Ingérence et terrorisme en Syrie et au Liban: L’alliance israélo-saoudienne en question… Convergence d’intérêts impérialistes

Du grand Pepe Escobar sur ce coup là !…

— Résistance 71 —

 

La guerre de la terreur Wahabi-Likudnik

 

Pepe Escobar

 

21 Novembre 2013

 

url de l’article:

http://www.informationclearinghouse.info/article36924.htm

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le double-attentat suicide à la bombe de l’ambassade iranienne à Beyrouth, qui a fait au moins 23 morts et 170 blessés, fut une de facto attaque terroriste s’étant passée le 11/19. Du côté de la numérologie, bien évidemment 9/11 vient de suite à l’esprit, ainsi que le cas de la guerre déclarée de Washington contre le terrorisme développant ses métastases et largement mis en œuvre par des formes suintantes du “renseignement” saoudien. Ne vous attendez pourtant pas à ce que l’occident condamne cela comme un acte terroriste. Regardez les manchettes de la presse, tout est normalisé comme étant des “explosions”, comme si cela avait été le résultat d’ enfants jouant avec des pétards. Que cela ait été perpétré par une brigade reliée à la nébuleuse Al-Qaïda ou par les hommes de main du chef de l’espionnage saoudien Bandar bin Sultan (alias Bandar Bush), l’attaque de Beyrouth est essentiellement configurée comme une provocation massive saoudienne. L’agenda plus large de l’Arabie Saoudite en Syrie implique d’avoir la Syrie et le Hezbollah épinglés également au Liban. Si cela se produit, Israël y gagnera également. Une fois de plus, voici une autre horrible illustration de l’alliance likudnik et de la Maison des Saoud en action.

Des nuances sont appropriées. La stratégie de Bandar Bush, coordonnée avec les djihadistes, fut de supplier le Hezbollah d’aller combattre en Syrie. Lorsque le Hezbollah le fit avec seulement quelques centaines de combattants, les djihadistes se replièrent du champ de bataille pour mettre le plan B en action: faire sauter d’innocents femmes et enfants dans les rues libanaises.

Tandis que le Hezbollah est toujours d’accord pour la bagarre où qu’elle prenne place, la position de Téhéran est plus prudente. Il ne veut pas s’impliquer à fond face aux Saoudiens, du moins pour l’heure, surtout avec les négociations cruciales sur le nucléaire toujours sur la table de Genève et avec (toujours) la possibilité d’un Genève II pour la Syrie. Pourtant la maison des Saoud ne souhaite pas un Genève II au plus tôt parce qu’elle n’a absolument rien à proposer si ce n’est un changement de régime. En Syrie, le pilier principal de Bandar Bush est de tourner l’ASL en une “armée nationale” de 30 000 hommes motivés et armés jusqu’aux dents, fournis essentiellement par “l’armée de l’islam”, qui n’est rien d’autre que la version encodée du groupe Al-Nosra affilié à Al-Qaïda. Le roi de la Playstation de Jordanie, alias Abdullah, collabore à fournir des camps d’entrainement près de la frontière syrienne. Quoi qu’il arrive, une chose est sûre: attendez-vous à voir les sbires de Bandar Bush commettre toujours plus d’attentats à la bombe en Syrie et au Liban.

L’axe Sioniste/Wahhabi/Salafiste

Les brigades foireuses, liées à Al Qaïda, Abdullah Azzam existent en théorie depuis 2005, mettant une bombinette par-ci par-là. Un certain Sheikh Sijareddin Zreikat a endorsé sur Tweeter la responsabilité de l’attentat de Beyrouth. Plus curieusement, la déclaration fut “découverte” et traduite en anglais par le site israélien de désinformation SITE. [1] Plus avant, un autre site israélien de désinformation, DebkaFile, a dit que l’attaque était un faux-drapeau conduit par l’Iran / Hezbollah, fondé sur une “alerte saoudienne” donnée “aux agences de renseignement occidentales, incluant Israël”. [2] La logique de tout cela, d’après le “renseignement saoudien”, était de “convaincre les combattants du Hezbollah consignés contre leur gré sur le champ de bataille syrien.”

On ne peut même pas qualifier cela de pathétique. Le Hezbollah en fait défend la frontière syro-libanaise et n’a que quelques centaines de combattants en Syrie. De plus aucune série d’attentats suicides ne va empêcher le Hezbollah et l’Iran de ragagner le contrôle de ce qui est vraiment important en matière de contexte stratégique de terrain: la zone de Qalamoun. Qalamoun, entourée de montagnes est une bande de terrain de 50km de long, frontalière avec la vallée de la Bekaa au Liban, entre Damas et al-Nabk et exactement sur le couloir vital de l’autoroute M5 qui va de Damas à Homs. L’armée syrienne mène une offensive dans la région. Recapturer la zone n’est qu’une question de temps. Ceci veut dire le contrôle de la zone d’approche nord de Damas. Le Hezbollah aide à cette offensive depuis la vallée de la Bekaa. Ceci ne veut absolument pas dire qu’ils vont camper en Syrie après cette offensive.

En ce qui concerne l’accusation d’attentat fausse-bannière. Aussi loin que sont concernées les véritables attaques fausses-bannières, on doit réexaminer les trois attentats à la bombe internationaux récents qui ont soi-disant victimisés Israël. En Inde, la bombe n’avait aucun projectile, elle a à peine légèrement blessée l’attaché israélien. En Azerbaïdjan, la bombe fut “miraculeusement” découverte avant qu’elle ne détonne et en Thaïlande, la bombe a explosé trop tôt, ne blessant qu’un Iranien se trouvant là. Une désinformation minable israélienne est démasquée lorsque cela saute à cette conclusion:

Si Téhéran est capable de telles atrocités comme tactique de diversion, alors peut-être que les présidents Obama et Poutine devraient sérieusement revoir leur position quant à leur partenaire de négociation autour de la table avant de signer un accord majeur le Mercredi 20 Novembre, laissant le programme nucléaire iranien en place.

Ceci s’imbrique parfaitement avec l’hystérie israélienne concernant les négociations de Genève, qui inclut également le énième rapport d’une agence de presse comme le Sunday Times de Londres disant que l’Arabie Saoudite allait aider Israël à attaquer l’Iran. [3] Ceci est en accord avec la pirouette de grand-méchant loup proverbiale américaine, disant que “statégiquement, cette alliance de facto avec les Saoudiens est une opportunité extraordinaire pour Israël.” [4] Même ces complice doivent admettre que la maison des Saoud “bloque la formation de tout gouvernement au Liban par exemple, afin de bloquer politiquement l’allié de l’Iran, le Hezbollah.” “Bloquer” est bien sûr un doux euphémisme pour la normalité des attentats suicides. Puis vient la pensée ultime déguisée en “analyse”, celle du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou “se proposant de remplacer les Etats-Unis en tant que protecteur militaire du statu quo.” Traduction: Les likudniks rêvent de devenir le nouveau patron militaire mafieux des pétrodollars wahabbites.

Ceux qui rendent tout cela possible

La stratégie de Bandar Bush, celle d’armer et de protéger les djihadistes salafistes et tout homme de paille ou mercenaire dans l’entre-fait, va continuer. Après que Bandar Bush ait persuadé Washington de se débarrasser des Qataris copains des Frères Musulmans, les Saoudiens sont devenus le couloir parfait des va t’en guerre. La machine Bandar-Bush a des liens avec virtuellement toutes les formations djihadistes du Levant. Cela aide d’avoir la parfaite couverture en la personne de Bandar et le fait qu’il connaisse et ait amadoué tout joueur signifiant à Washington. Aux Etats-Unis, Bandar Bush demeure un super-héro, provoquant même  de pitoyables comparaisons avec Gatsby le Magnifique. [5] Et oui, et moi je m’appelle Daisy.

Même avec sa propre ambassade attaquée au Liban, l’Iran maintient une approche de la question extrêmement équilibrée et calibrée. La priorité première est la négociation de Genève avec le partenaire américain. Ce qui explique le pourquoi l’Iran a blâmé l’attentat terroriste de Beyrouth sur les proverbiaux “sionistes” et non pas sur les djihadistes à la solde des Saoudiens posant comme “rebelles” et qui font partie de la grande nébuleuse de Bandar Bush. Pour le moment, faisons fi de la novlangue orwellienne. Ce qui s’est produit à Beyrouth est une attaque terroriste, applaudie par Israël, et totalement permise par les Saoudiens: une horrible démonstration qui vous fut présentée par l’axe Likudnik-Maison des Saoud.

=  =  =

Notes:
1. Al-Qaida-linked group claims responsibility for deadly Beirut attack, Ha’aretz, November 19, 2013.
2. Incredible! Beirut bombings killing 25 people were self-inflicted by Iran and Hizballah as a diversionary tactic, DEBKAfile, November 19, 2013.
3. Israel, Saudi Arabia Unite For Attack On Iran, RT, November 17, ’13.
4. The stakes of an Iranian deal, Washington Post, November 15, 2013.
5. Prince Bandar bin Sultan, Saudi Arabia’s Gatsby, Master Spy, The Daily Beast, November 16, 2013.

 

Pepe Escobar est l’auteur de Globalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007), Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge (Nimble Books, 2007), and Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009).

Publicités

Une Réponse to “Ingérence et terrorisme en Syrie et au Liban: L’alliance israélo-saoudienne en question… Convergence d’intérêts impérialistes”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.