Fange oligarchique à l’œuvre: La connexion Bank of America, Rothschild, BCCI, CIA, Ben Laden, Pakistan, Arabie Saoudite et les guerres secrètes du monde…

Cet article est à mettre en parallèle d’un article du même auteur que nous avions traduit et publié ici-même en Juin 2011: « Le cartel de la réserve fédérale: Les huit familles » (plus de 20 000 lectures…)

Nous connaissons l’ennemi, il a un nom générique: la finance internationale et son outil de contrôle et de consolidation du pouvoir: l’État. Cette hydre vorace et sans pitié est pilotée par les mêmes noms que l’on retrouve à l’origine de toutes les turpitudes politico-économiques de grande envergure, les Rothschilds, Rockefeller, Warburg, Kuhn-Loeb et leurs sbires patentés des Kissinger, Brzezinski et consorts…

Il ne tient qu’à nous que tout cela s’arrête d’un coup. Ces ordures ne peuvent fonctionner qu’avec notre consentement volontaire (pour certains) ou tacite (pour la vase majorité ignorante)… L’ignorance n’est pas une excuse, surtout quand la vérité est à portée de main.

Alors ??…

— Résistance 71 —

 

La Bank of America des Rothschilds

 

Dean Henderson

 

23 Novembre 2013

 

url de l’article original:

http://www.veteranstoday.com/2013/11/23/rothschilds-bank-of-america/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le Conseil National à la Sécurité (NSC) envoyait des armes aux contras nicaraguéens avant même que le réseau logistique du Colonel Oliver North ne fut opérationnel. L’aide américaine à l’Arabie Saoudite était envoyée aux Contras via Karachi au Pakistan et sa Bank of Credit & Commerce International (BCCI) [1]. Tandis que l’argent pour la Maison des Saoud était détourné vers les Contras au Nicaragua, un des plus gros dépositaires initiaux de la BCCI était le Shah d’Iran, dont les comptes à la BCCI en Suisse regorgeaient de fonds (NdT: La BCCI était la banque officielle des transactions de la CIA à travers le monde…)

Avec les familles dirigeantes des “Deux Piliers” (“Twin Pillars”) de Nixon à bord, la BCCI devenait le grand saladier où les pétrodollars du Golfe Persique étaient mélangés avec des aides généreuses provenant de l’argent de la drogue afin de financer les opérations secrètes dans le monde de la CIA et de ses associés du Mossad israélien et du MI6 britannique.

La BCCI était la banque choisie par les dictateurs les plus tristement célèbres du monde, incluant la famille Somoza, Saddam Hussein, l’homme fort du régime philippin Ferdinand Marcos et Jean Claude “Papa Doc” Duvalier d’Haïti. Le régime sud-africain d’apartheid a utilisé la BCCI, tout comme du reste Manuel Noriega du Panama, qui se rendait régulièrement à la succursale de la BCCI de Panama City pour collecter ses 200 000 US$ / an, son salaire de la CIA. La BCCI était la laverie automatique favorite des cartels de la cocaïne de Medellin en Colombie et aussi celle des grands seigneurs de l’héroïne, les leaders des factions moudjahidines afghanes contrôlés par la CIA. La BCCI a financé les ventes d’armes secrètes du régime Reagan à l’Iran et travailla avec La Banco Ambrosiano de Robert Calvi (NdT: Retrouvé pendu à un réverbère sous un pont de la City de Londres après scandale impliquant la Banque du Vatican en 1982… Probablement assassiné par le MI6). Elle fut le conduit de l’argent sale généré par le financier fugitif du Mossad Marc Rich et blanchît le drôle de pognon émanant de l’entreprise maintenant en faiilite Enron dans son état de réincarnation du Pinnacle Banc Group de Chicago. [2]

Un des client estimés de la BCCI de Karachi fut un certain Oussama Bin Laden

Avec des succursales dans 76 pays, La BCCI trempe dans les traffics d’armes conventionnelles et nucléaires, l’or, les drogues, les armées mercenaires, le renseignement et le contre-espionnage. Ces intérêts sont le plus souvent cachés derrière des paravents légitimes comme par exemple le commerce du café hondurien ou des haricots vietnamiens. La banque a des relations très très étroites avec la CIA, les services pakistanais de l’ISI, le Mossad israélien et les agences de renseignement saoudiennes. Elle fut le ciment qui réunissait ensemble des scandales publics qui en apparence n’étaient pas liés.

Les actionnaires principaux de la BCCI étaient les monarques et les richissimes sheikhs du pétrole émanant de la fabrication reaganienne du Conseil de Coopération du Golfe (CCG). La banque fut fondée en 1972 au Pakistan par Agha Hasan Abedi, un ami intime du dictateur pakistanais de l’époque, le sinistre Zia ul-Huq. Abedi sollicita à l’origine des dépôts bancaires des expatriés pakistanais qui travaillaient aux Emirats Arabes Unis.

La BCCI prit son envol lorsque la Bank of America acheta pour 2,5 millions de dollars d’actions, la rendant actionnaire à 30%

A cette époque, la Bank of America était la plus grosse banque du monde (NdT: A notre avis pas aussi grande que la Banque du Vatican dont personne ne parle jamais…) et était conrôlée par N.M Rothschild & Sons. [3]

Le “N” est pour Nathan, qui prêta en son temps de l’argent au tyran français Napoléon, la somme de 5 millions de livres dans le même temps où il prêtait aussi à son adversaire de la bataille de Waterloo le Duc de Wellington de l’argent pour équiper son armée. Nathan Rothschild commenta plus tard l’incident: “Ce fut les meilleures affaires que j’ai jamais faites.” Le “M” est pour Mayer, un étudiant de la cabale ésotérique juive qui lança la dynastie banquière Rothschild avec de l’argent détourné et des titres de noblesses achetés pour la famille au tout début du XIXème siècle.

En 1885, la reine Victoria d’Angleterre anoblit sous la  forme du titre de Baron le petit-fils de Nathan, tandis que les frères conduisaient des transactions mondiales pour les gouvernements de France, d’Angleterre, de Prusse, d’Autriche, de Belgique, d’Espagne, d’Italie, du Portugal, des états germaniques et du Brésil. Ils étaient les banquiers des couronnes européennes avec des investissements ayant des ramifications jusqu’en Inde, aux Etats-Unis, à Cuba et en Australie, [4]

En 1996, Amschel Rothschild, alors âgé de 41 ans, gérant de la colossale fortune familiale, mourût dans un mystérieux cas de suicide.

La firme Rothschild Asset Management que gérait Amschel avait perdu 9 millions de dollars dans l’année précédant sa mort. Les pertes se produisirent alors qu’Evelyn de Rothschild scellait un partenariat avec la seconde plus grande banque de Chine. Amschel fut retrouvé mort au pied d’un porte-serviettes se trouvant à 1m50 du sol dans sa chambre d’hôtel parisien. Un journaliste dit alors “Se pendre de la sorte n’a pas dû être facile pour cet homme de plus d’1m85…” [5]

Le directeur exécutif de la Bank of America Roy P.M. Carlson orchestra toute l’affaire avec la BCCI. Carlson rejoignit plus tard Safeer, la firme de consultation de Téhéran, fondée par l’ancien directeur de la CIA et ambassadeur des Etats-Unis en Iran Richard Helms. Carlson devint le président de la National Bank of Georgia (NBG), qui eut des problèmes et qui fut reprise secrètement par la BCCI avec l’aide du milliardaire saoudien Ghaith Pharaon.

La NBG était cliente de la firme Kissinger Associates, qui fut aussi “conseillère” de la Banca Nacionale de Lavoro (BNL) qui aida à l’armement de Saddam Hussein. L’associé de Helms à Safeer, le magnat des affaires iranien Rahim Irvani, contrôlait le Melli Group où Carlson était président. Irvani fonda une entreprise off-shore pour camoufler le rachat secret par la BCCI de la banque de l’ancien ministre de la défense américain Clark Clifford: la First American Bank. Helms fut le cerveau dans cette reprise.

Les investisseurs principaux de la BCCI étaient les sheikhs du pétrole du CCG… 

Le chef de la  famille régnante d’Abu Dhabi, le sheikh Zayed bin sultan al-Nahiyan, était le plus gros actionnaire de la BCCI, contrôlant 77% des actions de la banque. [6]

Feu le sheikh Khalid bin Mahfouz, le milliardaire saoudien qui contrôlait la National Commercial Bank, la plus grosse banque du monde arabe, en possédait 20%. Les monarques al-Khalifa du Bahreïn et les al-Qaboo d’Oman possédaient également de larges parts de la BCCI. La BCCI possédait la National Bank of Oman.

En 1976, la BCCI fondait une succursale aux île Caymans, filiale connue sous le nom d’International Credit & Investment Company (ICIC). Ce fut au travers de cette branche que la BCCI, ainsi que sa succursale de Karachi, gérée par le fils du président Zia ul-Huq, que furent faites les transactions financières les plus fumeuses.

Un schéma retrouvé dans un coffre de la Maison Blanche (White House ) concernant les efforts de renflouement logistique des Contras au Nicaragua accomplis par le colonel Oliver North, indiquait “I.C” sur les Iles Caymans à l’épicentre même du réseau entrepreneurial d’Oliver North. Des dons privés furent acheminés à travers l’ICIC et se retrouvèrent sur les comptes de Lake Resources au Crédit Suisse de Genève contrôlé par Richard Secord. Secord était alors “conseiller” de la Maison des Saoud.

Le quotidien du Washington Post rapporta que “I.C” envoya 21 182 US$ au grand pote de George Bush Senior, William Blakemore III du Texas, de l’entreprise Gulf & Caribbean Foundation. [7]

ICIC fit beaucoup d’affaires avec la Banco de America Central (BAC), ou la Banque de l’Amérique Centrale, un nom très similaire de celui de la Banque of America, maison mère de la BCCI. La BAC a été établie par la Wells Fargo Bank (L’autre moitié des quatre cavaliers de la banque de la côte Ouest, qui travailent souvent en tandem avec la Bank of America) et par l’élite milliardaire de la canne à sucre nicaraguéenne pro-Somoza. [8]

La BAC devient alors la plus grosse machine de blanchiment d’argent pour le cartel de la cocaïne de Medellin

Et des dineros envoyés au super-marché des armes hondurien qui suppléait les contras nicaraguéens.

A chaque fois qu’Agha Hasan Abedi n’avait plus d’argent, il créait plus d’actions de la BCCI qu’il vendait à Sheikh Kamal Adham, patron du directorat saoudien du renseignement, ou à A.R. Khalil, un autre patron du renseignement saoudien et officier de liaison avec la CIA. Adham et Khallil obtenaient l’argent pour acheter les stocks-options en faisant des “prêts” de l’ICIC des îles Caymans, qui n’étaient jamais repayés. Avec Secord qui gérait l’Entreprise depuis Ryad, où il servait de liaison du gouvernement Reagan avec l’Arabie Saoudite, le renseignement saoudien était très occupé à blanchir de l’argent sale au travers de l’ICIC. Des emprunts similaires étaient alors faits au Sheikh Mohamed bin Rachid al-Maktoum, héritier de la famille régnante des Emirats Arabes Unis et à Faisal Saud al-Fulaji, qui en tant que PDG de Kuwait Airways au début des années 1970 avait reçu plus de 300 000 US$ de pots-de-vin de la part de Boeing. Al-Fulaij était aussi lié étroitement avec la Kuweit International Finance Company.

Ces prêts de l’ICIC furent ensuite dirigés au travers de la banque de commerce et de placement

La succursale suisse de la BCCI gérée par un lieutenant de Rothschild: Alfred Hartman, ou vers la National Bank of Oman, propriété de la BCCI. [9] La raison pour laquelle Abedi continuait sans cesse à être à court d’argent était que la succursale de la BCCI à Karachi, gérée par le fils de Zia ul-Huq, finançait les armées moudjahidines de la CIA en Afghanistan.

En 1978, un des plus grands dépositaires de la BCCI, le lieutenant-général pakistanais Fazle Haq, fut promu gouverneur de la province nord-ouest du Pakistan. Haq était le bras droit du président Zia. Dans ses nouvelles fonctions, il prît la direction du financement des moudjahidines par la BCCI. Il prit aussi en charge le traffic d’héroïne pakistanais. La BCCI canalisait des millions de dollars à l’armée pakistanaise et aux officiers du renseignement de l’ISI des comptes de la CIA à sa succursale de karachi. La BCCI était aussi impliquée dans l’effort de la CIA pour que son propre personnel conduise lui-même des cargaisons d’armes dans les bases moudjahidines près de Peshawar dans la province du nord-ouest contrôlée par Haq, juste à la frontière pakistano-afghane. Ces mêmes employés de la BCCI servaient ensuite de porteurs pour l’héroïne sur leur voyage de retour sur Karachi. La banque devint alors si étroitement imbriquée dans les affaires pakistanaises que vous ne pouviez plus faire la différence entre les deux.

En plus des prêts de l’ICIC, la BCCI était renflouée par la Bank of America

Qui y transférait gentiment la modique somme d’un milliard de dollars par jour jusqu’en 1991. La Bank of America agissait comme un gigantesque aspirateur mondial, pompant les dépôts de banques à travers le monde. La plupart de ces dépôts étaient ensuite détournés vers la succursale… La Bank of America y avait aussi sa propre succursale à Karachi. Il y avait au moins 10 lignes de télex entre la Bank of America-Karachi et l’ICIC des Iles Caymans.

Dès 1980, la Bank of America avait vendu ses stocks de la BCCI mais continua de gérer la vaste majorité de ses affaires. En 1984, la BCCI transféra 37,5 milliards de dollars au travers des banques américaines, dont plus de la moitié était gérée par 5 banques cartelisées: Bank of America, Security Pacific (qui fusionna plus tard avec la Bank of America), American Express (dont des membres du comité directeur incluaient Henry Kissinger, Edmund Safra et Sulaiman Olayan), la Bank of New York (qui fut mise à l’amende en 2000 pour avoir blanchi plus de 10 milliards de dollars de la mafia russe) et la First Chicago (qui fut pendant longtemps la banque de la CIA et qui est possédée en partie par la famille régnante du Kuweit des al-Sabah). [10]

 

Footnotes:

▪                [1] The Outlaw Bank: A Wild Ride into the Secret Heart of BCCI. Jonathan Beaty and S.C. Gwynne. Random House. New York. 1993.

▪                [2] “The Enron Black Magic: Part III”. http://www.skolnickreports.com

▪                [3] “A System Out of Control, Not Just One Bank”. George Winslow. In These Times. October 23-29, 1991. p.8

▪                [4] Rule by Secrecy: The Hidden History that Connects the Trilateral Commission, the Freemasons and the Great Pyramids. Jim Marrs. HarperCollins Publishers. New York. 2000. p.80

▪                [5] Ibid. p.81

▪                [6] “Emirates Looked Other Way While al Qaeda Funds Flowed”. Judy Pasternak and Stephen Braun. Los Angeles Times. 1-20-02

▪                [7] The Mafia, CIA and George Bush: The Untold Story of America’s Greatest Financial Debacle. Pete Brewton. SPI Books. New York. 1992

▪                [8] Out of Control. Leslie Cockburn. Atlantic Monthly Press. New York. 1987. p.155

▪                [9] Beaty and Gwynne

[10] Winslow. p.9

35 Réponses vers “Fange oligarchique à l’œuvre: La connexion Bank of America, Rothschild, BCCI, CIA, Ben Laden, Pakistan, Arabie Saoudite et les guerres secrètes du monde…”

    • Plus on creuse et plus on se rend compte que la forfaiture est omniprésente et de tous les instants depuis .. la création de l’état, consolidant l’oligarchie inhérente et inéluctable à tout système embrassant la propriété privée (à ne pas confondre bien sûr avec la possession…)

      Une des plus grandes pensées jamais émises fut celle de Proudhon lorsqu’il dit (et prouva) que:
      « La propriété, c’est le vol !« 

  1. Ah;si tout le monde ouvrait les yeux!

    • C’est à nous d’aider à la prise de conscience. De la prise de conscience viendra un grand retour de la conscience politique. C’est ce qu’il manque…

      « Ce n’est pas avec la désobéissance civile que nous avons un problème, mais avec l’obéissance… »
      ~ Howard Zinn ~

  2. Il n’y a pire sourd qui ne veut pas entendre et pire aveugle qui ne veut pas voir. Franchement, jour après jour vous nous apportez les preuves de tout ce bordel. Et c’est parce que de plus en plus de monde ouvre les yeux que l’ambiance actuelle est pourrie, non ?
    C’est long, c’est vrai, mais plus les jours passent et plus on découvre l’étendue des dégâts. Avant on ne voyait que les Zélites Zuniennes se retrouver cul nu. Mais aujourd’hui on voit que les sous zélites Européennes ne sont pas mieux lotis. C’est à cause du Tsarkozy que l’on a commencé à avoir des doutes quand il parlait, mal, du Nouvel Ordre Mondial. N’en doutez pas, c’est pour ça que les Zélites l’ont lâché le leader Minimo et ont choisi Hollande. Et on s’est fait avoir (j’reste polie). Mais, Oblabla, Cameron et Hollandouille ont voulu aller trop vite et trop loin avec la guerre en Syrie. Je pense que tout part de cette monumentale erreur pour eux. Depuis fin août 2013, quelque chose a changé. C’est mon analyse et depuis, jour après jour, je m’engage à ma façon pour faire tomber ce système. Merci R71 pour vos excellentes analyses, traductions et autres. A+

  3. quasi 100 pour 100 de juifs…

    • Quel rapport ?

      • Rapport fondamental. Découvrez quelle est l’élite au sommet de la pyramide de la conspiration mondiale et vous verrez les choses sous un autre angle.

        • A mon sens, comme celui de JBL1960 je crois, ce n’est pas sa confession qui fait qu’un salopard l’est.

          • Et bien c’est justement là qu’est la dernière barrière mentale à franchir pour comprendre réellement l’origine de cette conspiration mondiale oligarchique contre la souveraineté des peuples. Mais je reconnais qu’elle est difficile car soudée par 250 ans de propagande…

    • Rien qu’un peu de logique basique. Quand bien même il s’agirait de 100% de juifs, ce qui n’est pas vrai, loin de là, cela ne voudrait en rien dire que 100% de juifs sont impliqués dans l’appropriation du monde. Prétendre l’un à partir de l’autre est-ce qu’on appelle un coup de force logique ou plus simplement un abus… Quand au « que des juifs » Peut-on par exemple considérer le Vatican comme un haut lieu de «  » »Juiverie internationale » » » et les Saoud, le Shah d’Iran, Cheney, les Bush, Obama… tous juifs ?
      Et à l’inverse, un peu longue la liste des juifs qui ont apporté une précieuse contribution à la médecins,aux arts, à la résistance des peuples contre leurs oppresseurs… et luttent aujourd’hui contre Israël et son projet y compris dans ce pays…
      Le projet sioniste, vieux comme la République de Platon (un juif ?) est un projet sans racines si ce n’est celles qu’il projette vers le futur pour contraindre les peuples et donner à quelques-uns qui adhèrent à une idéologie apatride les moyens d’un pouvoir absolu, globalisation, nouvel ordre mondial et gouvernance technocratique, ce n’est pas juif, c’est inhumain. Cela s’appelle une idéologie et doit se combattre en tant que telle. Se tromper de cible est néfaste…

      @ Résistance71
      Génial le texte… quel condensé de liens importants. Merci pour la traduction.

      • @ Anne, je vous suggère de faire des recherches sur le net concernant la famille Bush,la dynastie des Windsor et en particulier l’actuelle reine d’Angleterre,Obama et le mensonge concernant sa nationalité…Quelle est selon vous les liens qui unissent la famille Saoud et Israel? (par exemple sur la Syrie)
        Avez-vous entendu parler de ce qui constitue le point commun entre tous ces gens?Un point commun qui trouve ses origines dans la bible,le talmud et la kabale.Comment expliquez-vous que nombreux aux postes de pouvoir soient franc-maçons?
        Faites le compte rien que pour le gouvernement Hollande.
        A qui obéit la franc-maçonnerie?Cela demande beaucoup de temps de chercher et comprendre.Mais aujourd’hui avec le net qui veut savoir peut savoir et comprendre.Les auteurs les plus sérieux comme les plus fantaisistes sont abordables en un seul clic.Bien sur que les juifs ne sont pas à 100% des suppôts de Satan, mais rare sont ceux qui arrive à couper le cordon comme Gilad Aztmon, Norman Finkelstein ou Dana Goldstein. La puissance d’attraction juive pour les siens est phénoménale.Que pensez-vous des théories du regretté juif Polacco de Ménasce sur la circoncision au huitième jour et ses implications sur le système endocrinien et les perturbations sur la puberté infantile du petit juif? D’ailleurs la connaissez-vous?
        Avez-vous lu la contreverse de Sion de Douglas Reed?
        Et, suprême tabou, avez-vous étudié les travaux révisionnistes de Robert Faurisson, le rapport Leuchter et autres joyeusetés? Je vous souhaite bon courage si vous voulez relever le défi.
        Cordialement.

        • Merci Berna pour ton commentaire. Je viens d’ailleurs de publier un article sur ce sujet:
          http://lecitoyenengage.fr/la-multiplication-des-lanceurs-dalerte-au-service-du-complot-juif-4804

        • Dans les défis que j’ai à relever en ce moment,il y a de démontrer le rôle du Mossad depuis des décennies,en alliance avec les nazis, en Amérique Latine, et actuellement en particulier au Honduras où la création d’un nouvel apartheid et de forme de terrorisme importés tout droit du champ d’expérimentation que constitue la Palestine.
          Quand aux juifs que j’ai fréquenté depuis l’enfance, ils s’appelaient Marcel Liebmann (co-fondateur de l’association Belgique Palestine) ou Jacques Bude dont le dernier texte a fait pas mal de bruit sur le net,et aucun d’eux,pourtant nombreux, n’étaient religieux. Et puis d’autres qui expliquaient à la petite fille que j’étais la raison de ce numéro tatoué sur leur bras, alors Faurisson bof !. Maintenant que des juifs – sionistes – aient aussi compté parmi les meilleurs alliés d’Hitler ne fait aucun doute. Un bouquin intéressant « Le crime occidental « de Vivian Forrester, parmi tant d’autres… Ce qui me ramène à mon point de départ… une idéologie qui n’a rien de génétique… d’autant que tous les juifs ne sont pas sémites et que les Palestiniens,par exemple eux le sont…

          Satan, St-Nicolas et le Père Noël, Dieu le père et la Vierge Marie… pas trop de temps à perdre en légendes. Les écoles de tortures de l’armée israélienne et du Mossad, cela, oui, m’interpelle et me fait problème…

          J’ajouterais simplement que pour tous les très nombreux juifs qui n’adhèrent ni à une religion et vomissent le sionisme de tels amalgames sont tous simplement nauséeux et renforcent ce diktat sioniste qui voudraient en faire des juifs honteux ou renégats à châtier comme tels.
          Et non, je ne suis pas juive…

  4. Toutes ces saloperies longtemps occultées par les médias sont aujourd’hui monnaie courante dans certains cercles du net. Cependant la majorité est loin d’une prise de conscience à moins d’une dégradation drastique de sa condition de vie(caddies vides,plus d’essence,plus de tiercé etc…) et encore je me demande si cela mènerait vers sa conscientisation… Les prédateurs psychopathes qui ont perverti ce monde sont surement prêts à tout pour ne pas lâcher le morceau.Y compris la destruction de l’humanité.Voir l’option Samson et le chantage exercé par Israel sur l’ensemble des nations.Israel qui apparait souvent derrière ces ignominies dès qu’on creuse un peu.Merci pour ce travail de traduction.

    • On est toujours dans le même contexte : Ce ne sont plus des populations à exterminer pour s’emparer des territoires et y organiser 4 siècles de transfert d’esclaves : car on a oublié la traite Portugaise et espagnole de l’Afrique qui a ouvert la voie pour repeupler l’Amérique latine et les Antilles, car les amérindiens avaient été exterminés.

      On fomente des guerres contre l’Irak, la Lybie, la Syrie pour s’emparer du pétrole ou faire passer les pipes lines et autres. l’Algérie devait suivre, l’Iran bien sûr au nom des intérêts supérieurs des nations occidentales qui poursuivent leurs prédations, tout en mettant en faillite ces Etats où nous sommes les prochains esclaves des multinationales dans territoires.

    • En fait comme dirait Huxley, la destruction, la torture, la coercition… ça ne marche pas terrible. Non, l’idéal c’est l’acceptation des populations de son propre asservissement. Et, médias aidant bien entendu, au quotidien on s’aperçoit qu’ils sont très forts.

      • Oui, sauf que ça commence à se voir.
        Et que malgré tout, beaucoup commence à s’éveiller ! Non ?
        Bon sinon en tant qu’athée pure et dure, je rappelle que les chrétiens, et autres catholiques ont fait plus de mal que n’en feront jamais les juifs, dussent-ils s’appeler, Rothchild, kissinger… Je ne juge personne et encore moins d’après son nom, ou sa confession religieuse… Et ben c’est pas gagné…

      • Pour être plus précis (mais pas exact, me faudrait retrouver la phrase) c’est « faire aimer a la population son état d’asservi ».

    • Berna répond à Berna:après lecture des commentaires ci-dessus il me paraît évident qu’une étude approfondie de l’origine du mal est nécessaire si on veut se faire une idée de qui ou de quoi provient ce dernier. Il est exact qu’un salaud puisse-être prisonnier de son mal.Qu’il a été comme vous et moi un petit enfant adorable…
      De quel schéma mental sommes-nous prisonnier?Si vous dites que le christianisme a fait plus de mal que le judaisme il vous faut également réfléchir sur la nature et l’essence du christianisme.Idem pour l’Islam.
      Ce travail accompli vous retrouverez toujours les mêmes;les sectes Zadikim,branche dévoyée du judaisme,décrite dans les parchemins de Nag Hamadi,qui mettra en route le programme
      religieux destiné à asservir l’humanité par ce concept extraordinaire du « complexe du rédempteur ».
      Voir entres autres; »Not in his image »de John Lamb Lash.
      Notre véritable histoire que nous ignorons est de toute façon écrite quelque part.Peut-être même dans nos genes…

  5. @Berna
    L’origine du mal remonte à la séparation de la société en deux castes, pour simplifier les oppresseurs et les opprimés. C’est une division politique qu’a suivi la division économique par la suite.
    Le mal originel vient de l’alliance forcée permise par les peuples aveugles entre le prêtre, le juge et le chef militaire. Ceci a fait le fondement même du pouvoir coercitif et de la création de l’État, tare absolue de l’humanité à tous les points de vue.
    De là se sont enchaînés des évènements qui ont de plus en plus liés étroitement le « politique » à « l’économique », jusqu’à ce que récemment (le XVIIIème siècle à l’échelle historique, c’est récent…), « l’économique » assujetisse le politique.
    Nous vivons aujourd’hui la période paroxystique de la domination de « l’économique » autour duquel tout, absolument tout, tourne ; non pas comme les électrons autour d’un atome, mais comme l’eau de la vaisselle autour du trou de tout-à-l’égoût… Le remarquable humoriste américain George Carlin avait une expression pour cela, il disait: « circling the drain », l’image est forte et juste… Inexorablement, la société se rapproche de l’anéantissement, chose voulue et planifiée du moins en théorie par l’oligarchie en place. Le but: l’établissement d’un état fasciste mondial supranational, qui verra « l’élite auto-proclamée » vivre dans des « zones vertes » hyper-protégées, tandis que les 500 millions d’individus rescapés du génocide planétaire de 6,5 milliards de personnes, erreront à la recherche d’emplois fictifs et feront tourner ce qui est nécessaire aux pitres des zones vertes.
    Dans la réalisation de ce délire psychopathe, les ordures du haut de la pyramide utilisent différents outils politico-économiques pour maintenir division des peuples et chaos créateurs pour ces criminels d’opportunités de consolidation de leur pouvoir. Le sionisme est un de ces outils, ni plus, ni moins. Israël a été créé pour mieux maintenir division et conflits sans fin. Le jour où cette entité fictive coloniale (comme les entreprises Etats-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande du reste, toutes liées à la City de Londres et à la Banque du Vatican…) aura rempli sa fonction, elle sera jetée à la poubelle comme le reste. N’oublions jamais qu’il y a bien plus de sionistes non juifs que de sionistes juifs. Pourquoi ? Parce qu’il y a convergence d’intérêt élitiste, mais à terme, ce seront toujours les mêmes qui paieront les crimes de leurs soi-disant élites… Israël, état fictif colon, créé fictivement sur des terres volées (de la même manière que les USA, Canada, Australie et NZ sont bâties sur des terres volées..), sera éliminé par ceux-là mêmes qui l’ont créés: les criminels de la finance internationale apatrides par nature et psychopathes.
    Ainsi donc, il ne sert absolument à rien de focaliser sur l’arbre qui cache (ou essaie de cacher) la forêt, en l’occurrence le sionisme et autre fadaise obscurantiste, qui ne sont que des outils, des moyens d7arriver à une fin et pas la fin en elle-même.
    Il faut se focaliser sur l’essence même de cette folie furieuse qui est le colonialisme et pourquoi et comment il est rendu possible, afin de désamorcer la bombe avant qu’elle ne nous pète à la tronche…
    Aucune solution ne peut être trouvée si on ne comprend pas le cœur du problème. Aujourd’hui, les Palestiniens par exemple mènent le même combat qu’ont mené les Indiens des Amériques depuis la fin du XVème siècle…
    Ce n’est pas un hasard si nous nous concentrons sur ce sujet. Nous l’avons identifié comme étant la clef de la boîte à solutions.
    Les Indiens des Amériques ont la solution, leur lutte est la solution, enlevons le tapis de dessous les pieds de l’empire: sa terre et ses ressources, volées sous les lois pontificales depuis 1493…

    Tout le reste à notre sens n’est que brassage de vent. Analyser bien ce que nous venons de dire, lisez nos traductions et textes sur le sujet du colonialisme. C’est le nerf de cette guerre entre nous les peuples et une oligarchie totalement psychopathe.

    Merci de vos participations.

    • Il est toujours agréable – si pénible soit la situation – de constater que nous sommes tout de même quelques-uns à percevoir les avancées de ce monde fait d’Ilots de très riches entourées des océans de misère sous contrôle. Il ne faut pas oublier de prendre en compte dans ce tableau, les avancées du transhumanisme, Hottois, un libéral, prof de Bioéthique à l’Université Libre de Bruxelles et membre des hautes sphères internationales des comités de « bioéthique » parlait dès le début des 90 de programme de recherches actifs déjà alors, qui visaient à produire pour la deuxième décennies des 2000 les robots et cyborgs capables de remplacer les humains pour des fonctions qui le permette…. Il y a de quoi être fasciné par l’inconscience d’une grande partie de l’opinion publique alors que toutes les données sont là pour le voir et le comprendre !
      Dans le cadre « décolonisation », un texte d’un anthropologue et avocat quechua (indien d’Amérique) concernant les élections au Honduras qui met la non décolonisation au cœur des problèmes électoraux
      http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-honduras-le-ons-et-defi-du-processus-electoral-apparent-121319394.html

      Et un autre de « culture générale » écrit par l’association OFRANEH, descendants des esclaves noirs, bien décolonisés eux, et comme les indigènes à l’avant-garde de la lutte de libération du Honduras. Culture générale parce qu’il nous parle du sulfureux JJ Rendon, maître manipulateur, dans tous les mauvais coups fascistes, particulièrement concernant la guerre psychologique dans les processus électoraux en Amérique Latine. Une sorte de détourneur de l’histoire naturelle des peuples au service de l’Empire.
      http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-honduras-jj-rendon-la-droite-fasciste-et-la-fraude-annoncee-121311894.html
      Pour les observateurs, il est clair que le Honduras est à présent un laboratoire avancé d’une nouvelle forme de colonisation, qui passe par la confiscation des territoires et des destins des peuples. Il est tout aussi flagrant que les méthodes de terrorisme qu’y utilisent les corporations transnationales sont calquées sur celles élaborées en Palestine… L’enjeu des élections honduriennes est donc mondial, si ce domino tombe, l’agenda de l’Empire en sera bouleversé.
      A suivre

      • excellents liens merci Anne.
        Nous avons décidément une grande complémentarité: nous couvrons les deux parties du continent américain, qui est la clef (sans offense aucune aux autres continents, qui luttent également…) de la solution au colonialisme, car ce continent du nord au sud est toujours DIRECTEMENT sous influence coloniale (tout comme le sont également l’Australie et la Nouvelle-Zélande), ce que tout le monde a soit oublié ou le plus souvent … feint d’oublier…

        Le plus grand fléau de cette planète est le colonialisme édicté et soutenu par l’arrogance ethnocentrique génocidaire de l’occident. Pour en sortir, il est nécessaire de retirer le sol, la terre de sous les pieds du colosse aux pieds d’argile déjà dénoncé par Etienne de la Boétie au XVIème siècle. Comment ? Par un tel éveil qui amènera les peuples occidentaux brisant leurs propres chaînes idéologiques maintenues à grand renfort de propagande, à se ranger du côté des peuples indigènes des Amériques pour un regain de souveraineté et une alliance fondée sur la justice et la coopération volontaire et donc non coercitive de nations à nations, qui permettra enfin un véritable développement durable et précautionneux de la planète et du vivant qui l’habite.

        L’enjeu de l’éveil des consciences est là à notre sens et ceci constitue le fondement même d’un paradigme politico-social complètement différent pour l’humanité. Les Indiens des Amériques en ont les clefs.

        « Il suffit de passer le pont… » disait l’ami Brassens… et de savoir lâcher prise.

        • Cerise de dernière minute sur le gâteau (pourri) du colonialisme et de l’impérialisme

          http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-brzezinski-la-resistance-populiste-empeche-le-nouvel-ordre-mondial-121336480.html

          Extrait exprimé sous forme de regret :
          « l’augmentation de l’activisme populiste dans le monde se montre préjudiciable à la domination externe comme celle qui prévalait à l’époque du colonialisme et de l’impérialisme  »
          Signé Brzezinski

          • Merci Anne,
            Il est juste de dire qu’il dit cela pour ouvrir les yeux de ses ouailles qui, pour la vaste majorité,est complètement déconnectée de la réalité de terrain… Ils vivent dans leur bulle, pas Brzezinski, le brillant (accordons-lui) psychopathe, dont la fonction de lieutenant de Rockefeller est de faire garder le cap coûte que coûte.
            Ce n’est pas le moment de mollir, car c’est maintenant que le danger passe en zone rouge…

            Il ne suffit pas de faire dérailler leur entreprise d’établissement du Nouvel Ordre Mondial, pour se rendormir et retarder l’échéance. Ces ordures ne renonceront jamais. Il faut non seulement empêcher cette ignominie, mais aussi faire en sorte qu’il ne soit plus possible de recommencer. Comment ? En brisant le système de tel façon qu’il ne soit plus possible de retourner à l’ancien paradigme impérialiste et étatique. La société devra se réorganiser afin de ne plus pouvoir être divisée (empêcher la résurgence de l’état) et dans le même temps adresser le cœur du problème « économique »: la propriété.

            L’État et la propriété sont les deux tares par lesquelles la misère se répand. On peut retourner le problème de quelque façon que ce soit, on en arrive toujours là…

    • @Résistance 71
      Réponse très intéressante,je vous en remercie.Vous m’enlevez le pain de la bouche sur de nombreux points.Je n’affirme pas que le judaisme est la source unique du mal,cependant la place et le temps manquent pour vraiment débattre.Permettez-moi de vous soumettre un extrait d’une quatrième de couverture d’un auteur dont je partage les vues: JOHN LASH:LA PASSION DE LA TERRE
      Traité d’écologie sacrée.Traduction Dominique Guillet.

      Au 7eme siècle avant notre ère,une entité extraterrestre de passage,appelée Yavhé-mais que les gnostiques paiens appelaient Yadalbaoth,le Démiurge,le dieu dément-proclama du haut de son chariot de feu, »Détruis tout ce qui vit sous l’arbre vert »(Deutéronome).En ce début de 21ème siècle,la théologie de l’annihilation peut se targuer d’une mission presque accomplie:l’agriculture toxique et l’industrie ont transformé une grande partie de la planète en une poubelle cancérigène,la biosphère s’étiole,les grandes forêts ont été coupées,la biodiversité est éradiquée,les richesses planétaires ont été pillées,les peuples premiers et indigènes ont été massacrés et l’humanité se meurt empoisonnée physiquement et psychiquement.
      Le monothéisme Abrahamique,autrefois circonscrit à un petit peuple,qui se croyait élu par le démiurge,a muté dramatiquement et ses deux mutations les plus virulentes,le Christianisme et l’Islam,ont semé la dévastation durant 20 siècles:conquêtes et conversions,génocides,guerres de religions,bûchers de l’inquisition,destruction des cultures indigènes,etc,etc,ad nauseam.Et,de nos jours même si les maisons closes de la prostitution religieuse(où les dévots vendent leur âme au plus offrant pour un coin de paradis,une rémission de pêchés ou,encore même,la vie éternelle) ont été remplacées ou complémentées par les écrans lobotomisants de la réalité virtuelle,le paradigme biocidaire reste néanmoins le même:la haine de la nature,la haine du féminin et,en fin de compte,la haine de l’humain.L’humanité(et une grande partie de la biosphère) est aujourd’hui au coeur d’une urgence spirituelle,pour ne pas dire au coeur d’une extinction.L’humanité peut-elle encore choisir entre la Vision Planétaire et le mensonge patriarcal et théocratique?

      • Toute religion est fadaise pour demeuré. L’idée même d’un « dieu » quel qu’il soit enlève de facto la notion de liberté humaine. Il ne peut y avoir de Liberté avec un dieu, c’est le but de l’oligarchie… L’esclavagisme des esprits avant l’esclavagisme du corps, de là toutes les fadaises accessoires peuvent être dites et appliquées… Lash et les ET ?… pas notre truc… Grand respect pour Dominique Guillet et son combat qui est celui de tous pour une planète et alimentation saine, mais les visites d’ET… Comme nous l’avons mentionné plusieurs fois ici, nous ne rejetons pas l’idée, mais nous laissons cela à des spécialistes, trop à faire avec le reste… Nous voyons la chose de cette façon: Statistiquement, les chances que nous ne soyons pas seuls dans l’univers sont largement plus élevées que celles que dieu existe.
        De toutes les fadaises religieuses monothéistes, le christianisme a été et est toujours de loin le plus toxique et criminel. Des centaines de millions de gens à travers les âges ont été massacrés au nom du barbu et d’un « dieu » vengeur et sanguinaire et de son soi-disant « fils » faiseurs de miracles…
        Le petit chaperon rouge ou les 3 petits cochons sont des histoires tout aussi valides, sanguinaires à souhait aussi pour plaire, qui valent largement dans l’imaginatif, les fadaises religieuses que les humains du XXIème continuent d’ingurgiter sagement.
        C’est du reste la chrétienté et son dogme scélérat qui est directement responsable du colonialisme et de l’abération sans nom qu’est le dogme du « devoir de civilisation » de l’occident, fondé sur un ethno, euro-centrisme flagrant doublé d’un racisme viscéral, qui n’a pu déboucher dans l’histoire que sur l’ethnocide et le génocide généralisé dont le monde fut et est toujours victime, à quoi s’attendre d’autre ?…
        La solution au colonialisme dont sont victimes les Palestiniens, les Amérindiens, les Aborigènes d’Australie et de NZ, passe par la fin de la cause de cette misère: le dogme chrétien de la « découverte » édicté comme nous l’avons ici-même, dans les bulles papales de 1455 et 1493 (Romanus Pontifex et Inter Caetera). Le colonialisme lié à l’empire anglo-américain actuel est avant tout lié au Vatican, tout le reste en découle, y compris le sionisme qui n’a pu voir le jour que poussé et soutenu par les intérêts convergents de la haute finance imposant son hégémonie culturelle. Maintenant que les sionistes soient devenus totalement mégalomaniaques, c’est plus que probable, mais ils ne sont que des outils de division et de contrôle. Des boucs-émissaires en devenir. Comme le dit très bien Alan Hart, ancien grand journaliste de la BBC: « Le plus grand ennemi des juifs est le sionisme »… C’est évidence même. Le colonialisme existe deuis bien plus longtemps que le sionisme, petit dernier des « -isme » dévastateurs.
        Le point de focalisation doit demeurer le cœur même du colonialisme et qui a aujourd’hui (comme hier, mais plus encore aujourd’hui parce que le temps arrive à point…) les clefs de la solution à ce fléau planétaire ? Les peuples autochtones des Amériques (Nord et Sud), d’Australie et de Nouvelle-Zélande et aussi les Palestiniens. Pourquoi ? Parce que contrairement aux ex-colonisés d’Afrique, d’Asie, ces peuples sont toujours aujourd’hui sous l’influence DIRECTE du colonialisme occidental mortifère.
        La résurgence des luttes pour la souveraineté et l’autonomie des nations autochtones ne fait que commencer et le monde changera pour le meilleur lorsqu’une portion conséquente des peuples colons (nous) rejoindra et s’uniera avec les peuples autochtones.
        Ce mouvement va prendre de l’ampleur et à terme, va tout emporter pour libérer la planète de la fumisterie ambiante.
        Pour nous, la question n’est pas de savoir si cela se passera mais quand ? Peut-être pas de notre vivant, mais notre devoir à tous est d’œuvrer aujourd’hui pour que les générations futures en touchent les bienfaits. C’est une prise de conscience qui demande une action directe, celle de tirer le sol (usurpé) de dessous les pieds du colosse aux pieds d’argile qu’est l’empire occidental. Sans la terre à revendiquer et les ressources à mettre en gage pour financer ses guerres de contrôle planétaire, l’empire cesse d’exister… CQFD.
        Merci de l’échange.

        • @ R71
          Vous vous attaquez aux effets pas aux causes.
          Merci de vos réponses.

          • « un dieu créateur » cela ne veut rien dire ………… il y avait les adorateurs du soleil – et pourquoi pas, ils savaient que sans cet astre ils ne pourraient vivre –

            alors certains ont profité de l’affaire pour ramener la couverture à eux – et faire avaler toutes les couleuvres

            je me souviens de « s’ils n’ont plus peur du diable, ils n’auront plus besoin de Dieu » –

            comment concevoir l’infini quant on a les pieds dans la boue ?

          • De rien. Si s’attaquer à la propriété, l’état et le colonialisme qui en découle nécessairement n’est pas s’attaquer aux causes, nous nous demandons bien qu’elles seraient-elles ?
            Suggestion(s) ? 😉

  6. pas de moi, je viens de la lire cette phrase , sur un blog :

    Comme disait mon grand père, tant que les pauvres auront des pieds et que les riches auront des culs, tout espoir n’est pas perdu. Je crois effectivement que cette oligarchie qui nous gouverne ne cédera pas son pouvoir sans resister. Et que de toutes façons, un jour ou l’autre, aprés les discours , les pamphlets, les grognes, les gréves, les manifestations, nous devrons les virer à coups de pieds dans le cul.

  7. […] même auteur au sujet de la CIA et du système banquier: "La Bank of America des Rothschild". La CIA est une émanation de Wall Street, elle sert Wall Street et les banksters. Preuve ? Faites […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :