre à la poste.
    Je crois qu’il y a encore un solide boulot à faire pour décrasser les neurones et les rendre critiques, réfractaires à la guerre psychologique et à la propagande.

    • Oui malheureusement, mais le grand problème à notre sens réside en ceci:
      Les gens demeurent fidèles à cette idée erronée qu’on peut « réformer » de l’intérieur (en votant et donc en perpétuant la fange oligarchique…) un système rendu bien au-delà de toute rédemption possible… La véritable voie est de sortir de cette fumisterie, boycott des institutions, du vote et de toutes ces illusions induites, tout en bâtissant localement et en fédérant un pouvoir décentralisé, autonome, non-coercitif, dilué dans le peuple et en confédérant les clusters de communes libres…
      La clef réside dans la reconnaissance par les peuples occidentaux et le rejet de l’idéologie colonisatrice raciste dominante, et le retour à une forme adaptée bien évidemment de nos sociétés traditionnelles refusant l’état et la centralisation de tout pouvoir.
      A notre sens, les modèles de société traditionnelles indiennes des Amériques sont à prendre en considération, car si bien entendu, chaque culture est différente, il y a une universalité de certains facteurs où les peuples et cultures peuvent trouver un point non seulement d’entente mais d’alliance, fondé sur le respect, la communication et l’échange de nation à nation, sans ingérence, ni coercition.
      Il faut se débarrasser des oripeaux de la société à pouvoir coercitif coûte que coûte, c’est à dire de la société étatique, qui n’est pas contrairement au dogme oligarchique prévalent depuis trop longtemps, la fin de l’évolution de la société humaine, la « fin de l’Histoire », mais une étape historique oligarchique nécessaire pour faire comprendre à l’humanité quel chemin ne pas suivre… De plus en plus de gens comprennent mais ont peur de l’inconnu… Il n’y a aucune raison à notre sens, nous devons embrasser la véritable évolution, celle de fonctionner enfin, sans État, sans dieu ni maître…

      • Et comment on gère l’armée, les sous-marins, les bateux de guerres, les avions de chasse ?

        • Colonialisme et impérialisme morts et enterrés, l’humanité vivant sur les bases d’un paradigme nouveau, toute cette fadaise militaire qui n’enrichit que des corporations et ne sert ABSOLUMENT à rien, n’aura plus aucune raison d’exister.
          Bref, on ne « gère » pas cette merde, on vire…

    • D’ac sur le manque d’optimisme.
      Du foot, de la dinde noëleuse ou encore la dernière console de jeu et zou : vive l’amour de mon asservissement et surtout que l’on pense à ma place…

      • Bravo pour le courage de le répéter dans relâche !
        Mon hypothèse dans cette histoire… nous, indigènes d’Europe avons été victime de 500 ans d’Inquisition qui a elle sans relâche allumé les bûchers qui éradiquait la pensée divergente, et parmi celle-là, les « sorcier(e)s » dont les conceptions de la nature ne s’accommodait pas du principe d’enclôsure et d’exploitation – colonisation mentale de l’occident. Cet esprit d’Inquisition est toujours présent dans certaines composantes d’Inconscient collectif, et les yankees en sont particulièrement atteints pour des raisons d’origine sociologique,certains courant protestants sont aussi héritiers – après que cela prenne la forme du Mac Carthysme ou aujourd’hui ici de la stigmatisation des marginalités, cela c’est la suite d’une même histoire.
        La colonisation que nous subissons actuellement à beaucoup de caractéristiques qui en font une Nouvelle Inquisition
        … et le retour des « boites à délation »

  3. Nicolas Demorand et son successeur Patrick Cohen à France Inter; pédants, méprisants, censeurs et donneurs de leçons : tout simplement insupportables.
    A tarter.

    • Oui toute cette clique de nouveaux « journalistes » qui bouffent au plus de râteliers possibles sont devenus les piliers de la pressetituée imbuvable. Le seul mérite qu’ils ont: Ils effacent à tout jamais cette « barrière » bidon entre la « gauche » et la « droite » fictives et créées de toute pièce pour soutenir les inepties néo-libérales et le fascisme qui en découle (le vrai, celui de la fusion des grosses entreprises et de l’État…).
      Jamais une presse n’aura été si vendue aux marchands de canons et aux banquiers dans l’histoire de France que depuis les dernières décennies.

      Le degré zéro de la nullité.

  4. Comme dit Marc : A tarter !
    Et oui R71 : Il ne faut surtout pas nourrir le système actuel. Je suis tout à fait d’accord avec vous et je pense que c’est par là que tout pourrait commencer : si un grand nombre appelait à ne plus voter demain, là tout de suite… En tout cas pour moi c’est maintenant ! Merci et A+

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.