Ingérence et guerre en Syrie: L’axe de la résistance a l’affaire en main…

C’est impossible maintenant de vaincre la Syrie

 

Gl Amine Hotait

 

18 Octobre 2013

 

url de l’article:

http://french.irib.ir/analyses/articles/item/279203-c’est-impossible-maintenant-de-vaincre-la-syrie,-par-gl-hotait

 

« La situation en Syrie démontre l’échec des US-Israël à mettre en application leur plan sur le terrain a dit le Gl Amine Hotait professeur de Droit et spécialiste militaire libanais à RT. Traduction de l’interview accordée le 17/10/2013 au correspondant de guerre en Syrie de RT, Nadezhda Kevorkova, par le Gl Hotait.

La situation en Syrie démontre l’échec des US-Israël à mettre en application leur plan sur le terrain a dit le Gl Amine Hotait professeur de Droit et spécialiste militaire libanais à RT. Il pense que dans ce pays ravagé par la guerre cet échec a bloqué l’utilisation de la force pour de bon.

RT : Que pensez-vous de la situation en Syrie ? La région est plongée dans le chaos les rebelles sont ils entrain de gagner ?

Amine Hotait : Non, le plan US Israélien a échoué – ils n’ont pu progresser depuis deux ans. Et maintenant la Russie a persuadé les US de ne pas bombarder la Syrie. La Russie est l’un des trois gagnants en Syrie c’est une victoire stratégique de la Syrie. Les gagnants sont la Resistance ( Hezbollah nd RT) l’Iran et les BRICS comme opposants à l’OTAN. Et bien sûr la Resistance à l’intérieur de la Syrie. Maintenant tous ceux qui étaient là bas quand cette décision historique de ne pas bombarder la Syrie a été prise vivent dans une nouvelle époque. La Résolution de l’ONU 2118 est le premier document du nouveau monde. Jusqu’à présent nous n’avons vu que des fragments de ce nouveau monde. La discussion d’Obama avec Rouhani est aussi le résultat de la victoire en Syrie. Pendant 3 jours ils ont discuté sur le paragraphe 21 de la Resolution où il est dit que si la Syrie ne respecte pas la décision de détruire toutes ses armes chimiques des mesures sous Chapître VII seraient utilisées contre elle. Je me suis moqué des auteurs. Tout le monde peut parler à l’ONU. Ils peuvent parler là-dessus autant qu’ils veulent mais il n’y aura jamais de décision d’utiliser la force contre la Syrie. C’est maintenant impossible de vaincre la Syrie.

RT :Obama a dit que les US bombarderaient la Syrie les médias ont dit que les rebelles s’unissaient et étaient entrain de gagner …

AH : Dans les prochains mois nous verrons la situation se développer selon trois aspects : des affrontements entre les rebelles, l’armée combattant les rebelles, et des efforts internationaux. Je ne pense pas que le sommet de Genève aura lieu car les conditions ne sont pas mûres. Vous voyez la Résolution 2118 dit que des discussions doivent avoir lieu entre ceux qui contrôlent la situation. Qu’avons-nous actuellement ? Les gens veulent une solution pacifique. Le Paragraphe 7 ( sur l’utilisation de la force) a été écarté donc il ne peut être utilisé. Les non syriens ne peuvent pas décider du futur de la Syrie donc tous les étrangers, environ 1000 groupes armés devront quitter la Syrie. L’opposition syrienne est démoralisée. Comme on le voit les rebelles sont plus préoccupés avec les questions de femmes, les rôles des genres et l’argent. Ils ont perdu leur position dans la société syrienne. Donc il ne peut y avoir de représentant des rebelles à Genève il n’y a personne à qui transférer le pouvoir.

RT : Les rebelles utilisent-ils des tactiques du Hezbollah ?

AH : Ils n’ont aucune tactique ils ont remporté des succès parce qu’ils étaient très nombreux et qu’ils attaquaient des endroits vulnérables et utilisaient les points faibles de l’armée.

Si vous vous souvenez 700 soldats ont défendu l’aéroport de Minneg à Alep pendant presqu’un an, ils ont repoussé 10 attaques. Quand 20 000 rebelles se sont rassemblés autour de l’aéroport les soldats se sont retirés et l’aviation a pris la relève les rebelles ont perdu 3500 hommes alors que les soldats n’en ont perdu que 12. Il y a des cas de trahison. Les rebelles obtiennent des informations comme quoi il n‘y a pas de soldat dans un certain endroit et alors ils attaquent la ville. C’est ce qui s’est passé à Maaloula l’armée n’y était pas. Les rebelles ont juste tué des civils ; il n’y avait personne là bas pour leur résister. Des officiers ont de la famille parmi les Takfiristes. Il se peut qu’ils reçoivent de l‘argent des rebelles, il se peut que leurs familles soient menacées, ces choses là arrivent de temps en temps. Tout leur succès repose là-dessus.

S’ils utilisaient une tactique militaire ils auraient libéré la Syrie en 6 mois. Leur armée avait 150 000 hommes et ils auraient pu dominer sur 1.5 millions de soldats de l’armée. 4000 combattants du Hezbollah ont vaincu 40 000 soldats israéliens. Ces méthodes ont été incorporées dans les tactiques de la « guerre de substitution ».

Mais le rebelles n’ont pas de commandement. Il n’y a pas d’interaction entre les groupes ils ne planifient pas leurs actions à l’avance. Ils ont perdu 40 000 hommes. Ils sont aidés par 28000 mercenaires étrangers venant de 38 pays dans le monde.

RT : Comment les rebelles obtiennent –ils des armes ?

AH : Au début des armes étaient acheminées clandestinement via la frontière turque, mais 60% de l’approvisionnement passait par le Liban via Tripoli. Les rebelles ont également mis la main sur des fusils quand ils ont capturé des dépôts de l’armée. Lorsqu’ils se sont emparés des postes frontières avec la Turquie cela est devenu plus facile de faire passer des armes de Turquie.

Le Nord du Liban a été le théâtre de 18 affrontements violents entre Alawouites et Sunnites. Utilisant des tirs comme écran des bateaux chargés d’armes étaient envoyés aux rebelles. Ils sont devenus fous lorsqu’ils ont perdu Al Qusayr. Ils ont ainsi perdu leurs logistiques.

Depuis il n’y a plu eu de guerre à Tripoli.

Puis l’Arabie Saoudite a fait pression sur la Jordanie qui a autorisé l’afflux d’armes via son territoire. Mais la Jordanie ne peut pas jouer le rôle du Liban. Ils ne veulent pas être impliqués ils ne veulent pas prendre partie.

Jusqu’à maintenant une grande partie des fournitures d’armes a transité par la Turquie et quand la Turquie les a bloquées les rebelles se sont énervés.

Si les US donnent l’ordre d’arrêter la campagne de guérilla la guerre en Syrie sera terminée dans 3 mois. Les rebelles n’ont pas l’appui du peuple ni les ressources pour durer plus de 3 mois c’est pour cela que ce n’est pas une guerre civile mais une agression extérieure.

RT : Que font les armes chimiques dans toute cette affaire. Le Hezbollah et le Hamas ont-ils des armes chimiques ?

AH : Ni le Hezbollah ni le Hamas n’ont jamais possédé d’armes chimiques. Elles ont été utilisées une fois contre le Hezbollah. Seuls deux pays dans la région ont utilisé des armes chimiques : Israël a utilisé du phosphore blanc contre le Liban en 2006 et Saddam Hussein a utilisé des gaz inervants 2 fois contre l’Iran et contre les Kurdes. Dans le Sud où ont eu lieu des attaques au gaz le taux de cancer est 4 fois supérieur à la moyenne.

Les US s’apprêtaient à mener le même plan que celui de l’Irak en 2003 lorsqu’ils ont accusé celle-ci d’avoir des armes chimiques qu’elles n’avaient pas. Accuser le gouvernement syrien d’avoir utilisé des armes chimiques s’est avéré impossible à prouver.

Toutes les informations que les Américains ont sur les armes chimiques en Syrie venaient d’Israël. Cela aurait bénéficié à Israël que les US bombardent 160 cibles en territoire syrien, des cibles choisies par Israël. Les US auraient pu commencer à bombarder mais ils savaient que notre Resistance (Le Hezbollah nd RT) pouvait mener des représailles et bombarder Israël. Cela aurait mené à d’importantes pertes donc ce n’était pas une action bénéfique. Une opération au sol était aussi une option mais cela aurait été tout simplement de la folie.

Donc une sage décision a été prise de détruire toutes les armes chimiques de la Syrie. La Syrie n’en a pas besoin – elles ne peuvent être utilisées ni contre les rebelles ni contre Israël.

C’était dans l’intérêt des Syriens d’accepter ce plan car cela empêcherait les US d’attaquer et confortait la promesse de la Russie d’aider à fournir la technologie pour une défense aérienne moderne.

RT : Pouvez vous faire un commentaire sur l’utilisation d’armes chimiques prés de Damas ?

AH : Les rebelles ont commis deux erreurs. Ils ont effectivement utilisé des armes chimiques mais pas à l’endroit où se trouvaient les corps. Les gens n’auraient pas pu s’y trouver sans vêtement de protection. Il semble que les enfants aient été drogués il n’y avait pas de signe de vomissure ou d’empoisonnement chimique. De même les estimations fournies sur le nombre de morts variaient trop : les premières estimations faisaient état de 120 victimes puis 360. Les Français ont affirmé qu’il y avait 500 morts et les Américains 1300.

La Russie savait que les US mentaient et a essayé de les confondre. Quand Mr Lavrov a accusé au début Kerry de mentir il n’avait pas de preuve pour le confondre. (Le 2 Septembre le ministre des affaires étrangères russe Sergey Lavrov a dit que c’était « étrange » d’entendre le secrétaire d’état US John Kerry dire que « que la partie américaine avait produit des preuves irréfutables à la Russie que le régime d’Assad avait utilisé des armes chimiques » RT).

RT : Du point de vue militaire qui sont les rebelles syriens ? Quelles tactiques utilisent-ils ?

AH : J’ai étudié ces tactiques depuis 2007. J’appelle cela une guerre de proxy : Israël utilise un intermédiaire pour combattre la Syrie pour éviter de s’impliquer directement. J’ai anticipé cette situation.

RT : Avez-vous anticipé les évènements en Syrie plus spécifiquement ?

AH : Pas seulement en Syrie mais aussi dans d’autres pays. C’était clair qu’Israël cherchait de nouveaux types de guerre. La guerre du Liban de 2006 a montré qu’Israël ne pouvait plus remporter une victoire rapide mais une longue campagne n’est pas non plus une option Israël ne peut combattre sur plusieurs fronts. Dans le futur Israël évitera de mener des guerres ouvertes contre le monde arabe, mis à part des opérations punitives contre les Palestiniens et choisira la guerre de proxy à la place.

RT : Pouvez vous décrire les principaux paramètres de cette guerre de proxy ?

AH : Une guerre de proxy est très liée au fait de provoquer une guerre civile entre des groupes sociaux différents en utilisant des slogans religieux et ethniques. Une telle guerre engouffre tout et plonge tout le monde dedans ; cela affaiblit le pays déchiré par des conflits artificiels et insolvables. C’est l’idée de monter les Sunnites contre les Shi’ites dans toute la région.

RT : Pourquoi la Syrie est-elle devenue le centre de leurs efforts ?

AH : La Syrie ce sont les représailles pour la victoire du Hezbollah en 2006 une tentative de dissimuler le goût amer de la défaite dont ils ont fait l’expérience pour la première fois. En ayant gagné le Hezbollah a retardé leurs plans de 3 ans Israël ayant prévu de démarrer la guerre civile en Syrie bien plus tôt que ce qui est arrivé.

RT : Conséquence du conflit le Liban doit faire face à une énorme pression à cause des réfugiés. Combien sont-ils ?

AH : Il y en a plus de 1.300.000 au total : environ 350 000 à 400 000 Syriens dans le Sud 150 000 à Beyrouth idem à Saïda 25 30 000 dans les zones chrétiennes et 350 000 dans la vallée de la Beqaa.

RT : Il y a-t-il des endroits où les réfugiés sont mieux installés que d’autres ?

AH : On ne peut absolument pas certifier où c’est le mieux pour les réfugiés. Les gens leur offrent une place chez eux mais les Syriens ne vont pas là où ils sont mal accueillis. Il n’y a que deux endroits où ils le sont : dans la communauté druze de Walid Jumblatt et chez les Maronites au Nord. Il n’y a même pas 5000 réfugiés vivant dans la communauté druze. Les Druzes contrôlent le ministère des réfugiés et ainsi ils font fortune avec les aides envoyées de partout dans le monde pour aider les réfugiés. La vie est dure partout pour les réfugiés.

Nadezhda Kevorkova est correspondant de guerre il a couvert le Printemps Arabe des conflits militaires et religieux à travers le monde et le mouvement antimondialisation.

 

Article en Anglais

 

Traduction Mireille Delamarre

Une Réponse vers “Ingérence et guerre en Syrie: L’axe de la résistance a l’affaire en main…”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :