Effondrer le colonialisme, maître-pilier de l’empire pour un changement de paradigme politique et social…

“Les leaders aborigènes ont toujours dit que l’auto-gouvernement (l’autogestion) est un droit inhérent de leurs nations qui vient du fait qu’elles sont nations originelles, les premières nations comme elles sont maintenant appelées au Canada…” == “En décembre 1989, le procureur général du Canada, répondant dans un tribunal aux assertions sur la propriété et la jurisdiction de la nation Gitksan-Wet’suwet’en en Colombie Britannique (affaire Delgamuukw) déclara: ‘Propriété et jurisdiction constituent une revendication de souveraineté. Si les plaignants ont jamais eu une souveraineté, celle-ci prît complètement fin à l’assertion de souveraineté de la Grande-Bretagne.’ En d’autres termes, le procureur général argumentait que: 1) le Canada doute que les Gitksan aient jamais été assez civilisés pour obtenir la souveraineté, mais que 2) s’ils l’ont été à un moment, la seule assertion de souveraineté de la Grande-Bretagne a été suffisante pour y mettre fin.”

== Michael Asch, “Political Self-Sufficiency”, Ph.D professeur d’anthropologie Université d’Alberta ==

 

Pourquoi faisons-nous de l’anti-colonialisme et du soutien aux luttes indigènes nos chevaux de bataille ?

Déterminer l’ERREUR et comment la corriger

 

Résistance 71

 

26 Octobre 2013

 

Pour répondre à cette question, il faut, comme nous l’avons fait depuis quelques années déjà sur ce blog, fouiller et analyser ce que nous disent non pas les médias de masse, la littérature et les publications en sciences humaines assujetties à l’ordre oligarchique en place, mais sortir de la “ligne du parti”, de la doctrine dominante du bienfondé et de “l’universalisme humanitaire” de la civilisation occidentale, seule détentrice selon le dogme sans cesse martelé, du progressisme sans lequel l’humanité basculerait dans le chaos et “l’anarchie” ainsi que les bien-pensants se complaisent à le dire, diabolisant le mot à dessein au passage.

C’est en (re)découvrant des auteurs et chercheurs comme Pierre Joseph Proudhon, Pierre Kropotkine, Murray Bookchin, Emma Goldman, Gaston Leval, Howard Zinn, Barbara Tuchman, Annie Lacroix-Riz, Alan Lee Dugatkin, Michael Albert, Paulo Freire, Ira Shor, Gilad Atzmon, Marshall Sahlins, Pierre Clastres, Louis Hall, Taiaiake Alfred, Russell Means, Oren Lyons, Steven Newcomb, Aimé Césaire, Frank Fanon, Patrice Lumumba, Malcom X, Martin Luther King, Thomas Sankara, Dee Brown, Subcommandante Marcos, Gloria Muñoz Ramirez et tous ceux que nous oublions, que nous avons pu mesurer à quel point l’endoctrinement idéologique des peuples pour sauvegarder l’hégémonie culturelle occidentale, l’euro-centrisme raciste et génocidaire permettant la domination et l’oppression sur cette planète, de la très vaste majorité par une minorité oligarchique, a été et est toujours efficace.

Nous ne pouvons qu’encourager notre lectorat à parcourir les quelques centaines d’articles et de traductions originales qui constituent ce blog, d’en assimiler le contenu et de diffuser sans retenu les messages promulgués par les auteurs ci-dessus mentionnés et qui ont trouvé, pour la plupart, un puissant écho dans les pages de Résistance 71.

Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui n’est que la résultante de la domination et de l’oppression exercées par l’occident de la chrétienté et vues par son oligarchie dirigeante comme “porteuses de lumière”. Cette doctrine date des empires grecs et romains, Rome ayant passé le relais à l’église de Rome qui devint le Vatican au IVème siècle après que l’empereur Constantin eût cédé l’empire romain à l’église romaine. Depuis lors, l’occident s’est livré au pillage, à la rapine, au meurtre organisé, au vol, à l’occupation et au génocide d’abord sur le continent européen, puis dès le XIème siècle en Afrique du nord, Moyen-Orient avec les croisades, puis durant “l’ère de la découverte” et de la prise de possession des continents africain et américain au XVème siècle jusqu’à aujourd’hui, sans discontinuer.

Le monde de la guerre perpétuelle est savamment entretenu par l’oligarchie qui, au fil du temps, est passée d’une oligarchie politique à une oligarchie économiquememt toute-puissante et à laquelle le monde politique est totalement assujetti depuis la création de la Banque d’Angleterre (entité privée comme toutes les banques centrales) en 1694, date à laquelle la City de Londres est également devenue souveraine et est devenue un état dans l’état. Les liens entre le Vatican, la banque du Vatican et la City de Londres, appelé aussi la “Couronne” britannique ou “The Crown”, sont très étroits depuis le départ et le demeurent aujourd’hui.

Vouloir lutter efficacement aujourd’hui contre l’empire, c’est lutter contre le fondement même de l’impérialisme occidental qui repose sur un pilier de pouvoir économique et un pilier de pouvoir idéologique étroitement impliqué l’un avec l’autre.

Attaquer ces deux piliers porteurs aura pour résultat à terme, d’effondrer l’empire. Comment ? Par la prise de conscience et le boycott physique et idéologique tout en amenant des solutions efficaces de remplacement aux institutions oligarchiques qui nous ont été imposées depuis des siècles, l’État étant le rouage essentiel de l’oppression généralisée.

Pour y parvenir, il nous apparaît tout à fait essentiel que les peuples occidentaux réfutent et refusent en bloc l’idéologie dominante qui les colonise tout autant que les peuples des nations colonisées, même si le degré d’oppression est (à peine) moindre. La raison en est des plus évidente : Non seulement le système de coercition a atteint un degré jamais égalé dans l’histoire tant en amplitude qu’en ineptie, mais surtout il représente la plus grande injustice jamais réalisée à l’échelle planétaire, celle de la dictature quasi totale du 0,00001% de la population mondiale (et non pas 1% comme il est souvent annoncé, ce qui représenterait 70 millions d’oligarques au monde, nous sommes bien loin de ce compte…) contre 99,99999% du reste de la population. De surcroi, au fil du temps, cette clique de criminels psychopathes a convaincu le reste de l’humanité de la “normalité” du système politico-économique poussé ad nauseam par une propagande de tous les instants, pour mieux nous contrôler et nous réduire en esclavage.

Nous l’avons dit ultérieurement ici, Nous sommes tous des colonisés !” et le seul moyen d’en sortir est pour nous, peuples occidentaux, responsables de la colonisation par notre action ou inaction et acquiescement tacite chroniques, de reconnaître ouvertement le mal perpétré, œuvrer pour une véritable restitution des terres volées et ressources usurpées ainsi que pour une réconciliation réelle avec les peuples colonisés d’hier et d’aujourd’hui, car nous avons besoin les uns des autres pour bâtir une véritable société progressiste, émancipée et libre. Il n’y a pas d’autre alternative, ni aucune solution au sein du système oligarchique coercitif, oppressif et totalement mortifère qu’on nous a imposé en nous bourrant le crâne avec la pseudo-inéluctabilité de l’affaire par une science tronquée, biaisée et falsifiée à bien des niveaux. Tout cela est bien au-delà de toute rédemption et nous devons définitivement lâcher-prise d’avec cette ignomie colonialiste qui est le pire fléau que la terre ait porté depuis des milliers d’années.

Ainsi nous voyons notre mission actuelle comme corriger l’ERREUR commise depuis bien trop longtemps:

  • Education: Diffuser l’information, participer activement à la résurgence de la vérité historique des évènements passés proches et lointains afin de dévérouiller les esprits
  • Réfutation: Refuser le dogme du consensus du statu quo oligarchique et savoir que l’humain peut bien mieux faire s’il utilise le potentiel énorme de son intelligence à des fins collectives et non se laisser enchaîner pour le bénéfice du petit nombre
  • Remplacement: Réfléchir au comment nous, les peuples, pourrions assumer de manière juste, équitable, responsable et pacifique, la gouvernance non coercitive de notre société humaine sur cette planète et abandonner de manière définitive et sans retour, l’ineptie criminelle capitaliste (privé ou d’état) préservé par son garde-chiourme attitré: l’État
  • Evolution: Mettre en place un système de gouvernance non coercitif à géométrie variable selon les cultures et traditions en place, sans discrimination, de manière équilibrée et juste et dont l’objectif serait essentiellement le développement d’un mode de vie harmonieux entre toutes les cultures, de manière libre er non coercitive et en harmonie également avec la nécessité de préserver notre écosystème planétaire dans son entièreté
  • Unification: Unir la race humaine sur la base du bonheur et de développement commun, abandonnant le voie du pouvoir fractionné coercitif pour une gouvernance non-coercitive, participative, non centralisée et donc libre
  • Réconciliation: Véritable pilier de soutien entre les peuples, qui verra la libération des peuples du monde de la doctrine colonialiste euro-centrique et l’ensemble des peuples s’auto-gouverner en adoptant et adaptant les modes de gouvernance de sociétés traditionnelles à pouvoir non coercitif ; ceci rendant les conflits impossibles par concept. Ceci ne pourra s’effectuer après qu’une véritable restitution des territoires volés ait été faite aux peuples autochtones

Pour tous ceux qui désirent lutter efficacement contre le colonialisme occidental qui est le cœur même de l’impérialisme d’hier, d’aujourd’hui et de demain si rien ne change, il faut œuvrer à détruire le pilier porteur de l’empire, qui aujourd’hui se situe plus que jamais en Amérique du Nord.

L’empire anglo-américain dans sa conception actuelle mais transnational par essence, tient sa puissance des ressources exploitées sur des terres volées aujourd’hui appelées “Etats-Unis d’Amérique” et “Canada” avec des ramifications dans leur “jardin” de l’Amérique du Sud et Centrale. Retirez de dessous ses pieds la base territoriale de l’empire et donc une vaste partie de son pouvoir économique, des biens qu’il met en gage pour garantir sa dette toujours croissante qu’il force le reste du monde à acheter pour continuer ses guerres hégémoniques et vous lui enlevez la racine même de son existence fabriquée de toute pièce. Le fait est que les entreprises commerciales connues sous les vocables d’Etats-Unis d’Amérique et de Canada, n’ont aucune légitimité légale et n’existent que par des lois forgées pour soutenir l’escroquerie depuis sa création. Nous avons vu sur ce blog comment ce qui sert de base aux lois sur la propriété aux Amériques et aux lois “gérant le problème indien”, est fondé sur des diktats (bulles) pontificales jamais révoquées, toujours en vigueur et intégrés dans des décisions de cour suprême des Etats-Unis, diktats datant du XVème siècle: les bulles Romanus Pontifex et Inter Caetera.

En la matière, il est juste de dire que l’existence actuelle des entreprises commerciales dépendantes de la “couronne” britannique (c’est à dire de la City de Londres et de la Banque d’Angleterre) connues sous le nom “d’Etats-Unis” et de “Canada”, sont des entités frauduleuses rendues historiquement possible par des diktats religieux, chrétiens, fondamentalement racistes (les Indiens n’existent pas en tant que païens et leurs terres ancestrales sont “terra nullum” bonnes à être saisies, volées et exploitées par les chrétiens…) et génocidaires (les bulles encouragent à l’élimination et/ou la mise en “esclavage perpétuel” des païens de ces terres…). Bien sûr toute cette information a été savamment enterrée et recouverte de la dorure d’usage, cela est néanmoins bien réel.

Il importe de divulguer cette information au plus large segment de la population occidentale, de dénoncer les crimes commis depuis plus de 500 ans par l’église et ses successeurs, de favoriser le rapprochement des peuples occidentaux (dont la majorité des membres reconnaîtront cette ignomie pour ce qu’elle est si on leur présente l’information convenablement) et indigènes non seulement des Amériques, mais également de toutes les régions du monde qui ont subies l’influence néfaste de “l’universalisme humanitaire” bidon de l’occident et les peuples d’Afrique,d’Asie et d’Océanie qui subissent toujours aujourd’hui le colonialisme ou sa forme moderne nouvelle “néo-coloniale” qui voit des pays “indépendants” gouvernés par des régimes marionnettes de l’occident permettant l’exploitation des ressources et la corruption perpétuelle des leaders…

Notre intérêt en tant que peuples occidentaux également réduits en esclavage par nos oligarques qui nous haïssent tout autant qu’ils haïssent les “nègres, bougnoules, niakoués ou sauvages rouges” de la planète, est de nous unir avec nos frères colonisés, lutter avec eux pour leur souveraineté, couper en cela l’herbe sous les pieds de l’empire et œuvrer ensemble pour un changement radical de paradigme politique et économique. Le capitalisme est entré dans sa dernière phase, celle du capitalisme monopoliste hideux, qui ne peut, pour sa survie, qu’implanter une dictature mondiale sur la planète. L’empereur est nu. Nous savons où il veut en venir. Il est désormais simple de voir où nous devons nous diriger: vers l’union alors que l’oligarchie fait tout, absolument tout pour nous maintenir divisés (dernière fadaise en date: la doctrine bidon du “choc des civilisations”), car elle sait pertinemment que des peuples unis la balaieront en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Les oligarques ont peur, très peur, car ils savent que leur paradigme ne tient qu’à la division et qu’au contraire, l’union des peuples est leur angoisse existentielle. Comment mieux diviser les peuples que par la guerre ? Ce qui en plus leur fait gagner des sommes fabuleuses qui renforcent leur monopole capitaliste.

Là est le nerf de la guerre, la bataille de toutes les batailles: Si les Indiens des Amériques (Nord et Sud) regagnent leur souveraineté et leurs terres, l’empire disparaîtra quasiment instantanément, faute de la base solide sur laquelle s’appuyer: le territoire et ses ressources, source de toutes les convoitises.

Là est l’enjeu, là est le talon d’Achille de l’oligarchie et c’est la qu’il faut frapper, au porte-feuille et aux ressources, c’est la seule solution réaliste et viable. La méthode doit consister en forcer les entités de droit international à reconnaître la nullité des bulles pontificales, forcer une rétractation de laquelle dépend l’effondrement du système juridique soutenant cette escroquerie. Le système est fait pour se protéger lui-même, les lois sont les lois oligarchiques de protection, c’est pourquoi il faut une énorme pression populaire pour forcer la reconnaissance définitive de cette ignominie qui dure depuis plus de cinq siècles. C’est pourquoi nous devons agir de concert avec nos frères Indiens des Amériques.

Voilà pourquoi, en réponse à notre question initiale, nous insistons de plus en plus sur cet aspect de la lutte, qui à notre sens est devenu vital et offre une solution lumineuse pour se débarrasser avant toute chose de l’empire oppresseur, condition sine qua non d’un changement de paradigme pour le bien–être de tous…

Identifier le talon d’Achille et agir en conséquence: Un archer, une flèche, une victoire décisive. Les Indiens le savent, ils ne s’y sont pas trompés… Nous devons les aider à amener leur meilleur archer à portée de tir… Pour que tout cela finisse… Enfin !

Ensemble, corrigeons l’ E.R.R.R.E.U.R

“La politique de génocide de l’église fut la base, la fondation du colonialisme européen sur deux continents.”

== Russell Means, 1995 ==

Publicités

8 Réponses to “Effondrer le colonialisme, maître-pilier de l’empire pour un changement de paradigme politique et social…”

  1. Documentaire à voir:
    « Bienvenue dans la réserve américaine » de Russell Means, activiste de renom Lakota (Sioux) décédé en 2012 et fondateur de la République des Lakotas.
    Activez les sous-titres français (approximatifs il est vrai…)

    Un des meilleurs documentaires sur le sujet…

  2. Vous mettez des mots simples et juste sur le changement de paradigme qu’il nous faut engendrer quand d’autres crient à l’utopie. Non l’utopie est de croire que nous pouvons changer sur les bases actuelles. Encore non, car nous devons corriger les erreurs du passé. J’ai toujours dit que les Zunies avaient construit leur modèle d’American Way of Life » sur un mensonge. Et quand on me demandait de dire lequel, je répondais ; Appropriation des terres, extermination des peuples, mise en esclavage… Je sauvegarde se texte fondateur et je n’exclue pas de créer un blog afin de fédérer le plus de monde possible pour réaliser cette mission. Quand je vous disais que je n’étais rien, ni personne, c’est que malheureusement c’est vrai. Je ne connais personne, je suis seule et je me définis souvent comme une inutile. En tout cas dans cette société là ! M’engager, le temps qu’il me reste à vivre, dans ce changement de paradigme me permettrait, peut-être de me rendre utile. Ne vous méprenez pas, je suis juste lucide. La société actuelle, rejette plein de gens comme moi. Il faut juste que nous mutualisions nos vies esseulées, Je sais que seule, je ne suis rien, mais je sais aussi, qu’une seule personne peut faire changer les choses. En tout cas merci à vous. Je trouve que cet article est pour moi, le plus fort, le plus novateur, le plus fondateur que j’aie jamais lue. Je réfléchis à l’action la plus intelligente pour transmettre l’info. A+ dans tous les cas !

    • Merci nous sommes très touchés par ce commentaire. PERSONNE n’est « petit » ou ne « sert à rien ». Ne vous laissez JAMAIS dire cela par quiconque sans réagir. Les plus grands progrès dans l’histoire, en tous domaines, sont nés de gens qui refusaient le consensus du statu quo… De Socrate à Gandhi en passant par Kropotkine, Sitting Bull, Cochise, Einstein, De Gaulle, Rimbaud, Emma Goldman, Ho Chi Minh et tant d’autres…
      Créer un blog est une excellente idée… Merci de nous en communiquer l’url si cela se fait, nous lierons les blogs.
      Pour ce qui est de la fange ambiante: ¡Ya Basta! que l’Union soit et nous regroupe tous sous le grand arbre de la paix universelle.

  3. Achille Mbembe : « Le sous-prolétaire chinois est un nouveau nègre »
    Rue89 ‎-
    Dans son dernier livre, le penseur camerounais décortique la face obscure de la pensée européenne : la transformation de personnes en objets.

    Cet ouvrage est décapant et il est profondément visionnaire !

    Tant qu’on n’aura pas décolonisé les esprits, les progrès ne seront pas fracassants et cet ouvrage le fait d’une manière radicale : il décrit ce qu’est en réalité la bonne conscience occidentale !

    • Merci nous ne connaissons pas, nous nous enquérons illico…
      Les Camerounais ont toujours été des leaders de la résistance anti-coloniale, ils le sont toujours…

    • Ceci est très intéressant, la fin d’une revue d’un des bouquins de Mbembe en parfaite adéquation avec ce que nous disons à propos des nations indigènes des Amériques, ici rapportées aux sociétés traditionnelles africaines:
      « Réparation « symbolique »

      Achille Mbembe évoque la possibilité d’un « devenir-nègre du monde », qui engloberait toute l’humanité marginalisée dont l’économie mondiale n’a pas besoin. Mais il ne veut pas perdre espoir. Il trace un autre chemin, avec un épilogue intitulé : « Il n’y a qu’un seul monde ». Là encore, le philosophe part du simple constat qu’il n’y a qu’une seule humanité, pour ensuite expliquer comment les sociétés traditionnelles africaines, avec leurs rituels, s’efforçaient de relier l’homme à la nature, de « réparer » l’environnement pour les dégâts causés par l’agriculture, tout en assurant la « durabilité » de l’existence humaine…

      « Pour construire ce monde qui nous est commun, il faudra restituer à ceux et celles qui ont subi un processus d’abstraction et de chosification dans l’histoire la part d’humanité qui leur a été volée », affirme l’auteur. Il n’entre pas dans la polémique sur les réparations financières, demandées en vain par les descendants des victimes de la traite, notamment aux États-Unis. Il parle plutôt d’une réparation « symbolique », au sens psychologique du terme. Il n’en précise pas, cependant, les modalités pratiques, même s’il appelle de ses vœux « un monde débarrassé du fardeau de la race, et du ressentiment et du désir de vengeance qu’appelle toute situation de racisme ». Cette réparation pourrait bien commencer par la lecture de cet essai. Un livre qui remet en question beaucoup d’idées toutes faites, et permet déjà une prise de conscience sur le chemin qui reste à parcourir. »

      Article sur:
      http://www.rfi.fr/afrique/20131004-achille-mbembe-critique-raison-negre

      Ceci ne fait que confirmer ce que nous pensons et que l’avenir de l’humanité se trouve dans l’union des peuples occidentaux débarrassés de l’idéologie colonialiste, avec les peuples indigènes des continents qu’ils ont colonisés. Cette union verra la chute inéluctable de tout empire et de toute hégémonie idéologique, économique et politique, car la base raciste sur laquelle repose tout le système n’existera simplement plus.

  4. […] des méfaits de notre civilisation, leur reconnaissance, afin de corriger le tir, de corriger l’E.R.R.E.U.R pour une véritable […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.