Société contre l’état: Auto-défense de l’autogestion… La voie du « guerrier »…

Chaque nation, société souveraine (à ne pas confondre avec le concept occidental fallacieux d’état-nation…) se dote traditionnellement d’une force de défense contre toute ingérence extérieure. Ce concept a été très bien compris et développé par les nations de la confédération iroquoise pour qui il n’y a pas de « guerrier », mot qui n’existe même pas dans les langues iroquoises, mais de « personne ayant la charge de la paix », comme l’article ci-dessous l’explique parfaitement bien. Dans une société à pouvoir non-coercitif (non-étatique), la défense se prépare.

Au delà des frontières et des cultures, la force de défense se rapprochant le plus aujourd’hui du concept de défense iroquois et amérindien de manière plus générale, est la force de défense du Hezbollah libanais. L’efficacité est bien universelle et ne connaît pas de frontière.

Comparez ce qui suit à cette déclaration de Naïm Qassem, #2 du Hezbollah en 2005:

« La personnalité individuelle est le cœur même de la configuration de la résistance. C’est pour cette raison que le dossier du candidat est étudié en profondeur avant que celui-ci ne soit approuvé pour être membre de la résistance. .. L’Individu est alors suivi de très près et évalué au travers de son entraînement fonctionnel et de son développement afin de pouvoir déterminer quel bénéfice il pourra apporter et dans quel secteur au parti […] La résistance a émergé comme réaction à l’occupation d’Israël, qui a commencée en Palestine et s’est étendue aux autres régions arabes. De la sorte, tant que continue l’occupation israélienne, la résistance persistera, car la résistance émane d’une croyance fondamentale en l’élimination de l’occupation et ne représente pas une condition temporaire ou sans but concret. »

— Résistance 71 —

 

La voie du guerrier: Rotiskenrakete* ( “Ceux qui détiennent la paix” ~Mohawk)

 

Mohawk Nation News

 

Février 2013

 

url de l’article:

http://mohawknationnews.com/blog/2013/02/06/mnn-warriors-path/

 

~ traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

* Note du traducteur: Dans les langues iroquoises, dont le Mohawk fait partie, il n’y a pas de mot pour dire “guerrier”… Le mot Mohawk est “rotiskenrakete”, littéralement: “celui qui porte la responsabilité de la paix”.

 

La Grande Loi de la Paix définit des fonctions particulières pour le chef de guerre et ses hommes (les “guerriers” ou ici donc Rotiskenrakete). Ils sont en charge de la protection, de la défense et du bien-être du peuple. Ces devoirs peuvent prendre plusieurs formes comme maintenir la paix, enseigner, parler aux gens, reprendre possession de terres perdues, maintenir les droits de l’humain, maintenir les relations diplomatiques avec les autres nations (au sein de la confédération iroquoise et en dehors) et toute tâche qui promeut le bien-être du peuple [Wampum 36 de la Grande Loi de la Paix, connu sous le vocable occidental d’article 36 de la constitution de la confédération iroquoise]

Les devoirs du guerrier sont basés sur l’instinct naturel de survie. Ce n’est pas créé par l’humain. Il nous dira son nom. Après avoir reçu son nom devant le peuple, il devient un membre de la communauté.

Sa mère, ses grands-mères et grands-pères l’ont élevé depuis sa naissance jusqu’à ce que sa voix mue. Ils l’aident à développer “onigonra”, l’esprit, qui est son feu intérieur. Ils le nourissent, l’habillent et le rendent confortable, fort et sain de corps et d’esprit. Il apprend les aspects de base de la vie indigène. Les femmes observent tous les jeunes et remarquent leurs dons spéciaux, afin qu’ils soient guidés et entraînés pour certains devoirs.

Ensuite ses oncles maternels le prennent avec eux. Il jeûne pour rechercher sa protection et médecine (NdT: animal et plante totems). Son cordon ombilical et un peu de terre de son territoire son placés dans son sac médecine qu’il portera toujours avec lui.

Il apprend à se défendre lui-même et bâtit son endurance. Son entrainement physique commence avant le lever du soleil chaque matin. Il commence par courir aussi loin et vite qu’il le peut jusqu’à midi. (NdT: Les Iroquois viv(ai)ent traditionnellement dans les forêts de la région des grands lacs, pas de chevaux, qui sont de peu d’utilité dans la dense forêt et ont été introduits par le blancs. Traditionnellement les Iroquois sont des coureurs des bois, connus pour leur agilité, vitesse de déplacement, dons du camouflage et extrême endurance, le tout combiné à une férocité dans le combat qui les faisait craindre de tous…). Il voit quelque chose de différent chaque jour entouré par la nature qu’il est, les créatures de la nuit, les fleurs qui s’ouvrent au soleil, les oiseaux qui chantent et les insectes diurnes qui commencent à sortir.

Sa volonté provient de la nature. Il doit connaître nos lois et nos façons de faire (us et coutumes) et toujours dire la vérité. Kaianereh’ko:wa (La Loi de la Grande Paix) est fondée sur la vérité et la nature: skenna, kariwiio et kasastsensera (la paix, la rectitude et le pouvoir). Saoiera veut dire naturel, instillé en nous. Nous avons l’instinct naturel de nous protéger, nos peuples, nos clans, nos territoires et tout ce qui soutient, supporte la vie.

Nous avons été retirés de notre chemin naturel par des programmes génocidaires perpétrés par les envahisseurs de l’Île de la Grande Tortue. Ils ont amené avec eux des croyances créées par l’humain, qui ont violées la nature. Pendant un certain temps nous avons été troublés et confus.

Les guerriers de l’ancien temps n’avaient pas à gérer de manipulations médiatiques, une surveillance policière haute technologie, des affiches de recherche, de fausses accusations et l’implantation de fausses preuves pour les criminaliser et les faire se soumettre au système colonial.

Nos ancêtres ont beaucoup sacrifié afin que nous survivions. La nature est ici pour toujours. Nous sommes les véritables peuples pour toujours, Onkwehonwe.

Le Rotiskenrakete n’est pas un soldat, mais un défenseur du peuple. La paix est le but ultime du guerrier. Il sait que la guerre n’est pas finie tant qu’elle n’est pas gagnée. Si le conflit continue, la ceinture du Wampum Noir est lâchée (NdT: Le Wampum Noir, article 91, est le symbole d’alliance des chefs de guerre des 6 nations iroquoises, si une nation est attaquée et ne peut résoudre le conflit elle-même alors l’ensemble des nations entre en guerre pour la défense de l’ensemble de la confédération, les chefs de guerre sont liés par le pacte du Wampum Noir…) et alors le combat est engagé jusqu’à la victoire finale. L’adversaire doit être d’accord de vivre paisiblement sous les auspices de la Loi de la Grande Paix ; alors il pourra conserver culture, langue, mode de gouvernement, terre, us et coutumes.

Rotiskenrakete sont les porteurs du sol de l’Île de la Grande Tortue. Aussi longtemps qu’Ongwehonwe sont ici, les Rotiskenrakete le seront aussi. Tous les hommes sont des guerriers (en ce sens). Cela est naturel.

=  =  =

Déclaration du conseil des guerriers Mohawk du 21 Mai 2012 suite à la violation de l’espace aérien du territoire Mohawk lors de manœuvres aériennes de l’armée de l’air canadienne (Extraits)

Mai 2012

= Traduit de l’anglais par Résistance 71 =

Le Canada a violé l’avertissement sur la restriction sur la navigation et les déplacements émis le 17 Août 2007 par les peuples de la longue maison (Haudenosaunee) de la nation Mohawk. Sous l’autorité de Kaianerehko:wa, la Loi suprême du grand architecte et Rotiskenrakete “Ceux qui portent la responsabilité de la paix” au sein de Kanienke, est déclarée une restriction de la navigation (fluviale) et des déplacements terrestres. […]

Pendant des siècles, Onkwehonwe (peuple originel de la terre) et les autres nations autochtones ont souffert du génocide, de la quasi destruction de notre Terre, de notre mode de vie, us et coutumes et subit une guerre continuelle d’agression de la part des envahisseurs coloniaux au nom de l’autorité papale, alias le “saint siège”. Les corporations entrepreneuriales croisées des Etats-Unis, du Canada, de l’Australie, de la France, de l’Angleterre et autres, continuent ce génocide à la poursuite du commerce et de leur domination présumée sur le Terre. [toutes les nations enregistrées à l’ONU sont des entités commerciales, entrepreneuriales enregistrées à la City de Londres régies par la loi de l’amirauté entrepreneuriale, établie pour et par les banquiers et les corporations].

Rotiskenrakete exercera son autorité sous la loi de la terre et utilisera toute la force nécessaire pour maintenir la paix et arrêter la destruction de la vie sur Terre, à commencer avec la restriction de la navigation et des déplacements terrestres. De plus, Onkwehonwe pourrait saisir vaisseau et biens pour avoir brisé la paix. Nous, peuples autochtones, ne sommes pas enregistrés à la City de Londres en tant qu’état entrepreneurial, ainsi la loi de l’amirauté et de la mer ne s’applique pas à nous.

Rotiskenrakehte demande à ce que le peuple de la Terre-mère s’unisse avec nous pour arrêter la destruction de la Vie, pour aider à ouvrir les yeux des peuples du monde à la guerre génocidaire qui est menée sans relâche contre les peuples de monde. Avec l’autorité qui nous est conférée par Kaiakerehko:wa, la Loi de la Grande Paix, qu’il en soit ainsi de nos Esprits.

[…]

 

3 Réponses vers “Société contre l’état: Auto-défense de l’autogestion… La voie du « guerrier »…”

  1. « La Loi de la Grande Paix est fondée sur la vérité et la nature ».
    Pas de place pour les politiciens, donc.

    • Aucunement… De plus dans les sociétés traditionnelles indiennes, les chefs n’ont aucune autorité, ils ne sont que des parleurs, des représentants de la décision des conseils de clans, de nations. Seuls les « chef de guerre » en cas de conflit armé ont une autorité limitée durant le conflit. Les chefs traditionnels se rangent derrière les chefs de guerre en temps de crise, mais tout « chef » peut-être déposé par le peuple, en fait chez les Iroquois, ce sont les femmes qui démettent un chef et nomme le suivant suivant un mode précis.
      Comme le disait Pierre clastres, qui avait étudié la « chefferie » en profondeur, c’est parce que le chef n’a pas de pouvoir que la société parvient à ne jamais être divisée et donc à ne jamais permettre l’éclosion de l’État. Les sociétés indiennes, comme les sociétés traditionnelles africaines sont des sociétés sans état, non pas parce qu’elles sont « incomplètes » comme s’acharnent à vouloir le faire croire les structuralistes et les marxistes, mais parce qu’elle le refuse en refusant de se laisser diviser…
      Grosse nuance s’il en est.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.