Pays du goulag levant (ex-USA): Obama face au vote de non-confiance…

Syrie: Un vote de Non-Confidence dans le président

 

Jon Rappoport


 

7 septembre 2013

 

url de l’article:

http://www.infowars.com/syria-a-vote-of-no-confidence-in-the-president/print/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Alors que des membres du congrès révèlent que la grande majorité des coups de téléphone qu’ils reçoivent à leur bureau est contre la guerre en Syrie, et que le parlement pourrait même considérer de ne pas même voter afin d’éviter un grand embarras à Obama, nous pouvons voir une version de ce que refuser de voter pour une élection présidentielle pourrait bien ressembler.

Cela ressemble à: une non-confiance.

Tous les quatre ans, j’écris à propos de cette possibilité. Supposez que seulement 19% de l’électorat se déplace aux élections. Cela serait un message fort et clair: Le peuple américain ne fait plus du tout confiance les candidats majeurs (du parti bicéphale). Il ne croit plus en la mascarade. Ils ne crient plus dans le comptage des voix. Il sait que les deux candidats des deux partis majeurs travaillent tous deux pour la même machine mondialiste.

Non-confiance.

Nous y sommes, sur le problème de la guerre cette fois-ci.

Je ne dis pas que le congrès va rejeter la guerre. Ils vont peut-être donner le feu vert et piloter le rouleau compresseur sur l’opinion publique ; mais cela devient un peu chaud pour eux c’est certain.

Et rappelez-vous ceci. Les médias tablent sur le fait que toute victoire présidentielle signifiante est un signal que tous ses programmes et ses plan vont recevoir un gros coup de pouce. Du côté négatif, cela veut dire que tout échec signifiant, en pleine vue de la nation, sera enregistré, malgré l’exagération et les explications, comme un affaiblissement de sa position générale.

Washington DC enregistre un tel changement de pouvoir que comme une meute de chiens affamés qui sentirait la chair fraîche. Ils attaquent.

La guerre est supposée être une telle affaire que le résultat est connu d’avance, si le président la veut. Soit il envoie les avions de son propre chef, ou le congrès tamponne sa fiche de validation d’abord. Mais cette fois-ci… c’est différent.

Cette fois-ci c’est: peut-on croire le président et ses “preuves” et sa prétention d’avoir la haute position morale, ou ne le croyons-nous pas. La question est en pleine vue de tous. Tout le monde peut le voir.

La poussée pour cette guerre est une telle évidente fabrication, que seuls un idiot parfait ou un croyant dur comme fer en Obama opteraient pour attaquer la Syrie. La bulle hypnotique Obama est en train d’éclater, même pour tous ceux qui ont la “foi”.

Dans mon dernier article sur la Syrie, j’avais montré que le briefing sur les renseignements super-secrets du comité congressionel est une fraude, une escroquerie. Ce n’était que généralité et aucune preuves solides. Ce n’était en fait qu’une mission pour tordre le bras des sénateurs membres.

Que reste t’il donc ? Rien. “Faites ce que le président veut que vous fassiez.”

Si le congrès dans son ensemble (sénat en chambre basse / parlement) dit oui, ils vont s’enfoncer encore plus dans le vide ordure avec Obama. Ces concrétions sur le corps politique peuvent faire une chose: évaluer l’intérêt individuel et l’éligibilité. Ils y pensent.

Ils sont tous dans la cocotte-minute.

Regardons en arrière… Croyez-vous qu’Obama se soit réveillé un matin et ait dit “Attendez, Assad vient juste d’utiliser des armes chimiques sur son peuple. Je dois agir, je dois le punir.”

Bien sûr que non. Cette idée vient d’ailleurs. Elle est sur la table depuis des années, comme partie intégrante de la stratégie sur le Moyen-Orient afin de déstabiliser la région entière. C’est, à un niveau, un plan de la CIA et du Mossad, avec une tournure saoudienne. A un plus haut niveau, c’est une opération des mondialistes, pour qui la fin de partie est l’ordre venant du chaos (NdT: Le motto du Nouvel Ordre Mondial…)

Réaliser une partition des nations en des enclaves ethniques réduites en esclavage, perturber le flot du pétrole et du gaz et ainsi créer une dépression mondiale, puis venir derrière tout cela pour installer de nouvelles marionnettes dictateurs fascistes, intégrer les banksters internationaux pour “refinancer” l’ensemble de la région et en prendre possession de bas en haut.

Obama est juste un autre locataire de la Maison Blanche, jouant les cartes qui lui ont été distribuées. Il va dans le sens du poil du spectacle, introduisant ses prpores réjudices, comme tout autre président et il prend ce qu’il peut.

Il n’est pas magicien et son fluide se tarit.

Un vote de non-confiance sur la Syrie pourrait quoi qu’il en soit, s’étendre et signifier une non-confiance en ce que tout occupant de la Maison Blanche provenant des deux partis en un pourrait faire.

Il est difficile de se réveiller, mais si le peuple américain garde les yeux ouverts, ils verront que cette escapade syrienne n’est juste qu’un autre exemple de l’agenda qui trahit l’idée de toute mentalement saine personne de ce que l’Amérique est supposée être.

Le seul président transcendant en ces temps, serait un président qui après environ un an au pouvoir, tiendrait une conférence de presse et y dirait ceci: “J’ai appris que je suis sous contrôle. Des hommes contrôlent le bureau du président. Je suis supposé recevoir des ordres, voici ce que je sais de ces personnes, voici leurs noms, voici ce qu’ils m’ont dit. Voici la manière dont ils exercent leur coercition sur moi. Voici toute l’histoire, la véritable histoire de ce qui s’est passé pour ce pays…” (NdT: En fait, tout président de n’importe quel pays pourrait dire de même, certes à des degrés divers, mais cela est la réalité globale…)

A ceci les gens pourraient dire: “Comment un président pourrait-il faire cela ? Ils le tueraient !”

Exactement, voilà pourquoi j’ai utilisé le mot “transcendant”.

Tous les présidents américians envoient des soldats à leur mort et tuent beaucoup de gens dans des pays lointains. Être “transcendant” veut dire mettre sa propre vie en jeu également.

Ceci devrait vous donner quelque idée sur le pourquoi le boycott du vote signalant la non-confiance en nos présidents est vital. Aucun d’entre eux n’ira assez loin qu’il est nécessaire pour faire sauter le vernis et montrer qui véritablement gouverne cette nation (NdT: toutes les nations de fait…)

9 Réponses vers “Pays du goulag levant (ex-USA): Obama face au vote de non-confiance…”

  1. C’est exactement ce que je pense. Et mon éveil, envers les élections, y compris en France, tient dans cette analyse. Car en fait, j’ai cru naïvement que F. HOLLANDE serait capable de faire cela ; Après un an de pouvoir déclarer qu’il avait compris n’être qu’une marionnette d’un plan de mise en oeuvre du N.O.M. Et qu’à l’inverse de son prédécesseur N. SARKOZY il n’était pas d’accord et en appelait au Peuple Français et Européen (on peut rêver) pour casser tout cela. Las ! Il vient de nous démontrer qu’il était parfaitement en accord avec ce plan et qu’il voulait en être. Je pense qu’il faut absolument arrêter d’aller voter pour le moment et sine die. Nous devons être plus nombreux à nous « Eveiller » mais, ça vient, peut être ne le verrais-je pas mais au moins j’aurai contribué à cet éveil. Anyway : connaissez-vous 3poings 2 crochets ; ils font un travail remarquable ils méritent qu’on parle d’eux. Merci à vous, continuez à écrire, à dénoncer ; Et je continuerais à vous lire avec bonheur – De l’invisible JBL1960

    • tout travail de fourmi compte. Il n’y a pas à se poser de question existentiel, il faut faire se que notre conscience nous dicte. elle nous dicte humainement de résister à la fange gouvernante et à ses crimes.

  2. Je ne vote plus, j’ai voté pendant environ 25 ans, on m’avait presque fait croire que j’étais une mauvaise citoyenne… et j’aimerai tellement que… 95 % de la population ne vote plus du tout pour ces charlatans, que 95% de la population ait compris le système de ces gens-là !
    Si seulement le parlement pouvait donner un bon revers à Obama…
    Espérons que cela se passe ainsi…
    Hollande fera l’effet d’un andouille, mais comme déjà il a été élu par les autres pays, comme le plus mauvais Président de la Terre, ce ne sera qu’une andouillerie de plus de sa part !
    L’époque Napoléonienne est passée, et il a du retard, et surtout, c’est un bon petit soldat au NOM, mais c’est un traite pour les français qui ont cru à son babillage…!

    • Nous l’avons dit et le répèterons inlassablement: Voter c’est abdiquer sa liberté et sa souveraineté. Voter c’est cautionner le statu quo oligarchique.
      Boycott du vote et des institutions et développement du contre-pouvoir autogestionnaire de la société du pouvoir non coercitif, donc non étatique, non pyramidale et non hiérarchique. Cela a fonctionné pendant des millénaires, il n’y a aucune raison que cela ne fonctionne plus bien au contraire. Que les oligarques le refusent, çà c’est bien normal, car il s’agit en effet de la fin totale de leur règne criminel… à tout jamais.
      L’État devra être rangé au musée des horreurs de l’humanité avec les ustensiles de torture de l’inquisition et les images des guerres apocalyptiques pour les peuples.

  3. Désolée…
    Traitre et non traite !

  4. Ce que j’ai compris depuis u moment, c’est qu »aucun président n’a les mains libre. Come le souligne Rppoport, sa vie et celle de ses proches sont en jeu s’ils n’obéissent pas;
    J’avais envie de pondre un article sur agoravox dénonçant le fait qu’alors qu’il n’y a qu’un franc-maçon pour plus de 500 Français, ils sont… 29 sur 37 au sein du gouvernement. Y compris président et premier ministre bien sûr. C’est un défi aux statistiques, et c’est véritablement, sans le moindre doute possible, la recette et les ingrédients d’un complot.
    Or, quel est la première règle pour un franc-maçon? C’est l’obéissance.
    Quel degré Hollande occupe-t-il dans la hiérarchie maçonnique? Je ne sais pas. 15ème, 20ème? Les échelons sont durs à grimper, et ce petit député de province sans grande envergure n’a pas du dépasser ce stade.
    Or il y a 33 degrés dans la secte maçonnique. Trente-trois!!!
    Ce qui fait qu’il occupe une place de pion dans la hiérarchie mondiale, et que des centaines de personnes peuvent lui donner des ordres, et qu’il doit obéir, comme les 80% de maçons qui composent
    le gouvernement.
    Comment s’étonner dès lors de l’étrangeté, du côté délirant des décisions qui sont prises actuellement?
    Avons-nous élu un président, lui-même nommant un gouvernement, pour que ses décisions soient dictées par d’autres, pour la plupart étrangers, dont les intérêts ne sont pas les nôtres?
    Encore un qui parle de complot judéo-franc-maçon, dira-t-on…
    de discrimination.J’en prends le risque. Ceux qui me connaissent savent bien que je ne rentre pas dans ces combines de discrimination .
    Lorsque j’ai soulevé ce problème en commentant sur Mediapart, on m’a tout de suite dit que ces propos étaient nauséabonds (je cite).
    Négationniste, révisionniste et bien sûr antisémite font partie de la ritournelle d’amalgames habituels dont on fait l’objet quand on tient ce genre de propos, (bien que la recette commence à faire long-feu)
    Qu’y a-t-il de nauséabond à constater et à dénoncer que les francs-maçons sont 391 fois plus nombreux au sein du gouvernement que ne le voudrait la statistique? Et que cela implique OBLIGATOIREMENT un complot?

    • oui ces questions méritent d’être soulevées et on voit que la « ligne du parti » est préservée par ses gardes-chiourmes sur les forums.
      En ce qui nous concerne, nous pensons que tout cela relève de la même convergence d’intérêt et que franc-maçonnerie et sionisme et tout autre idéologie mondialiste et colonialiste, ne sont que des OUTILS pour atteindre un but précis: La dictature oligarchique supranationale mondiale, instaurée par les monopolistes de la haute finance, qui se foutent royalement du « sionisme », de la « franc-maçonnerie » et de toutes ces conneries. Pour eux, le seul but est le pouvoir absolu par le monopole et écraser d’une chape de plomb ce qu’il y a dessous afin qu’ils puissent atteindre ce qu’ils pensent être la « source de jouvence »: le transhumanisme et donc l’immortalité, dans leur bulle luxueuse, sans être emmerdés par la « fange du bas »: nous. C’est un projet égomaniaque, déjà dénoncé et illustré dans les années 1920 par le célèbre film de Fritz Lang: Metropolis.
      Tout le reste n’est que moyens d’y parvenir…

    • Deux journalistes italiens vient d’être libérés après détention par les gentils rebelles syriens, ces apôtres de la démocratie.
      L’un n’ose même pas parler de ce qu’il a subi, et l’autre a été victime de deux simulacres d’exécution.
      Voilà ce que sont les amis de François Hollande, qu’il faut défendre contre le méchant Assad.
      Ce témoignage ne va certainement rien changer à sa ligne de conduite, et le larbin va continuer à obéir.
      Sur France Inter
      Claire Servajean (la serpillière du 13 heures):
      la population américaine semble… réticente à une intervention?
      Le correspondant aux USA:
      la population américaine est massivement hostile à une intervention (et il force su le « massivement »).
      Celui-ci précise que c’est parce qu’on n’a pas assez de sous pour intervenir, alors qu’il y a tant de problèmes intérieurs. On aurait pu croire que les motifs étaient de compassion vis-à-vis des populations, mais non: c’est juste le pognon.
      Quand au membres du congrès, les raisons ne sont pas meilleures: ils ont peur pour leur prochaine réélection, devant le refus massif de la population.
      Bref, de deux raisons particulièrement dégueulasses va jaillir la décision qu’on espère tous.
      Qu’importe le flacon, après tout…
      Maintenant qu’elle est à peu près sûre que les USA n’interviendront pas, la mère Merckel (qui commence à rappeler furieusement la mère Thatcher), vient de donner son appui à une coalition qui n’interviendra pas, donc. Une façon de ménager son électorat, quoiqu’il arrive.
      Chaque jour qui passe, je trouve les interventions de Poutine plus remarquables. En vieillissant, certains hommes politiques, qui ont eu toutes les glorioles, essayent peut-être de laisser une belle image à la postérité, qui sait?
      Ce n’est assurément pas le cas de Hollande, qui laissera une image de parfait salopard, si toutefois on en parle encore dans 20 ans…

  5. Je lis quelques lignes des interviews de Pierre Piccinin, otage récemment libéré par les « Rebelles »et qui avait auparavant été incarcéré par le gouvernement Syrien. J’y retrouve exprimé cette conviction que j’ai acquise au cours des dits « Printemps Arabes » et autres révoltes. Une frange de la population se lève pour obtenir des changements dans le sens de l’obtention d’une souveraineté populaire. C’est assurément un mouvement mondial que celui des personnes qui veulent avoir un droit de participation à la prise des décisions politiques qui les concernent et le manifestent. Dès que de tels mouvements s’enclenchent dans des pays qui sont sur l’agenda de déstabilisation du NOM, une nouvelle opposition entre en jeu, elle est soit pré formatée localement, soit d’importation selon les opportunités. La révolution est confisquée et avorte. Dans le cas de la Syrie, il semble alors qu’une grande partie des opposants initiaux se rallient au gouvernement – dont on oublie de rappeler qu’il a fait à diverses reprises des propositions d’ouverture et de dialogue vers une transformation du régime.
    Etant informée de nombreux précédents, alors que la guerre civile – le grand chaos « « « constructif » » comme ils disent- se déchaîne, je peux légitimement supposer que ces opposants de la première heure et porteurs d’un projet de monde qui nuirait « aux intérêts et à la sécurité des USA » deviennent des cibles privilégiées pour les « Rebelles » d’infiltration made in CIA. Ils seront alors les grands oubliés de l’histoire, noyés dans les pertes (et profits pour certains) des « dommages collatéraux ».
    Autant que de poser des pions sur le grand échiquier géostratégique international, éliminer en douce les résistances intérieures réellement porteuses d’un projet de monde populaire est à l’ordre du jour. Mais il semble que cette fois ceux que représente le régime Obama aient du mal à trouver des alliés crédibles et acceptables parmi les dits rebelles, c’est-à-dire susceptibles de défendre leurs intérêts. Est-ce une leçon de la Lybie ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :